Benitez, divorce à l'amiable

Après six mois passés sur le banc de l'Inter, Rafael Benitez a été gentiment remercié ce matin. Malgré deux titres remportés, le coach espagnol n'aura jamais su s'approprier l'armada qui avait tout gagné l'an dernier avec Mourinho. Les ex, ça fait toujours chier.

Modififié
0 15
Les histoires d'amour finissent mal, en général. Celle-ci ne se finit ni bien, ni mal. Elle se finit juste. Point. A vrai dire, elle n'a jamais vraiment commencé. Entre Rafael Benitez et l'Inter Milan, le courant a eu du mal à passer depuis le premier jour. Peut-être parce que le club de Massimo Moratti était encore in love de son ex, José Mourinho. Il aurait été difficile pour n'importe qui de reconstruire sur les cendres d'une aventure encore chaude, qui avait amené à l'orgasme quelques mois auparavant tout le peuple intériste. Même pour un type qui a joué un sale tour au Milan AC il y a quelques saisons. Benitez est arrivé là, avec sa petite barbe et ses airs de Julien Dray, tentant de remplacer l'irremplaçable dans le cœur des tifosi. Sans jamais y parvenir. L'histoire aura duré 6 mois.



Dès son arrivée, on sent bien que Benitez n'a pas le caractère trempé de son prédécesseur. Il débarque à Appiano Gentile, l'air tout gentil, tout penaud, presque candide. Là où Mourinho grognait pour obtenir des nouveaux joueurs, l'Espagnol s'est écrasé, tout en étant conscient qu'il fallait changer quelque chose. Massimo Moratti, plus radin qu'à l'accoutumée, lui a offert les jeunes Coutinho et Biabiany. Pas de quoi te transcender une équipe. Le baptême de l'ancien coach des Reds est convaincant : surfant sur la vague victorieuse de la saison précédente, l'Inter remporte la Supercoupe d'Italie aux dépens de la Roma (3-1). Rafa est content, Moratti aussi. Oui mais voilà que l'Atletico Madrid vient semer la zizanie. Lors de la finale de la Supercoupe d'Europe, les Colchoneros surclassent une Inter amorphe (2-0) et les premiers doutes commencent à planer. Benitez, lui, utilise la technique de l'auto persuasion, en faisant croire à tout le monde que tout va bien et que les joueurs sont surtout fatigués par la Coupe du Monde. Et ses dires semblent se confirmer dès les premières journées de championnat. L'Inter monte en puissance, s'appuyant surtout sur un Samuel Eto'o monstrueux, repositionné en avant-centre. Après quatre journées, l'Inter est déjà au sommet de la Serie A, et caracole aussi en tête de son groupe en Ligue des Champions. Plus pour longtemps. Un train va passer sur les nerazzuri, et va briser à jamais leur hégémonie et leur confiance. Ce train express s'appelle Gareth Bale.



Le Gallois de Tottenham va humilier l'Inter en deux sets de 90 minutes. Lors de la première confrontation, à San Siro, Bale allume le turbo et fait trembler en une mi-temps la maison noire et bleue, inscrivant trois buts identiques. L'Inter s'impose tout de même 4-3, mais l'avertissement est sévère. Deux semaines plus tard, à White Hart Lane, Bale continue ce qu'il a entamé. L'Inter prend l'eau de toute part, le Gallois ailé étant à l'origine des trois buts qui les mettent K.O. La muraille autrefois érigée par Mourinho est détruite. Benitez n'a plus que ses yeux pour pleurer sur les ruines. Comme parade, le coach accuse la pelouse de San Siro, responsable selon lui des nombreuses blessures (Samuel, Maicon, Julio Cesar, Milito, Thiago Motta, entre autres) qui affaiblissent son équipe. Moratti bout de l'intérieur, mais ne se prononce toujours pas. L'Inter perd aussi le derby contre le Milan AC d'Ibrahimovic, ancien chouchou de Mourinho. Depuis l'Espagne, le coach portugais se permet même de chambrer un peu. Comme si le passé revenait comme un boomerang, en plein dans les dents du pauvre Benitez. L'Inter n'est plus sereine, n'est plus maîtresse en son royaume, et le bouc émissaire est tout désigné. Larguée en championnat par le Milan AC, Rafa a encore trouvé son échappatoire. «  On parle beaucoup de mes possibles remplaçants, mais l'entraîneur de l'Inter, c'est moi. Je vais gagner ce Mondial des clubs et je suis sûr que si je le fais, je serai encore là longtemps » annonce-t-il depuis Abu Dhabi. Pour une fois, il tient parole. A moitié. Sans briller, les nerazzuri remportent le trophée, en battant en finale le Tout Puissant Mazembe.



Pris par l'euphorie, Rafa se prend alors pour le Tout Puissant Benitez. Au lieu de fêter son deuxième titre en quatre mois, il tire à boulets rouges sur le club. « Il existe trois possibilités. La première est que l'on me soutienne et que l'on me donne quatre ou cinq joueurs renforcer l'équipe. La deuxième est le statu quo, continuer de la même manière sans projet ni ambitions pour arriver dans les mêmes conditions au mois de mai. Enfin, la dernière, c'est de parler avec mon avocat » déclare-t-il furax lors de la conférence d'après match. Ces déclarations irritent Moratti, qui prend sa décision en silence. Sur le site de l'Inter, les images du coach disparaissent peu à peu de la page d'accueil. Comme dans un film fantastique où l'on fait disparaître le héros sur les photos. Une première rumeur évoque Spaletti. Moratti dément. Une seconde annonce que le contrat est prêt pour Leonardo. Tiens, plus personne ne nie. Et puis finalement, l'inévitable. Après un dernier flirt, Benitez et l'Inter Milan se séparent, par consentement mutuel. Vraiment ? « Ca me rend triste, mais la rupture était inéluctable » déclare sobrement le Président intériste. Bon, bah, «  on reste amis » comme disait Tony Parker. Les quelques 4 millions d'indemnités de licenciement y contribueront. Hasta luego, Rafa.


Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

c'est reparti pour l'instabilité chronique et l'achat massif de (mauvais) joueurs du côté de l'Inter.

Ça tombe bien, il n'y a que comme ça qu'ils nous sont sympathiques :D
Un vrai loser ce Benitez, le parfait remplaçant de Pep-la-pute au Barçalal...
Il y avait un article il y a quelques mois concernant Mourinho et sa stratégie de la terre brûlée.
Ça concernait sa tactique sur le terrain mais je pense que c'est également valable en dehors du terrain.
L'équipe que Benitez a eu sous ses ordres est une équipe avec qui aucun entraineur au monde n'aurait pu faire mieux. Mentalement épuisée par la fameuse méthode Mourinho, physiquement à la ramasse à cause d'une année monstrueuse, des gens qui veulent se barrer parce qu'ils ne peuvent plus rien gagner à l'Inter...
Autant Benitez est critiquable pour ce qu'il a fait à Liverpool, notamment à la fin (gestion horrible de Torres...), autant là...
Les arguments qu'il avance sont complétement recevables.
Et si les joueurs interistes n'avaient tout simplement pas adhere au discours et a la methode de Benitez, totalement opposes a celui de Mourinho? Le leadership est essentiel en foot, Benitez est un faible et un loser, il le paye cash! Le Barça sous Rijkaard ne valait plus rien, Guardiola debarque et hop c'est reparti avec la meme equipe... le foot est avant tout une question d'hommes. Et pas la peine de pleurer sur Benitez, il repart le poches pleines!
Ouais t'oublies juste de mentionner les départs de Deco et de Ronnie, les 2 joueurs qui, avec Eto'o, définissaient le Barça de Rijkaard.

Pep a imposé plusieurs joueurs de la masia également (même si ça s'est pas forcément fait en 6 mois) et il a fait revenir Piqué et venir Alvès.

On peut pas vraiment dire que c'était la même équipe.

Concernant Benitez, la décision est stupide, tout le club était à genoux devant Mourinho et on demande à Benitez de continuer son travail au niveau des résultats tout en personnalisant l'équipe. Mais on ne lui en donne pas les moyens.
Bref c'est pas avec Léonardo ou je ne sais qui que l'Inter va s'en sortir.
N'exagérons pas, le comparer à ce sous-marin en mission qu'est Julien Dray, socialo Rolex séguélasse, je trouve ça carrément vache, Benitez est un homme intègre...

Ce qu'il aura finalement eu en moins que Mourinho ( hormis les 3/4 des titulaires simultanément à l'infirmerie bien-sûr ) c'est la gestion des media: il n'a pas trouvé l'astuce pour gérer cette pression délirante des media ritals! Il fallait qu'une phrase de trop vienne sceller le divorce avec un Moratti en mal de sérénité dans son groupe.

Le Mourhignifique himself ne s'est-il pas mangé un 5-0 avec le Real dernièrement? Untouchabeul One? Prenez l'équipe de vieillards de l'Inter, mettez la moitié en thalasso-thétapie à plein temps, faites s'échauffer le fantôme de Milito puis envoyez son hologramme en pointe de l'attaque, supprimez encore l'apport de Balotelli et remplacez-le par la somme d'inefficacité collégiale Couthino+Biabiany, ajoutez à ça un Sneijder qui rêvasse de Ballon d'Or au lieu de jouer, et comme Dieu est miséricordieux pour finir, repositionnez un Eto'o plus haut histoire qu'au delà du naufrage général il y en ait quand même un qui marche sur l'eau... La coupe était pleine, le pauvre Benitez a malgré tout tenu le coup sans renforts jusque là.

Après, évidemment une goutte d'eau nommée Gareth Bale suffit à faire déborder le vase de tous bords...

C'est la politique de renforts du club qui a été défaillante. En fait ils auraient dû faire de l'anticipation stratégique, façon Guardiola, pour remotiver cette équipe de triple-rassasiés: virer Eto'o en août par exemple!

Car je pense que ce sont les joueurs qui sont fautifs. Le nouvel entraineur a intérêt à les remuer si il dispose du même effectif, Benitez a il est vrai pêché par indulgence avec cette bande de fortes têtes, tolérant même qu'un arrière-gauche complètement à la rue vienne l'engueuler en plein match...
Soyons serieux, d'une equipe de gladiateurs fin mai, on est maintenant a une equipe sans jus, sans hargne, des loques humaines. La difference? Mourinho. Avant lui presque rien, pendant son regne: TOUT! Une fois parti, l'equipe est redevenue ce qu'elle etait avant lui. Principal responsable: Benitez. Les renforts (non-obtenus) n'ont rien a voir la-dedans. Benitez n'etait evidemment pas l'homme de la situation, c'est un loser et hormis sa CL-miracle, il n'a rien gagne de serieux a Liverpool tout en depensant beaucoup. Moratti lui-meme est un abruti, combien de choix judicieux en matiere de coach, combien de CL gagnees sous son regne?? Il a juste eu beaucoup de chance que Mourinho daigne passe par son club, et que ce dernier metamorphose les bras casses qu'etaient (et redeviennent) Lucio et Sneijder; l'argent ne peut pas tout...
Mouais...

Moi je me demande si toutes les blessures et autres gros coups de fatigues de cette saison ne sont pas le fruit de tous les efforts de l'an passé sous Mourinho justement.

Benitez est peut-être arrivé à l'Inter au mauvais moment. Et Mourinho parti au bon.

On verra si le prochain coach viendra détruire cette théorie fumeuse.
Quelle erreur de casting. L'Inter n'aurait pu s'en sortir que par le jeu ou le mental. Capello non disponible, faut prendre un entraîneur qui veut du jeu. Leonardo c'est pas mal même s'il a entraîné qu'une fois. Par contre je suis persuadé que Milito va reprendre sa place dans l'axe, dommage pour Eto'o fils. Faut que l'un des deux dégage
C'est sur qu'on remplace pas Mourinho.

C'était une saison de transition. Benitez aurait pu faire ça tranquillement.

Mais non, il a voulu des renforts, des qui coûtent plein de sous. Moratti voulait savourer et pas dépenser.

Il aurait du prendre un gars plus modeste que l'espagnol qui se la pète un peu en fait, sous ses airs honnêtes.
Faut résumer les gars:

1.Equipe en fin de cycle qui a tout remporté donc, peut pas faire mieux, donc lassitude, vieillissement des cadres cqfd: renouveler les joueurs!

2.Passer après le Mou qui a tiré l'essentiel du potentiel de l'équipe c'est casse -gueule, la preuve!

3. Benitez a peut être merdé dans sa gestion de l'effectif et a trop voulu imposer sa patte, il aurait du "glisser" peinard cette année!!
Pseudo, en 4-5 mois, il y a eu 43 blessures et quasi-toutes musculaires...A un moment, l'excuse "c'est la faute à Mourinho", "c'est la faute à pas de chance" ou "c'est la faute à pas de chance" ne tient plus. Muntari, Santon, Mariga, Coutinho ont eu aussi affaire avec l'infirmerie alors qu'ils n'ont pas ou très peu joué la saison dernière et n'ont pas été la CDM (enfin Muntari oui, mais il était pas titulaire)
Cambiasso, Milito et Zanetti étaient de tous les combats mais n'ont pas joué la CDM. A un moment donné, le prépa physique qu'a ramené Benitez de Liverpool (où il a fait des siennes quand même, un certain Francisco de Miguel, doit se poser des questions quand même.
Sinon pas convaincu par le choix de Leonardo.
@ Anonyme78

Je n'ai rien affirmé sur les blessures. Je ne fais que m'interroger.

Quant à tes arguments, ça se tient c'est certain. Mais je maintiens ma théorie (théorie je dis bien). La préparation physique façon Benitez y est sans doute pour quelque chose, mais les efforts fournis la saison dernière ont sans doute été tout aussi salvateurs que la préparation de cette année.

Si l'Inter n'avait pas fait tant d'efforts la saison dernière, s'ils avaient quitté la C1 en huitième, s'ils avaient terminés 3ème du Calcio il est fort probable qu'aujourd'hui l'Inter ne ferait pas nécessairement face à tant de blessures.

Et pour le coup je ne vois pas en quoi cette "excuse" ne tient pas.

Pour terminer, je n'ai pas rejeté la faute sur Mourinho, d'ailleurs quelle faute ? Au final c'était plutôt une bonne chose puisqu'ils leurs efforts ont largement payé.
Non concernant "la faute de Mourinho" je faisais surtout référence à une complainte d'un type du staff de Benitez qui rejetait tout sur Mourinho qui les aurait fait joué en sur-régime. Sinon, j'ai peut-être été excessif, je ne pense pas que Benitez soit 100 % blâmable sur le coup; il est certain que des quasi-quadra comme Zanetti ne pourront pas tenir des saisons à 50+ matches tous les ans! Benitez a pas été aidé, c'est sûr, mais je pense pas qu'il y soit étranger non plus, loin de là.
En dehors de ses déclarations, je pense qye ce qui a signé l'arrêt de mort de Benitez c'est tout simplement que les tauliers du vestiaire ne l'ont plus soutenu : Materazzi, Cambiasso ou Stankovic ne se sont pas privés pour ch** sur Rafa.
Sinon, Moratti ne mettra plus autant de thunes dans les transferts, l'Inter est dans un gouffre financier sans fin.
http://swissramble.blogspot.com/search/label/Inter
(Blog que je conseille d'ailleurs à tous ceux qui s'intéressent au business/finances des clubs de foot; des études très complètes sur pas mal de clubs de1er League, les gros clubs Italiens, l'OL et j'en passe, ceci n'est pas mon blog donc ce n'est pas de la pub, hein ^^)
Sinon j'espère qu'e l'Inter ne retombera pas dans ses travers; au temps où on achetait Jérémy Bréchet ou Domoraud, bradait Pirlo au Milan AC et échangeait Seedorf contre Coco et Helveg...Lol
Mouais... Benitez n'a pu y aller que pour le beurre, parce que si c'était pour le challenge sportif, le mec a un sérieux problème mental. Passer derrière le Mou' pour qui les joueurs n'hésitaient pas à se mettre en su-régime, puis la CM, et récupérer un groupe au melon décuplé par le Mou' encore une fois, faut être con c'est pas possible... ou un vrai filou! (parce que le gars nous fait quand même une spagiari là, z'avez maté le montant du casse? oh putain!)

Sinon, si Moratti choisi quelqu'un d'autre que Walter Zenga, un gars prêt à cracher du sang pour l'inter, je... je... (soupir) argh! (couic)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
En attendant 2011
0 15