1. //
  2. // 8e
  3. // Benfica/Zenith (2-0)

Benfica prend le quart

Pour mettre un terme à une sale période, Jorge Jesus et sa bande se devaient de tuer le mal à la racine, en se vengeant du Zenith, qui par sa victoire à l'aller les avait fait plonger dans une mini-crise. Au terme d'un match à sens unique, Benfica s'est non seulement qualifié pour les quarts, mais a aussi stoppé une hémorragie qui ne cessait de grandir depuis près d'un mois.

Modififié
17 10
Benfica - Zenith : 2-0

Buts : Pereira et Oliveira pour Benfica

Entre Benfica qui pousse son fardeau tel Sisyphe depuis trois semaines et le Zenith en pleine bourre, il ne devait pas y avoir photo sur le plan mental. Les Russes s’attendaient à voir des Lisboètes affaiblis et hésitants après un demi-mois décevant dans un Estadio da Luz silencieux et déprimé d’avoir encore perdu face à Porto vendredi dernier. Que dalle. A défaut d’avoir retrouvé son Benfica joga bonito du début de saison, Jorge Jesus a réussi à envoyer onze hommes déchaînés sur le champ de bataille, où n’étaient pas présents Ezequiel Garay ni Pablo Aimar, blessés. La physionomie de la rencontre était de toute manière déjà prédéfinie depuis le match aller. Le Zenit allait garer son autocar devant les cages de Malafeiev et les locaux tout faire pour passer au travers de la muraille russe. Bref, le genre de matchs chiant mais pas étranger au 2è de Liga Sagres qui a l’habitude de jouer à « l’attaque-défense » le week-end contre les mal-classés du championnat portugais.

Sauf que l’arrière-garde du Zenith n’est pas celle de Paços de Ferreira ou de Rio Ave. Les hommes de Luciano Spalletti ont longtemps réduit à néant le potentiel offensif de Cardozo, Witsel et autres Rodrigo ou Maxi Pereira. Bien que placé haut sur le terrain, Benfica a du mal entrer dans les 25 derniers mètres adverses, buttant sur un bloc ultra-compact composé de Lombaerts, Denisov et Hubocan, tous trois impériaux dans l’axe. Du coup c’est des ailes que provient le danger, par Bruno César tout d’abord (12è), dont la frappe enroulée du gauche est magnifiquement sauvée par une claquette de Malafeiev, mais surtout par Maxi Pereira qui comme à l’aller a fait souffrir la défense de Saint-Pétersbourg sur son côté droit grâce à ses longs débordements et ses centres. Mais ironiquement, c’est dans l’axe qu’il porte le coup fatal aux hommes de Spalletti juste avant la pause, sur un contre rondement mené par Witsel et Bruno César. Si le Belge voit sa frappe repoussée par le portier adverse, l’Uruguayen, comme il y a trois semaines en Russie, est à l’affût pour pousser le ballon dans les cages. L’Estadio da Luz exulte, 1-0 à la mi-temps. Et dire que quelques minutes plus tôt, Artur avait failli encaisser un but en faisant le con devant les attaquants du Zenith sur leur seule offensive de la première période…

Contrairement au match face à Porto en décembre lors des phases de poules, les Russes n’ont pas tenu 90 minutes en défense, et à 1-0, Spalletti est finalement obligé de prendre des risques. En faisant sortir Bystrov au profit de Lazovic, il déclare la guerre tactique à Jorge Jesus et sonne la révolte. Les visiteurs retournent sur la pelouse avec de nouvelles intentions pour le second round, mais mis à part dix premières minutes équilibrées, ce sont les benfiquistas qui reprennent rapidement le dessus. Plus habiles techniquement, mieux en place sur le terrain et plus frais physiquement malgré le classico de vendredi, ils sont repartis sur les mêmes bases qu’en première mi-temps, avec l’intention de dominer les débats, avec cette fois des espaces, beaucoup d’espaces. Mais pas suffisamment pour planter un deuxième pion libérateur. Pas tout de suite en tout cas. Rodrigo, Cardozo et Oliveira trouvent tous trois le moyen de rater des buts tous faits alors qu’en face, le Zenith tente sa chance en contre mais ne se procure aucune occasion vraiment dangereuse. La Luz se tire les cheveux et regarde avec impatience le temps s’écouler, pendant que ses attaquants souffrent du syndrome du numéro neuf portugais incapable de faire preuve de réalisme quand il le faut, jusqu’au money-time. Nelson Oliveira délivre les siens à la 93e, envoie définitivement Benfica en quarts de finale pour la première fois depuis 2006 et puis surtout met un terme à une série de quatre matchs sans victoire, fin du clavaire. Une autre série s’achève, celle du Zenith qui n’avait plus perdu depuis 6 mois toutes compétitions confondues. La roue tourne…

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

DTC-DMC même combat Niveau : CFA
Grande Benfica e grande jogo do Witsel!!!

No que diz respeito ao Bruto Alves, teve a lata de dizer depois do jogo : «gostava de ser melhor recebido no meu país»...

Cá se fazem, cá se pagam! Cabrão de merda! Como é que querias que te recebessem em Lisboa? Talvez quisesses que fosse com flores seu bode do caralho? Até te receberam bem demais! Agora podes ir para casa "urso polar"!!! ;-)
Hey coco, ecris français, c'est pas un site portos ici!
Sinon victoire logique tout comme la defaite fut logique contre Porto.
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
Porte parole de Créteil ?
Pas mal la nouvelle largeur sur le texte et la photo, sauf qu'on sent que ça suit un peu... L'Equipe? Le gros problème, en tous cas, c'est cette laideur de bouton Facebook : vous vous sentez vraiment obligés d'infliger ça à l'internaute, hein? C'est quoi le truc, pourquoi il disparait pas avec les plugins FireFox? J'en veux pas de cette merde* sur ma page. Merci.
DTC-DMC même combat Niveau : CFA
puisque tu m'appelles coco et qu'il te semble qu'on ait élevé les poules et les cochons ensemble, je vais te répondre un truc très simple burro de merda... mas quem és tu para me chamares coco e me dizeres o que tenho que fazer? até escrevo chinês ou espanhol para te mandar pó caralho se me apetecer, estás a perceber ó seu bode (number 2) do caralho?

e os teus comentários tipo "Sinon victoire logique tout comme la défaite fut logique contre Porto" também podes enfiá-los no olho do cu! os Benfiquistas estam-se cagando para o que tu pensas e vai mas é escrever os teus comentários estúpidos para o jogo do Arsenal com o Milan! o que eu sei é que o Porto, o teu antigo clube Don Pepe, foi à vida num grupo com o Zenit e que também ficou em casa depois dos 1/16 de final da Liga Europa!!! ;-)

quant à toi Ryan Joseph Wilson, le supporter number 1 de l'autre enculé* qui a niqué la nana de son frère pendant 8 ans, je vois que comme ta copine Pepe ça te fait mal au cul* que Benfica soit en 1/4 alors que t'étais dans le même groupe que Otelul machin truc, Bâle et Benfica! ahahah

retourne donc commenter les articles de Manch U toi aussi, tu feras bien...
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
Pourquoi cette violence ??? T'es sur un site portugais ? Non... C'est tout ! Vieux portos va !
DTC-DMC même combat Niveau : CFA
hey le thuriféraire de Giggs de mes deux, c'est quoi ton problème??? ;-)

pourquoi tu continues à venir fourrer ton nez sur un article de Benfica? comme dirait Mourinho, t'es un peu voyeur ou quoi? ou t'as vraiment mal au fion et tu te dis que c'est Manch U qui pourrait être à la place dos "Encarnados"?

beijinhos!!! ;-) e boa sorte para a Premier League! ;-)
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
J'aime simplement le foot, et quand je regarde les avis de chacun, ce serait bien que ce soit compréhensible, vous vous croyez vraiment chez vous les gars...
DTC-DMC même combat Niveau : CFA
sache que chez moi c'est la France! et Boulogne-Billancourt si tu veux tout savoir!

d'ailleurs, je serais curieux de savoir où c'est chez toi... ;-)

et j'écris ce que bon me semble, car tu t'en doutes peut-être (ou pas! ;-) je n'en ai rien à foutre de toi et de ce que tu penses être bien ou pas...

le porte-parole de Créteil! ;-)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
17 10