Benfica prend le pouvoir

L’année 2012 n’a pas forcément débuté en fanfare au Portugal, mais la 14è journée de Liga Sagres a tout de même tenu toutes ses promesses. Celles d’un 0-0 annoncé lors du classico entre le Sporting et Porto et de l’avénement de Benfica au poste de leader du championnat lusitanien.

Modififié
5 3
Il était attendu au Portugal pour ouvrir la dernière année de l’existence humaine en beauté, par un énorme feu d’artifice, mais l’autre classico aura a peine fait le bruit d’une salve de pétards. La rencontre entre le Sporting et Porto n’a suscité d’intérêt que pendant dix petites minutes, de la 80è à la dernière seconde, seuls moments où les vingt-deux acteurs ont daigné prendre des risques pour arracher les trois points d’une victoire très importante, surtout pour le Sporting. Mais en vain. Et pour cause, Porto avait trop peur d’en finir avec sa série d’invincibilité en championnat qui dure depuis près de deux ans (53 matchs sans défaite), et le Sporting voulait à tout prix éviter une deuxième défaite face à un adversaire direct après le revers de la Luz face à Benfica il y a un mois (1-0). Mais réduire la partie aux derniers instants de la rencontre relèverait tout de même de la caricature, car le Sporting et Porto se sont tout de même procurés des occasions de but, pas nombreuses certes, mais des occasions quand même.

Van Wolfsvinkel et Matias Fernandez pour le Sporting, Hulk et James pour Porto, se sont montrés dangereux, du moins ils ont essayé de l’être. Mais dans les cages, Rui Patricio et Helton avaient les mains fermes samedi soir à l’Estadio de Alvalade. D’ailleurs, le FC Porto avait même deux portiers sur le terrain en plus du Brésilien. Alvaro Pereira a sauvé ses troupes lors des fameuses dix dernières minutes du classico sur un cafouillage après un festival de Matias Fernandez dans la surface. Izmailov, seul aux six mètres, ajuste un extérieur à ras du poteau droit, mais pas de bol, l’Uruguayen et ses jambes interminables veillaient au grain. Quelques minutes plus tard, Porto part en contre, Hulk décale Defour, le Belge centre du gauche dans les pieds de James qui n’a qu’à pousser le ballon pour le cadrer. Le Colombien ne manque pas sa reprise, Rui Patricio est battu mais pas...Otamendi. Malchanceux, le défenseur argentin des dragons a joué les sauveurs pour les Lisboètes, comme quoi, le surnombre c’est pas toujours génial. Score final 0-0, Porto perd sa place de leader qu’il tenait depuis la deuxième journée, le Sporting pointe désormais à huit points de Benfica qui est allé foutre une branlée monumentale à Leiria (0-4). Bref, personne n’est content, sauf Jorge Jesus.

Benfica, enfin

C’était écrit. Le Sporting allait tenir Porto en échec à domicile et Benfica en profiterait pour lâcher enfin son rival au classement en humiliant Leiria sur sa propre pelouse au passage. La prophétie ne s’est pas trompée, malgré une première mi-temps plutôt laborieuse pour les hommes de Jorge Jesus. Leiria a posé quelques problèmes aux futurs leaders de la Liga Sagres et s’est montré dangereux en premier. Pas de bol pour les locaux, Bruno Cesar ouvre tout de même le score à la dixième minute sur une belle reprise du gauche. Prends-ça, Porto ! Le reste de la rencontre n’est qu’une formalité. Leiria résiste et essaye de revenir au score avant la mi-temps, oppose une belle résistance mais ne réussit guère à faire mieux qu’inquiéter Artur, une fois de plus auteur de quelques parades de grande classe ce soir. Puis vient la deuxième mi-temps, celle de la balade de Benfica, avec le but prématuré de Cardozo à la 48è puis le doublé de Rodrigo, dont le dernier est un véritable chef d’oeuvre qui débute avec un superbe décalage en talonnade de Bruno Cesar et se conclut par une action collective et un « plat du pied sécurité » . Bref, Benfica est enfin premier du championnat. Ca n’était plus arrivé depuis un an et demi...

Youtube

Le joueur

Rodrigo n’est pas le joueur le plus utilisé par Jorge Jesus. C’est un bon joueur, mais pas exceptionnel non plus. ll n’a pas réalisé le match de sa vie face à Leiria, n’a eu le ballon en sa possession que pendant quarante secondes sur les quelques 79 minutes qu’il a disputées. Et pourtant, même comme ça, il a été convainquant. Parfait dans son poste de semi-relayeur, semi-dix, il a souvent ouvert la voie à ses potes grâce à diverses ouvertures tranchantes lors des phases d’attaque des Aguias et puis surtout, il a trouvé le moyen de marquer un doublé en touchant très peu la baballe. En fait, Rodrigo est à l’image du Benfica version 2011-2012, rapide, intelligent, il joue vite en première intention et fait preuve d’un réalisme froid une fois devant les cages adverses. Bon ok, en face c’était Leiria, mais Rodrigo a eu droit à son quart d’heure de gloire.

Et les autres, sinon ?

Sergio Conceiçao aurait pu rêver d’une meilleure entrée en matière de son équipe en 2012 pour ce qui était aussi son premier match sur le banc d’Olhanense. Pas de bol pour l’ancien lutin, auteur notamment d’un triplé face à l’Allemagne lors de l’Euro 2000, en face, Maritimo a décidé d’être la surprise de la saison jusqu’au bout. L’équipe de Funchal l’a emporté 2-1 à domicile, et même que Selim Benachour - oui oui, l’ancien du PSG - a ouvert le score. Au classement, Maritimo revient à hauteur de Braga avec 25 points, mais les Minhotos comptent un match en moins, car les hommes de Leonardo Jardim sont abonnés aux matchs du lundi. Demain, ils affronteront Beira-Mar huitième au classement, avec pour objectif d’accrocher la troisième place qualificative pour les barrages de la C1, à égalité de points avec le Sporting. A part ça, en bas de classement, Paços de Ferreira a encore perdu. Comme quoi en 2012, il y en a qui n’ont pas pris de bonnes résolutions...

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"La rencontre entre le Sporting et Porto n’a suscité d’intérêt que pendant dix petites minutes, de la 80è à la dernière seconde" il faut expliquer pourquoi ?!

Pour commencer, beau spectacle dans les tribunes, les Ultras de Porto et du Sporting ont fait un festival.

Le match était pauvre certes mais le corps arbitrale était à l'envers.

1ère mi-temps : Otamendi doit prendre le rouge 100 fois, la physionomie du match n'est plus la même. Il ne prend toujours pas de carton sur son attentat dans les arrêts de jeu. L'arbitre siffle un hors jeu imaginaire de Ricky qui lançait Elias seul dans la profondeur.

En terme d'occasion, on peut juste signaler la parade d'Helton sur une tête de Polga !

2ème mi-temps : Polga doit prendre, au moins, un 2ème jaune.
Un arbitre assistant qui met 3 plombes à signaler Hulk hors jeu.

Bref, résultat hyper frustrant pour le SCP, hormis les pertes de point lié à l'arbitrage (notamment 6 points volés en début de championnat), il nous manque un Jardel/Liedson devant les buts. Très bon match de Renato Neto. Vivement le retour de blessure de Rinaudo, Jeffren, Rodriguez... En revanche, bon point prit par le FC Porto, qui n'a toujours pas perdu en championnat.

Prochain déplacement du Sporting CP à Braga...
lad
Benfiica! Benfiiiicaaa! Benfiiiiiiiiiiiicaaaaa! ;-)
Ragondinho Niveau : CFA
J'en étais sur que t'allais poster mon chéri...No-No-No-lito...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 3