Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe C
  3. // Monaco/Benfica

Benfica donne des coups, Monaco les encaisse

Monaco va mieux et veut faire un pas vers la qualif' tandis que Benfica va bien, mais cherche à se rassurer en Ligue des champions pour rester en vie dans le groupe le plus équilibré de la phase de poules. Voilà comment résumer les enjeux d'un match dont personne ne veut assumer le lead. Et à mieux y réfléchir, il est vrai qu'aucun favori ne se dégage de cet affrontement déjà décisif...

Si Monaco a la réputation d'être une terre d'argent, de jeux et de bronzette, il est peu probable que les joueurs de Jorge Jesus s'y arrêtent pour passer du bon temps entre potes. Non, Benfica ne prendra pas le match contre l'ASM à la légère, car sa survie en Ligue des champions ne tient déjà plus qu'à un fil. Le double finaliste de la Ligue Europa a, comme souvent ces dernières saisons, du mal à tenir son rang sur la scène européenne avant le mois de février. Résultat, deux défaites (contre le Zénith et le Bayern) en autant de matchs disputés. Deux revers face à des équipes que l'AS Monaco a su bien manœuvrer (une victoire et un nul). Heureusement pour les Aigles, la loi « si A bat B et C et que D perd contre B et C, alors A est supérieur à D » n'existe pas au football. Pas plus que la statistique révélant l'incapacité chronique de Leonardo Jardim à battre les équipes de Jorge Jesus ne permet d'anticiper un énième échec de l'ancien Sportinguista face à son compatriote. De fait, il est même très compliqué de connaître le réel rapport de forces entre ces deux formations avant leur affrontement ce soir à Louis-II, comme en témoignent les différents discours des deux belligérants. Pour les Monégasques, « Benfica est favori » tandis que pour les Portugais, « non, Benfica ne l'est pas » . Simple politesse ou manque de confiance bipartite ? Difficile à dire. Toujours est-il que pour analyser les forces en présence, mieux vaut se tourner vers le terrain que vers les chiffres ou les conférences de presse.

Monaco, l'heure de la détente


En désignant les visiteurs comme favoris, Leonardo Jardim ne se mouille donc pas trop, mais aurait-il pu faire autrement ? Clairement pas. Le ciel s'éclaircit sur le Rocher, les sourires commencent à marquer les visages des uns et des autres à la Turbie, les vannes fusent, les médias font leur apparition pour s'imprégner de cette bonne atmosphère et l'infirmerie se vide petit à petit. Les récents résultats contre le Zénith, Paris et Évian ont apporté calme et sérénité à un entraîneur dont on ne disait que du mal il n'y a pas plus tard qu'un mois. Pourquoi, donc, prendre le risque de se jeter dans une partie de poker dangereuse ? D'autant que si les résultats commencent à apparaître, si les chiffres sont encourageants, l'ASM est toujours assez loin du niveau auquel on l'attendait avant le début de saison. Face à Évian, les chiffres disent que João Moutinho a encore trouvé le chemin des filets, que Ferreira Carrasco a réglé la mire et que les défenseurs gagnent en sérénité. Que dit le jeu ? Que le vice-champion de France a bénéficié d'un pénalty généreux et d'une offrande du gardien adverse pour l'emporter au terme d'un match qui aura vu les attaquants gâcher et la défense fléchir à de nombreuses reprises. À défaut d'offrir du spectacle pendant 90 minutes, Monaco sait souffrir, et c'est peut-être là le plus important. L'équipe de Jardim a des fulgurances, oui, il lui arrive de bien jouer par phases, c'est vrai, mais elle demeure avant tout pragmatique. Elle se replie quand l'adversaire connaît un temps fort et joue plus haut quand l'orage passe. Comme contre Leverkusen et le Zénith. Comme contre Paris, aussi. Pour le moment, c'est ce qui lui permet de remonter la pente en L1 et de faire bonne figure en Ligue des champions. C'est a priori comme ça que Jardim fera jouer ses hommes ce soir. Attendre Benfica, s'adapter à son système et riposter le moment voulu. Bref, Monaco est une équipe à réaction. Le beau jeu peut encore attendre. Il viendra petit à petit, une fois la confiance accumulée et les victoires engrangées.

Quand la route s'élève, Benfica lâche prise


Tout le contraire de Benfica, donc. Jorge Jesus a un plan et un seul et il s'appelle jouer au football, aller de l'avant, bouger, jouer en première intention, tenter de trouver la faille à gauche, à droite, au centre, par la voie aérienne, de près ou de loin... Quand le SLB joue, on ne s'ennuie jamais, il y a des buts, beaucoup de buts. D'ailleurs, le champion du Portugal n'est resté muet que contre le Zénith de Villas-Boas depuis le début du nouvel exercice. Sauf que le point fort de la méthode Jesus est aussi celui qui lui a coûté cher lorsque la route s'est élevée en Ligue des champions. À Leverkusen, les Aigles sont carrément morts pour leur philosophie de jeu. En voulant la jouer dominateurs à outrance comme s'ils affrontaient Boavista, les hommes de Jesus ont reçu des contres par rafales en pleine poire. Le tableau d'affichage est gentiment resté à trois pions pour les Allemands qui se sont même permis de vendanger deux ou trois occasions toutes faites. Et si tout est plus calme dans une Liga Sagres qu'ils dominent devant leur pire ennemi, leurs récentes sorties n'augurent rien de bon sur le plan défensif. Contre Arouca, par exemple, et en dépit des quatre banderilles plantées au cours du dernier quart d'heure, Benfica a souffert pendant une longue mi-temps. Principalement sur des contre-attaques rapides, comme d'habitude. Pareil en Coupe du Portugal, à la différence que le modeste Sporting Covilha s'est montré plus réaliste. Heureusement pour eux, les Benfiquistas ont pu compter sur leur dernière recrue estivale, Jonas, pour remonter leur retard et se qualifier. Mais le mal est bien réel. Les tracteurs que sont Luisão et Eliseu rendent l'équipe vulnérable sur contre et, dans cette configuration, Benfica ne peut être tranquille que si ses joueurs offensifs tournent à plein régime. À Louis-II, ils devront donc espérer que Talisca, Gaitan, Salvio & co soient aussi bons qu'en championnat. Dans le cas contraire, ce ne sera ni les huitièmes de C1 ni la C3, mais bien la porte qui s'offrira à eux.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25