Benezet : « Ils voulaient des grands ou des blacks, pas des petits »

Invaincu en L2 depuis le 23 novembre et actuellement classé à seulement trois point du podium, le Nîmes Olympique est l'équipe en forme du moment à l'étage en dessous. La petite pépite nîmoise recalée du centre de formation de Montpellier à treize ans, Nicolas Benezet, évoque la belle dynamique du promu gardois. (Interview réalisée juste avant Caen-Nimes)

Modififié
24 17
Sur les cinq derniers matchs, Nîmes a pris treize points sur quinze, ce qui fait de vous la meilleure équipe du moment...
(Il coupe) Tu vas dire qu'on a des stats à monter en L1... (rires)

Presque, mais non. C'est plutôt cool à vivre, une passe comme celle-là, quand on sait d'où vous venez, non ?
Oui, c'est sûr que c'est bien pour le club et pour nous aussi, sachant qu'on a fait un début de saison en dents de scie. On gagnait, on perdait... Bref, on manquait de continuité. Mais on est mieux depuis quelque temps. On arrive à bien jouer et gagner. On joue aussi mal parfois, mais on arrive aussi à gagner, donc c'est pas mal.

Ce passage en National, c'est de là que vous avez construit la belle dynamique actuelle ?
Je pense. On a terminé champion avec le même groupe, à trois ou quatre exceptions près avec les quelques recrues qu'on a vu arriver depuis. Elles se sont bien adaptées. Il règne vraiment un bon état d'esprit qui vient de cette période, même si c'était dur. Le National, c'est compliqué. Déjà, on n'avait pas le même entraîneur, ni la même atmosphère. Et surtout, il n'y avait pas les mêmes attentes. On se devait de gagner pour remonter, donc c'était la pression à chaque match. Un score nul, on le vivait comme une défaite. Et puis, il n'y avait pas trop d'espaces, ça mettait des coups... Aujourd'hui, ça n'a rien à voir. On trouve des meilleurs mecs, c'est plus facile pour jouer.

Parle-nous un peu de ton coach, Victor Zvunka, de sa méthode, de sa façon de communiquer, de sa philosophie de jeu, de ses petites manies...
Ah, ses petites manies... Bon, je finirai par ça, alors (rires). Déjà, il faut dire ce qui est, c'est un super coach. J'adore le fil conducteur qu'il nous donne. C'est beaucoup de ballon, ce qu'on ne faisait pas ou peu l'an passé. Le seul bémol, c'est qu'il crie beaucoup. Au début, on avait du mal avec ses coups de gueule. Mais maintenant, on s'y est habitués. Et puis, quand il te dit quelque chose, il ne parle pas pour rien. Après, ses mimiques, il en a plein. Mais celle qui nous a tous fait rire, c'est le fait qu'il vienne à l'entraînement en crampons, mais sans chaussettes. Pendant quatre mois, il était pieds nus dans les Copa Mundial. C'est stylé.

« Je ne veux pas penser à la montée »


Le coach touriste, quoi ?
Ouais, un peu (rires). Mais plus sérieusement, tu vois que c'est un vrai passionné. Avec dix ans de moins, c'est certain qu'il s'entraînerait avec nous et qu'il nous taclerait.

À l'heure actuelle, on dit du Nîmes Olympique que c'est l'une des plus redoutables équipes de contre de L2. Tu partages cet avis ?
Oui, carrément. On est une équipe qui subit souvent dans le match. Sauf qu'offensivement, on a des armes pour contrer et c'est souvent de cette façon qu'on amène nos buts. En plus, quand tu peux t'appuyer sur un mec comme Vincent Gragnic qui marque presque à chaque frappe tentée, que ce soit à 20m ou 30m, tu en profites. Avec un joueur comme ça, ça ne peut que marcher. Donc, oui, on est une équipe de contre et, personnellement, je l'assume pleinement. Je sais pas pour les autres, mais j'en suis fier. On sait aussi jouer au ballon, hein. Mais si on prend le match contre Clermont, on a moins le ballon qu'eux. Sauf qu'on gagne 3-0 à la fin.

C'est aussi beaucoup plus facile quand on est habités par une confiance maximale et qu'on marche sur l'eau. J'imagine que les supporters vous parlent déjà de L1 ?
Malheureusement, oui. Enfin, malheureusement, façon de parler... Je me mets à leur place. On a gagné à Nantes et enchaîné par deux victoires à la maison. On n'est pas très loin du podium. Donc ce n'est pas choquant qu'ils soient plein d'espoir. Mais personnellement, je ne veux pas penser à ça. Il y a deux ans, je me suis enflammé lorsqu'on a fini quatrième à la trêve. Au final, on est descendu en National. Ça m'a bien calmé. Compte tenu de cet antécédent et même si on avance un peu masqué, on se doit déjà d'assurer notre maintien. Le message du coach, ce sont les 42 points et c'est tout.

Il paraît que tu as été supervisé par Rennes ?
Joker (rires).

Si tu dis joker, tu es grillé...
En fait, je peux pas trop en parler. Pour l'instant, je suis à Nîmes et franchement, j'ai pas envie de penser au reste jusqu'à la fin de cette saison. Il faut que je me donne à fond ici d'abord.

En plus, dans ta trajectoire, ton gabarit et dans ton style de jeu, il y a quelques similitudes avec Romain Alessandrini...
Oui, on peut y voir quelques ressemblances, même si je préfère le style de jeu d'un Franck Ribéry. En plus, il joue sur le côté gauche comme moi, on a un peu le même profil rapide, vif... Mais bon, je me dois de progresser devant le but et d'être plus décisif. C'est un peu mon point faible. Je pense que j'aurai pu mettre trois ou quatre buts de plus avec un peu d'adresse. Mes coéquipiers me chambrent pour ça d'ailleurs. C'est une question de sang-froid. Ça viendra avec le temps. Je me suis fixé pour objectif la barre des dix buts cette année. J'en suis à cinq, donc je suis encore dans les temps.

« Je voulais plus entendre parler de football »


Arriver en L1, ça serait une belle revanche sur les formateurs de Montpellier qui t'ont foutu dehors à treize ans. Qu'est-ce qu'ils t'ont dit à ce moment-là ?
Je m'en rappelle bien... Un soir, je rentre chez moi avec ma mère, et l'un de mes entraîneurs (NDLR : Christophe Lagrange) m'appelle pour me dire que je ne serai pas gardé. Il m'a dit que je ne faisais pas partie de leurs plans pour aller au-dessus de par mon gabarit. Là, j'ai pris une sacrée claque. Je l'ai très mal vécu. J'en ai pleuré, je voulais plus entendre parler de football. Et puis finalement, à cette époque, mon père s'occupait des 16 ans nationaux à Nîmes. Ma mère a accepté de me laisser partir chez lui pour continuer à jouer. C'était dur pour elle comme pour moi. Mais aujourd'hui, je la remercie comme je remercie ce club de m'avoir accueilli.

Pourtant, Cabella, Belhanda ou Aït Fana sont aujourd'hui en équipe première et ne sont pas des golgoths...
C'est ça, le truc. Mais quand j'avais treize piges, ils recherchaient des grands joueurs, des blacks qui couraient de partout, pas des petits comme moi. Mon pote Adrien Regattin, lui non plus, n'a pas été gardé à ce moment-là à Montpellier, alors qu'il joue aujourd'hui à Toulouse.

Ton cas est moins médiatisé que ceux d'Antoine Griezmann ou Mathieu Valbuena, qui ont failli ne pas percer pour les mêmes raisons. Sens-tu une évolution dans la philosophie française en matière de formation ?
Oui, et je le vois. Tu as cité Cabella, Valbuena, Griezmann, mais il y en a plein d'autres qui sont pas très grands et arrivent à percer aujourd'hui. Ils changent la physionomie du football et c'est tant mieux. On voit que les petits, on a besoin d'eux. Je suis vraiment content de cette évolution des mentalités.

Sans transition, dernière question, un peu plus perso. J'ai lu dans une de tes interviews que les femmes te faisaient du rentre-dedans depuis que tu claquais des buts. C'est quoi le cas le plus caricatural de michetonneuse que tu as dû gérer ?
En plus, je sais pas pourquoi, mais il y en a beaucoup en ce moment. En fait, il y a deux styles. Tu en trouves qui sont franches et te disent clairement ce qu'elles veulent. Ça fait même peur parfois... Et il y en a d'autres plus fines d'esprit, mais qui, au final, viennent pour la même chose... Mais moi, je recale direct, je suis pas un mec facile, tu sais (sourire).

Propos recueillis par Arnaud Clément
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nimes est a 8pts du podium je sais pas ce que vous avez fumé et il vienne juste de perdre contre caen.
mes excuses j'avais pas tout lu.
et ouais la formation à la française qui ne sait pas ce qu'elle veut...
Car pour percer dans la région parisienne avant (début-milieu des 90's... je sais pas maintenant) même quand t'étais grand et technique, si t'étais pas noir t'étais pas pris.

On voit le résultat aujourd'hui où les présidents de club sont tellement prêts de leurs sous ou accabler par les taxes qu'ils ne cherchent que des joueurs africains car ils sont "bons marchés"...c'est honteux, dans les deux sens c'est honteux.
De favoriser un type de joueur car il y a discrimination envers l'autre et de profiter à fond d'un individu pour sa seule valeur marchande finalement.

enfin bon, ptet dans 15 ans on gagnera à nouveau un trophée en sélection
Note : -1
Oui enfin dans quasiment la meme generation Montpellier a pris Cabella qui est loin d'etre un colosse. Et d'autres jeunes que je connais vite fait qui sont en CFA comme Coulomb, Legras, Cropanese qui sont pas des colosses. Meme Belhanda c'est pas un géant.
Note : -1
Ok je viens de lire la question ou ça parle de Cabella, elle m'avait échappée. Le réveil, sans doute.

Sinon pour avoir vu quelques matches de lui c'est vraiment un tout bon.
"Pourtant, Cabella, Belhanda ou Aït Fana sont aujourd'hui en équipe première et ne sont pas des golgoths...
C'est ça, le truc. Mais quand j'avais treize piges, ils recherchaient des grands joueurs, des blacks qui couraient de partout, pas des petits comme moi. "
si il avouait que à l’époque il n était tout simplement pas bon! pck à part mapou yanga mbiwa il ya des autres comme stambouli ,cabella,legras,coulomb,jourdren,deplagne,eux ils sont pas tous noirs!
franchement si Montpellier se base sur le physiques cabella ne seraient pas là et c'est toujours les mêmes formateurs !
alors il n avaient pas le niveau c'est tout!
EstcequecesttoiJohnWayne? Niveau : Loisir
Le rôle d'un formateur, ce n'est pas seulement de voir le talent au moment présent, c'est aussi de déceler le potentiel et les joueurs en devenir. D'ailleurs, tu prends l'exemple de Cabella, mais s'il n'avait pas montré de bonnes choses à Arles-Avignon en prêt, est-ce qu'il en serait là où il est? Parce qu'un prêt quand tu es tout jeune, c'est un peu test...
Aussi, quand Benezet jouera en ligue 1 et donnera le tournis à la défense montpelliéraine, tu la ramèneras encore pour dire qu'il n'a pas le niveau? Alessandrini est en équipe de France aujourd'hui, mais il n'avait pas le niveau lorsqu'il était jeune? Arrête mec...
Avant d'aller à Arles-Avignon en prèt, il a été gardé par le centre de formation ou il a fait toutes ses classes, et ensuite de même gagner la Gambardella.

Suffit d'aller sur le site du club...

http://www.mhscfoot.com/view_formation? … b91dd108ff
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … 3ad62f6727
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … 3b1ce29f85
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … 0bd6cf92ab
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … c1d5c35e57
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … d6c2405d0b


Wouhaou, que des blacks costaud ou des géants...


Si Benezet était super fort à l'époque il se serait pas fait recaler. C'est certainement au dela de pas black / pas grand. Après les formateurs se sont sans doute plantés sur son potentiel et l'évolution de son comportement. Il fera une meilleure carrière que 99% des jeunes sur les photos qui sont la, mais voila, dire que Montpellier l'a jeté à cause de son gabarit ça me parait léger.
EstcequecesttoiJohnWayne? Niveau : Loisir
Sans doute, ça ne suffit pas pour le justifier, tu n'as pas tort. Après, c'est pour Montpellier que c'est surtout dommageable. Perso, je serai le mec qui l'a foutu dehors et je le vois jouer aujourd'hui comme il le fait, ça me ferait franchement mal au bide d'etre passé à côté de ça. Même Regattin d'ailleurs...
Old Fashioned 1880 Niveau : District
J'envoie tout de suite l'article à Mediapart, il faut que Fabrice Arfi fasse quelque chose !
Brian Eno Ferrer Niveau : Loisir
"Pieds nus dans les Copa Mundial", surement la plus belle image footballistique de la semaine.
PeleGood-MaradonaBetter-GeorgeBest Niveau : CFA2
Enfin un petit article sur mes Crocos! Je n'espère pas la montée pour cette saison, mais la constitution d'un bon groupe qui pourra la jouer la saison prochaine. Nimes est un club historique, avec un super public et a sa place en L1, pas moins que ETG, Ajaccio, Bastia, etc.
franky4fingers Niveau : DHR
Il y a surement un peu de vrai parce qu'en France à un moment donné on a totalement oublié que les petits pouvaient aussi jouer au foot. La preuve c'est que les "petits" de l'équipe de France sont quand même tous passés par le niveau amateur (Alessandrini, Valbuena et Ribéry).

Après Genezet était peut-être pas un génie à 13 ans (avec ses pieds) mais avec un père formateur ça doit être un gars sérieux, et il a bénéficié d'un encadrement au top pour s'épanouir, comme un Gourcuff. Du coup peut-être qu'il a rattrapé son retard sur les autres jeunes de son âge.
Rosé Bonvin Niveau : DHR
Message posté par Paic
Avant d'aller à Arles-Avignon en prèt, il a été gardé par le centre de formation ou il a fait toutes ses classes, et ensuite de même gagner la Gambardella.

Suffit d'aller sur le site du club...

http://www.mhscfoot.com/view_formation? … b91dd108ff
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … 3ad62f6727
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … 3b1ce29f85
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … 0bd6cf92ab
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … c1d5c35e57
http://www.mhscfoot.com/view_formation? … d6c2405d0b


Wouhaou, que des blacks costaud ou des géants...


Si Benezet était super fort à l'époque il se serait pas fait recaler. C'est certainement au dela de pas black / pas grand. Après les formateurs se sont sans doute plantés sur son potentiel et l'évolution de son comportement. Il fera une meilleure carrière que 99% des jeunes sur les photos qui sont la, mais voila, dire que Montpellier l'a jeté à cause de son gabarit ça me parait léger.


Ce qui serait vraiment probant c'est de connaitre l'effectif du centre de formation quand Benezet a postulé (en 2004). En dix ans la politique de recrutement du club a pu changer, d'autant qu'un autre mec célèbre passé par Montpellier a un peu évoqué le problème et c'est bien fait lyncher pour ça.
Je vais les voir ce soir contre Laval , en espérant une victoire ! Nicolas Benezet est énorme sur le terrain (numéro 10) et sa m'étonnerais pas qu'un club de ligue 1 s'intéresse à lui au prochain mercato .
Il a pas totalement tord...maia je ne pense pas qu'il faudrait limiter la question a black/pas black,c'est juste qu'a un moment et c'est toujours le cas,en France on veut des joueurs physiques,solides black ou pas...jurisprudence france98 ou l'edf a gagne surtout grace a ses caracterisrique meme si ZZ
C'est pareil poue les autres grandes victoire francaise en foot:om93,euro 2000...
Putain quand je vois rennes,a part feret,pitroipia,allesandrini
..ils ont une sacree brochette de bourins et de pieds carres...
Brandado Prso Niveau : Loisir
Après l'avoir vu aux Costières ces trois dernières saisons, je confirme qu'il a tout pour faire une belle carrière : vitesse, technique, vision du jeu. Il s'arrache jusqu'au bout, et en plus, il se blesse très peu, même s'il prend pas mal de coups. Si Nîmes est si efficace en contre, c'est en grande partie grâce à lui. En gros, et même si ça me ferait chier* qu'il parte à la fin de la saison, ce serait une bonne affaire pour n'importe quel club de Ligue 1.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
24 17