En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Benevento sort son carnet de Cheick

Car la vie n'était pas assez belle sous le maillot d'Osmanlıspor, l'immense Cheick Diabaté a pris ses cliques et ses claques pour rejoindre l'Italie et Benevento. Pour l'ancien Messin, le défi est de taille : tenter de permettre aux Stregoni d'arracher un maintien inespéré en Serie A. Difficile, mais pas impossible pour le Cheick, qui va tenter de signer un énième retour gagnant.

Modififié
Six mois après avoir quitté à contrecœur le FC Metz pour retourner en Turquie, du côté d’Osmanlıspor, Cheick Diabaté va planter son double mètre dans les surfaces de réparation d'Italie. Sous les couleurs de Benevento, le cancre de la Serie A. Un club dans la mouise, mais qui compte bien se battre pour ne pas y rester. Ça tombe bien : le Cheick a une faim dévorante de temps de jeu et de buts. Et si la messe n'était pas encore dite pour les Stregoni ?

«  Tout le monde est averti : j'ai la dalle »


En Campanie, l'ex-Bordelais devrait retrouver quelques éléments qui lui sont familiers. Le contexte déjà, épineux, mais pas sans espoir, d'une équipe qui se bastonne pour survivre au plus haut niveau. Rien de nouveau pour le Cheick, débarqué dans des conditions analogues la saison dernière à Metz, alors que les Lorrains déprimaient à la 18e place de Ligue 1. Pour un résultat au-delà des espérances du club lorrain : en six mois, le Malien relègue Mevlüt Erding sur le banc, plante huit pions en quatorze matchs et s'affirme comme un élément majeur du maintien des Grenats dans l'élite. Avant de repartir pour Osmanlıspor et la Turquie, avec des projets d'avenir plein la tête.


Ce qui lui valait d’ailleurs de goûter au banc de touche ces derniers mois. « En ce moment, je ne joue pas parce que le club a compris que je voulais partir. Je ne l'ai pas caché » , confiait ainsi le joueur début décembre dans les colonnes de France Football. Le Cheick n'a alors qu'un seul objectif en ligne de mire : le mercato d'hiver, et un nouveau retour sur le devant de la scène, loin d'Ankara : « C'est aussi pour ça que je suis motivé pour m'entraîner, car je sais que si je pars dans un autre club, ce sera une mission pour confirmer et démontrer ce que je sais faire. Tout le monde est averti : j'ai la dalle. Les filets vont bientôt trembler. J'en ai envie, ça me manque. » Direction Benevento, via un prêt payant de 200 000 euros assorti d'une option d'achat.

Joue-la comme Crotone


Les astres sont alignés pour que l'aventure entre l'attaquant et la lanterne rouge de Serie tourne à l'idylle. D'abord, parce que personne ne s'est encore véritablement imposé à la pointe de l'attaque des Stregoni. L'entraîneur de Benevento, Roberto De Zerbi, n'a cessé de tâtonner cette saison devant, et aucun des attaquants du club ne peut se targuer de pouvoir aligner ne serait-ce que plus de 800 minutes de jeu en Serie A. Benevento, pire attaque de la Botte, plafonne ainsi à treize buts en championnat depuis le début de la saison, et Diabaté devrait bénéficier de quelques cartouches, limitées, mais précieuses, pour faire sien le poste d'avant-centre. Plusieurs rayons de soleil accompagnent aussi la venue du Malien en Campanie, puisque Benevento a depuis peu cessé d'être le souffre-douleur universel de la Serie A.


En l'espace de deux semaines, le club a engendré plus de succès que sur l'ensemble des 18 premières journées, en terrassant coup sur coup le Chievo et la Sampdoria. Et pointe désormais à sept points du premier non-relégable, la SPAL, 17e. L'année dernière, au même stade du championnat, c'est Crotone qui pointait à la dernière place, à neuf unités du maintien. Ce qui n'avait pas empêché les Calabrais de se maintenir à la faveur d'une fin de saison en boulet de canon.

Cheick ton booty


Les sauveurs désignés de Benevento ont pour l'instant pour nom Alberto Brignoli, le célèbre portier qui a cloué le bec de l'AC Milan, et Massimo Coda, un mister nobody il y a deux semaines, devenu officieusement l'homme le plus classe de Campanie aujourd'hui, après avoir planté trois buts lors des deux dernières journées. La venue de Diabaté, qui a lui aussi pour habitude de jouer les héros improbables, pourrait donc achever de permettre à Benevento de raconter une histoire dont on ne se lasse jamais. Celle de la remontée fantastique d'un Petit Poucet que le bon sens et la rationalité dépassionnée du foot professionnel condamnent pourtant à la relégation. Une logique froide et implacable qui n'a jamais vraiment effrayé le Cheick, un type qui assénait calmement la saison dernière à Metz que son «  nouveau nom, c'est Cheick sans limite. » Ou plutôt, désormais, le « Cheick senza limiti. » En italien, ça sonne pas mal aussi.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
Top 10 : penaltys oubliés