Benachour : « C’était un déchirement de ne pas réussir à Paris »

Selim Benachour a remporté la Coupe de France avec son club de cœur - le PSG -, réussi une belle Coupe du monde avec la Tunisie et remporté la Coupe d’Afrique à domicile. Certes, mais l’élégant meneur de jeu est sûrement passé à côté d’une sacrée carrière. Parce que « le foot, c’est aussi le facteur chance » , l’homme qui prépare actuellement ses diplômes d’entraîneur en parallèle d’une dernière pige au FC Martigues, en CFA, raconte quinze ans de carrière à travers sept championnats. Du PSG à Mumbai City, en passant par Málaga, la Russie ou le Koweït.

Modififié
Tu es né à Paris et tu as été formé au PSG. Est-ce que tu allais déjà au Parc des Princes étant jeune ?
Mon père m’emmenait au Parc. À partir de cinq, six ans, jusqu’à douze ans, lorsque je suis rentré à l’INF Clairefontaine, j’ai vu presque tous les matchs au Parc. On allait en tribune C rouge, juste derrière le banc des joueurs parisiens. C’était l’époque Safet Sušić. Safet, il faisait la différence à chaque match. Je venais pour lui. Il y avait déjà une grosse ambiance. Le stade était plein, ça chantait 90 minutes, ça sautait. Mon père me demandait : « Est-ce qu’un jour, tu vas réussir à jouer ici ? » . Moi, je lui ai dit : « oui, je vais tout faire pour » . C’étaient juste des paroles, mais finalement, ça s’est réalisé.

Comment tu en es venu à rejoindre le PSG ?
« J’ai fait les détections à l'INF Clairefontaine. Sur 500 joueurs, ils en ont pris 25, et j’étais dedans. »
J’ai commencé au Paris Football Club, de cinq à onze ans. Ensuite, je suis parti faire les détections du PSG au Camp des Loges. Un an plus tard, on m’a parlé de l’INF, la crème de la crème en France. Pareil, j’ai fait les détections. Sur 500 joueurs, ils en ont pris 25, et j’étais dedans. Pendant deux ans, j’ai vécu à Clairefontaine. Je jouais avec le PSG le week-end et je retournais là-bas le dimanche soir.

Raconte-nous tes premiers pas au PSG...
Le premier coach qui m’a fait confiance, c’est Philippe Bergeroo. Il y a eu un match amical contre le Japon au Parc. Je m’en rappellerai toute ma vie, il m’a convoqué alors que je n’étais pas encore pro et j’ai joué quinze minutes. Ensuite, c’est Luis (Fernandez, ndlr) qui m’a fait signer mon premier contrat pro. Il a été franc avec moi en me disant que ce serait compliqué au début, donc je suis parti en prêt à Martigues, en L2, pour m’aguerrir. Ça s’est super bien passé. Ma femme est du Sud, c’est à cette époque que je l’ai rencontrée.


En 2002, tu gagnes ta place de titulaire avec la Tunisie lors du Mondial en Corée et au Japon. Comment as-tu vécu cette expérience, à seulement vingt ans ?
J’avais fait une bonne saison avec Martigues et surtout de bons matchs amicaux juste avant la Coupe du monde, et le sélectionneur Ammar Souayah m’a fait confiance. Au début, ce n’était pas gagné, parce qu’il y avait déjà des joueurs en place depuis longtemps, comme Zoubaier Baya. Avant la Coupe du monde, je n’avais jamais quitté la France.

Le fait de jouer le Japon, pays organisateur, a dû te permettre de sentir vraiment l’engouement...
Le match contre le Japon, c’était incroyable ! Vraiment incroyable. Le stade était tout en bleu. Je suis quelqu’un qui aime jouer à l’extérieur, dans l’adversité, j’aime cette sensation là, donc ça m’a motivé. Mais je ne m’attendais pas à un tel engouement. J’étais impressionné. Après, bon, quand tu es dedans... tu fais abstraction. C’est comme si tu jouais dans la rue. (rires) On était dans une poule avec le Japon, la Belgique et la Russie, c'était compliqué. On a fait match nul contre la Belgique et puis ensuite deux défaites. Sur le plan personnel, j’ai joué trois bons matchs. Je n’en retiens que de bons souvenirs.

Au PSG, à ton poste, tu as connu Jay-Jay Okocha et Ronaldinho. C’étaient les stars, toi le petit jeune. Comment tu te positionnais par rapport à eux ?
En arrivant dans le vestiaire, je me suis fait tout petit. Je voulais apprendre d’eux. C’étaient vraiment des mecs cool. Surtout Ronnie. Quand je suis rentré de Martigues, on était souvent ensemble. C’est un joueur qui m’a aidé. J’allais aussi chez lui et on jouait à la Playstation - à FIFA ou PES, l’un des deux. Qui était le meilleur ? Ronnie gagnait, c’était le plus fort.


Ronnie, il t’a aidé, mais il t’a aussi barré la route...
Moi, j’étais le petit qui venait d’arriver, c’est clair que c’était impossible de lui prendre sa place. Déjà, à l’époque, il cassait les reins des défenseurs. La deuxième partie de saison, à l’entraînement, il dribblait trois, quatre, cinq joueurs, et il allait marquer, normal. Il faisait des dribbles que je n’ai jamais vu de ma vie - à part Messi, maintenant. Je sais qu’à un moment, il y a eu des frictions avec Luis et Laurent Perpère, à cause de ses sorties. C’est parti un peu au clash.

À qui la faute, selon toi : Ronnie, qui n’était pas assez professionnel ? Luis Fernandez, dans sa gestion ? Laurent Perpère, parce qu’il court-circuitait son coach ?
Le coach et le président voulaient le faire rentrer dans le rang. Mais Ronnie, c’est un Brésilien. J’ai connu beaucoup de Brésiliens ensuite dans ma carrière, notamment au Portugal. Les Brésiliens, ils sont un peu tous comme ça : faire la fête, c’est presque dans leurs gênes. Aller au clash avec eux, je ne pense pas que ce soit la meilleure chose à faire.

En 2002-03, avec une sacrée équipe, le PSG termine seulement onzième. Pourquoi ça n’a pas marché ?
On avait un groupe avec des super joueurs, des qualités individuelles incroyables, mais il manquait un esprit de groupe sur le terrain. L’année suivante, avec Vahid, je pense qu’il y avait des joueurs moins forts sur le papier, mais un esprit d’équipe qui nous a permis de remporter la Coupe de France et de finir vice-champion de France derrière le grand Lyon.

En 2004, tu remportes la Coupe d’Afrique des nations organisée en Tunisie. L’un des plus grands moments de ta carrière...
« À ce jour, c’est la seule victoire de la Tunisie en Coupe d’Afrique. J’en fais partie, donc c’est un honneur. Et puis, surtout, c’était à la maison. Tout un pays était derrière nous. Mais on s’est arrachés, attention. »
À ce jour, c’est la seule victoire de la Tunisie en Coupe d’Afrique. J’en fais partie, donc c’est un honneur. Et puis, surtout, c’était à la maison. Tout un pays était derrière nous. Mais on s’est arrachés, attention. En finale, contre le Maroc, on a souffert (2-1). Le groupe se connaissait déjà depuis trois, quatre ans. Surtout, on s’appréciait. Je prends l’exemple de Mehdi Nafti et Riadh Bouazizi, les milieux défensifs. Sur le terrain, ils me disaient : « tranquille Selim, attaque, t’inquiètes pas pour le reste, on est là » . Ça représentait l’état d’esprit du groupe. On courrait comme des fous, on se battait comme des fous. Tout le monde aidait tout le monde. C’était l’ère Lemerre, Roger a fait du super bon boulot.

Qu’est-ce qui t’a marqué lors des célébrations de la victoire ?
C’étaient trois jours de fête ! Juste après la finale, on a été invités à la télé, jusqu’à quatre, cinq heures du matin. Le lendemain, le Président de la République nous a remis les médailles et les chèques au Palais. Le jour d’après, on a fait un tour en bus dans le centre-ville de Tunis. Quand on arrive à l’hôtel pour aller manger juste après le match, de la sortie du bus au restaurant, on a mis trois quarts d’heure, alors qu’il y avait cent mètres maximum. On ne pouvait pas marcher.

L’année suivante, tu quittes finalement le PSG. C’est toi qui a décidé de t’en aller ?
Moi, je voulais rester, mais je ne jouais pas. Je faisais des bouts de match, je ne voyais pas de progression. En 2005, mon contrat se terminait et le club ne m’a pas prolongé. C’est sûr que c’était un déchirement de ne pas réussir à Paris. Je partais de mon club de cœur sans avoir percé comme il fallait. Je suis parti au Vitória Guimarães. Je considèrerais le championnat portugais comme un mini-championnat espagnol.


Tu as fait une super saison. Tu devais ensuite signer au Sporting, mais ça ne s’est pas fait pour des histoires avec tes agents...
J’ai été baladé. Je devais aller au Sporting, qui était qualifié en Ligue des champions. Si j’avais signer au Sporting, ma carrière aurait peut-être basculé. Tout était fait, mais finalement, j’ai signé au Rubin Kazan, en Russie. C’était une expérience compliquée. La Russie, j’en garde de très mauvais souvenirs. Pendant un an, je suis parti seul. Au niveau football, ce sont des longs ballons, du physique, tout ce que je n’aime pas.

Et au quotidien ?
Les gens ne parlaient pas anglais. En fait, non, ils ne voulaient pas parler anglais. Pour eux, tu es en Russie, tu dois parler russe. Ils étaient froids, distants. Moi, j’ai appris quelques mots de russe, mais je ne voulais pas trop rester, donc je n’ai pas appris la langue.

Vient ensuite ton passage au Qadsia SC, au Koweït. Tu n’étais pas réticent à l’idée d’aller là-bas ?
Au début, je n’étais pas trop emballé. Mais c’est surtout que je ne voulais plus retourner en Russie. Quand j’étais parti en vacances, j’avais fait mes bagages. Il ne restait plus rien dans l’appartement à Kazan. Au Koweït, au niveau sportif, je n’ai pas pris de plaisir : le niveau était très bas, les terrains en mauvais état. En revanche, vivre dans un pays musulman pour moi qui suis musulman, c’était parfait. Ils m’ont très bien accueilli. Il faisait beau tout le temps. Les coutumes ressemblaient beaucoup à celles de chez moi, en Tunisie.


Deux ans plus tard, à vingt-huit ans, tu atterris à Málaga, en Liga. C’était presque inespéré, non ?
Même moi, je n’y croyais pas. Je sortais de deux expériences lointaines, un peu exotiques. C’est marrant parce que mon agent portugais m’avait déjà pris les billets pour le Qatar, où je devais aller signer, et au dernier moment, il m’appelle : « Málaga vient de remonter en première division, le club cherche un numéro dix » . Je suis parti faire deux semaines d’essai, finalement je suis resté un mois. Ça s’est très bien passé. Et j’ai signé deux ans.

Le football espagnol te correspondait très bien...
C’était parfait ! Demain, entraîneur, mon équipe jouera à une/deux touches de balle, en mouvement, technique...
« Je jouais en équipe B, ils m’avaient enlevé mon casier du vestiaire. Ils faisaient tout pour me faire partir. Pendant un moment, ça ne me dérangeait pas, et puis fin août, on a négocié pour un départ. »
C’est le football que j’aime. La première saison, j’ai joué beaucoup. Sauf que l’entraîneur est parti l’été suivant. C’est là que les actionnaires qataris sont arrivés, et ils ont pris Jesualdo Ferreira - un grand entraîneur qui venait du FC Porto. Sauf que ce coach-là jouait en 4-4-2 à plat. Quand il est arrivé, il a appelé mon agent : « je ne compte pas sur Selim parce que je ne joue pas avec un meneur de jeu » . J’ai fait quand même la préparation avec eux. Je jouais en équipe B, ils m’avaient enlevé mon casier du vestiaire. Ils faisaient tout pour me faire partir. Pendant un moment, ça ne me dérangeait pas, et puis fin août, on a négocié pour un départ. Mais je le regrette parce que Jesualdo Ferreira s’est fait virer un mois et demi après, et Manuel Pellegrini est arrivé. Là, tous mes amis m’ont appelé : « Selim, pourquoi tu es parti ? Pellegrini, lui, il t’aurait fait jouer. Il aime les joueurs de ballon... » . Comme quoi, le foot, c’est le talent, mais c’est aussi le facteur chance.

Après un retour au Portugal via le Marítimo Funchal puis une escale à l’APOEL, tu débarques à Mumbai City, en Inde, en 2015. Une sacrée expérience ?
J’ai eu la chance de recevoir un appel de Nico Anelka. Nico, c’est la famille. On se connaît depuis tout petit, entre Clairefontaine et le PSG. Il m’a appelé : « je passe entraîneur-joueur en Inde, est-ce que ça te dirait de venir ? » . « Ouais, pas de soucis. » Ça s’est fait comme ça. Je retiens quatre mois très enrichissants. C’était très bien organisé. Avec de super stades. À Mumbai, on faisait match/entraînement/hôtel, match/entraînement/hôtel... Après le dîner, on allait marcher dans les rues parce qu’il fallait voir ça. C’est un pays très simple, très pauvre. On voyait des familles entières dormir par terre, prendre des douches dehors, devant tout le monde. Des choses que je n’ai jamais vues ailleurs. On se plaint toujours en France : « on n’a pas ça, il manque ça » . Quand tu es confronté à ça, ça te remet les idées en place. Moi, j’ai eu des larmes.


Tout à l’heure, tu évoquais le transfert avorté au Sporting qui a peut-être fait basculer ta carrière. Ton agent s’appelait alors Jorge Mendes...
À l’époque, il travaillait déjà avec Mourinho, Cristiano Ronaldo, les Portugais de Chelsea... Lors de ma super saison à Guimarães, mi-novembre, il me contacte. Pas lui directement, mais l’un de ses assistants. Parce que comme il ne peut pas tout gérer tout seul, il a trois, quatre personnes à ses côtés, qui s’occupent de recruter les meilleurs jeunes en Europe. Je me suis renseigné, on m’a dit : « Jorge, c’est le meilleur » . Alors, j’ai signé. L’anecdote, c’est que Jorge, je l’ai vu une seule fois dans ma vie, c’était dans les loges à Porto, il m’avait invité pour voir un match. Il avait quatre téléphones, ça n’arrêtait pas de sonner... Et je n’ai pas pu parler avec lui ! Allez, on a dû parler une minute. Le problème de ces agents-là, comme ils ont beaucoup de bons joueurs, ils négligent les joueurs moyens.

Si c’était à refaire ?
Si c’était à refaire, j’aurais pris un agent moins huppé, qui débutait, pour avoir une vraie relation avec lui. Après, je ne crache pas sur Jorge. Grâce à lui, j’ai très très bien gagné ma vie en Russie. Mais lui aussi a pris ses sous.



Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Ahmed-Gooner Niveau : National
Note : -3
Merci pour l'itw les gars, l'uns des tous meilleurs joueurs de ballons que j'ai pu voir sous le maillot tunisien, je l'adorais et c'est dommage qu'il ait pas eu une carrière à l'hauteur de son talent.

La Tunisie 2004-2006, on aura plus jamais une équipe comme ça, des leaders à quasiment tous les postes, des joueurs de caractère, à se demander comment on est retombé si bas.
La Groupie de Ronnie Niveau : DHR
Ah le petit prince du Parc. Il était sympathique Selim. Un joueur talentueux à un poste important mais qui n'a jamais su/pu se fixer dans un club. Le Jérôme Leroy tunisien en gros.

Il me rappelle toute cette génération de jeunes joueurs qui ne jouaient jamais mais qui étaient dans l'effectif : Felipe Texeira, Samuel Pietre et tout...

Moment nostalgie
Note : -6
La comparaison avec Leroy me gène un peu.

Même si Jérôme a fait pas mal de clubs, il est toujours resté en France (à part son étape en Israël mais c'était simplement pour rejoindre Fernandez). C'est un joueur avec des convictions, qui n'appartient pas au moule des joueurs formatés. Je pense que sa carrière mouvementée est plutôt liée à sa personnalité atypique.

Ben Achour a quand à lui eu des choix de carrière douteux (pas étonnant vu son agent). Et il a souvent privilégié l'appât du gain, malgré un immense talent qui lui aurait permis une bien meilleure carrière.
La Groupie de Ronnie Niveau : DHR
Oui c'est vrai j'ai fait un peu dans le facile pour la comparaison. C'était plus au niveau du poste et du fait qu'ils aient fait beaucoup de clubs.
Des joueurs comme Leroy c'est bien dommage qu'il n'y en ait presque plus.
2 réponses à ce commentaire.
Tu es jeune footballeur, tu veux savoir quels choix tu dois faire pour réussir ta carrière ?
Fais tout l'inverse de ce mec et tu seras Ballon d'Or.

Vraiment, les footballeurs, entourez vous de gens compétents quoi.
Dendecuba Niveau : CFA
Super joueur de ballon, instinctif et brillant dans la conservation de balle. Bravo à sofoot d'aller chercher ses vestiges d'un PSG en constante crise ;)

Bonne année à tous!

Courage à tous les turcs qui réveillent avec une gueule de bois...et de haine...
Flying salsifis Niveau : District
Un des meilleurs jeunes que le PSG ait sorti ces 20 dernières années. Il avait une bonne technique et beaucoup de vivacité balle au pied, malheureusement il était barré par Ronnie mais il avait sa place facile dans la plupart des clubs de L1. L'exemple type du bon jeune à fort potentiel qui aurait pu faire une meilleure carrière sans tomber dans le système des agents véreux du type Mendes. Ceci-dit comme il le dit, il n'est pas à plaindre mais j'étais toujours étonné qu'il ne trouve pas un bon club de L1 pour le relancer.
adebayorsheyi Niveau : DHR
C'est fou que les techniciens tunisiens classieux comme lui, ont l'art de saboter leur carrière en dépit de leur talent.

Youssef Msakni ou le Selim Benachour 2.0....
vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 19:18 Le bonbon de Malcom 11 Hier à 18:18 Le lob fou de Fekir 29
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 13:53 Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 Hier à 11:59 Les ultras allemands répondent à la DFB 13 Hier à 10:07 Trezeguet bouscule Beşiktaş 22
vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 14 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30
À lire ensuite
Les lignes de José Fonte