1. //
  2. //
  3. // Maccabi Tel Aviv/Chelsea

Ben Haim, le temps d'une promesse

Arrivé en Angleterre lors de l'été 2004, Tal Ben Haim aura finalement parcouru les années 2000 entre prêts et relances. Rien ne devait pourtant se passer comme ça. Mourinho voulait en faire un pilier de son Chelsea en 2007, mais le Portugais l'a abandonné. Quatre mois seulement après l'avoir invité dans son cercle.

Modififié
0 2
Face à la presse, l'invité des micros est clair : « Je me rappelle avoir joué sous les ordres du meilleur entraîneur du monde, j'ai beaucoup appris en quatre mois avec lui. Je regrette que cette période ait été trop courte parce que je sens que j'aurais pu prouver encore beaucoup plus. » Le 16 septembre au soir, l'homme vivra un enfer sportif. Une lourde défaite 4-0 avec le Maccabi Tel Aviv, un remplacement par son entraîneur après à peine une heure de jeu et des regrets. Beaucoup. Les retrouvailles entre Tal Ben Haim et son ancien club, Chelsea, il y a quelques semaines, ne devaient pas se passer comme ça. Il voulait tant prouver, pour montrer aux 40 000 personnes assises ce soir là dans les tribunes de Stamford Bridge qu'il n'était pas qu'une promesse. À Londres, entre juin 2007 et juillet 2008, Ben Haim aurait voulu se faire un nom. José Mourinho voulait en faire l'un de ses cadres. Finalement, le défenseur israélien ne disputera que sept rencontres avec l'entraîneur portugais. Treize au total en Premier League avec Chelsea.

Le sauveur de Mourinho


Il n'avait coûté que 250 000 livres à son nouveau club. C'était en 2004, lors de l'été. À l'époque, son nouvel entraîneur, à Bolton, Sam Allardyce, le voulait pour le faire grandir. Il voyait sa nouvelle recrue comme un footballeur à perfectionner. Tal Ben Haim venait alors de remporter deux Coupes d'Israël et un championnat avec le Maccabi Tel-Aviv, le club de ses débuts. Le tout en trois ans. Entre 2004 et 2007, le défenseur va rapidement devenir un homme qui compte sur les pelouses anglaises. Sa tête de vieux et son corps de gosse deviennent familiers des observateurs. Mai 2007 va alors changer son statut. À la bataille avec Manchester United pour le titre, le Chelsea de José Mourinho va s'écrouler dans le finish face à Arsenal (1-1) et United (0-0). Le défenseur hollandais des Blues, Khalid Boulahrouz, se fera expulser contre les Gunners et sera pointé par son entraîneur comme l'un des principaux responsables de la chute du groupe. Chelsea terminera deuxième.

Mourinho, lui, veut se renforcer et a besoin de nouveaux défenseurs. Alex revient de son prêt du PSV, John Terry et Ricardo Carvalho sont rappelés à l'ordre. De son côté, le président de Bolton, Phil Gartside, fait monter les enchères et affirme que Tal Ben Haim, qui a refusé de prolonger son contrat, peut partir si un club met vraiment le prix. Chelsea s'était déjà renseigné en janvier, le chèque va cette fois être signé. « Je suis arrivé en Premier League la même année que lui, je l'ai vu jouer avec Bolton, donc je connais ses qualités, expliquera José Mourinho lors des premiers pas du joueur en juillet 2007. Chelsea est alors en stage de pré-saison en Californie. Mais après trois séances d'entraînement, on connaît mieux un joueur. Je l'aime encore plus. Il peut jouer partout et on a besoin de joueurs multifonctions, de personnes qui peuvent sauver la peau de leur entraîneur. C'est ce que faisait Essien l'an passé, Tal va le faire cette saison. » Sans pression.

Grant, le faux ami


Ben Haim va être lancé d'entrée par Mourinho. Dans le Community Shield d'abord, en championnat ensuite, où la première fois qu'il ne sera pas titularisé, Chelsea s'inclinera. Le défenseur central enchaîne les bonnes performances jusqu'au sommet d'Old Trafford et la défaite contre Manchester United (0-2) où il provoqua notamment un penalty. José Mourinho vient alors d'être viré à la suite d'un match de Ligue des champions contre Rosenborg. Avraham Grant, l'ancien sélectionneur de l'équipe nationale d'Israël, est nommé à sa place. Grant est un ami personnel du propriétaire de Chelsea, Roman Abramovitch, et avait été nommé quelques semaines plus tôt comme directeur technique du club. Personne ne le sait alors, mais Grant et Ben Haim ne s'aiment pas. Le défenseur est rapidement mis au placard sans réelle explication. Sa réponse sera alors médiatique. Quelques jours après un nul concédé à domicile par les Blues contre Wigan (1-1, le 14 avril 2008), Tal Ben Haim prend la parole dans les colonnes du Sun : « Si j'avais su avant de venir ici qu'Avraham Grant serait entraîneur, j'aurais signé pour un autre club. C'est José qui m'a fait venir et personne d'autre, je me rappelle de la conversation que j'avais eue avec lui lorsqu'il m'avait contacté en janvier 2007. Les faits montrent que lorsque José était le coach, je jouais beaucoup plus de matchs, et les gens qui me connaissent savent que je ne suis pas venu pour jouer en réserve. » La mèche est allumée.

Interrogé en conférence de presse, Grant dégomme son joueur et affirme que « Mourinho n'avait jamais fait de promesse sur le temps de jeu » de Ben Haim. Le défenseur sera envoyé en réserve et recevra une amende de deux semaines de salaire, soit 80 000 livres. Chelsea perdra une finale de Ligue des champions, une finale de League Cup et terminera deuxième derrière Manchester United. Ben Haim, lui, partira sans bruit à City. La suite est connue. À chaque arrivée dans un nouveau club, Tal Ben Haim explique qu'il va enfin « donner le meilleur de son niveau » sans qu'on sache réellement s'il l'a. Il retrouvera même Grant quelques mois à West Ham. Il y aura aussi Sunderland, Portsmouth, les Queens Park Rangers ou encore Charlton. Jusqu'en mai dernier où il décida de rentrer en Israël, là où tout avait commencé, au Maccabi. C'est donc chez lui qu'il accueille ce mardi soir José Mourinho. Pour tourner définitivement la page d'un vœu qui ne se sera jamais réalisé.


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Sans oublier le Standard de Liège... Ah, quel joueur, quelle finesse, quel sens du placement ! C'est sûr, il a marqué les esprits ! Hum...
Par contre, vous ferez gaffe, la photo sous l'article c'est son homonyme et coéquipier qui joue milieu offensif. Et qui est savamment appelé Tal Ben Haim II.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2