1. // Mondial Minimes Montaigu

« Ben Arfa n'est qu'à 55% de son potentiel »

Longtemps directeur de l'Institut National du Football à Clairefontaine, Claude Dusseau a récemment expatrié ses services au Japon où l'attendait un poste de formateur-éducateur au sein d'une académie. Sur son CV, Claude gérait la fameuse génération 86-87, celle des Ben Arfa et des Diaby. Rencontré au Mondial Minimes de Montaigu, l'homme, barbe couleur sagesse, longue parka noire et foulard rosé, reste un passionné de football.

Modififié
0 5
Pourquoi avoir fait le choix de cette destination exotique qu'est le Japon ?


J'avais des contacts avec le Japon depuis des tournois internationaux. J'étais libre de tout engagement, je savais à l'avance que cela serait épisodique et je remplissais certainement les conditions requises. En gros, j'avais le profil. Et puis c'était une sorte de continuité dans le travail que j'avais déjà accompli.

Avez-vous encore un rôle à la Fédération Japonaise ?


Non je suis là parce que j'ai encore quelques contacts avec l'encadrement technique mais je n'ai aucun rôle avec eux. Je suis simplement là pour supporter l'Equipe du Japon.

Vous n'êtes pas non plus engagé avec la Fédération Française ?


Ah non ! Depuis longtemps !

Justement, l'Equipe de France, on peut en parler ?... Quel va être à votre avis leur parcours durant la Coupe du Monde ?


Vous savez, des pronostics j'en fais jamais car le football peut être parfois tellement bizarre que... On les donnait battus lors de l'édition précédente et ils sont allés jusqu'en finale. Tout ce que l'on peut dire, c'est qu'il y a d'excellents joueurs et qu'il suffirait que chacun travaille pour l'équipe pour que ça donne des résultats. Je rajouterais aussi que c'est une équipe jeune mis à part Gallas, Anelka et Henry et qui n'a pas d'expérience en Coupe du Monde. Si vous regardez les équipes qui ont été championnes du Monde, que ce soit l'Equipe de France ou même des équipes étrangères, la moyenne d'âge était au moins de 28 ans. Ce qui n'est pas notre cas si l'on retire nos trois ou quatre “vieux”.

La gestion du cas Domenech...


Y'a pas de cas. Il est entraîneur et voilà. On n'a fait beaucoup plus de vagues autour d'Aimé Jacquet à l'époque avec le succès qu'on lui connaît après.

Mais le fait de le conforter à son poste après 2008 et d'évoquer ses possibles successeurs à la veille de la Coupe du Monde 2010, vous pensez que c'est une bonne solution ?


Non. Je crois que partout, la presse est sévère avec le football. Que ce soit en Italie, en Allemagne ou en Angleterre. C'est aussi le cas en France et peut-être même un peu plus qu'à l'étranger. À quelques jours d'un match, on ne doit pas remettre en question l'entraîneur ni la sélection. Que l'on remette tout ça en question après, je veux bien mais avant un événement, il doit y avoir une union sacrée indispensable à l'équilibre d'une équipe. La critique est facile. J'admets que cela doit être assez déstabilisant.

Parlons un peu de Ben Arfa. Dans un entretien paru dans le {So Foot du mois d'avril, il nous a confié que la médiatisation dont il était le sujet à l'époque de la Clairefontaine l'avait finalement desservi. Quel est votre avis sur le sujet ?}


Oui effectivement ça l'a peut-être desservi. Mais il avait déjà une certaine notoriété avant de rentrer à l'INF, c'est à dire avant ses 12 ans et demi. En tout cas moi je traitais tous mes joueurs de la même manière. Déjà à l'époque où il y avait ces fameuses caméras qui les suivaient, je m'étais battu pour qu'il ne fasse pas juste un cas Ben Arfa. Il y avait d'autres joueurs qui pouvaient très bien avoir une carrière identique à la sienne ou du moins une bonne carrière. La preuve, c'est que l'on n'a pas vu beaucoup Abou Diaby dans le reportage alors qu'on voit bien aujourd'hui que c'est un joueur d'une grande valeur. Et il y en avait d'autres encore. Je pense qu'ils n'ont pas assez traité le sujet de manière collective.

Mais c'est vrai que lui nous a dit qu'à l'époque du tournage, les caméras filmaient tout le groupe et que ce n'est qu'après qu'ils ont ciblé seulement quelques joueurs ?


Non. Je peux vous dire qu'ils étaient très axés sur Ben Arfa. D'une part parce que le milieu footballistique parlait déjà beaucoup de lui à l'époque et d'autre part parce que tous les recruteurs parisiens représentant les différents clubs étaient sur le pied de guerre.

C'était un phénomène à l'époque ?


Euh... Oui... Disons qu'il avait plus de qualités que d'autres. Et il les a toujours d'ailleurs.

page]
Comme tout le monde s'accorde à le dire actuellement, pensez-vous qu'il a réellement franchi un palier cette saison avec l'Olympique de Marseille ?


Euh... Oui... Il a une bonne période. Mais il a une bonne période parce qu'il joue. Quand on joue, on est plus équilibré, on est de meilleure humeur et ce n'est pas valable uniquement pour Ben Arfa. C'est vrai pour n'importe quel joueur. Quand on ne joue pas, on est de mauvaise humeur. Quelques fois ça ne porte pas à conséquence mais c'est vrai que lui l'a peut-être montré avec un peu trop de virulence. C'est maladroit mais compréhensible. À partir du moment où il joue... et ce n'est pas une critique envers ses entraîneurs... Je pense qu'il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Quand il joue, il est meilleur. Ça c'est indéniable. Quand il ne joue pas et qu'on lui demande d'inverser un résultat en dix minutes, c'est impossible.

Même quand on s'appelle Hatem Ben Arfa ?


Même quand on s'appelle Hatem Ben Arfa. Et puis en plus il n'a pas choisi les clubs les plus faciles. La médiatisation continue. Ce sont des clubs très ambitieux et un club ambitieux exige une rentabilité des joueurs qu'il achète.

En même temps, Ben Arfa à Lorient ou Valenciennes c'est inconcevable ?


Il n'y a pas de vérités. Vous savez, quand Thierry Henry nous a dit qu'il allait signer à Monaco, j'étais le premier à lui dire qu'il faisait une connerie. C'était le terme exact : « Tu fais une connerie parce que Monaco ne fait jouer aucun jeune joueur » . Et puis à peu près un an après, il jouait avec les pros et ce n'était pas le seul. Trézéguet était là aussi. Il n'y a vraiment aucune vérité dans le football. Alors c'est vrai qu'il y aussi une certaine forme de chance aussi. Mais la chance, on dit que ça se provoque non ?

Est-il assez mûr pour aller disputer le Mondial ?


S'il continue à jouer comme il le fait actuellement, s'il continue à progresser comme il peut progresser, il n'y aura aucun problème.

Dans quels domaines doit-il progresser ?


Dans le domaine collectif et peut-être plus encore dans le domaine de la mobilité. Il a une grosse capacité d'endurance et il n'est actuellement qu'à 55% de ses possibilités. Il pourrait en faire bien plus sans ressentir une énorme fatigue. Il a le potentiel pour revenir un peu plus, se bagarrer en défense, reprendre des ballons... Il suffit de pas grand-chose. Dix ballons récupérés, c'est dix munitions. Et vu que lui sait les utiliser, ça changerait beaucoup de choses.

Propos recueillis par Franck Lenfant et Ronan Boscher, à Montaigu

[A lire : L'entretien exclusif avec Ben Arfa dans le dernier SoFoot


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Mais pourra-t'il seulement atteindre les 56% un jour ?
Voilà une question qu'elle est bonne.
Comment arrive-t-il à 55% ??
Voyons voir :
(Buts décisifs - Nonchalance) + (Roulettes - Fainéantise) / (Gestes d'humeur + Faisage de gueule)² = 55% Ah ouais, ça se tient !
Moi j'aurais dit 55,2%, mais bon, je ne suis pas au bord du terrain non plus...
En même temps, à 100% de son potentiel il inscrit alors 8 buts dans une saison...
C'est un joueur fascinant par les réactions qu'il amène. C'est bien de donner enfin à la parole de ceux qui ne transpirent pas la haine.

Faudra veiller à ne pas aller dans le sens inverse, l'encenser avec autant de déraison que lorsqu'il a été mis plus bas que terre.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 5