Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 12e journée
  3. // Lille/Nice

Ben Arfa / Boufal, le match pour l'Euro ?

Cet après-midi à l'Allianz Riviera, les spectateurs pourront admirer deux des plus fins techniciens de ce début de saison. Et il y a fort à parier que nombreux seront ceux qui voudront les voir jouer en juin. À l'Allianz ou à Pierre-Mauroy.

Modififié
Le groupe est la notion cardinale du fonctionnement de Didier Deschamps. Mais, si les postes se verrouillent au fur et à mesure, Dédé sait aussi que tout groupe a besoin de son X-factor, d'un agitateur propre à secouer partenaires et défenses adverses. Pour ce rôle, Hatem Ben Arfa et Sofiane Boufal paraissent actuellement avoir le profil idoine. Seulement il n'y aura, au mieux, qu'une place. Petit guide pour chasseurs de pronostics.

  • Débuts professionnels


    Le talent d'Hatem Ben Arfa n'est plus à démontrer. Génie surclassé à Clairefontaine, jeune premier de 17 ans en Ligue 1, meilleur espoir 2008 et successeur désigné de Florent Malouda à Lyon, Hatem a, dès ses débuts, montré toute l'étendue de son talent. Si, comme tous les grands, il a pu avoir ses moments d'égarements, il revient au sommet au bon moment, à quelques mois de l'Euro à la maison.

    Le bon moment, Sofiane Boufal l'a choisi pour exploser aux yeux du grand public. Après un premier contrat professionnel en juin 2013, à quelques mois de son vingtième anniversaire, il enchaîne avec une saison et demie pleine au SCO Angers, en Ligue 2. Suffisant pour que Lille allonge quatre millions d'euros au mois de janvier 2015. Depuis, l'ascension est irrésistible, au point de devenir le joueur-clé du collectif nordiste cette saison. Facile à trouver, dans un trousseau pas bien fourni.

  • Expérience


    Sans préjuger de la difficulté d'aller jouer dans les chaudrons de Parsemain, Gaston-Gérard ou Francis-Le Basser, ni de celle de se coltiner Florent Balmont tous les jours à l'entraînement, affirmer que Ben Arfa possède une plus grande expérience tient de la lapalissade. De six ans l'aîné de Sofiane, Hatem a grandi à Lyon et Marseille, exploré les pelouses anglaises, découvert l'envers du maillot de l'équipe de France. Avec plus de 300 matchs professionnels et cinq beaux Hexagoal, le Niçois peut regarder de haut le Lillois qui n'atteindra pas les 100 matchs pros en 2015 et ne pose qu'un maigre « meilleur joueur de mi-saison de Ligue 2 » dans la vitrine, obtenu juste avant de filer au LOSC. Après, une Coupe de la Ligue est si vite arrivée...

  • Caractère


    Cinq tomes de Games of Thrones ne suffiraient pas à détailler toutes les facettes du caractère d'Hatem Ben Arfa. Reste que, depuis ses brouilles avec tout ce que ses clubs ont pu compter de coachs, Hatem semble avoir enfin fini Nietzche et gagné en sérénité. Être titulaire indiscutable d'une équipe entraînée par Claude Puel est un indicateur loin d'être anodin.

    Sofiane Boufal commence dans le genre, mais les premiers chapitres sont prometteurs. L'année dernière, tout juste arrivé au club, il dispute au tireur attitré Origi le droit de se charger d'un penalty. Surtout, cette saison, il en est à deux embrouilles avec Junior Tallo et Renato Civelli, ainsi qu'un recadrage d'Hervé Renard dans la semaine. Sans oublier quatre cartons jaunes en dix matchs. Du feu dans les pieds d'une tête brûlée.

  • Forme actuelle


    C'est là que l'issue est la plus incertaine entre les deux détonateurs. 858 minutes et 4 buts pour SB7, 815 minutes, 7 buts, 2 passes décisives pour HBA9 : les stats brutes paraissent déséquilibrées. Mais, à y regarder de plus près, le combat se resserre. 3,2 passes-clés par match pour le numéro 7, seulement 0,9 pour le 9 ; 3,2 fautes provoquées contre 1,2 ; 1,9 centre pour 0,6. Le Lillois apparaît comme un véritable élément déséquilibrant, là où le Niçois – la maturité aidant ? – est davantage décisif. Ou peut-être est-ce simplement le fait de jouer dans l'équipe 6e du championnat...

  • Didier Deschamps


    Dédé connaît bien Hatem pour l'avoir entraîné à l'OM. Sauf que, sous l'ère Deschamps, Ben Arfa n'a jamais été un titulaire indiscutable, mis en concurrence avec Bakari Koné ou Mathieu Valbuena. Pire, il est parti sur une brouille avec l'actuel sélectionneur à l'été 2010. S'il a depuis exprimé ses regrets quant à cet épisode, cela risque d'avoir laissé quelques traces dans l'esprit de la Desch'. Un Didier qui n'a pas le loisir de connaître personnellement Boufal, mais qui, s'il se renseigne auprès de son homologue marocain, risque de ne pas être plus rassuré. Appelé en juin, Boufal était venu faire constater sa blessure, posant au passage avec ses quasi-coéquipiers en sélection. Depuis, la donne a changé pour le Dogue lillois. Et Badou Zaki, le sélectionneur des Lions de l'Atlas, n'a que moyennement apprécié le revirement, lors d'une conférence de presse en septembre : « Un jour, il m'appelle et me dit : "Coach, je vais vous parler franchement. J'ai pris la décision trop vite et j'ai encore besoin de temps." On n'a même pas parlé une minute, et j'ai mis fin à la conversation. Ces comportements n'ont rien à faire en sélection. Je cherche l'homme avant le joueur. (…) Boufal ne rentre plus dans mes plans. »

    L'homme avant le joueur, précisément ce que recherche Didier Deschamps pour son groupe. À moins qu'il ait suffisamment confiance en ce dernier pour canaliser un talent indéniable mais explosif du type Ben Arfa ou Boufal ? Quoi qu'il en soit, il aura loisir d'en discuter avec ses voisins, cet après-midi. Car si DD sera bien présent à l'Allianz Riviera, ce n'est pas encore pour observer Marvin Martin.

    Par Eric Carpentier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 10
    Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall
    À lire ensuite
    Lille-Nice, ultras united