1. //
  2. //
  3. // 28e journée
  4. // CA Bastia/Istres

Belmonte, la lueur istréenne

Testé par Barcelone et Liverpool il y a quelques années, Anthony Belmonte porte aujourd'hui les couleurs d'Istres en National. Cette saison, il a connu un coach champion du monde en 1998 avec qui ça se passait mal, un stade vide davantage rempli par les moustiques que par les spectateurs et surtout plus de défaites que de victoires.

11 7
Il y a dix ans, Istres était à son sommet. En Ligue 1. Capable de prendre deux points face au PSG version Reinaldo et Ateba. Malgré cet « exploit » , les Provençaux avaient terminé l'exercice à la 20e place. Aujourd'hui, ils sont quasiment dans la même situation, mais deux divisions en dessous et avec une relégation en CFA qui leur pend au nez. Peu réjouissant. Heureusement, dans tout ce marasme, la lueur d'espoir pourrait venir d'Anthony Belmonte. Cet enfant du pays, qui a tapé ses premiers ballons sous les couleurs istréennes avant de passer par Martigues, le pôle Espoirs d'Aix-en-Provence, puis rapidement par Nice avant de revenir chez les Violets en 17 ans nationaux, possède une belle cote auprès des recruteurs. Malgré des petits pépins physiques (épaule, tibia), il est parvenu à se faire repérer par le FC Barcelone lors d'un tournoi régional il y a quelques saisons. « En fait, à la fin de la compétition, le recruteur du Barça est venu me voir pour me proposer de venir faire un essai. Je me suis retrouvé à la Masia avec l'équipe du centre. J'étais le seul joueur à l'essai et le seul Français. Heureusement, je comprends un peu l'espagnol et il y avait des Camerounais, des Africains francophones, donc ça allait. » Le test a duré quatre-cinq jours.

Le pull de Liverpool


« Ça s'est bien passé, je pensais signer là-bas même, mais dans le foot, on ne maîtrise pas tout. » À l'époque, Istres semblait visiblement trop gourmand. Retour en France donc, sans avoir eu le temps de découvrir le Camp Nou. À cette époque-là, Liverpool se manifeste également, et accueille le garçon pour une semaine. « C'était pas comme le Barça, mais c'était énorme quand même. Ils voulaient prolonger mon essai, mais je me suis blessé et je n'ai pas pu poursuivre l'aventure. » Seul souvenir de ces passages dans deux des plus grands clubs d'Europe : un pull siglé des Reds. « À Barcelone, j'avais demandé à garder les équipements, mais mes coéquipiers m'avaient dit que ce n'était pas possible. Et le pull de Liverpool, je ne sais même plus où il est (rires). »

Aujourd'hui, toujours à Istres, sa ville natale, il se bat pour le maintien et contre les moustiques de Parsemain. « C'est vrai qu'au stade, il y a plus de moustiques que de spectateurs. Le stade est vide. Les moustiques, il y en a beaucoup et ils sont gros, surtout à cette période de l'année. » Malgré cela, le numéro 14 n'a qu'une envie : voir son club de cœur se sauver. Et garder son statut pro. Sans cela, le jeune milieu de terrain se retrouvera libre malgré un contrat qui court jusqu'en 2016. Le FC Nantes et la Sampdoria Gênes sont ainsi déjà venus aux renseignements et pourraient profiter de la situation. Comme certains clubs de Ligue 2.

12 points de retard sur le premier non-relégable


Avant de penser à tout ça, il y a le maintien à aller décrocher. Pas une mince affaire quand on a douze points de retard sur le premier relégable, Colomiers. « Maintenant, tous les matchs qu'il nous reste à jouer, ce seront des matchs de Coupe, précise Anthony, très proche de Wilfried Rother, Raphaël Romey et Cédric Bétremieux dans le vestiaire. Face au CA Bastia ce vendredi, il ne faut surtout pas perdre. Et il faut surtout gagner. Malgré la difficulté de la chose, il y a quand même une très bonne ambiance dans le groupe, ça rigole bien. Ça passe forcément par là, je pense, pour se sauver. » Les joueurs d'expérience comme Olivier Blondel (ex-Toulouse), Fabrice Do Marcolino (ex-Angers, Laval) ou Mario Licka (ex-Brest) prennent régulièrement la parole pour responsabiliser le groupe et motiver les troupes. « Ils nous conseillent, nous remettent sur le bon chemin. C'est vraiment un plus de les avoir. »

Le changement de coach a également fait du bien. Surtout pour lui. « Avec Lionel Charbonnier, ça ne passait pas très bien. On a eu quelques petites embrouilles, mais ça m'a permis d'avancer, d'être plus fort dans ma tête. Avec Bruno Savry, le nouveau coach, c'est sûr que c'est mieux. Les cartes ont été redistribuées. C'est quelqu'un du club, il a envie que ça bouge. » Anthony Belmonte aimerait aussi bouger sur le terrain et quitter son poste de sentinelle. Évoluer ainsi un cran plus haut ne serait pas pour lui déplaire. « Numéro 8, c'est mon poste de prédilection. Je suis plus porté vers l'offensive. Je préfère être vers les cages adverses, pour donner la dernière passe par exemple. » Et pourquoi pas dès ce vendredi sur l'Île de Beauté ?

Par Tanguy Le Séviller
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Bordel j'ai lu 'Belmonte, la lutteur israélienne' ....
TesFéssées Niveau : District
Tu me devances! J'ai lu la même chose.

Sinon il a quinze ans?
Message posté par TesFéssées
Tu me devances! J'ai lu la même chose.

Sinon il a quinze ans?


Génération 95.
"Capable de prendre deux points face au PSG version Reinaldo et Ateba."

Le temps de la victoire à deux points?
Message posté par Inzaghi
"Capable de prendre deux points face au PSG version Reinaldo et Ateba."

Le temps de la victoire à deux points?


Ou du temps où le championnat se jouait en phase aller / retour => deux matchs nuls ?
putain si proche quoi..le bad, vaut mieux etre nul en fait...
Message posté par pezronf
putain si proche quoi..le bad, vaut mieux etre nul en fait...


Pour avoir connu deux personnes qui sont passés très près d'une carrière pro (moins bien que barça et liverpool mais il y avait le PSG dans le lot quand même), j'ai effectivement l'impression qu'ils ne s'en remettent jamais vraiment complètement.
Ils sont équilibrés, mais t'es sûr d'avoir une réflexion sur cette occasion manquée à chaque match de foot.

Pour lui, ça doit être plus simple quand même, il vit quand même de son sport.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11 7