En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Jupiler Pro League
  3. // Bilan

Belgique : tout le monde est là, même Charleroi

La saison régulière 2014/2015 s'est achevée le week-end dernier et a livré son verdict : les six équipes qui se disputeront le titre en play-offs sont Bruges, La Gantoise, Anderlecht, le Standard, Courtrai et la surprise Charleroi, qualifiés dans cet ordre. Bruges est favori dans la quête d'un titre qui lui échappe depuis une décennie, mais va forcément devoir se méfier d'Anderlecht, incontournable triple tenant, spécialiste du money time.

Modififié
Le week-end dernier avait lieu la 30e et ultime journée de la saison régulière en Belgique. Rappelons que ce championnat se dispute depuis 2009 avec un étrange système de play-offs qui répartit les seize équipes en lice lors de la saison régulière en trois groupes : les six premières se disputent le titre et les places d'honneur, les huit suivantes sont réparties en deux poules de quatre pouvant éventuellement espérer récupérer un dernier ticket européen, et enfin les deux dernières partent pour un marathon de matchs pour savoir laquelle des deux va être reléguée (remplacée par le champion de D2) et laquelle aura droit de disputer sa place en élite avec les formations classées deuxième, troisième et quatrième de D2. Vous ne comprenez pas tout, c'est normal, c'est fait pour. On va vous épargner les luttes du ventre mou et de la relégation pour se concentrer sur la quête du titre. Là, pour le coup, ce n'est donc pas très compliqué : le top 6 va disputer une sorte de mini-championnat en dix journées, à l'issue desquelles l'équipe terminant en tête remporte le titre. Avec tout de même encore une petite subtilité à ne pas négliger : ces six équipes démarrent ce mini-championnat avec la moitié des points glanés à l'issue de la saison régulière, corrigés à l'unité supérieure. Ce qui veut donc dire que le FC Bruges par exemple, qui a obtenu 61 points, démarre ces play-offs avec 31 points, son dauphin La Gantoise récupère 29 points des 57 obtenus, etc. Ce qui a un effet injuste aisément identifiable : la réduction des écarts entre adversaires. Une équipe peut avoir fait un trou en tête du classement, cet écart sera réduit de moitié à l'amorce de cette phase finale… État des lieux des forces en présence.

  • Vers un duel Bruges vs Anderlecht ?


    C'est donc le FC Bruges qui a terminé en tête du classement, avec une bonne petite avance de 4 points sur ses deux plus proches poursuivants, réduits du coup à 2 points… C'est ballots mais les Blauw en Zwart peuvent garder confiance, eux qui n'ont plus lâché ce fauteuil de leader depuis le début de la phase retour de la saison régulière et qui ont terminé meilleure défense et meilleure attaque. L'entraîneur Michel Preud'homme a constitué une équipe solide, depuis le prometteur gardien australien Mathew Ryan jusqu'à l'attaquant Tom de Sutter, en passant par le vieux Timmy Simons. Il y a aussi de belles promesses à confirmer, notamment Nikola Storm et Obbi Oularé dans les secteurs offensifs. Le FCB est en quête d'un titre national qui le fuit depuis 2005. La faute surtout au grand rival Anderlecht, qui a raflé les trois derniers championnats mis en jeu et qui sera forcément l'adversaire numéro un des Brugeois en cette fin de saison. Les Mauves débarquent en play-offs avec seulement 2 points de retard sur la tête, et ce, malgré une dernière préoccupante défaite dimanche à domicile face à La Gantoise (1-2). Passés experts ces dernières saisons dans l'art de finir l'année en boulet de canon, ils ont avec eux le meilleur buteur du championnat en la personne d'Aleksandar Mitrović, et plus globalement un effectif très jeune, Tielemans, Mbemba, Praet, Najar, Acheampong and co étant encadrés par seulement deux trentenaires : Silvio Proto et Olivier Deschacht.

  • La Gantoise et le Standard à l’affût


    S'agissant des outsiders, le premier d'entre eux se nomme La Gantoise et a terminé la saison régulière à la deuxième place, à égalité de points avec Anderlecht, mais avec une différence de buts légèrement meilleure. C'est une petite surprise de retrouver cette formation si performante, elle qui avait disparu du top 6 les deux dernières saisons. Les Buffalos restent sur quatre victoires de suite, dont cette dernière belle performance obtenue sur la pelouse d'Anderlecht ce week-end. Cette bonne forme actuelle est à mettre en lien avec l'arrivée cet hiver du jeune Nigérian Moses Simon, 19 ans, recruté à Trencin en Slovaquie et déjà auteur de 6 buts en 8 matchs, dont un triplé en février face à Lokeren. Le deuxième outsider de ces play-offs n'est autre que le Standard de Liège, qui vit une nouvelle saison chaotique avec des résultats irréguliers – même si ça va mieux ces dernières semaines – et deux changements d'entraîneur : Guy Luzon pour Ivan Vukomanović en octobre, Ivan Vukomanović pour José Riga qui a fait son retour au club en février. Difficile de prédire le comportement des Rouches dans ce mini-championnat, qu'ils démarrent avec 4 unités de retard sur la tête (merci la division des points par deux). Ils sont partis en début de semaine se préparer à Marbella et débuteront les play-offs par un menu très copieux : déplacement sur la pelouse de Bruges d'abord, suivi du Clásico face à Anderlecht. Ça passe ou ça casse.


  • Les surprises Courtrai et Charleroi


    Enfin, les deux inattendus de ces play-offs, qui ont éjecté des concurrents habituels tels que Genk ou Lokeren. Le premier invité surprise se nomme Courtrai, que personne n'attendait à ce niveau en début de saison, mais qui squatte tout de même une place dans le top 6 sans discontinuer depuis fin novembre. C'est donc au final une juste récompense pour une équipe sans star, mais remarquablement dirigé par le très coté entraîneur Yves Vanderhaeghe, ancien international aux 48 sélections chez les Diables rouges entre 1999 et 2005. La réussite de Charleroi est aussi grandement du fait du travail du coach Felice Mazzu, aux commandes de la formation wallonne depuis 2013. Chez les Carolos, on trouve une sacrée quantité de Français parmi les cadres, dont Nicolas Penneteau, Cédric Fauré, Damien Marcq, Neeskens Kebano ou Clément Tainmont. Il faut aussi souligner la belle saison réalisée par le défenseur Sébastien Dewaest, passé par la formation du LOSC. Il est assez marrant au passage de constater que ce sont les voisins et rivaux du Standard qui, en dominant Genk 1-0 dimanche, ont permis à Charleroi de récupérer in extremis une place en play-offs. Des play-offs qui débutent le 5 avril. En attendant, ce week-end, c'est finale de Coupe de Belgique au programme avec un choc entre Bruges et Anderlecht, dans un stade Roi-Baudouin sold out.

    Par Régis Delanoé
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 41 minutes Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 1
    Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur