1. //
  2. // Sutton United

Bedsente Gomis : « J'ai la chance de faire ce que j'aime à un niveau correct »

Formé au RC Lens, Bedsente Gomis, vingt-huit ans, joue actuellement en D5 anglaise du côté de Sutton United. Un parcours de rescapé du football, dont certains choix auraient pu lui coûter sa carrière. Entretien.

Modififié
Ta carrière semble bien se relancer. Comment ça se passe du côté de Sutton ?
C'est vrai que ma carrière se relance pas mal. Ça n'a pas été facile, c'est vrai, mais finalement aujourd'hui, je suis à Sutton United, en Conference Premier, l'équivalent de la D5 anglaise. Ça se passe plutôt bien, j'ai une bonne relation avec les coachs et avec les joueurs et, surtout, je prends énormément de plaisir à jouer tout en continuant à être très ambitieux.

Après seulement une saison dans ce club, on a l'impression que tu es déjà un pilier de l'équipe.
Même si, comme tu dis, je suis un pilier de l'équipe, l'intégration ne s'est pas vraiment bien passée. Avec le coach, la relation a toujours été bonne à part lors des trois premiers mois. C'était clairement de ma faute. Je sortais de Southend et je ne voulais pas forcément signer dans ce club, surtout à ce niveau. Donc, personnellement, j'ai eu du mal à aller vers les gens et, bien évidemment, c'était pareil dans l'autre sens. Mon premier match, c'était en FA Cup. Je n'ai pas fait un gros match, mais le coach était quand même satisfait et j'ai eu une discussion avec lui. Il m'a clairement dit qu'il avait l'impression que je n'avais pas envie d'être là, que je n'avais pas l'air heureux et il m'a donné une vraie raison de me battre. Sans le savoir, j'étais un peu en train de lâcher. Il m'a dit une phrase qui m'a vraiment marqué : « Même si tu penses que tu peux jouer à un niveau plus haut, t'es en train de faire ce que tu aimes et c'est toujours mieux que de travailler au McDonalds. » À partir de là, ça a fait « tilt » . À partir de ce jour-là, je me suis vraiment mis au travail, mais je n'étais pas forcement prêt physiquement à enchaîner les matchs. Après deux matchs, il a voulu m'envoyer en prêt, mais un des milieux était suspendu. J'ai fait un match de fou et il a écarté l'idée de me prêter, j'ai gagné son respect et le respect de l'équipe.

Pourtant malgré ton intégration peu réussie, tu as tout de même été élu meilleur joueur de la saison par les supporters et surtout champion.
Franchement, j'ai été surpris parce qu'il y avait pas mal de bons joueurs dans cette équipe qui méritaient tout autant que moi. Mais comme je le disais juste avant, c'est grâce à la discussion avec le coach que j'ai tout donné pour réussir la saison. Je me suis mis à la musculation, chose que je ne faisais plus depuis longtemps et, en Angleterre, tout le monde sait que c'est très important. Je me sentais vraiment bien dans le groupe, j'ai retrouvé le goût et le plaisir de jouer au football. Ça s'est très bien passé, on a gagné énormément de matchs. Sur les 25 derniers matchs, on a fait vingt et une victoires et quatre matchs nuls, c'est vraiment exceptionnel.

C'est quoi le niveau de la D5 anglaise ?
Individuellement, ça dépend vraiment. Certains joueurs pourraient vraiment jouer dans les divisions supérieures. Collectivement, le niveau des équipes est pas mal, c'est très organisé. Physiquement, c'est très costaud. Mais bon, ce n'est quand même pas un niveau super élevé. En revanche, l'ambiance est vraiment fantastique. Les stades sont assez pleins, la qualité des pelouses, c'est le top aussi, ça donne vraiment envie de jouer. C'est ce que chacun des joueurs veut quand il vient jouer au foot.

« J'étais super têtu à l'époque, parce que je considérais que j'avais encore le niveau et je ne voulais pas descendre d'un niveau. Et vu que personne ne me voulait, deuxième saison blanche. Quand je me suis réveillé et que j'ai compris que je n'allais pas jouer au niveau que j'espérais, c'était déjà trop tard. »

T'es actuellement semi-pro. Considères-tu que c'est un échec dans ta carrière ?
Si tu m'avais posé la question deux ou trois années avant, ma réponse aurait été oui, c'est un échec. Mais avec tout ce qui s'est passé dans ma carrière, avec tous les moments difficiles que j'ai eus, que ce soit en Espagne, à Lens ou même quand je suis arrivé en Angleterre et que j'étais sans club pendant deux saisons, ce qui est énorme... Donc aujourd'hui, je vais te répondre non, ce n'est absolument pas un échec. Je suis clairement gagnant parce qu'aujourd'hui, j'ai la chance de faire ce que j'aime, à un niveau correct, avec un revenu correct qui me permet de vivre tranquillement. Je suis clairement chanceux et très, très heureux de jouer en semi-pro. Aujourd'hui, il y a des joueurs qui restent sans club pendant six mois et qui n'arrivent pas à retrouver un club derrière, donc franchement, je suis content d'être où je suis. Je remercie vraiment Dieu pour ça.

Comme tu l'as dit précédemment, il y a eu un trou de deux ans dans ta carrière. Comment peux-tu l'expliquer ?
Franchement, ce n'est pas bien difficile à expliquer. À Almería, ça ne s'est pas bien passé. J'étais censé rester trois ans, je suis resté qu'une année. J'ai fait des choix, que j'assume aujourd'hui, qui n'était pas forcément bons. Je n'étais pas bien entouré. Dans le football, quand tu fais certains choix, s'ils ne sont pas bons, t'as forcément quelqu'un qui va te stopper et qui va te faire réfléchir. Moi, je n'ai pas eu cette chance d'être bien orienté. Quand je suis parti d'Almería, pas mal d'agents m'appelaient pour me promettre des choses, puis au fur et à mesure, les appels cessaient et ils ne répondaient même plus à mes appels. Quand tu fais six mois sans club, les clubs commencent à se poser des questions et sont réticents à prendre un joueur qui n'est pas prêt physiquement. Pendant le mercato d'hiver, les clubs recherchent des renforts, mais je n'allais pas être un renfort en sachant que je ne pouvais tenir 90 minutes. Bon, après, une année passe, c'est encore plus dur. J'étais super têtu à l'époque, parce que je considérais que j'avais encore le niveau et je ne voulais pas descendre d'un niveau. Et vu que personne ne me voulait, deuxième saison blanche. Quand je me suis réveillé et que j'ai compris que je n'allais pas jouer au niveau que j'espérais, c'était déjà trop tard. Ce qui fait que là, je joue en D5 anglaise. À Southend en League Two, ils ne m'ont pas gardé, ce que je peux comprendre parce que, physiquement, je n'étais pas prêt. J'ai fait beaucoup d'erreurs et j'ai fait confiance à certaines personnes et je n'aurais pas dû. Mais c'est le foot, c'est comme ça.

Est-ce qu'à un moment, tu as songé à arrêter ta carrière pour aller « travailler » comme tout le monde ?
Non, non pas du tout. Dans mon entourage, on me le disait parce qu'on me voyait souffrir parce que j'étais sans club et on me disait « au moins, fais quelque chose pour que tu puisses gagner ta vie » , mais moi, je ne voyais pas les choses comme ça. Je ne voulais pas abandonner, je ne voulais pas échouer. C'était hors de question que j'échoue. Mais des fois, c'était chaud. Quand je me disais que je devrais peut-être abandonner, il y avait tout le temps un truc qui me raccrochait au football : un appel, un essai, un espoir... Je ne pouvais pas lâcher.

Comment occupe-t-on ces journées quand on est sans club pendant une longue période ?
C'est long, très long. On attend toujours cet appel qui va nous sortir du « trou » , qui va nous rendre heureux, que ce calvaire est terminé. Je m’entraînais deux fois par jour, le matin et le soir. Après, j'ai eu la chance d'avoir mon fils et ma famille autour de moi. Faut pas mal prier aussi, ça aide ! Parce que vraiment, je ne souhaite à personne d'être sans club pendant une aussi longue période. Sans mon fils, ça aurait été encore plus difficile. Au moins, je m'occupais de lui, il ne se souciait pas de mes problèmes. Mais c'était aussi une grosse pression parce que des fois, tu te poses la question « Mais qu'est-ce que je vais lui donner à manger ? » , mais bon, finalement, on est bien. Il m'apporte beaucoup de bonheur au quotidien. Le soutien de la famille et des amis a été très important aussi.

« J'ai décidé d'aller voir en Espagne pour voir si ça me convenait mieux. Et dès mon arrivée à Puertollano, ça s'est super bien passé. J'étais super bien intégré, j'ai appris rapidement la langue, c'était vraiment bien. »

Revenons sur ta carrière. Tu as été formé à Lens et, comme pas mal de joueurs de ta génération, tu n'as pas eu ta chance en équipe première...
Oui, malheureusement. Et sincèrement, je ne sais pas pourquoi. Comme beaucoup de joueurs de ma génération, je pensais que j'avais le niveau pour au moins mériter ma chance de jouer avec l'équipe première en Ligue 1. J'ai été l'un des premiers à m'entraîner avec les pros quand j'avais dix-sept ans, donc bien évidemment, à un moment, je pensais que j'allais jouer à Boellart avec les pros. C'est une déception, mais bon, c'est le football, c'est comme ça. En plus, quand tu signes pro avec ton club formateur, t'as envie de prouver que tu as fait le bon choix et t'as envie de montrer tes qualités au plus vite dans le groupe, mais le fait de ne pas avoir eu ma chance, j'ai décidé de partir après une longue discussion avec le directeur sportif. Je n'ai peut-être pas été assez patient par moment aussi, ça a pu jouer...

Donc tu décides de quitter ton club formateur pour l'Espagne.
Oui, j'ai décidé d'aller voir en Espagne pour voir si ça me convenait mieux. Et dès mon arrivée à Puertollano, ça s'est super bien passé. J'étais super bien intégré, j'ai appris rapidement la langue, c'était vraiment bien. Ensuite, j'étais censé signer à Oviedo, mais finalement, j'ai signé à Almería et je dirais que mon erreur a été là... Ce choix-là m'a été préjudiciable, mais c'est un choix que j'assume aujourd'hui, encore une fois.

Qu'est-ce qui a mal tourné à Almería ?
Déjà, l'équipe ne tournait pas bien. On était dans le bas du classement, ça ne jouait pas très bien. Personnellement, je ne me sentais pas très bien non plus parce que je n'étais pas là où j'avais envie d'être même, si c'est un bon club. Pourtant, mes relations avec le coach et les joueurs n'étaient pas mal du tout, mais l'équipe n'était pas vraiment performante. Finalement, le directeur sportif m'a demandé de quitter le club, j'ai donc accepté, puisque je ne me sentais pas à ma place.

Après Almería, où tu t’entraînais aussi avec les pros, tu ne pouvais pas directement signer dans un autre club ?
C'est ce que je pensais. Vu qu'Almería est un club assez connu, je pensais que ça allait être « facile » de trouver un autre club, c'est pour cela que je ne voulais pas redescendre d'un niveau parce que je croyais que je pourrais revenir en France pour signer en Ligue 2 ou aller en Angleterre pour signer en Championship, mais ça ne s'est absolument pas passé comme ça. Malheureusement, j'étais jeune et stupide. Les personnes avec qui je travaillais n'étaient pas sincères non plus, ça ne m'a pas aidé.

On peut clairement dire que c'est ce club qui a mis un frein à ta carrière ?
En grande partie, oui. Mais ce n'est pas du tout le seul fautif. Le premier fautif dans cette histoire, c'est moi. Ils ne m'ont jamais forcé à aller dans leur club. Mais après Almería, il y a eu beaucoup de négatif en effet.

Qu'est-ce que tu ambitionnes pour la suite de ta carrière ?
Déjà, souhaitez-moi bonne chance ! Concernant mes ambitions, je vais les garder pour moi. Ça ne m'a pas servi dans le passé de déclarer ce que je voulais. Après, je souhaite clairement continuer à progresser et prendre du plaisir sur un terrain de football.

Propos recueillis par Babacar Sall à Londres.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

A noter que Sutton United recevra AFC Wimbledon en Cup après avoir éliminé Cheltenham club de League 2 (tout juste promu).

Bonne chance à lui, même si la Conference est télévisée (oui la 5ème division est télévisée ici), la FA Cup a permis à de nombreux joueurs et entraineurs d'avoir une vraie chance en Football League.
Lost in translation Niveau : CFA
Un exemple vivant de l'expression "it builds character".

On entame la deuxième partie du film: back to the top! (Vous pouvez lancer la musique de Rocky)
"...et c'est toujours mieux que de travailler au McDonalds. »

Merki pour ceux qui bossent chez McDO !
Il a raison, aujourd'hui la reference c'est Burger King ou Five Guys. ;)
1 réponse à ce commentaire.
"Si tu n'as pas ce que tu aimes, il faut aimer ce que tu as"

Saint-Exupéry
cul-terreux Niveau : CFA2
Les stades ne sont pas pleins ou même presque pleins en Conference, faut pas exagérer. S'ils sont remplis à 30%, c'est déjà bien. Après ça n'empêche pas les belles ambiances, là dessus on est d'accord.
5e division et parler d'un niveau correct, c un peu déconner
C'est pour ce genre d'articles humains que je lis SoFoot. J'adore le foot mais j'ai souvent du mal à accepter l'idée que des jeunes galèrent car quand ils avaient 13 ans, le milieu les poussait à tout mettre sur le foot et rien sur les études, et bien entendu avec des portraits de Nasri, Ben arfa comme guide...ils se croyaient arrivés. Bien sûr qu'on peut les moquer mais merde c'étaient des gamins. Ce genre de parcours nous montre la partie immergée de l'iceberg, celles de ceux qui ne sont pas pros...
il y a 11 heures 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 6 heures Nantes, la mascotte et le plagiat 25 il y a 8 heures Brian Fernández arrive à Metz 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:37 Valdés lance sa société de production 8
Hier à 13:27 Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)