Beckham, titi parisien

Ca gonfle, ça se précise, ça se murmure. David Beckham, ex-idole d'Old Trafford et icône publicitaire serait à une mèche du Paris Saint-Germain. Ou comment le PSG va remplir les caisses avec une marque sûre.

Modififié
16 6
«  Un triplex dans un bel immeuble devrait lui plaire » . Rien que ça. LeMonde.fr a balancé la sauce dans l'après-midi. David Beckham au PSG, c'est chaud. La famille Beckham serait en train de mandater des spécialistes pour visiter un appart, et sans Stéphane Plaza. Le bureau parisien d'un très gros agent immobilier californien l'a donc confirmé récemment. Le Becks cherche un endroit pour caser sa smala. A savoir ses mômes et surtout Victoria. En fin de contrat mi novembre avec les Los Angeles Galaxy, l'ancien numéro 7 de Manchester United ne restera pas aux USA. La MLS, le surf à Los Angeles et le In & Out Burger, David commencerait à en avoir ras le cul. A 36 ans, il en a encore sous la semelle. Surtout, il s'est fixé un dernier objectif sportif : les JO de Londres. Et c'est l'été prochain, dans la ville où David a vu le jour. «  Les JO, c’est comme faire l’histoire, s’est-il enflammé lundi sur RMC dans l'émission de Tony Parker. C’est comme un rêve. J’adore mon pays et j’adore toujours le représenter » . Alors forcément, pour être opérationnel et compétitif, rien de mieux que l'Europe. Et dans un club qui pète. A la une. Dont tout le monde parle. Fashion quoi.

David a testé l'Angleterre, l'Espagne et l'Italie. Dans les catalogues tendances, Victoria sait qu'elle a manqué Paris. Ses boutiques. Son style. Son mode de vie. Alors le choix est facile. Surtout avec QSI qui fait couler l'argent à flot. Le nouveau PSG est le seul capable d'assumer les émoluments NBA de Beckham (on parle de 5 millions d'euros par an). Les éléments seraient donc réunis : un contrat de dix-huit mois à la clé (jusqu'en 2013 donc), un club compétitif et un rôle d'encadrement sur le pré. Après tout, David Beckham n'est pas qu'un pied droit et une icône de la mode/marketing. Le Golden boy affiche près de 400 matches avec United, autour de 160 avec le Real et une centaine de sélections avec son pays. La pression, il connait. Pour encadrer un Menez, Chantôme ou un Matuidi, on a connu pire. D'autant que le milieu de terrain se sent encore capable de suer et de réaliser un formidable come-back après sa grave blessure de 2010. « Cela a été dur de me remettre de ma rupture du tendon d’Achille, mais maintenant tout va bien. J’ai 36 ans, mais je me sens en pleine forme. J’adore le foot et j’ai l’impression d’avoir 22 ans  » confessait-il a "TiPi" lundi soir. Au delà de son éventuelle réussite sportive, l'hypothétique arrivée de l'Anglais sonnerait surtout comme un coup publicitaire énorme. Un gifle à la L1, quoi.

Paris, deux fois gagnant du Loto en 2011 ?

On parle quand même d'un mec pesant plus de 30 millions d'euros avec sa femme. Une véritable entreprise. Un type dont le blase à été utilisé pour un film, un lascar dont Hugh Grant assimilait le pied droit comme un trésor national dans Love Actually. Leonardo n'avait d'ailleurs pas hésité à parler de Beckham en termes (très) économiques sur la BBC: « David est plus qu'un joueur, c'est une marque, c'est une pop star... » . Le but est affiché. Faire fructifier la marque PSG à travers le globe. Pour ce faire, il faut du rêve. Des paillettes. Du strass. Du glamour. Pastore sera la caution sportive. Beckham celle économique. « Nous avons la Tour Eiffel sur notre blason, nous devons l'utiliser. Ce n'est pas seulement une marque française, c'est une marque mondiale » évoquait le même Leo à la BBC. Une manière de doper également le côté marketing du club. Beckham au PSG, c'est l'assurance d'une réussite financière et d'une très grande médiatisation du club. Aussi bien en termes de diffusions télévisées qu'en produits dérivés.

En revanche, pour le sportif, on s'en fout. Ou presque. La réussite du plan Beckham n'est pas liée à son succès sur le pré. Ca se jouera sur le porte-monnaie. Tout simplement. Le joueur est suffisamment professionnel et responsable pour être solide quand on fera appel à lui. Et puis le couple Beckham à Paname, capitale de la mode, c'est du donnant-donnant. « Eux-mêmes pourront capitaliser sur l'image de capitale de la mode de Paris » , selon Simon Chadwick, professeur d'économie du sport à Coventry, sur Challenge.fr. Une manière de se faire du pognon en... bah, en faisant du pognon. Et puis si ça ne plaît pas aux derniers combattants du football business, David a déjà sa réponse en poche. Lui qui annonçait que « la famille, c'est le plus important et j'irai là où ils se sentent le mieux » . A priori, Victoria se sentirait bien du côté de la Rive Gauche...

Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il n'y a qu'un détail qui me chiffonne : il va savoir faire des compromis, le Koumbou', au moment de balancer le Becks sur le pré pour l'intérêt économique du club ?
Spike Spiegel Niveau : CFA2
@ Arsenic : D'un autre côté le dilemme de Kombouaré c'est de choisir entre Bahebeck et Beckham pour remplacer Ménez... Y a plus difficile, non pas que je crache sur le jeune que je trouve correcte, mais jpréfère avoir un mec comme Beckham sur le terrain...
Beckham dans l'entre jeu parisien ne ferait pas tâche, loin de là. Les choix, les compromis se feront naturellement. S'ils veulent vraiment jouer l'UEFA et le titre, un gars comme lui ne sera jamais de trop.

Remember Lyon. Depuis que les coups francs de Juni ne font plus lever les foules à Gerland leur domination est moins évidente, voire inexistante. Rien que pour ça Beckham leur fera beaucoup de bien... Bande d'enf.oirés !!!
@ Spike : Justement. J'suis pas certain que mettre Beckham à la place de Menez soit la meilleure solution. Non pas qu'il soit plus capable de déborder et centrer, mais le mettre dans un rôle comme celui qu'il avait au Real, récupérateur-relayeur, serait un meilleur moyen de profiter de sa qualité de passe.
Menez est quand même le roi des appels en profondeurs, avec un mec comme Beckham derrière lui nul doute qu'il s'en donnerait à coeur joie.
beck a paris que demander de mieux aussi bien que pour le vestiaire .economiquement bien sur mais surtout pour le vestiaire ce mec est un pro et si paris peux se l offrir alors prenon le c est jamais de trop

iciiiii c parissssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss
cinesraekin Niveau : Ligue 1
Pour ceux qui ne l'aurez pas encore compris, sa venue est avant tout du marketing, l'aspect sportif est secondaire, et Tonio doit se réjouir de voir arriver un tel joueur pour son vestiaire, plus pro que lui, tu meurs. Le lascar ne va pas faire sa starlette s'il commence sur le banc, quand tu joue sur 4 tableaux, tu fais du turn over et tout le monde est content, what's the problem with Beck?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
16 6