1. //
  2. //
  3. // Bayern Munich/Schalke 04

Bayern, le match de la dernière chance?

Le match au sommet de cette 23ème journée de Bundesliga aura lieu à l’Allianz Arena, où le Bayern Munich recevra Schalke 04. Les Bavarois se doivent de gagner s’ils ne veulent pas vivre une nouvelle saison galère. Problème: ça ne risque pas d’être facile face à une équipe qui revient bien, avec un scoreur taré et surtout, qui a souvent posé de graves soucis aux Bavarois.

4 0
En ce moment, c’est assez difficile d’être supporter du Bayern. Ce qui se passe n’était pas du tout prévu au programme. A la base, ce qui était attendu en début de saison, c’est: on est leaders, on frappe notre adversaire en huitièmes, et on joue Schalke pour prendre quelques points d’avance encore, parce qu’il y a pas moyen que le Borussia prenne un deuxième titre. Surtout avec l’équipe qu’ils nous ont faite, là, les Neuer, les Boateng, tout ça, ça devrait le faire. En route pour un 23ème Meisterschale! Ouais mais non. Dans la vie a priori bien réglée des Bavarois, il y a eu quelques dysfonctionnements. Suffisamment pour que se dresse un surnom qu’on n’avait pas entendu depuis des lustres à la Säbener Strasse, le « FC Hollywood » . Dans le rôle des acteurs principaux, en vrac: Schweinsteiger, Robben, Ribéry, Heynckes. Le premier est blessé, le deuxième et le troisième brillent par intermittence (quand ils ne sont pas à côté de la plaque, et encore, les cas ne sont pas les mêmes), et le dernier, bah lui qui est si zen habituellement, pourrait achever sa collection de cheveux blancs cette saison, ne sachant plus comment gérer toutes ces histoires.

Un numéro 31 qui fait cruellement défaut
Comment en est-on arrivé là? C’est simple: champion d’automne malgré l’absence de Bastian Schweinsteiger durant six matchs, le Bayern gère tranquillement son championnat, malgré la meute (Dortmund, Gladbach, Schalke) qui se trouve dans le rétro. Mais après la Winterpause, c’est la débandade: le Bayern perd d’entrée à Gladbach, gagne certes face à Wolfsburg et à Kaiserslautern mais concède le nul à Hambourg et Fribourg. Entre-temps, Schweini a eu le malheur de se blesser à nouveau. Et vu comme les autres écuries de tête sont en forme, le classement se resserre, le Bayern perd pied, et le voici aujourd’hui troisième. La victoire en quarts de la DFB-Pokal à Stuttgart? Mouais. La Coupe, c’est pas l’objectif principal du club. Non, ce qui compte, c’est le championnat. Et puis la C1, forcément. Parce que c’est le Bayern, et parce que cette année, la finale, c’est à la maison.

Et bien, pour le moment, c’est mal embarqué. Une défaite sur le fil 1-0 à Bâle, et tout part en sucette. Le vestiaire surtout. Bild croit savoir que ça a chauffé après la défaite en Suisse, Holger Badstuber et Thomas Müller se rejetant mutuellement la faute sur le but de Valentin Stocker. Au-delà de la défaite, qui peut être qualifiée de déconvenue pour le club, il y a tous les petits problèmes des uns et des autres: Ribéry ne serre pas la main de Heynckes quand il sort (un incendie éteint très vite par Hoeness), Robben qui fait du Robben, c’est-à dire qu’il joue pour lui sans se soucier de son prochain, et surtout, il y a cette absence de Schweinsteiger qui pèse sur tout un groupe. Peut-être qu’avec un Schweini en forme, le Bayern jouerait mieux. Peut-être qu’avec un Schweini plus présent, la dispute entre Basdstuber et Müller n’aurait pas eu lieu. Parce que bon, se faire engueuler par Lahm, c’est mignon; par un mec avec une tête de fou comme le numéro 31, c’est déjà un autre délire…

Huntelaar, danger Nummer Eins
Bref, tous ces trucs qui vont de travers font quelque peu paniquer Jupp Heynckes, d’habitude si zen. Comme en Allemagne, on aime bien parler sur les autres, le grand Udo Lattek rappelle que Herr Jupp s’est déjà fait virer par le passé par Uli Hoeness. Soi-disant, l’amitié et le boulot, ce sont deux choses différentes. Certes. Et à cette heure-ci, Heynckes en viendrait presque à craindre pour son poste, lui qui vire parano, qui croit que « tous les deux mois, [il a] l’impression que les journaux mènent une petite guerre contre [lui] » . C’est du moins ce que rapporte la Süddeutsche Zeitung. En tous cas, il va falloir reprendre ses esprits très vite, parce que ce weekend, c’est un Schalke en forme qui se pointe à l’Allianz.

Tout va très vite en Allemagne, encore plus vite à Gelsenkirchen. Il y a deux semaines encore, on disait que c’était fini pour les ouailles de Huub Stevens, notamment après la défaite à Gladbach (décidément…). Joachim Löw avait même déclaré que le Null-Vier n’était pas « taillé pour le titre » . Des propos qui ont semble-t-il vexé Klaas-Jan Huntelaar, parce que depuis, le chasseur de buts est en feu. En témoigne son triplé jeudi dernier face au Victoria Plzen, ce qui porte son total à 33 buts en 33 matchs officiels (plus 11 passes décisives). Seuls Messi et Cristiano Ronaldo font mieux. Du coup, le « Hunter » se met à voir grand, et souhaite plus que tout dépasser Mario Gomez au classement des buteurs. Peut-être y arrivera-t-il. En tous cas, si ses buts s’avéraient décisifs, cela confortera Schalke dans une certaine tendance. En 2009, les Knappen avaient gagné à Munich, signant là la fin de l’ère Klinsmann. Rebelote en 2011 en Coupe, Raul stoppant les Bavarois en demi-finale. Schalke 04, l’empêcheur de tourner en rond du Bayern ?

Par Ali Farhat, à Bonn
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 0