1. //
  2. // 25e journée
  3. // Werder/Bayern

Bayern : la parole est à la défense

Encensé pour sa force de frappe après le 7-0 infligé au Shakhtar, le Bayern n'en demeure pas moins la meilleure muraille d'Allemagne, si ce n'est d'Europe. Et ce n'est pas seulement grâce à Manuel Neuer.

Modififié
16 14
S'il y a bien une chose qu'on semble négliger dans le Bayern de Guardiola, c'est bien sa capacité à ne pas encaisser de buts. Il est impossible de nier que Pep est un homme de milieu, peuplant ses compositions d'autant d'exemplaires que possible, de la défense centrale (Mascherano ou Busquets hier, Javi Martínez lorsqu'il est sur pied, parfois Xabi Alonso aujourd'hui) à l'attaque, avec cette idée sous-jacente du vrai-faux 9 (Messi ou Müller étant de moins bons exemples que Fàbregas et Götze). Et puis tant qu'à faire, pourquoi ne pas jouer en 3-4-3, ça en fait encore plus ? Lorsqu'un joueur est trop bon, il doit obligatoirement évoluer au milieu, jurisprudence Lahm oblige, et bientôt Alaba. Cette influence est telle qu'elle a tendance à cannibaliser les autres lignes. S'il est acquis que Guardiola n'a jamais été un grand fan des véritables 9 (Eto'o à droite, Villa à gauche, Zlatan dehors, tout comme Mandžukić), la faculté de ses protégés à beaucoup marquer s'est toujours vérifiée (Messi puis Robben, Müller, Götze). Le Bayern est la meilleure attaque de Bundesliga, avec 66 buts inscrits, dont quelques cartons récemment sur la scène domestique (8-0 contre Hambourg, 6-0 face à Paderborn), mais aussi européenne (sept pour le Shakhtar, et la Roma avant). Si c'est forcément impressionnant, c'est toujours moins que le Real (75) ou le Barça (76) en Liga - certes avec deux matchs de championnat en plus.

Le ballon pour défense


Là où le Bayern prend véritablement l'ascendant sur ses rivaux, c'est dans le domaine défensif, surtout quand les Merengues viennent d'en prendre 4 à Schalke. Combien de buts ont encaissé les équipes les plus imperméables en Europe ? Angleterre : 20 pour Southampton, 22 pour Chelsea. France : 20 pour Monaco, 22 à Lyon, 24 pour Paris. Espagne : 16 pour le Barça, 22 à Valence, 23 côté Atlético, 24 pour le Real. Italie : 14 pour la Juventus, 19 côté Roma. Le Bayern, c'est seulement 11. Un chiffre d'autant plus impressionnant que la défaite 4-1 à Wolfsburg, véritable naufrage, pèse lourd dans la balance. Contre Paderborn, lors de la 22e journée, le Bayern a ainsi récolté sa 16e clean sheet de la saison en Buli. Une réussite avant tout collective. « Le mérite revient à toute l'équipe, même au joueur le plus avancé sur le terrain, explique ainsi Jérôme Boateng. Toute l'équipe travaille pour aller de l'avant et en défense. » Même son de cloche du côté de Pep Guardiola : « Les onze joueurs reviennent en courant. Même si on a cinq buteurs sur le terrain, on aura toujours onze défenseurs » . Avant d'avancer une autre donnée : « On a aussi plus de possession que l'opposition » . En effet, avec une moyenne à 71% et 87,4% de passes réussies (selon Soccerway), rares sont les opportunités pour les équipes adverses. Une situation que résume à merveille Neuer : « Si nous avons le ballon, alors c'est difficile pour l'adversaire de marquer. Les attaquants aident à défendre - et nous avons une ligne de défenseurs si les choses deviennent sérieuses » .

Des hommes en forme


Une ligne souvent changée, toujours efficace, qu'elle soit à quatre ou cinq. À l'exception de Dante, en pleine descente aux enfers, les défenseurs apportent tous satisfaction individuellement. Rafinha est passé de second couteau sous Heynckes à indéboulonnable, d'autant plus que Lahm a récemment déclaré dans Kicker que son retour se ferait au milieu. Recruté cet été, Juan Bernat ne quitte presque jamais le couloir gauche, à l'exception du match de mardi face au Shakhtar, où Alaba avait retrouvé son bien, après avoir oscillé entre milieu de terrain, défenseur central et blessure. David Alaba, nouveau laboratoire tactique de Guardiola et principal artisan du schéma de jeu à géométrie variable du Bayern, n'a jamais paru aussi fort. Les centraux aussi sont plutôt pas mal, à l'image du plus aligné d'entre eux, Jérôme Boateng. « C'est un top, top joueur, avait expliqué Guardiola après le match aller face à City, en septembre. Je lui ai souvent dit : "Si tu veux être l'un des meilleurs défenseurs centraux mondiaux, tu peux y arriver". Il est jeune, rapide, magnifique des deux pieds avec le ballon, a une bonne personnalité et c'est un bon gars. Il est important de se rappeler qu'il devient meilleur année après année. » Une prédiction, tant Jérôme apparaît inclassable aujourd'hui, dans la lignée d'une finale de Coupe du monde où il avait été monstrueux.

On peut aussi parler de Medhi Benatia, très à l'aise au duel et avec le ballon, Holger «  I love you Badstuber  » , de retour de blessure, le « meilleur joueur qu('il ait) jamais eu » , ou Javi Martínez, qui ne devrait plus trop tarder, et que Guardiola s'était efforcé de faire reculer pour en faire « un défenseur central de classe mondiale » . Au pire, il reste encore un dernier obstacle. « En cas d'urgence, il y a toujours Manuel Neuer » posait d'ailleurs, rigolard, Rafinha après une énième clean-sheet. Certes, le Bayern ne concède que 6,8 tirs par match, un chiffre ridiculement bas, ce qui fait que le titan n'a presque rien à faire. Il ne réalise d'ailleurs que deux arrêts par match, la plus basse moyenne de tous les gardiens de Buli. Mais c'est souvent du deux sur deux : Neuer a ainsi arrêté près de 90% des tirs sur sa cage, loin devant les portiers italiens (De Sanctis, Perin, Buffon) ou suisse (Sommer, à Gladbach), aux alentours de 80%, et très loin devant tous les autres. En somme, un dossier béton, dans lequel l'opposition risque de devoir abandonner les charges, et déposer les armes.


Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est sur que la défense de Nuremberg est traditionnellement moins performante.

Pierre-Eric Godwin.
gaiusbaltar Niveau : DHR
d'ailleurs ils sont tellement fort et ont tellement rien à faire du match qu'Alaba et Boateng préfèrent pogoter en pleine aprem.
russell westbrick 3 Niveau : Loisir
Malheureusement j'ai l'impression que ce bayern qui est pour moi comme l'année dernière la meilleure équipe d'europe se fera encore avoir tactiquement par une équipe qui va jouer bas et en contre.
A moins que Guardiola accepte de laisser un peu plus de possession a son adversaire et jouer moins au haut.
Mais ça j'y crois pas vraiment.
Boateng est tellement monstrueux ! Il est meilleur au fur et à mesure des saisons!
Avec Benatia et j'espere le retour une fois pour toute de Badstuber, ça reste très costaud dans l'axe !!!
HerbyCohen Niveau : CFA2
Boateng, c'est assez ouf tout de même comment il a élever son niveau... Je me souviens de lui à Hamburg, mais quelle chèvre bordel! Lorsqu'on l'a refilé à City pour 15 patates, je me suis vraiment marré: "haha les cons". Le mec ne s'impose pas, reviens en allemagne et au Bayern, je me suis encore plus marré et frotté les mains, là ils se mettent une balle dans le pied les Bavarois. Mais en fait non... j'ai bien fermé ma gueule depuis...
Mr. Anderson Niveau : DHR
le passage suer Alaba est très juste. Il est le pivot tactique de Guardiola, une sorte de meneur de jeu reculé, dont les déplacements et le placement donne le tempo à toute l'équipe (plus que Xabi Alonso à mon sens).
Message posté par russell westbrick 3
Malheureusement j'ai l'impression que ce bayern qui est pour moi comme l'année dernière la meilleure équipe d'europe se fera encore avoir tactiquement par une équipe qui va jouer bas et en contre.
A moins que Guardiola accepte de laisser un peu plus de possession a son adversaire et jouer moins au haut.
Mais ça j'y crois pas vraiment.


Oui enfin tout dépendra de la capacité de l'équipe à maintenir une bonne constance, surtout dans l'effort physique, primordial dans le déclenchement du pressing. L'année dernière, si le Bayern se fait sortir par le Real c'est parce qu'il n'arrive à presser correctement que lors du premier quart d'heure du match aller. Derrière, avec le but de Benzema, l'équipe se liquéfie totalement, s'agace (à l'image de Ribéry) et sort de son match. S'ils avaient pressé pendant 180 minutes comme ils l'ont fait pendant 15, ils auraient bien plus de chances de passer.
Mais ils ne faut pas perdre de vue que cette confrontation arrive dans un contexte où le Bayern était arrivé en perte de vitesse, totalement démobilisé après le titre de champion. Je ne pense pas que Guardiola commettra de nouveau l'erreur de trop faire tourner cette saison, ce qui devrait assurer au Bayern d'arriver en forme pour les échéances du printemps. Une chose est sûre, ils seront très très durs à sortir.
Surtout que le message lancé par le board est clair : aucun relâchement ne sera toléré, à l'inverse de la saison dernière.

C'est aussi pour ça que le Bayern colle raclée sur raclée, les joueurs ne s'arrêtent jamais, s'il y a la possibilité d'en mettre 5, alors ils doivent le faire.
russell westbrick 3 Niveau : Loisir
Message posté par Thanos


Oui enfin tout dépendra de la capacité de l'équipe à maintenir une bonne constance, surtout dans l'effort physique, primordial dans le déclenchement du pressing. L'année dernière, si le Bayern se fait sortir par le Real c'est parce qu'il n'arrive à presser correctement que lors du premier quart d'heure du match aller. Derrière, avec le but de Benzema, l'équipe se liquéfie totalement, s'agace (à l'image de Ribéry) et sort de son match. S'ils avaient pressé pendant 180 minutes comme ils l'ont fait pendant 15, ils auraient bien plus de chances de passer.
Mais ils ne faut pas perdre de vue que cette confrontation arrive dans un contexte où le Bayern était arrivé en perte de vitesse, totalement démobilisé après le titre de champion. Je ne pense pas que Guardiola commettra de nouveau l'erreur de trop faire tourner cette saison, ce qui devrait assurer au Bayern d'arriver en forme pour les échéances du printemps. Une chose est sûre, ils seront très très durs à sortir.

Regarde wolfsburg bayern est tu constatera les mêmes difficultés.
Face à une équipe qui est bien regroupé et possède une qualité technique suffisante le Bayern va souffrir.
C'est l'efficacité qui fera la différence d'ailleurs j'espère pour Guardiola que son bayern évitera le réal qui contrairement à ce qu'on entend en ce moment est toujours pour moi le favori numéro pour la ligue des champions plus que pour la liga leur jeu est calibré pour les confrontations en mode aller retour.
Message posté par russell westbrick 3

Regarde wolfsburg bayern est tu constatera les mêmes difficultés.
Face à une équipe qui est bien regroupé et possède une qualité technique suffisante le Bayern va souffrir.
C'est l'efficacité qui fera la différence d'ailleurs j'espère pour Guardiola que son bayern évitera le réal qui contrairement à ce qu'on entend en ce moment est toujours pour moi le favori numéro pour la ligue des champions plus que pour la liga leur jeu est calibré pour les confrontations en mode aller retour.



Ben justement, sur ce match-là, le Bayern avait produit une performance d'une grande médiocrité, au lendemain de la trêve. Je ne dis pas que ce Bayern est parfait, je dis juste que s'ils sortent une performance à la hauteur au niveau de l'intensité, ça ne sera pas la même histoire que l'an dernier je pense. Concernant le Real, je pense comme toi qu'il ne faut les enterrer trop vite: avec une équipe au complet et des cadres à l'endroit, ils peuvent en effet faire très très mal.
Neuer gardien le plus surcoté de tous les temps quand t'a Ronaldo ou KDB en face il s'en prend 4 lol
SalidaGuardiola Niveau : District
On ne peut comparer le bayern de la saison derniere a celui de cette annee. Tactiquement, lequipe comprend les principes de pep et cela se voit sur le terrain, avec un jeu plus direct et rapide meme sils monopolisent le ballon. Enfin le pressing est plus a point. Pour moi le bayern sest ameliore grace au depart de kroos meme si jadore ce joueur. Sur le long terme peut etre que son depart fera mal, mais la il fait plutot du bien au milieu bavarois. Et finalement, la defense a 3 et les multiples roles de chaque joueur, sortant du labo tactique de pep, rendent cette equipe beaucoup plus dangereuse que celle de lan passe
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
16 14