1. //
  2. // 19ème journée

Bayern-Dortmund, je t’aime moi non plus

Dortmund gagne 3-1 face à Hoffenheim? Alors le Bayern décide de gagner aussi face au VfL Wolfsburg (3-0), histoire de donner toujours plus de piment à cette Bundesliga, où les leaders viennent de passer la barre des quarante points. Ouf, ils ne sont pas relégués. Ce qui n’est pas le cas de la moitié de la Bundesliga, qui est plus ou moins concernée par l’Abstiegskampf. En haut, en bas, du suspense, il y en aura partout, et jusqu’au bout.

Modififié
6 2
Que ce fut dur pour le Bayern. Avant même le début de la rencontre, c’était clair que les hommes de Jupp Heynckes allaient acculer ceux de Magath dans leurs derniers retranchements. A l’image de Ribéry, les Bavarois ont fait le jeu, mais ils ont énormément galéré face aux Loups, bien regroupés derrière. Peut-être que Felix Magath avait menacé ses joueurs de les séquestrer s’ils n’obtenaient pas un résultat à Munich. Les joueurs estampillés Volkswagen ont fait ce qu’ils ont pu, mais sont passés à quelques encablures de la correctionnelle. Gomez marque suite à une frappe de Ribéry repoussée par la défense du VfL, mais le serial-buteur était hors-jeu.

Quelques minutes plus tard, le même Gomez part à la limite du hors-jeu, fait un contrôle dégueulasse et loupe sa reprise devant Diego Benaglio sorti à la manière d’un gardien de hand. Des arguments suffisants pour Magath qui ne jettera pas ses millions pur acheter le numéro 33 du Bayern. En fin de première mi-temps, Ribéry se voit refuser un péno alors qu’il s’était fait clairement dégommer par Chris et Jiracek. La chance ne durant qu’un(e mi-) temps, le Bayern finissait par faire la différence grâce à l’inévitable Super Mario, qui inscrit son 17ème but en 19 matchs comme un renard au milieu d’une meute de Loups. Le but est moche? En Bavière, on s’en fout. « Mia san mia » , comme on dit là-bas. Wolfsburg se sent obligé d’attaquer, n’y arrive pas, et finit par se faire punir en toute fin de rencontre par Olic, l’éternel joker du Bayern, d’un lob somptueux. Un but qui comptera sûrement au moment de rendre les bulletins en fin de saison, car à 600 bornes de là, il est une équipe jaune et noire qui ne lâche pas l’affaire.

Kagawa, l’homme sans poste

A Dortmund, on a complètement oublié l’histoire du mégaphone d’août dernier? Les fans du BVB ont vu leurs chants anti-Hopp couverts par une saleté de mégaphone à Sinsheim? Pas grave, au Signal Iduna Park, ils pousseront leur club vers la victoire. Et ça ne rate pas. Dès le premier quart d’heure, Shinji Kagawa, trouve la faille suite à une relance de merde de Hoffenheim. Le Japonais, alias l’homme sans poste, emmerde la défense de « Hoppenheim » , récupère la balle, s’amuse en compagnie de Blaszczykowski qui finit par centrer pour Grosskreutz. L’enfant chéri de Dortmund trouvera Kagawa d’une jolie talonnade pour le 3-0. Johnson réduira la marque, mais l’essentiel est là pour les Schwarzgelben: une victoire qui leur permet de former le duo des 40 points avec le Bayern, en attendant la création d’un trio avec Schalke, qui joue à Cologne demain.

Gros choc près de la Weser, où Brême, cinquième, recevait le Bayer Leverkusen, sixième. Depuis quelques années, le Bayer est un véritable chat noir pour le Werder, puisqu’invaincu depuis sept matchs. Une série encore en cours,car après avoir été menés 1-0 suite à un but de l’inévitable Pizarro, les hommes de Robin Dutt (qui n’a une fois de plus pas aligné Michael « Il Capitano » Ballack, ce qui devrait lui causer quelques emmerdes) sont revenus au score par Reinartz. Un match nul logique entre deux formations qui semblent s’être fait une raison: l’an prochain, ce sera l’Europa League, au mieux.

Le carré magique de Slomka

Au pire des cas, l’un des deux se la prendra à l’envers par Hanovre, qui, tel un joueur de poker, la joue « en sous-marin » . Lors du Freitagsspiel, les hommes de Slomka, qui alignait son fameux « carré magique » (Pinto-Schmiedebach-Rausch-Stindl) ainsi que Jan « Zizou » Schlaudraff (pour la calvitie, hein, par pour le talent balle au pied), se sont imposés sur le plus petit des scores grâce à Mohamed Abdellaoue, le Norvégien d’origine marocaine. Cette victoire permet à l’autre HSV de mettre fin à une série de huit matchs sans victoire, et surtout, de revenir à trois petits points du Bayer Leverkusen.

Une lutte intense pour ne pas descendre
Quand on débarque en Allemagne, nombreux sont les autochtones qui demandent si l’on a déjà été à Hambourg, à Berlin, et quelle est la ville que l’on préfère. Généralement, il ne doit en rester qu’une. Aimer les deux est tout à fait incompatible. Sur le terrain, c’est pareil: il fallait un gagnant, le 2-2 du match aller n’ayant satisfait aucune des deux équipes. Pour son premier match à l’Olympiastadion, Michael Skibbe a fait comme au match aller, il a perdu 2-1. Jansen a ouvert le score, Petric en rajoute une couche juste avant la mi-temps. Pierre-Michel Lasogga aura beau réduire la marque en fin de rencontre, Berlin s’inclinera. Michael Preetz fait la gueule et Michael Skibbe commence à se demander si au Hertha, on ne le prend pas pour un jambon.

Enfin à Augsburg s’est disputé un match qui à première vue ne semblait pas si bandant, mais qui s’est révélé super intéressant, au final. Le FCA recevait Kaiserslautern dans le Kellerduell (duel de la cave, pour les non-initiés) de la journée, un match à six points, comme on dirait ici. C’est de Jong (qui, comme son nom ne l’indique pas, est Canadien) qui ouvre le score pour le promu, avec que Florian Dick ne claque un doublé pour Lautern. Dick qui n’avait inscrit qu’un but en Bundesliga jusqu’à présent. Du lourd, mon gros. En deuxième période, Jos Luhukay décide de faire parler son arme secrète, le coaching payant. L’entraîneur néerlandais sort Mölders du terrain, ce qui est (para)normal au vu de sa prestation. Hain rentre sur la pelouse et égalise 22 secondes plus tard. La fin du match est engagée, les deux équipes bataillent ferme, et Lautern aurait dû obtenir un pénalty, mais Herr Gräfe ne veut rien entendre. Egalité entre les deux équipes, mais nul doute qu’elles s’observeront jusqu’à la fin. Autant ce sera passionnant tout là-haut, autant l’Abstiegskampf promet d’envoyer du rêve, avec (pour l’instant) neuf équipes qui se tiennent en six points.

Résultats

Bayern Munich – VfL Wolfsburg: 2-0
Gomez (60è), Olic (90è+2)

Borussia Dortmund – TSG Hoffenheim 1899: 3-1
Kagawa (16è, 55è), Grosskreutz (31è) / Johnson (63è)

Werder Brême – Bayer Leverkusen: 1-1
Pizarro (29è) / Reinartz (57è)

Hertha Berlin – Hambourg SV: 1-2
Lasogga (81è) / Jansen (24è), Petric (45è+1)

FC Augsbourg – 1.FC Kaiserslautern: 2-2
De Jong (5è), Hain (66è) / Dick (25è, 48è)

Vendredi:

Hanovre 96 – 1.FC Nuremberg: 1-0
Abdellaoue (18è)

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Erreur dans l'intro: 2-0 pour le Bayern et non 3-0 ;-)
Le pénalty non accordé à Kaiserslautern en fin de match est scandaleux... il n'y a pas qu'en France que les arbitres passent à côté !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 2