1. //
  2. // Finale
  3. // Bayern/Inter

Bayern, accouchement dans la douleur

Tourmenté et flagellé sur les différents terrains d'Europe toute la saison... le Bayern München a su ressusciter à chaque tour et réinventer le concept du miracle permanent. Retour sur un parcours qui prend racine à Haifa.

0 2
« Pas vu un seul bon match »

Tout a commencé en Israël devant près de 39 000 spectateurs. Le jeu court prôné par le Maccabi Haifa perturbe longtemps un FC Bayern qui voit la titularisation du Français Franck Ribéry et un Van Gaal toujours à la recherche de son 11 idéal. Comme à l'accoutumée, l'équipe israélienne s'écroule physiquement après l'heure de jeu et Van Buyten ouvre le score à la 64e minute avant que le jeune Thomas Müller ne marque un doublé. Victoire 3-0 contre le Maccabi Haifa et une place de leader dans le groupe A.

Fin septembre, la "Alte Dame" Turinoise, véritable bête noire du football allemand en général et du Bayern München en particulier, se déplace à l'Allianz Arena. Un 0-0 qui arrange tout le monde car l'équipe bavaroise vient de s'incliner en Bundesliga contre Hambourg et n'arrive pas à trouver son style de jeu. « Je pense que nous n'avons pas encore vu un seul bon match cette saison » déclare Van Gaal. « Mais nous avons eu des occasions devant le but sans réussir à marquer. C'est très dommageable » ajoute-t-il.

« Pas reconnu une équipe de classe mondiale »

La double confrontation contre des Girondins de Bordeaux alors euphoriques, va ramener le Bayern München, privé des "Robbery", sur terre. Ciani se rattrape du but contre son camp en égalisant à la 27e minute et Müller, déjà averti, doit laisser ses coéquipiers à la demi-heure de jeu pour un nouveau carton jaune qui ne pardonne pas. Bordeaux prend l'avantage à la fin de la 1ère mi-temps. Butt devient alors la vedette de la rencontre : pressé par Chamakh, il provoque un pénalty qu'il arrête devant un Gourcuff suffisant. 88e minute, faute dans la surface de Van Buyten sur le Marocain, le Bayern finira la rencontre à 9 et Butt arrête à nouveau le pénalty de Jussié. « Je n'ai pas reconnu une équipe de classe mondiale » se lamente Van Bommel. Mais le pire est à venir ! Le Bayern balayé par des Girondins lors du match retour, les cruels errements défensifs des "Roten" éclatent au grand jour. Une défaite 0-2 qui laisse les Bavarois à 4 points de la Juventus Turin. « Nous ne sommes pas encore éliminés. Il nous reste une petite chance » dit l'entraineur batave. Il est bien le seul à y croire.

« Une nuit magique »

Alors que le FC Bayern est à la peine en championnat en ne pouvant pas s'imposer contre un Bayer Leverkusen rayonnant, la victoire contre le Maccabi Haifa permet au buteur Olic et ses coéquipiers de recoller à l'équipe italienne défaite par les supersoniques Bordelais. 3 points poussifs avec, encore une fois, le club israélien qui s'effondre après l'heure de jeu. Uli Hoeness résumera laconiquement la situation : « Tout le monde peut remarquer que notre équipe manque de confiance en rentrant sur le terrain, ce qui ne devrait pas être le cas » .

Seule une victoire en déplacement peut permettre à l'équipe bavaroise de se hisser en 1/8ème de finale de la ligue des Champions. Alors, pour motiver les troupes, on fouille dans les statistiques et on redécouvre "das Wunder von San Siro" qui date de 1988, une éternité ! Le Bayern a pu l'emporter contre l'Inter Milan d'un certain Matthaus. Toujours privé des "Robbery" au coup d'envoi, le Bayern manque d'ouvrir le score sur une tête d'Olic qui s'écrase sur le poteau avant que Trezegoal ne se rappelle à la face du monde : 1-0 pour les Turinois. On est loin d'un miracle mais à la 1/2 heure de jeu, le Croate obtient un pénalty que transforme le gardien Butt. Les mouches ont changé d'âne ! Et la seconde période verra un 11 Bavarois dominateur et une victoire 4-1 grâce à Olic, encore lui, Gomez et Tymoshchuk. « Une nuit magique » comme l'affirmera Karl-Heinz Rummenigge et le match référence que recherchent depuis le début de la saison les pensionnaires de la Säbener Strasse.

"Million Treffer" Robben

Huitièmes. Un tirage au sort favorable pour le Bayern München qui reçoit en match aller la Fiorentina de Jovetic et Gilardino. Dépassé par les évènements, l'arbitre du match faussera le cours de la rencontre en se trompant sur la plupart de ses décisions. Plus grave que le carton rouge donné à Gobbi, il accorde aux Bavarois un but à la 89e minute malgré un hors-jeu évident du buteur Klose. 2-1 pour le FC Bayern. Trois semaines plus tard, le match retour a lieu au stade Artemio Franchi. En doublant le score à la 54e minute grâce à Jovetic, la Fiorentina entrevoit la qualification. Mais le match devient fou. 6 minutes plus tard, Ribéry, au milieu de 3 adversaires, délivre une passe à son capitaine Van Bommel qui réduit le score. Une joie de courte durée puisque dés la 64e minute Jovetic, à nouveau, se joue d'un Van Buyten pitoyable dans cette rencontre et redonne l'accès aux 1/4 de finale à l'équipe italienne. Mais 60 secondes plus tard, Robben passe en revue la défense florentine et décoche des 30 mètres un tir qui finira dans la lucarne. "Million Treffer" Robben est né.

Quarts. Les rencontres entre le Bayern Munich et le rival Manchester United sont toujours historiquement épicées avec en point d'orgue la finale de 1999. Il ne faudra que 63 secondes au potentiel ballon d'or Wayne Rooney, aidé par Demichelis, pour ouvrir le score à l'Allianz Arena. Mais aidée par un public en délire, l'équipe bavaroise pousse et obtient l'égalisation par Ribéry sur un coup franc détourné avant qu'Olic ne se saisisse de la balle et trompe Van der Sar dans les arrêts de jeu. Historiquement, le FC Bayern n'a jamais perdu à Old Trafford, c'est donc avec confiance au retour que le 4-4-2 vangaalien, sans véritable n°9, rentre sur le terrain malgré la surprise Rooney, joueur supposé blessé, en face. Ce ne sera pas la seule car les Red Devils mettent le feu et mènent 3-0, grâce notamment à super Nani après 41 minutes ! On craint une raclée historique. Mais Olic sauve à nouveau son club avec un but de renard et limite la casse à la mi-temps. Gomez remplace Müller, Rafael est expulsé, Rooney doit sortir, et "Million Treffer" Robben marque un nouveau but d'anthologie à la 74e minute.

« La France en 1/2 »

« La France en 1/2 » . C'est par ce titre que la presse populaire allemande annonçait ironiquement la potentielle 1/2 finale de Ligue des Champions, soit une petite piqure de rappel concernant les confrontations Franco-allemandes en Coupe du Monde. Ce ne sera pas Bordeaux, le souhait de Van Gaal, mais l'Olympique Lyonnais. Le match aller à l'Allianz Arena est encore une de ses dramaturgies dont seul le football peut se prévaloir. 37e minute : Franck Ribéry, qui fait la une des tabloïds, est expulsé suite à une agression sur Lisandro Lopez. Plutôt que de profiter de son avantage numérique, l'entraineur lyonnais reste sur une tactique prudente qui aboutit à l'exclusion de Toulalan. 10 contre 10, Van Gaal ne laisse pas passer sa chance et lance Gomez. "Million Treffer" Robben frappe encore. 1-0 score final.

Le match retour sera une formalité : 3-0 et un triplé d'Olic. A noter l'expulsion de Cris. Les Lyonnais n'ont pas été à la hauteur mentale de l'évènement. Une qualification résumée par Rummenigge : « Nous sommes très fiers de cette équipe. Elle est fantastique. Ce qu'elle a montré comme vertus depuis quelques mois, ce n'est que du bonheur. Elle a tout simplement gagné le droit d'être en finale » .

Polo

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Un petit flashback avant le grand jour ! J'ai vraiment hâte ... Super article, Polo ! Et, que les meilleurs (les plus intelligents ?) gagnent !
Bravo Polo et merci !
88 ! je me rappelle de ce match
j'avais vu le match aller sur une chaine allemande : l'Inter qui gagne 2-0 à Munich je crois,avec un but de berti apres une course de 50m
match retour : je ne sais pas s'il etait diffusé par contre je me souviens d'avoir regardé le match du Napoli avec mon papa ,le Napoli de Maradona qui jouait aussi en coupe d'Europe
on entendait le stade San Paolo de Naples qui exultait à chaque but du Bayern. c'est ainsi que l'on a compris que le Bayern avait gagné à Milan 3-1 si mes souvenirs sont bons.
Merci polo
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La fin de l'Inter-minable ?
0 2