En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Joyeux anniversaire Bayal Sall

Bayal Sall, trente et un ans et presque toutes ses dents

Il avait séché la reprise de l’entraînement à Saint-Étienne début juillet. Moustapha Bayal Sall s’est finalement engagé avec Al-Arabi au Qatar. Geoffroy-Guichard n’assistera donc plus aux découpages en règle du roc aux gros cuissots ni à ses duels verbaux avec de grands attaquants suédois. Peut-être aussi parce que Bayal Sall, solide défenseur à la culture de battant inculquée sur son île natale de Gorée, a eu trente et un ans ce mercredi. Et ouais.

Modififié
Il n’y a qu’une manière de rallier Gorée, confetti de terre qui émerge de l’océan Atlantique à quelques kilomètres au large de Dakar : le bateau. Et pour 99% des Sénégalais et touristes, c’est la chaloupe qui les déposera sur cette île de trois kilomètres de long, découverte par le navigateur portugais Dias en 1444 et tristement connue pour son passé esclavagiste. Loin des cales putrides et des biscuits secs de l’époque, les voyageurs embarquent aujourd’hui dans le moderne port de Dakar, où la salle d’attente du ferry sent la crème solaire et mélange expatriés européens, familles de la classe moyenne sénégalaise, insulaires et touristes occidentaux. Cette chaloupe est chevillée à la carrière de Moustapha Bayal Sall, comme d’autres ont le centre de formation de leur adolescence gravé dans la peau. Né à Gorée, le futur ex-défenseur de l’AS Saint-Étienne a commencé sa vie de footballeur à bord du ferry. Il l’a emprunté matin et soir pour se rendre à l’entraînement sur le continent. « Quand je jouais à l’US Gorée en juniors, je prenais tout le temps le bateau, alors que les autres utilisaient des moyens de transport classiques, raconte Sall. C’est comme ça qu’ils ont tous commencé à me surnommer "loupecha", chaloupe en verlan. Quand j’ai des amis sénégalais au téléphone, ils continuent à m’appeler comme ça. » Même si le défenseur des Lions de la Téranga a ensuite pris l’habitude de rejoindre L’Étrat, le centre d’entraînement de l’ASSE, à bord d’une Porsche rutilante, jantes rouge et noir jusqu’aux vitres teintées.

Des tours de l’île à la nage


Si Bayal Sall tient indirectement son surnom du fait d’être né sur une île, il doit aussi à Gorée son physique de déménageur. « Je nageais beaucoup et bien. On avait un maître-nageur qui, l’été, supervisait la petite plage de l’île, juste à côté de l’embarcadère. Pendant les vacances, c’est lui qui nous apprenait entre les deux quais à nager. On faisait des petites compétitions autour de l’île. Je nageais le crawl, la brasse. Mais je n’ai jamais fait la traversée Gorée-Dakar comme certains de mes amis  » , dit-il. Pas moins physique, son autre passe-temps quand il ne tapait pas la balle a longtemps été la pêche. « Avec mon meilleur ami, Ibou, on partait à la mosquée à six heures du matin et quand on avait fini, on allait chercher les poissons. On plaçait les filets le soir et on les relevait le matin. On allait aussi pêcher loin en mer, avec nos cannes sur une barque. » À la dure, son enfance a poli la musculature du défenseur stéphanois. De ses pectoraux à ses cuissots. « On avait même un préparateur physique qui s'occupait spécialement de Bayal, raconte Maguette Dia, son ex-équipier à l’US Gorée. À l'époque, il avait déjà des muscles énormes, et il fallait bien les chauffer avant l'entraînement ou les matchs. On prenait soin de lui.  » Au sujet de son tour de cuisse de son désormais ancien défenseur, Christophe Galtier, l’entraîneur stéphanois, se marre : « C’est vrai qu’ils ont toujours pris soin de ses cuisses ici, il y a de la surface en même temps ! » La plupart de ses frères sont grands ou costauds. Lui cumule les deux : «  Je suis né costaud. Les gens pensaient que je faisais de la musculation, mais non, pas de pompes, rien du tout, juste des abdos. Sur l’île, des gamins m’appelaient même "yuruba", le nom des gardes bien costauds au Nigeria. »


Sa puissance naturelle a agi comme un coup de pouce pour percer dans le football sénégalais. Alors qu’il observe derrière ses épaisses lunettes aux verres fumés un match amical entre vétérans de l’île, Cheick Diallo, demi-frère de Bayal – né de la même mère – se souvient : « Lors d'un de nos premiers tournois, on perdait deux-zéro et le coach avait mis Moustapha sur le banc. Il l'a finalement fait entrer et il a marqué deux buts tout de suite sur deux frappes lointaines. C'est son premier petit exploit à Gorée. On a tous gardé en tête ses frappes de 25 mètres qu'il décochait parfois en match. » De son torse bombé, le jeune Moustapha a survolé les Navétanes, ces traditionnels championnats de quartier disputés l’été où il a aussi fait parler ses talents de tireur de coups francs. « Je frappais en force, pas en finesse, clarifie-t-il. Au Sénégal, ils me demandaient pourquoi je n’en tirais pas en arrivant en Europe. "Ils ne savent pas que tu en as déjà marqué du rond central !" me disaient-ils. Mais je ne suis pas là pour marquer, juste pour faire mon job. » Son job, justement, s’est précisé avec le temps. Des juniors de Gorée à l’US Douanes, un autre club de Dakar où il s’est retrouvé prêté. Concentré sur son activité de récupération et de relance, le milieu a vite réalisé qu’il préférait passer que marquer. Se sacrifier plutôt que s’illustrer. « J’aimais la course, le combat, les duels, tout le temps tacler, tacler... repète Bayal Sall. Comme il y avait toujours beaucoup de sable, on essayait techniquement de bien contrôler la balle pour éviter de se mettre en difficulté. »

« Même l’entraîneur, je l’ai agressé »


La joie des tacles sur moins de sable, Bayal Sall l’expérimente à l’été 2006, à son arrivée dans le Forez. Son âge à l’époque : vingt ans. « Mon premier entraînement, c’était sur le terrain Aimé Jacquet, et je taclais tout le monde. Je m’en souviens bien, après un circuit pour travailler la technique et l’endurance, on avait fait un toro, et j’étais dans l’équipe de Julien Sablé. J’ai commencé trois jours, et l’entraîneur (Ivan Hasek, ndlr) a voulu me prolonger d’une semaine. Je m’entraînais avec les pros, il a vu que j’étais là et que je ne lâchais rien. Si je n’avais pas le ballon, j’agressais tout le monde. Même l’entraîneur, je l’ai agressé. Voilà, après il a sauté (rires). » La Ligue 1 a fait sa connaissance le 6 octobre 2007, lors d’un choc entre les Verts et l’OM. Bayal Sall est dans le onze depuis quelques matchs, les habituels titulaires, Tavlaridis et Nivaldo étant blessés ou suspendus. « On joue Marseille, on gagne 1-0 avec un but à la 95e. En face de moi, il y avait Mamadou Niang et Djibril Cissé que j’ai bien tenu, alors qu’il était chaud à ce moment-là. Ce match-là, il m’a fait basculer derrière, direct. » C’est à son issue qu’il gagne d’ailleurs un (autre) surnom, le roc.


Un petit nom éprouvé et approuvé par l’attaquant le plus connu que la Ligue 1 ait jamais compté : Zlatan Ibrahimović. Automne 2012, au Parc, les deux hommes s’échangent des coups virils et quelques bons mots. Capté par les caméras, le « I fuck you toi aussi » de Bayal Sall reste encore mythique. « J’ai fait mon match tranquillement, je ne l’ai pas calculé, commente-t-il sobrement. Moi, avant ce match, je ne le connaissais pas trop. Je le voyais en Italie, mais je n’avais jamais joué contre lui. Il m’a d’abord insulté en suédois, puis en anglais, j’ai juste répondu ! Sur le terrain, c’est le football. Quand il est devant moi, il a beau être costaud, technique et faire peur à tout le monde, moi j’ai dit non, je me fous de Zlatan ! Il vient au combat, je vais au combat. » De la surprise de sa réaction, Bayal Sall tire assurément le respect de Zlatan, dont ont disposé assez peu de footballeurs du championnat de France. Car derrière les chambrages, l’international scandinave a fait passer ses compliments, par l’intermédiaire de Blaise Matuidi, qui, l’année dernière, a proposé au défenseur stéphanois, alors blessé, de rentrer dans le vestiaire sacré du PSG. « Zlatan est venu vers moi, et puis il m’a attendu les bras en croix, en me disant "Ça va mon ami ?" Ça fait toujours plaisir d’échanger en dehors du terrain. »

La prière de 5h du matin


Mais le défenseur stéphanois n’est pas qu’un Hercule triomphant de l’adversité par la force. Il a aussi construit sa carrière avec sa tête. C’est elle qui lui a permis de supplanter la concurrence. À Gorée, Bayal Sall a grandi aux côtés d’Ibou Ndione. Son meilleur ami, son complice dans toutes les équipes de jeunes de l’île, et l’autre diamant de la paire infernale qui a hissé l’US Gorée en Ligue 1 sénégalaise. « Il me disait toujours: quand un jour tu partiras en Europe, je viendrai avec toi, raconte le défenseur stéphanois. On priait aussi ensemble. Lui respectait bien l’horaire de la mosquée. Il me réveillait à 5h du matin, alors que moi, j’avais un peu plus de mal avec les horaires des prières. » Finalement, Ndione s’est échoué au Maroc, puis à Oman. À l’opposé, Bayal Sall a patienté pour réaliser ses rêves d’Europe avant de rejoindre aujourd’hui le Qatar pour la fin de sa carrière. Mais si la carrière du défenseur sénégalais a plusieurs fois tenu à un fil pendant ses neuf années chez les Verts, il s’est accroché avec ses tripes. Jusqu’à s’imposer dans l’historique vestiaire, devenant capitaine en l’absence de son pote Loïc Perrin. « C'était à la fois un gagneur, un mec sympa et un leader, mais c’est sur le dernier point qu'il a le plus évolué, je pense » , décrypte son ancien partenaire aux Douanes, Vito Badiane.

Depuis toujours, Bayal Sall sait où il veut aller. S’éloigner des filles et des bars ont été ses premiers sacrifices de jeunesse. « Quand mes amis rentraient de boîte à six heures du matin, moi j’allais courir » , relate-t-il. « Même quand il n'avait pas d'argent, il s'achetait de l'eau minérale. Car si tu bois l'eau du robinet, c'est mauvais pour le corps ici. Il avait déjà un mode de vie de pro dans sa jeunesse » , ajoute Pape Omar Ngala Ndoye, ex-coéquipier de Sall à l’US Gorée, et toujours dans l’équipe aujourd’hui. La détermination du défenseur stéphanois nous ramène encore à l’embarcadère du ferry, que le déjà grand Bayal Sall a souvent manqué, à force de prolonger les entraînements matinaux sur le continent. « On courait, on prenait des raccourcis pour l’avoir. Parmi les gens qui nous voyaient passer, certains pensaient même parfois qu’on avait volé quelque chose. Au bout d’un moment, j’ai dit : "C’est bon, si je loupe la chaloupe de 12h30, je prends l’autre." Alors j’ai commencé à payer le deuxième gardien du club pour frapper des coups francs, faire des frappes de loin... »

Un maillot préparé par le marabout


Plutôt famille que clubbeur, « Mouss » a aussi ses superstitions. À son arrivée en prêt aux Douanes, elles ont failli lui jouer un bien mauvais tour. Habitué à jouer avec le numéro 12, Bayal Sall avait d’abord négocié pour le garder au sein de sa nouvelle formation, jusqu’à ce qu’un équipier ne tente de lui reprendre juste avant le premier match de la saison. « Mais mon marabout avait préparé le maillot, et quand tu l’enfiles, il ne faut plus l’enlever, coupe l’intéressé. Alors j’étais prêt à me battre avec lui. Je lui avais dit que je l’allais le défoncer si je n’étais pas son partenaire. » Sans les poings, Bayal Sall a finalement gardé son numéro. Ses rituels, eux, ont disparu saison après saison, sans qu’il ne délaisse pour autant sa croyance. Loin de son île, l’ex-Stéphanois a toujours gardé en lui ses racines. Et veille à les inculquer à ses enfants, qu’il a renvoyés au pays pour qu’ils aient conscience de leur identité. « Pour leur bien, je les avais d’abord amené en France quand ils étaient petits, mais j’ai vu que quelque chose leur manquait quand je les emmenais dehors, justifie-t-il. Et puis j’ai vu les enfants d’autres joueurs africains être mal éduqués ici. Ils insultent leur mère et oublient leurs racines. »


Quand il revient au pays lors des périodes de vacances, le défenseur stéphanois n’oublie pas de faire un crochet sur l’île. Son « père adoptif » , c’est Augustin Senghor, maire de Gorée, président du club de foot local et surtout patron de la Fédération sénégalaise. C’est aussi le conseiller de Bayal Sall depuis ses débuts. « Au-delà de ce qu’il porte comme titre, c’est un avocat, le président de la Fédération sénégalaise, le maire de l’île... C’est un homme bien. Il m’a bien éduqué. Quand je me suis marié, c’est à lui que je l’ai annoncé en premier. C’est aussi lui qui m’a conseillé pour la maison que j’ai acheté à ma mère, les immeubles que j’ai achetés à Dakar. Après, je fais ce que je veux, mais il nous donne des idées. C’est quelqu’un qui m’aide beaucoup et qui m’a beaucoup aidé. » Et Mustapha le lui rend bien. « C'est un vrai modèle pour les jeunes, c'est important qu'il garde le contact, débite Augustin Senghor, en épongeant la sueur qui coule à torrent sur son front au sortir d’un amical entre vétérans de l’île de Gorée. Ici, on se bat pour garder la tradition sportive historique de l'île, et l'US Gorée est le deuxième plus vieux club du Sénégal. »

« J’achète cent maillots et je les ramène ici »


Outre ses déjeuners avec Augustin, quand il débarque sur l’île du haut de son mètre 94, « La chaloupe » distribue les cadeaux. « Parfois, j’achète cent maillots en France et je les ramène ici, glisse Bayal Sall. Fredo, (l’intendant du club stéphanois, ndlr) peut te le dire. C’est 80 euros le maillot. J’ai payé jusqu’à 10 000 euros de maillots en rentrant avec le maximum de valises autorisées en soute. Je donne beaucoup, car je sais d’où je viens. Pendant l’été, on organise aussi des tournois. Je sais qu’un autre petit sortira un jour de Gorée et deviendra professionnel. Et à son tour, il fera pareil. Il achètera des maillots, des chaussures, en se rappelant d’où il vient. » Et ils sont plusieurs jeunes Goréens à marcher dans les traces de leur idole en espérant eux aussi rejoindre un jour cette Europe lointaine. Assane notamment. À dix-huit ans, ce jeune espoir de l’US Gorée a joué quelques bouts de match en Ligue 1 sénégalaise. Il est le seul natif de l’île parmi les jeunes. « Bayal Sall, c’est mon modèle. Il a montré qu’un îlien pouvait réussir, partir en Europe et jouer avec les Lions. Je rêve de rejoindre la France comme lui. »



Par Camille Belsœur et Bruno Poussard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence
Hier à 11:17 Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria Hier à 09:15 Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 2
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 50 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 7 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 128 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 44 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 188 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77 mardi 24 octobre Rafik Kamergi en casquette sur l'animation d'avant-match 3 mardi 24 octobre Un joueur de Premier League soupçonné de tentative de viol 41 mardi 24 octobre Elle reprend les chansons des fans de San Lorenzo (via Brut Sport) mardi 24 octobre Le vrai meilleur buteur de l'Histoire (via Brut Sport) mardi 24 octobre Pourtant repêchée, l'Égypte se retire du CHAN 2018 9 mardi 24 octobre Les joueurs des championnats uruguayens en grève 7 mardi 24 octobre Le premier club de foot de l'histoire fête ses 160 ans 25 mardi 24 octobre Philadelphie recrute un tatoueur 7 mardi 24 octobre La voiture de Jefferson braquée 18 mardi 24 octobre Un joueur de Preston obligé de revenir sur la pelouse pour se prendre son rouge 6 lundi 23 octobre Giroud remporte le prix Puskás 56 lundi 23 octobre Un supporter chilien parcourt 3000 km pour son équipe 6 lundi 23 octobre 273€ à gagner avec la Lazio & l'Atalanta 1 lundi 23 octobre Un supporter sort du coma grâce aux chants du stade 11 lundi 23 octobre Record de points pour le Toronto FC en MLS 13