1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. //

Bauza Nova

Deux rencontres ont suffi pour apercevoir la patte d’Edgardo Bauza sur la sélection argentine. Analyse.

Modififié
290 11

Le retour du buteur de surface


En matière de tueur des seize mètres, l’Argentine sait faire. Batistuta ou Crespo ont martyrisé les filets du monde entier avec le maillot albiceleste sur le dos. Edgardo Bauza, nouveau sélectionneur depuis la démission de Gerardo Martino, aime ce style d’attaquant. Dans tous ses clubs, le Patón a toujours fait confiance à un buteur de surface. Lorsqu’il soulève la Copa Libertadores avec la LDU de Quito, Bauza s’appuyait sur Claudio Bieler. Mauro Matos à San Lorenzo et Jonathan Calleri à São Paulo occupaient aussi ce rôle dans ses deux derniers clubs. Le poste d’avant-centre représentait donc la grande inconnue de la première liste du nouveau sélectionneur : Higuaín n’a pas remis les pieds sur le sol argentin depuis la finale de la Copa América Centenario et son énorme occasion manquée, et Agüero soigne une blessure au mollet. Bauza a donc convoqué Lucas Pratto et Lucas Alario. Deux buteurs longilignes et puissants qui ont découvert la sélection, l’un à vingt-huit ans, l’autre à vingt-trois. Les deux ont convaincu, et l’attaquant de l’Atlético Mineiro a même marqué son premier but avec le maillot argentin contre le Venezuela. Le Kun va devoir se battre pour retrouver sa place, tandis que Higuaín devra vraisemblablement renoncer à la tunique bleu et blanc.

Quel rôle pour Messi ?


Trouver le poste parfait pour Messi ? Savoir l’entourer ? Les derniers sélectionneurs argentins n’ont pas su le faire. Pour son premier match avec l’Albiceleste, Edgardo Bauza semble avoir trouvé en Paulo Dybala le partenaire parfait pour le quintuple Ballon d’or. En une mi-temps, le joueur de la Juventus a prouvé qu’il représentait l’avenir de cette équipe, et que son association avec Messi promet. Placé à droite dans un 4-2-3-1, le génie du Barça s’est montré libre et souvent présent au cœur du jeu, pour compenser la timidité et le manque de création de Biglia et Mascherano. Sorti de sa mini-retraite, Messi n’abandonnera pas l’objectif de soulever un titre avec sa patrie.

Youtube

À la recherche de l’équilibre


« Bien jouer au football, c’est trouver l’équilibre. » Edgardo Bauza martèle cette phrase à chaque entretien. Tout au long de sa carrière d’entraîneur, il semble l’avoir trouvé. Il n’a donc pas abandonné ses principes et son 4-2-3-1 lorsqu’il a pris en main la sélection argentine. Avec le club du pape, Bauza s’appuyait sur Juan Mercier et sur Néstor Ortigoza. L’un des duos les plus complémentaires que le championnat argentin ait connu dernièrement. Pour ses deux premières compositions, Bauza a aligné Mascherano et Biglia au milieu. Résultat, un manque de créativité criant. Contre l’Uruguay, Messi a résolu ce problème. Mais face au Venezuela, Banega, numéro 10 sur le dos, est apparu totalement perdu, tandis que Lamela a manqué sa chance d’enfin montrer à son pays qu’il mérite une place dans ce squad offensif bien fourni. L’Argentine a patiné, attendant un exploit de Di María qui n’est pas arrivé. S’il semble attaché à ce milieu à deux têtes, Bauza devrait réétudier le rôle de Biglia, auteur de deux mauvaises performances. Kranevitter ou Augusto Fernández attendent gentiment sur le banc...

Défensif, vraiment ?


Toute sa carrière, Bauza s’est baladé avec cette étiquette d’entraîneur timide et défensif. Dans le livre El método Bauza, Leandro Romagnoli, idole de San Lorenzo et vainqueur de la Copa Libertadores 2014 avec le Patón, tente de faire tomber ce cliché : « Bauza n’a jamais fait un discours en nous demandant de jouer défensif. Il ne nous a jamais dit de tous se mettre derrière, d’attendre l’adversaire. Le football argentin adore mettre ce genre d’étiquette, mettre dans des cases. C’est difficile de lutter contre ça. » Lors de ses deux premiers matchs avec la sélection, Bauza ne s’est pas montré timide. Contre le Venezuela, ses changements offensifs (entrée de Correa, d’Alario pour Bigilia, et de Gaítan pour Rojo) ont même changé le cours de la partie. « Je peux me permettre de prendre des risques avec ce groupe » , a-t-il déclaré après la rencontre. Ça promet.

Par Ruben Curiel
Modifié

Dans cet article

Pragmatique Niveau : CFA2
"Analyse."

Analyse de douze lignes.Super exhaustif tout cela.
Je crois pas que ce soit fini pour Guidain.
Il était trop gros lors de la liste.
Higuain devrait revenir je pense aussi... Il est encore hors de forme mais entre lui et Pratto ya pas photos sauf pour les finales...
Earvin Johnson Niveau : DHR
Pour regarder pas mal de matchs de l'argentine ces dernières années, hormis ses ratés en finale j'ai trouvé Higuain plutôt bon avec l'Albiceleste, il combine bien, se procure des occazs contrairement à un Aguero qui semble souvent totalement perdu sur le terrain.


Sinon il y a des joueurs qui devraient sérieusement être remis en question dans cette équipe, à commencer par Biglia qui n'apporte absolument rien, Augusto fernandez avait fait du bon boulot lors de la dernière Copa, son absence en finale fut très pénalisante du point de vue de l'intensité du pressing de l'équipe.
Di Maria aussi devrait faire un tour du côté du banc. Lui son cas est plus ambiguë, il peut faire la différence à tout instant, mais on ne plus compte les bonnes situations qu'il gâche souvent en faisant le mauvais choix. Je pense qu'un gars comme Gaitan a certes moins de talent individuelle, mais se montrerait plus efficace comme joueur d'équipe.
L'Argentine a eu d'immenses milieux dans les années 90 / 2000, mais là c'est un peu la dèche de relayeurs non ? C'était déjà un gros souci lors de la CA 2011, entre Gago, Banega et Biglia y'en avait pas un capable d'être au niveau attendu... A ce poste le sélectionneur est obligé de faire un choix par défaut jusqu'à maintenant.
Je viens de voir la vidéo de la prestation de Messi face à l'Uruguay. Je l'ai rarement vu faire à ce point la différence tout seul (d'autant plus en équipe nationale). La misère qu'il met aux joueurs de la Celeste (qui sont pas réputés pour être doux). Il passe partout, récupère tout,...
Si ses coéquipiers se mettaient au diapason, la machine de guerre que ça pourrait être l'Argentine !
Didierdrogba Niveau : District
L'idée de mettre Messi à droite comme au Barça et de mettre Dybala en 9 et demi me semble un bon choix. Derrière la pointe Messi voulait trop en faire.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Message posté par Didierdrogba
L'idée de mettre Messi à droite comme au Barça et de mettre Dybala en 9 et demi me semble un bon choix. Derrière la pointe Messi voulait trop en faire.


De toute façon, pour moi, l'avenir de l'Argentine passe par ce duo Messi-Dybala... Et j'avoue que je cracherais pas sur une triplette Messi-Dybala-Pastore derrière une pointe (Higuain, Aguero, Icardi, Calleri, Vietto, Pratto voire Tevez, y a l'embarras du choix) ! Et puis, sortir aussi Rojo et Biglia du onze titulaire, en incluant un autre milieu pour accompagner Mascherano dans le doble cinco cher à Bauza...
Didierdrogba Niveau : District
Message posté par Alain Proviste
De toute façon, pour moi, l'avenir de l'Argentine passe par ce duo Messi-Dybala... Et j'avoue que je cracherais pas sur une triplette Messi-Dybala-Pastore derrière une pointe (Higuain, Aguero, Icardi, Calleri, Vietto, Pratto voire Tevez, y a l'embarras du choix) ! Et puis, sortir aussi Rojo et Biglia du onze titulaire, en incluant un autre milieu pour accompagner Mascherano dans le doble cinco cher à Bauza...


Kranevitter s'il explose à Séville est un beau joueur du style Redondo/Gago. Ou alors faire jouer Banega plus bas à cote de Mascherano.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Message posté par Didierdrogba
Kranevitter s'il explose à Séville est un beau joueur du style Redondo/Gago. Ou alors faire jouer Banega plus bas à cote de Mascherano.


C'est exactement l'idée que j'avais : Kranevitter, s'il explose à Séville, serait le parfait complément de Masche car c'est un pur "cinco" à l'argentine... Et Banega pourrait convenir contre des adversaires plus faibles, dans des matchs où l'Albiceleste monopolisera le ballon (en revanche, cette configuration serait sans doute trop offensive dans les gros matchs, Banega étant davantage un milieu créatif que défensif / récupérateur).
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Par contre, ne mets pas Redondo et Gago dans la même phrase stp ! ;) Non je rigole, je comprends ce que tu veux dire, mais pour moi, Redondo est inégalable à ce poste (l'un de mes 5 joueurs préférés, toutes époques confondues) !

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
290 11