Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Batistuta: « En 2002, tout le monde pleurait dans le vestiaire »

Modififié
Dans un entretien accordé à L'Équipe, l'Argentin Gabriel Batistuta s'est confié sur son parcours en sélection, ses joies et ses peines.


« À chaque fois que j'ai eu l'occasion de jouer une Coupe du monde, je sentais une force incroyable en moi, raconte-t-il. Quand je revois les images aujourd'hui, je me demande encore comment j'ai pu réaliser certains gestes ! Je n'avais alors pas conscience de la dimension de l'événement, du moment que je vivais. Ce n'est qu'aujourd'hui, à froid, que je réalise ce que j'ai fait. » Selon lui, l' « equipazo » (grande équipe) de l'Albiceleste de 1994 est « la plus belle équipe » avec laquelle il a joué, même si cette dernière a été éliminée – sans Diego Maradona suspendu pour dopage – par la Roumanie, en huitièmes de finale du Mondial US.

S'il avoue n'avoir aucun regret, car il a toujours « tout donné sur le terrain » , l'ancienne vedette de la Fiorentina et de la Roma affirme tout de même que le Mondial 2002, son dernier, est un souvenir douloureux. « Lorsque l'on s'est fait éliminer en 2002. Ce fut un échec terrible, l'un des pires de l'histoire de l'Argentine. Je n'avais jamais rien vécu de pareil. Nous étions tous détruits. Je ne comprends toujours pas quelle erreur nous avons pu commettre. Nous avions fait une préparation très consciencieuse, presque obsessionnelle, sans rien laisser au hasard, mais tout est allé de travers. En plus, je savais que c'était mon dernier Mondial, ma dernière chance. Tout le monde pleurait dans le vestiaire... »


Avec le recul, Batigoal estime que Marcelo Bielsa, son sélectionneur de l'époque, est un « entraîneur complet » et qu'il est celui qui a fait de lui un « professionnel » . Mais Romain Alessandrini, lui, n'est toujours pas convaincu. MA
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall