1. // Equipe d'Argentine

Batista : « Si je dois parler avec Diego, je le ferai »

Remplaçant de Maradona à la tête de la sélection argentine, Sergio Batista est
le choix par défaut de la fédération argentine pour remettre sur pied des
Albicelestes blessés par leur fiasco sud-africain. Interview exclusive à
quelques heures du choc Argentine-Espagne.

Modififié
0 0
Quelle conversation avez-vous eue avec Lionel Messi lors de votre prise de
fonction ?



L'avantage avec Messi, c'est que je sais comment il pense, et puis je respecte
beaucoup ce qu'il fait aussi. L'élimination contre l'Allemagne l'a beaucoup
affecté. Tous les joueurs pensent encore à ça et c'est normal. L'équipe avait
bien démarré la compétition avant de tomber contre des Allemands qui avaient été
clairement supérieurs. J'ai remarqué que Lionel avait envie de faire table rase.
Il est motivé et si le groupe le voit comme ça, ce sera plus facile pour tout le
monde. Pour moi c'est du pain béni, je sais comment fonctionnent les gars et donc
comment les gérer. Mais Lionel tu ne le gères pas, tu le laisses libre, et tu le
regardes jouer. Avec le talent qu'il a, je n'ai pas besoin de lui donner beaucoup
de consignes.

Comment comptez-vous remotiver vos troupes ?


Le maillot céleste et blanc est encore ce qui motive le plus les gars. Ils ont
envie de prouver qu'ils valent mieux que ce qu'ils ont fait en Afrique du Sud.
Je ne me fais pas de souci pour la motivation car les Argentins en fin de
compte sont tous des battants. On en a vu d'autres.

Vous avez parlé à Maradona après l'élimination ?


Oui mais après des moments aussi durs, je ne suis pas entré dans des questions
tactiques. Ce qui m'intéressait, c'était de savoir comment il allait mentalement.
Après l'élimination je lui ai tout simplement dit qu'il devait garder son sang-froid et ne pas prendre de décision à la va vite...

Finalement vous lui avez succédé... Vous en avez discuté ensemble ?


J'ai voulu lui en parler mais je n'ai pas pu. C'est allé tellement vite... Par
contre j'ai parlé avec Hector Enrique (l'un de ses nombreux adjoints à la CDM
2010). Si je dois parler avec Diego je le ferai... s'il me le permet. El Negro
Enrique m'a mis à l'aise. Il m'a appuyé dans ma nouvelle étape. Même si je suis
encore considéré comme un intérimaire, je vais essayer de le faire du mieux
possible.

Est-ce que tu sais déjà comment va jouer ta sélection ?


Ma manière de voir le football ressemble un peu à ce que Diego voulait mettre en
forme en Afrique du Sud. Ce que je veux c'est produire du bon football et que
l'équipe ait une vraie identité de jeu. Mais c'est plus c'est facile à dire qu'à
faire : tu ne donnes pas une identité de jeu à une équipe en un ou deux matchs.
Il va falloir un peu de temps. Contre l'Espagne ce sera un test, mais personne
ne pourra vraiment tirer de conclusions sérieuses ; c'est trop tôt. Le bilan on
le fera lors du dernier match de la coupe du monde au Brésil, en 2014, pas
avant. Le problème du football argentin, c'est que nous voulons aller trop vite.
Qu'est-ce qu'on veut faire de notre football ? Quelle identité on veut lui
donner ? Pour moi l'exemple à suivre c'est l'Espagne. Ça fait 10 ans qu'ils
travaillent avec la même philosophie de jeu. Sans vouloir les copier, il faut s'en
inspirer grandement. Nous avons des tas de Xavi et d'Iniesta et on ne s'en sert
pas. Il faut y remédier. Lionel me dit que Xavi et Iniesta sont des joueurs
fantastiques car ils jouent relâchés. Quand on les voit, c'est vrai qu'ils ont
l'air facile. C'est ce qu'il manque aux jeunes Argentins : de la sérénité.
L'Argentine peut jouer le même football que l'Espagne s'il elle s'en donne les
moyens et le temps. Mais pour ça il va falloir faire des profondes réformes.

Est-ce que vous allez construire votre équipe autour de Messi comme a voulu le
faire Maradona ?



Il faut le protéger, et donc qu'il soit entouré. Il doit se sentir le plus
à l'aise possible parce que nous avons le meilleur joueur du monde mais nous
n'avons pas su nous en servir correctement jusque-là. Lionel, j'ai gagné une
médaille d'or aux JO avec lui. Je vais essayer qu'il joue comme il l'avait fait à
Pekin : sur le côté droit mais avec de la liberté pour repiquer dans l'axe. Il a
fait une bonne coupe du monde, mais je veux vraiment qu'il joue comme aux JO.
C'est là qu'il avait été le plus dangereux.


Tu penses que la fédération va te faire confiance pour les qualif' de la coupe
du monde ou tu es dans la peau d'un simple intérimaire ?



Je ne travaillerai pas comme un intérimaire. Ce n'est pas mon objectif. Je me
sens bien dans le costume de sélectionneur national et les joueurs le savent.
J'ai envie de continuer avec l'Albiceleste. Dire le contraire ce serait mentir.
Je sens que je peux faire du bien à la sélection. Et puis c'est peut-être le
plus beau défi de ma carrière...

Par Jorge Lopez, à Buenos Aires.

A lire aussi l'interview qu'il avait accordée pendant le Mondial, histoire de
mieux comprendre comment il compte s'y prendre pour que Messi brille enfin sous
le maillot albiceleste...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0