En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 30e journée

Bastia assure, Nantes rassure

Quatre cartons rouges, quatorze cartons jaunes, autant de buts, du sang, des larmes, mais surtout énormément de tension. Ce soir, la 30e journée de Ligue 1 a offert un véritable thriller en guise de course au maintien. À l'arrivée, c'est Évian qui sourit et VA qui pleure.

Modififié
Nantes-Montpellier : 2-1
Buts : Gakpé ( 3e), Djidji (21e) pour Nantes ; Djidji csc (34e) pour Montpellier

MAINTIEN. Les supporters nantais le voulaient et avaient décidé de le faire savoir en lettres capitales. Une riche initiative qui allait très vite donner des ailes aux couloirs canaris. On ne joue que depuis 120 secondes quand Nicolita sert Gakpé. Appliqué, le Franco-Togolais profite du premier écart de Jourdren pour porter le FCNA aux commandes. Le début d’un sale quart d’heure pour le dernier rempart montpelliérain. Quelques minutes plus tard, ce dernier confirme en effet son mal-être aérien sur une nouvelle sortie hasardeuse. Nantes ne régale pas, mais assure. La Beaujoire ne jubile pas, mais profite. L’apaisement sera de courte durée. Sur une nouvelle phase arrêtée, Djidji le buteur se transforme en DjiDji le gaffeur. Un CSC pour relancer Montpellier, un attentat de Marveaux pour tout oublier. À onze contre onze, les hommes de Courbis seraient peut-être revenus, en infériorité numérique, ils ne le feront jamais. À dix puis à neuf, Montpellier s’énerve et gaspille, et les Canaris s’offrent un succès précieux qui les fuyaient depuis le 12 janvier dernier.

Bordeaux-Nice : 1-1
Buts : Jussiê s.p (63e) pour Bordeaux ; Bosetti (67e) pour Nice

62e minute. Peu en réussite ce soir, Jussiê décide tout de même de prendre ses responsabilités lorsque Wilfried Bien désigne le point de pénalty pour une faute de Nampalys sur Poko. Au vu de l’impressionnant nombre d’occasions ratées par l’attaquant franco-brésilien et son compère d’attaque Guillaume Hoarau, personne ne serait vraiment surpris de le voir manquer sa tentative. Mais non, Jussiê transforme et fait taire les mauvaises langues. Pour quatre petites minutes. Le temps pour Alexy Bosetti de rétablir la parité au marquoir. Dommage pour les Bordelais. À quelques minutes près, on en aurait presque oublié l’opération gaspillage lancée par Hoarau & Co en première mi-temps. Symbole d’une nonchalance persistante, les trois occasions vendangées par l’ancien Parisien sont l'illustration parfaite d’un match que les attaquants bordelais ont pris plaisir à cochonner.

Bastia-Reims : 2-0
Buts : Raspentino (9e) et Bruno (42e) pour Bastia

Cissé, Krasić, Boudebouz. Un trio toujours titulaire à la console, mais que Frédéric Hantz avait décidé de placer sur le banc ce soir. Parce que Furiani ne fait plus peur depuis plusieurs semaines, l’entraîneur bastiais voulait tenter un truc. Ce moyen ingénieux permettant d’obtenir un but répondait ce soir au doux nom de Florian Raspentino. Titularisé pour la première fois depuis le 18 janvier, l’ancien Nantais était affûté et ça s’est vu. D’abord à la réception d’une manchette aussi spectaculaire qu’inutile d’Agassa, ensuite à l’ouverture pour Bruno, Raspentino était l’homme en vue ce soir. Un homme qui a aussi réduit à néant les espoirs européens des Rémois. Un homme prolifique, mais cruel, un attaquant, quoi.

Valenciennes-Ajaccio : 2-3
Buts : Warris (51e et 71e) pour Valenciennes ; André (62e) et Baradji (87e et 90e) pour Ajaccio


Valenciennes y a cru. Valenciennes l’a vue, touchée même. La sortie de la zone rouge était là, si proche. Finalement, sur les coups de 21h50, le rêve d’un improbable maintien est toujours d’actualité, mais le coup au moral pris par VA risque bien de laisser des traces. Parce qu’un attaquant capable de transformer un ballon qui traîne en offrande décisive, c’est bien, mais qu’un attaquant qui fait preuve de cœur, d’âme et de doubles poumons, c’est trop, Valenciennes est ce soir, et en fin de match, retombé dans ses vilains travers. Incapable d’enchaîner trois passes en première mi-temps, VA allait pouvoir se reposer sur les 7e et 8e buts de Waris en deuxième. Consciemment ou pas, le relâchement est alors évident chez les Nordistes. Trop sûrs de leur fait, les hommes d’Ariel Jacobs vont apprendre à connaître Sekou Baradji. Double buteur en fin de match, l’ex pensionnaire de Dijon démontre une nouvelle fois qu’une équipe condamnée est une équipe dangereuse et prête à tout. Ce soir, VA peut pleurer toutes les larmes de son corps, cela n'y changera rien.

Toulouse-Évian : 1-1
Buts : Ben Yedder (56e) pour Toulouse ; Nsikulu ( 89e) pour Évian

Quand le consul du Danemark donne le coup d’envoi fictif de ce Toulouse-Évian, personne ne sait qu’il faudra attendre 35 minutes pour vivre une première émotion. Sans surprise, celle-ci provient du duo Ban Basat – Ben Yedder. Inspiré, le premier élimine Hansen d’un lob instinctif, mais trouve le montant, à l’affût, le second tire, mais bute sur Cambon. 16 secondes de folie, avant de replonger dans une trop longue somnolence. Au retour des vestiaires, Ben Yedder donne pourtant une leçon de réalisme à la défense de l’ETG. Une accélération, un but, l’essentiel semble fait pour le TFC. Le pire est en fait encore à venir. Parti pour gagner, Toulouse relâche son étreinte, Nsikulu s’engouffre et offre bien plus qu’un point à Évian. Au soir de cette 30e journée, et de manière pour le moins inattendue, les Hauts-Savoyards gardent donc la tête hors de l’eau.

Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 30
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165