En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bastia-Monaco (1-1)

Bastia accroche Monaco

L'AS Monaco a été accrochée 1-1 sur la pelouse de Bastia et perd des points précieux dans la course au titre. Avec une équipe largement amoindrie, les Corses peuvent être fiers de leur prestation.

Modififié

Sporting Bastia 1-1 AS Monaco

Buts : Diallo (18e), pour Bastia // Bernardo Silva (51e) pour Monaco

Le rouleau compresseur a fini par caler. Invaincue depuis le 18 décembre, l’AS Monaco avait pris l’habitude de distribuer des gifles en pagaille, à la maison comme à l’extérieur, en négociant avec brio une série de six matchs en quinze jours. Paradoxalement, c’est après avoir obtenu une semaine « de repos » que l’équipe de Leonardo Jardim a lâché deux points sur la pelouse de Bastia, dix-neuvième de Ligue 1. À quatre jours d’aller défier Manchester City chez lui, ça fait tache. À Furiani, les occasions n’ont pas manqué pour les Monégasques, surtout en fin de match, mais les Corses, qui ont tremblé, obtiennent finalement un point mérité au vu de leur valeureuse première période.

Cette fois, la goal-line a marché


Depuis son retour dans l’élite en 2013, Monaco a toujours battu le Sporting en L1. Pour tenter de briser cette série, François Ciccolini est privé de ses deux meilleurs buteurs Enzo Crivelli (blessé à la cuisse) et Allan Saint-Maximin (en raison d’une clause avec l’ASM, qui le prête au SCB), ainsi que Yannick Cahuzac et Nicolas Saint-Ruf, suspendus. Pas simple. Pourtant, c’est bien le Sporting, empreint de détermination, qui mène la danse dans le premier quart d’heure. L’ouverture du score de Sadio Diallo de la tête en est la récompense. Un but validé par la goal-line technology - un comble quand on se rappelle que le dispositif n’avait pas fonctionné la semaine passée à Toulouse, et peut-être privé les Bastiais d’un but. Fébrile, Monaco recule et s’offre quelques sueurs froides face aux percées de Sadio Diallo et Prince Oniangué. En face, il y a bien cette incursion dans la surface de Bernardo Silva, mais Florian Marange se jette dans ses pieds avec autorité.

Attaque-défense


Bastia revient des vestiaires toujours aussi décomplexé. Sadio Diallo file en contre, sert Gaël Danic, idéalement placé, qui bute sur Danijel Subašić. C’était une balle de break en or. Car l’ASM n’est pas une équipe contre laquelle il faut gâcher ce genre d’opportunités. Trois minutes plus tard, Bernardo Silva se jette pour couper de la tête un centre signé Almamy Touré (qui remplace Sidibé, encore convalescent). Jean-Louis Leca ne bouge pas un orteil, 1-1. Les minutes défilent, et les Bastiais tirent la langue. Au contraire de leurs adversaires, revigorés par l'entrée de Kylian Mbappé. Dans le dernier quart d'heure, Monaco prend d'assaut la cage corse. Il aura fallu un arrêt miraculeux de Leca devant Mbappé pour préserver le score. Le match nul ne fait pas les affaires de Monaco, qui pourrait voir le PSG revenir à un petit point si le quadruple champion en titre bat Toulouse ce dimanche. En clair, Monaco a grillé un joker.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Florian Lefèvre
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 11 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 il y a 12 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
    À lire ensuite
    Ruffier et l’enfer Ibra