En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barcelone/Villarreal

Barcelone, SOS défense

Mis (déjà) sous pression par la fessée administrée par le Real Madrid à Saragosse (0-6), le FC Barcelone débute ce soir en Liga face à l'une de ses bêtes noires, Villarreal. Et le tout sans défenseurs.

Guardiola le sait, il est face à son ultime défi. Il a certes, en trois saisons, empilé les trophées, dépassé son maitre Cruyff d'un point de vue comptable (douze titres pour le catalan, onze pour le hollandais), mais il lui reste un dernier miracle à accomplir : remporter lui aussi quatre championnats d'affilée. Exploit qu'il a lui-même réalisé en tant que joueur sous les ordres du coach batave et qu'il rêve de reproduire. Le chemin est plus qu'à moitié parcouru puisqu'il compte déjà trois Ligas consécutives. Le calendrier n'avait pas été généreux envers les blaugranas puisque la défense du titre devait démarrer en Andalousie, face au Malaga de Pellegrini, gonflé aux pétrodollars. La grève en a décidé autrement mais l'affiche reste dangereuse. Pour débuter, le Barça accueille Villarreal, quatrième au classement du dernier exercice, autant dire pas des peintres. Pire, le sous-marin jaune est une équipe aujourd'hui mûre, qui vient de se qualifier pour les phases de poules de la C1, qui n'a connu aucun bouleversement majeur lors du dernier marché des transferts (excepté le départ de Cazorla) et qui se paye le luxe d'aligner en attaque la paire italo-brésilienne Rossi/Nilmar.

Problème pour Pep et Barcelone, l'équipe fait face à une hécatombe dans sa ligne défensive. Piqué, Puyol, Adriano, Maxwell et Alves sont tous, blessés pour les premiers, suspendu pour le dernier. Ajoutez à ça le fait que Villarreal est l'une des équipes qui traditionnellement cause énormément de soucis au Barça et on comprend les inquiétudes de Guardiola : «  c'est un de nos pires rivaux, on commence par une équipe de niveau Champions League, qui, depuis des années, nous crée des problèmes. C'est une équipe avec des joueurs d'expérience et un super gardien (Diego Lopez), un effectif très bien composé et surtout, ils savent très bien à quoi ils jouent » .

La vengeance de Rossi ?

Alors que sa préparation a été plutôt mauvaise, le Barça a remporté la Supercoupe face au Real avec encore le sable de la plage dans les chaussettes et vient de monter en puissance face à Porto pour une nouvelle Supercoupe, d'Europe cette fois-ci. Sans bien jouer, Barcelone gagne, et ça, c'est un peu nouveau. Habitué à composer une équipe qui joue un match tous les trois jours (le Barça était à Monaco vendredi dernier), Guardiola devrait aligner un 4-3-3 un peu nouveau, imposé par sa défense décimée et le besoin de souffler en ce début de saison. L'équipe devrait faire comme ça : Valdes – Bartra, Mascherano, Fontas, Abidal – Busquets, Xavi, Cesc – Sanchez, Iniesta, Messi.
En face, la devise, c'est « même pas peur » . Dans la bouche de Juan Carlos Garrido, coach de Villarreal, ça donne ça : «  le Barça est la meilleure équipe du monde. Ils ont tout gagné d'une façon presque insultante pour les adversaires. Mais nous on vient avec une énorme illusion et surtout, l'intention de gagner » .

Gagner contre Barcelone, c'est ce à quoi doit penser Rossi tous les jours depuis son transfert manqué. Avant que Sanchez ne signe pour les champions d'Europe, il était la priorité numéro 1 de la cellule recrutement barcelonaise. Mais un agent trop gourmand et un président trop fier ont brisé ses rêves de départ. Une polémique que Guardiola a très vite tenu à refroidir : «  Rossi est un joueur qui intéresse toutes les équipes du monde, et Barcelone en fait partie. Il se serait adapté à notre jeu parce que c'est un joueur superlatif, mais nous avions besoin d'un joueur de coté (sous entendu Alexis Sanchez) plus que d'un joueur dans l'axe » . Auteur de 52 buts en 127 matchs sous le maillot jaune, l'italien n'est qu'à deux petites unités d'égaler le meilleur buteur de l'histoire du club, un certain Diego Forlan. Giusepppe a donc devant lui 90 minutes pour faire mentir celui qui aurait pu être son entraineur. Ca ne sera pas facile : en 6 matchs face à Barcelone, Rossi n'a jamais trouvé le chemin des filets.

Frédéric Losada

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 5 heures 414€ à gagner avec Barça & Bayern il y a 8 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
il y a 8 heures 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 11 heures Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 13 il y a 13 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 9 Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 47 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9