1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Betis (4-0)

Barcelone se fait le Betis en petite foulée

De retour de la Coupe du monde des clubs, le Barça conserve la tête de la Liga à la faveur d'un succès 4-0 contre le Betis Séville, sans forcer. Ils ont marqué dès qu'ils l'ont voulu.

Modififié
1k 107

FC Barcelone 4-0 Betis Séville

Buts : Westermann CSC (29e), Messi (33e), Suárez (46e, 83e) pour le Barça

Avec deux 0-0 bien chiants pour Manchester United – Chelsea et Leicester – Manchester City, les amateurs de Liga avaient l'occasion d'en mettre plein la gueule aux fervents défenseurs de la Premier League. Malheureusement, le championnat espagnol a fait ressurgir un vieux démon : l'arbitrage qui favorise les deux géants. Comme le Real un peu plus tôt dans la journée, le Barça a eu un penalty dans la première demi-heure bien généreux. Adán a boxé un ballon envoyé dans sa surface, mais a eu le tort dans la foulée de percuter Messi avec son corps. On ne touche pas à l'acteur principal de la Liga. Le goal est passé à deux doigts de l'expulsion. Le score final (4-0) le prouve, Barcelone, même un petit peu émoussé, n'avait vraiment pas besoin de ça.

Début de match en dilettante


De retour de la Coupe du monde des clubs, Luis Enrique fait tourner pour préserver son groupe. Ça ne se voit pas trop au vu du onze aligné, avec la MSN devant, Piqué, Alba et Iniesta sont quand même sur le banc. Les trophées, les cinq gagnés dans l'année, soit tout sauf la Supercoupe gagnée par Bilbao en août, sont présentés sur la pelouse avant la rencontre. De quoi donner l'impression aux Barcelonais que l'on est à la fin mai, et qu'il faut faire un match en petite foulée avec l'Euro dans un coin de la tête. Neymar n'est pas au mieux dans ses contrôles, mais il force quand même tout seul. Busquets multiplie les fautes au milieu. Dani Alves perd même un ballon, laissant Ceballos s'incruster dans un coin de la surface. Mais le Brésilien se reprend, allant le tacler dans la surface pour récupérer le cuir.

Messi y va quand même de son petit but


Évidemment, le match n'est plus le même après le premier but. Neymar, qui se charge du penalty, glisse et tape la barre. Mais Rakitić a bien suivi, obligeant Westermann à marquer contre son camp. Derrière, c'est plus simple et quand Messi revient sur le terrain, il se trouve parfaitement avec Neymar juste après la demi-heure pour doubler la mise. Il lance d'abord le Brésilien d'un piqué parfaitement dosé avant de s'appliquer sur la remise en retrait. Imparable. Avec un but pour son 500e match, Messi a fait sa part du boulot. Reste un but à marquer pour être l'équipe espagnole qui a le plus marqué sur une année civile.

Dès le retour des vestiaires, c'est Luis Suárez qui se charge d'effacer le Real des tablettes, profitant d'une récupération haute de Busquets pour faire parler sa science du face-à-face. Le Barça s'offre par la suite quelques belles actions, dont trois finissent par un montant qui tremble. Pour ne pas laisser un goût mitigé dans la bouche des 85 000 spectateurs, Suárez et Neymar arrêtent leurs numéros de soliste dans les dix dernières minutes pour en mettre un quatrième, avec un beau mouvement collectif qui se finit par une talonnade du Brésilien pour la finition de l'Uruguayen. Didier Digard, qui est entré à la demi-heure pour jouer en défense centrale, en a eu pour son argent.


Par Romain Canuti
Modifié

Dans cet article

read my mind Niveau : National
Note : 1
Je me souviens de tous les prix nobels supp du barca qui disaient ( entre autres matchs) lors du 10-2 du real que sans le rouge le real vallecano devait gagner:).

Que contre la sociedad c'est évidemment l'arbitre qui fait encore la dif.

Curieux de voir les commentaires des mêmes sur le pénalty imaginaire qui débloque le match mais qui expliqueront que de toute façon le Fc Fraudeur est tellement au dessus que ça change que dalle.
Y'a pas penalty.

C'est bon il est satisfait le simplet?

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 107