1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 23e journée

Barcelone s'amuse, Madrid cogite

Journée de Liga diamétralement opposée pour les deux plus grandes villes espagnoles. Pendant que Barcelone festoie grâce aux pions de Messi et aux cojones des Pericos, le Real Madrid panse ses maux, alors que l'Atlético s'en crée.

7 39
  • Le partidazo du week-end : Celta Vigo – Atlético de Madrid


    Les week-ends se suivent et ne se ressemblent pas pour l'Atlético de Madrid. Revenus dans la danse pour le titre suite à la fessée infligée au Real Madrid, les Colchoneros sont tombés en terre galicienne. Déjà enquiquinés par le Celta à l'aller (2-2), ils n'ont jamais réussi à se mettre dans le rythme. Largement dominateurs dans la possession de balle – ils ont même atteint les 70 % dans le premier acte –, les Celtiñas se sont heurtés à une défense adverse retranchée. Avec un iota plus d'espaces en seconde mi-temps, les hommes de Berizzo ont réussi à dynamiter l'arrière-garde si imperméable du tenant du titre de Liga. Chanceux suite à une mimine non sifflée de Fernandez en début d'action, Nolito est par la suite déséquilibrée dans la surface. À ce penalty transformé par le néo-international de la Roja himself, son comparse offensif Orellana a rajouté une dernière banderille après un poteau du Français de l'Atléti. Incapable de se trouver, le trio offensif Torres-Griezmann-Mandžukić du Cholo a été le symbole d'une soirée ratée pour les Rojiblancos. Et désormais, ils se traînent à sept longueurs d'un leader merengue qu'ils avaient pourtant humilié il y a une semaine...

  • L'équipe du week-end : Espanyol Barcelone


    Barcelone est à la fête actuellement. À quelques kilomètres du Camp Nou et de sa joie retrouvée, le second fanion de la capitale catalane, l'Espanyol, se plaît à rêver d'une douce fin de saison. Après leur parcours homérique en Copa del Rey – durant lequel ils ont éliminé Valence et Séville, et sont sortis de leur demie aller à San Mamés avec un nul favorable –, les Pericos sont allés se taper Málaga dans sa Rosaleda. Une rencontre entraînante qui s'est décidée en seconde période. Aux manettes à la pause grâce à un franc coup de casque du central Gonzalez, la bande du coach Gonzalez a réussi à tenir la dragée haute au septième de Liga. Dans une fin de match étouffante, Colotto se mue en portier et détourne une frappe sur la barre. Biscotte à la confiture logique et un Casilla qui se mue en sauveur sur le penalty. Dans le temps additionnel, Sergio Garcia plie l'affaire et sa cheville suite à un gros contact avec Kameni. Qu'importe, huitième avec 29 points et un maintien en bonne voie, l'Espanyol peut rêver d'une fin d'exercice agréable. Et qui sait, d'une finale barcelonaise en Coupe.


  • Le Don Quichotte du week-end : Lionel Messi (FC Barcelone)


    Les superlatifs commencent à manquer pour qualifier le début d'année de Lionel Messi. Encore une fois prodigieuse, la Pulga a inscrit un triplé et délivré une passe décisive lors du récital blaugrana face à Levante. Comme à l'aller, les banlieusards de Valence ont encaissé une manita et ont pu apprécier la forme de l'Argentin. Avec un Pedro titulaire en remplacement de Luis Suárez, Messi a été repositionné en pointe. Plus proche de Neymar, il n'a cessé de combiner avec son comparse brésilien. Après avoir déposé une galette pour l'ouverture du score, il s'est chargé de planter les trois banderilles suivantes. Résultat, un 300e en Liga réussi et un sérieux rapprochement vers la tête du classement du Pichichi. Avec 25 pions, Messi n'est plus qu'à trois unités de Cristiano Ronaldo, muet depuis son penalty valencien, et truste seul le classement des passeurs décisifs avec déjà 13 caviars. Pis, ses quelques ratés dominicaux sur des services de Neymar rappellent à la concurrence qu'il n'est pas encore à plein régime. Manchester City peut trembler, la puce atomique remue fort.

  • L'analyse définitive du week-end


    Le Real Madrid n'a toujours pas pansé les plaies de son derbi madrileño perdu au Calderón. En partie sifflées lors de leur arrivée sur le pré, les ouailles de Carlo Ancelotti ne se sont pas vraiment rabibochées avec leur public. La victoire, aux forceps, face au Deportivo La Corogne était bien le minimum syndical a assuré. « Nous avons tous compris les sifflets » , a bien assuré Carlo Ancelotti sitôt la fin du match. Pour autant, rien n'assure que l'antre madridista ne se soit totalement senti en phase avec ses poulains. Cristiano Ronaldo, au centre de tous les débats de la nébuleuse merengue la semaine passée, se montre toujours inquiétant. Incapable de faire trembler les filets depuis son penalty de Mestalla, CR7 fait du surplace. Son coéquipier Gareth Bale n'arrive, lui, pas à régler la mire et a tout de la tête de Turc du Bernabéu... Dans ce marasme, seul Isco sort du lot. Buteur providentiel en première mi-temps, il ne peut faire oublier la mauvaise passe d'un Kroos avec le totem d'immunité en main ni l'absence longue durée de Modrić. Il en faudra bien plus pour conserver la tête de la Liga...

  • La polémique de la machine à café (con leche)


    Vallecas avait un air de Guantanamo ce dimanche. Pendant que le Rayo Vallecano s'imposait 2-0 face à Villarreal, les Bukaneros ont tenu à exprimer leur mécontentement face à Javier Tebas, président de la LFP espagnole. Ainsi, certains membres de ce groupe d'ultras ont troqué leurs habits du dimanche pour une combinaison orange, celle des personnes incarcérées dans ladite prison américaine. Entre banderoles à l'extérieur du stade et des chants durant la rencontre, un autocollant à la mode western résume la pensée des aficionados du Rayo : « Recherché mort ou vif pour cause d'assassinat du football, de corruption, d'horaires infâmes, de prix exorbitants... Récompense, 13 120 euros » . Dans l'œil du cyclone depuis le meurtre du supporter du Depor dans les alentours du Calderón, les Bukaneros ont choisi la méthode forte pour se faire entendre. Une stratégie qui devrait amener un sévère retour de bâton de la part du Thiriez outre-Pyrénées, peu connu pour son admiration des groupes ultras.

  • Le golazo du week-end : Luis Suárez (FC Barcelone)


    Remplaçant en début de rencontre, Luis Suárez a réussi une entrée remarquée. À la retombée d'un centre d'Adriano, El Pistolero a décoché un magnifique ciseau pour clore la manita du Barça face à Levante. Déjà parmi les meilleurs passeurs de Liga, certains arriveront pourtant à parler de flop. Au talent.


  • La décla du week-end : Diego Simeone (Atlético de Madrid)


    « En première période, j'ai choisi une mauvaise formation et j'ai perdu 45 minutes à cause de ce mauvais choix. » Le Cholo n'est pas du genre à esquiver les critiques. Par la force des choses – et les absences de Koke et Arda –, le coach de l'Atlético de Madrid a dû aligner une triplette offensive peu complémentaire et un milieu de terrain entièrement défensif. Résultat des courses, un changement précoce au bout de quelques minutes et une défaite qui éloigne les Matelassiers de leur Liga.

  • Et sinon, que pasa ?


    - Messi, reçu 348 sur 348. Avec son triplé face à Levante, la Pulga affiche l'hallucinante moyenne d'un but par match depuis l'arrivée de Pep Guardiola sur le banc du Camp Nou.
    - Le Barça, reçu 11 sur 11. Le FCB est, à l'instar de son franchise player, en forme. Avec 11 victoires lors des 11 dernières rencontres, Luis Enrique a même égalé la meilleure série de sa seigneurie Pep.
    - Casillas comme Raúl. Titulaire ce samedi face au Depor, Casillas a joué son 327e match de Liga avec le Real Madrid. Soit autant que Raúl, détenteur du record merengue.
    - Krychowiak du tout au tout. Auteur de l'ouverture du score face à Cordoue, le Polonais du FC Séville s'est ensuite fait expulser en seconde période pour un très vilain tacle. Pas grave, les Palanganas s'en sortent avec une large victoire (3-0).
    - Valence s'en tire bien. Difficile vainqueur d'un bon Getafe, la bande à Nuno a dû attendre un penalty tardif de Negredo pour s'imposer. Et conserver sa quatrième place.
    - Canales, encore buteur. Avec son but de vendredi, celui de l'égalisation pour la Real Sociedad face à Almería, Sergio Canales en est à trois en Liga. Soit son meilleur bilan depuis la saison 2009/10. Éternel espoir.

    Par Robin Delorme, à Madrid
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • maradonald Niveau : DHR
    "A relaxing cup of café con leche, in plaza Mayor"

    Ana Botella
    Faustino Asprilla Niveau : Loisir
    Je crois que tout le monde a compris que Messi est bien au dessus, CR7 ne fait plus le poids. D'ailleurs on voit dans la presse que le debat a change c'est maintenant Messi vs. Zidane, Cruyff etc....
    N'en deplaise aux portu-gays
    Heiseinberg Niveau : CFA
    A noter que même avec la présence de Pedro Messi a passé 95% du match sur l'aile droite, quelqu'un a parlé du dictateur qui ne voulait pas lacher l'axe ?
    C'est vrai que voir messi rester a droite avec suarez sur le banc c'est très surprenant, en meme temps le mec est tellement fort qu'il peut jouer a n'importe quelle poste de l'attaque barcelonaise et avoir toujours autant d'influence. Quand je pense que certains nous expliquaient très sérieusement que sans xavi et iniesta messi était un joueur lambda... L'argentin prouve jour après jour que la majorités des critiques envers lui sont totalement hors sujet et injustifiées
    Heiseinberg Niveau : CFA
    C'est la plus grands bêtise que j'ai jamais lu "sans Xavi Iniesta il est nul" . Il a porté le Barça a bout de bras en 2012 lors du début du déclin et pareil en 2013 blessé. Aujourd'hui il démontre match après match qu'il est incontestable. On voit clairement celui qui a du mal a briller si ses partenaires ne sont pas bons, son pseudo rival qui n'a jamais su porter son équipe comme Lio en est capable, joueur bien plus complet.
    Je te suis a 100% sur messi mais concernant ronaldo j'apporterai un petit bémol a ton propos. Certes aujourd'hui ronaldo n'est plus capable de porter son équipe comme lionel le fait chaque semaine, mais lors de ses grandes années a manchester je pense surtout a la saison 2008 le mec a portée son équipe et lui a permis de faire le doublé ligue des champions championnat, après je t'accorde que c'etait dans un style complétement différent avec beaucoup moins de génie mais le grand C Ronaldo a été capable de porter une equipe de premier plans au firmament du football européen même si depuis il a épuré son jeu au maximum essentiellement pour pouvoir concurrencer messi statistiquement parlant...
    Jean Culassec Niveau : CFA2
    Ohla les suceurs sont de sortie!
    Par contre, arrêtez de parler de CR7 dans vos commentaires à chaque fois pour le comparer à Messi, je pense qu'on a fait le tour de la question.
    Heiseinberg Niveau : CFA
    Allez va te cacher, ce sont les mecs comme toi qui foutent la zizanie a nier l'evidence allez oust !
    26 buts et 13 passes dé alors que Xavi et Iniesta ne sont plus les maîtres à jouer du Barça. Ceux qui nous vendaient qu'il n'existait que grâce à eux vont devoir inventer une autre excuse. Il porte le Barça sur ses épaules depuis le début de la saison.
    Vous en avez pas marre de brasser du vent depuis 4 ans en ce qui concerne Messi et Ronaldo? Qu est ce que c était bien les commentaires Sofoot avant qu ils soient parasités...
    Message posté par da john
    Vous en avez pas marre de brasser du vent depuis 4 ans en ce qui concerne Messi et Ronaldo? Qu est ce que c était bien les commentaires Sofoot avant qu ils soient parasités...



    en chiffre en Liga, c'est Messi 26buts 12 passes decisives et CR c'est 28buts 9 passes decisives.

    actuellement, CR a un coup de moins bien, donc les haters s'en donnent a coeur joie
    haters gona hates (c'est bien comme ca qu'on dit?!?)
    GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
    le plus hallucinant c'est le fait qu'il soit en même temps le meilleur buteur et passeur de l'histoire de la liga.
    Personne n'a dit (à ma connaissance) que sans Xavi et Iniesta, Messi était un joueur quelconque.

    Sans Xavi et Iniesta, par contre, le Barça de 2008-2011 n'aurait pas connu autant de succès, l'Espagne de 2008-2012 n'aurait pas tout raflé. Je pense que ça c'est incontestable.

    Je ne comprends pas ce besoin de rabaisser les mérites de certains joueurs. Que vous suciez Messi, OK, grand bien vous fasse mais, svp, ne crachez pas sur les vieilles gloires.
    Les statisticiens dénombrent les buts inscrits par CR7 comme un gigolo ses conquêtes, mais on ne se souvient que de la première, et de son premier coup de quéquette. C'est ce qui nous marque. Et le football ne se souviendra que d'un seul Ronaldo. Celui qui a marqué les esprits. Il Fenomeno, l'Unique. N'en déplaise aux fans de Christiano. On s'en bat les steaks des robots gominés dotés d'un égo d'1,85m. Il est loin le temps où un jeune boutonneux venu de Madère froissait les reins de tous ses adversaires sur les terrains du Portugal et d'Angletterre. Même avec ses mèches blondes, quand il déboulait sur l'aile, belek! Hendek! Il me semble qu'en ce temps-là, son jeu, son football, n'était que poésie et arabesque, plus proche de Prévert, que de Mendes. Ce jeune homme fut plus intelligent que l'homme qu'il est devenu, sur le pré vert. Oh calay! Son joga bonito a fui dans sa gomina, et bien avant Irina. V'là Cristiano Caralho!
    Frenchies Niveau : CFA
    Message posté par ralos



    en chiffre en Liga, c'est Messi 26buts 12 passes decisives et CR c'est 28buts 9 passes decisives.

    actuellement, CR a un coup de moins bien, donc les haters s'en donnent a coeur joie
    haters gona hates (c'est bien comme ca qu'on dit?!?)


    has been, maintenant on dit #ThereWillBeHaters (adidas yes i)!!
    ..
    "Personne n'a dit (à ma connaissance) que sans Xavi et Iniesta, Messi était un joueur quelconque." >>> LOL ca va me faire ma journée <3

    c'était parce qu'en 2010, aux yeux de tous il n'avait pas encore pris les reines de l'équipe d'argentine (dans le sens efficacité) ... en même temps à 22 ans seulement hein :/ avec un maradona "fake" coach erf

    on s'en souvient tous.

    ce fameux refrain "faut qu'il prouve ailleurs" >>> connerie sans nom !
    ... bien qu'enfin de compte il l'ai fait avec l'argentine (depuis le mondial 2010 = 36 matchs 28 buts).

    personne ne nie que sans "la génération dorée" espagnole, le barca de pep n'aurait pas fait autant de titres!!
    m'enfin sans en même temps compter sur "le meilleur joueur de l'histoire" non plus, c'est tout.
    d'accord avec Da John, c'est pénible, tous les articles sont ramenés à Messi-CR7 c'est lourd!
    J'étais au match du Rayo, c'était vraiment exagéré. Des camions de police nationale, la police municipale, barrage policier à l'entrée du kop pour contrôler tout le monde... Et jusque-là il n'a pas été prouvé que les supporters du Rayo aient réellement participé à cette fameuse baston qui a provoqué la mort de Jimmy. Mais belle ambiance, et belle victoire grâce à un excellent Kakuta!!!
    Messi est au dessus personne le conteste, mais là où ça frappe sous la ceinture, c'est tous les mecs qu'on entendait pas quand Ronaldo était stratosphérique et qui fermaient leur bouche quand messi était en dessous de tout, et qui maintenant viennent la ramener quand la bête est blessée. Toujours plus facile de cogner quelqu'un au sol mais vous sous-estimez la" tapette portugaise" comme vous le qualifiez si gentiment et il fermera encore vos bouches aucun doutes la dessus.
    Message posté par AM327
    Messi est au dessus personne le conteste, mais là où ça frappe sous la ceinture, c'est tous les mecs qu'on entendait pas quand Ronaldo était stratosphérique et qui fermaient leur bouche quand messi était en dessous de tout, et qui maintenant viennent la ramener quand la bête est blessée. Toujours plus facile de cogner quelqu'un au sol mais vous sous-estimez la" tapette portugaise" comme vous le qualifiez si gentiment et il fermera encore vos bouches aucun doutes la dessus.


    Bah c'était pareil quand Messi était en baisse, et bien pire. Tous les fans de CR7 ont dit qu'il était fini, qu'il ne parviendrait jamais à suivre le rythme. Qu'est ce qu'on n'a pas lu ici?

    Sinon c'est deux choses différentes quand meme: CR7 quand il est stratosphérique on parle de ses buts, quand Messi l'est, ça va au delà. C'est des buts, des records, des cassages de reins, des passes dé' bref toute la panoplie. Et ce qui est surtout marrant c'est que pour les fans du portugais, le pichichi lui était réservé ainsi que le record de 50 (qui allait être brisé en fin de saison).
    Tu m'as jamais entendu baver sur messi et tu me verras jamais le faire, maintenant si vous jouez les grandes bouches quand il est au plus mal ça me fait rire. Parce que Batigoal on t'entendait pas l'année dernière et l'année d'avant et là tu te sens au top messi rejoue au foot depuis 1 mois cela fait de ronaldo une merde intégrale à tes yeux
    Et que tu réduises Ronaldo a des stats ça prouve bien ton manque d'objectivité
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    7 39