1. //
  2. // 4e journée
  3. // Groupe G
  4. // Celtic/FC Barcelone (2-1)

Barcelone, prisonnier du tiki-taka

950 passes pour le Barça. 198 pour le Celtic. Incapable de s'imposer malgré une domination outrancière, le FC Barcelone expérimente les limites du toque. Une philosophie de jeu dont ils sont en quelque sorte esclaves, Vilanova le premier.

Modififié
266 58
Invaincu en Liga, le Barça pensait facilement valider son ticket pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions au Celtic Park. Au final, la douche écossaise fut des plus glacées. Malgré une possession de balle frôlant les 80%, les Barcelonais ont de nouveau souffert contre un Celtic rustique, mais parfaitement organisé en défense. Comme au match aller au Camp Nou, c’est sur coup de pied arrêté que les Blaugranas ont encaissé leur premier but. Comme au match aller, le Celtic s’est contenté d’attendre sagement que les Catalans viennent se briser les dents dans son entonnoir vert et blanc pour mieux placer ses contre attaques tranchantes. Comme au match aller, les Barcelonais auraient pu revenir au score in-extremis. La malchance, les poteaux et la prestation de Foster auront cette fois-ci bousculé les certitudes d’une équipe encore et toujours en rodage.

Depuis l’arrivée de Vilanova, le Mes n’est plus ce rouleau-compresseur capable de tuer tout suspense en 20 minutes. C’est pour l’instant la grande différence avec le Barça de Pep. A son arrivée au club, Guardiola avait vitaminé la philosophie de Cruyff en travaillant sur l’assise défensive et sur un pressing étouffant. Après avoir gagné deux coupes d’Europe avec un schéma (re)connu de tous, Guardiola a pourtant passé sa dernière année de contrat à tout défaire pour réinventer son Barça. Le but ? Donner des alternatives de jeu à son équipe sans dénaturer sa philosophie de jeu. On a ainsi vu le Barça jouer avec trois défenseurs, ou encore sans véritable avant centre de métier… En décembre dernier, avant même l’élimination contre Chelsea en Champions League, Pep savait déjà que son cycle catalan était terminé et que New-York l’attendait pour une année sabbatique bien méritée. Extrémiste dans sa vision du football, le crâne chauve culé s’était alors fixé pour défi d’entamer une révolution de palais afin de lutter contre le pire ennemi des footballeurs gavés de titre : la routine. Construire, détruire… Afin de mieux reconstruire. On appelle ça, faire place nette.

Messi, le moi et le surmoi

Nommé par surprise à la tête du club, Tito Vilanova a décidé d’oublier sa tumeur de la gorge et sa fatigue pour se prouver à lui-même qu’il n’était pas qu’un vulgaire second rôle dans l’ombre de son ami Pep. Chargé de superviser les rivaux alors qu’il était adjoint, Vilanova est celui qui a conseillé à Guardiola de recentrer Messi à la pointe de l’attaque. C’est lui, aussi, qui est à l’origine du retour de Fabregas et Piqué. Vilanova est un bon conseiller, mais a-t-il la taille patron ? En comparaison de la Pep Team, la Tito Team a perdu en maîtrise mais gagné en verticalité. Le pressing est plus intermittent, du coup les lignes de récupération sont beaucoup plus basses. Conséquence : Busquets cavale comme un damné après le ballon. Pour ne rien arranger, les blessures à répétition de Piqué, Puyol, Daniel Alves et la longue convalescence d’Abidal ont rendu particulièrement friable une défense dénuée d’automatismes. En réalité, toutes les modifications apportées par Vilanova à "son" Barça ont jusque-là été toutes forcées. La gestion du cas Villa va sans doute servir de thermomètre pour mesurer le leadership de Vilanova. L’Asturien est de retour après plus d’un an d’absence et il marque quand il rentre. Ça ne l’empêche pas pour autant de se faire embrouiller par un Messi dont la soif de protagonisme toujours plus grandissante cannibalise parfois le jeu du Barça.

Le cas de la Pulga est aussi l’un des points chauds du mandat de Vilanova. En début de saison, l’Argentin s’était dit surpris de la nomination de l’ancien adjoint de Pep en tant qu’entraîneur en chef de l’équipe première : « C’est bizarre qu’il soit maintenant notre entraîneur, alors qu’on avait l’habitude de lui parler en tant qu’adjoint. Lui et Pep ont la même philosophie de jeu et les même méthodes de travail, donc pour nous les joueurs, ça ne change pas grand-chose. » Pour l’heure, effectivement, la situation de Messi n’a pas changé. Il joue la totalité de tous les matchs. Comme au bon vieux temps où Pep le regardait avec des yeux d’amour. Pourtant, même si ses stats sont toujours aussi impressionnantes, l’Argentin pèse un peu moins sur le jeu de son équipe. Question : Vilanova aura-t-il les cojones de remettre l’héritage du Pep en question afin de le faire souffler ? Pas sûr. Pour le moment, Vilanova semble agir de manière plutôt prudente, voire conservatrice dans sa gestion du groupe. Guardiola avait su gommer les ego de la meute dans l’intérêt du collectif. Désormais, les gentils élèves s’amusent à tester leur nouveau professeur. Villa s’est ainsi plaint de son temps de jeu, Fabregas a tenu à préciser qu’il était un « mauvais remplaçant » et Messi rêve secrètement d’un nouveau Ballon d’Or.

Un autre football que Barcelone est possible

Question mise en place, l’actuel coach ne semble pas être non plus un laborantin comme Pep. Même s’il fait semblant de plisser les yeux pour avoir l’air absorbé, il est difficile de voir pour l’instant la griffe de Tito sur son équipe… S’il n’y avait pas les éclairs de Messi et la maîtrise de Xaviniesta, le jeu du Barça en deviendrait presque lisible pour les adversaires. S’il veut véritablement marquer de son empreinte les Blaugranas, Vilanova va donc devoir brouiller les pistes rapidement sous peine de se faire sanctionner par des équipes comme le Celtic. Car pour l’heure, seuls des écarteurs de narine et un autobus de défenseurs devant les buts suffisent à déstabiliser une équipe qui, paradoxalement, semble parfois en panne d’idées. Pour l’heure, Vilanova ne semble pas en mesure de répondre à l’équation à laquelle tous les entraîneurs du Barça se sont confrontés depuis Cruyff : renouveler le style de jeu sans dénaturer la vision romantique d’une philosophie de jeu unique. L’exception culturelle que prône le Barça est plus que jamais victime de son succès : tout le monde la connaît et c’est bien là le problème.

En revenant aux basiques des débuts de l’ère Guardiola, Vilanova a permis à ses adversaires de ronger l’écart qui les séparait des Blaugranas. Scruté, étudié, encensé, le Barça est une belle dame qui n’a plus de secrets pour personne. A la fin du dernier match aller contre le Celtic, Pedro s’était plaint du dispositif ultra défensif du Celtic : « Jouer au football de cette manière-là, sans chercher à marquer, c’est plutôt triste. C’est quelque chose que je ne comprends pas. » Les propos du natif des Canaries confirment la vision aristocratique que le Barça a du football, mais ils apprennent aussi autre chose. Le club que tout le monde veut copier et qui donne des masterclass de foot à la terre entière a paradoxalement du mal à apprendre de ses propres erreurs. Depuis plusieurs années, le Barça a réussi à faire croire à toute le monde qu’il n’y avait qu’un moyen de jouer au football : le sien. Les Blaugranas n’encaissent pas vraiment l’idée qu’un autre football soit possible au-delà de la possession de balle. Prisonniers de leurs dogmes, ils n’ont pas non plus appris des défaites contre l’Inter de Mourinho ou contre le Chelsea de Di Matteo. Le Celtic au contraire s’est engouffré dans la brèche ouverte par les Anglais et les Italiens. Ils ne doivent pas être les seuls. Le Barça, dont le jeu est si reconnaissable entre tous, est quelque part prisonnier de sa philosophie. Il mourra avec ses idées car il n’a pas de plan B. Dans leur désir d’être universel et de plaire au monde entier, les Catalans manquent cruellement d’alternatives au toque. C’est d’ailleurs ce qui le rend vulnérable. Pour l’heure, il est encore trop tôt pour juger le bilan de Vilanova à la tête du Barça. Une chose est sûre : il n’a pas l’aura de Guardiola ni le charisme de Mourinho.

Par Javier Prieto-Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il me semble que vilanova n'a pas retenu messi pour le match de coupe du roi il y a 2 semaines je crois . il le fait souffler un peu plus qu'a l'époque de pep !

Sinon bon article , j'aime voir le jeu défensif de certaines équipes. Quand c'est bien fait c'est aussi beau qu'une action à une touche de balle ou à 45 passes
"Depuis plusieurs années le Barça a réussi à faire croire à toute le monde qu’il n’y avait qu’un moyen de jouer au football : le sien."

C'est le genre de phrases qu'on entend trop souvent. Non tout le monde n'est pas conquis par ce jeu de possession souvent soporifique, non tout le monde n'accepte pas de suivre bêtement la pensée unique.
Note : 5
Ils en sont peut-être esclave mais ça leur garanti de gagner 9 matches sur 10 quand même comme sur les quatre dernières années avec deux LDC et trois liga. J'aimerai bien que mon équipe soit esclave de ce genre de football.

Hier soir c'était un epi-phénomène, oui le barca perd une fois de temps en temps et bravo au celtic.

Si yavait des réserves a émettre concernant le barca je me tournerai plus du coté de leurs défenseurs.
SoFoot pratique une nouvelle fois la politique de l'autruche, ça en devient caricatural... pipi-caca ou pas, aucune equipe ne peut gagner autant et enchainer autant de victoire sans une complaisance arbitrale systematisée et donc planifiée.
Avec Villar a la tete de la RFEF, de la commission arbitrale de l'UEFA, des Euro et des WC, les victoires et les qualifications du Barça ou de la Roja toujours entachées de polemiques tombent toujours du ciel...
C'est la dessus qu'il faut ecrire, c'est la le vrai probleme et pas un pseudo-style de jeu indigent, chiantissime et sterile, que n'importe quelle equipe de troisieme categorie peut aisement mettre a mal en jouant le catenaccio de papa.
Mais SoFoot ne sera jamais SoCouilles... juste SoBarça, SoPub et SoPropagande, ce qui revient au meme.
NikkoFromLyon Niveau : CFA
Putain même su SO foot on a des adeptes des complots.
Encore un coup des Juifs si ça se trouve...
Le Barça cette saison a perdu en spontanéité où sont les frappes d'Iniesta et de Messi a 25-30 mètres, les talonnades etc a part quelques passes ultra-rapide dans la surface on s'attend toujours a la même chose a chaque possession quand Messi sort de la surface pour se mettre a hauteur d'Iniesta ou Xavi, il n'y a plus personne dans la surface donc ils tournent autour de la défense façon Handball, contre une défense comme ça il faudrait un renard des surfaces façon Inzaghi toujours a la limite du hors jeu... J'ai bien peur qu'en Champion's League les équipes qui vont affrontés le Barça maintenant adoptent toutes la même tactique...
handball, ton post montre ta profonde méconnaissance du foot, jamais aucune équipe dans les 10 dernières années n'a gagner la ligue des champions sans une foi dans son parcours une erreur du corps arbitral.
Paix, pas d'accord, c'est pas le système de jeu qui les fait gagner mais les hommes qui l'applique... Je m'explique, ce système, c'est ni plus ni moins que celui de l'Ajax de 75, mis en place au barça par Cruyjf. (désolé pour l'ortho) Bref, en 75 ça marchait parce que l'ajax avaient des joueurs de folie, ce qui est le cas au barça actuellement... Alors oui, ça tripote, ça fait de la passe à un mètre pour forcer l'adversaire à sortir, créer l'espace et s'engouffrer dedans... Mais si t'as pas le hommes adéquats, ben osef mon gars....
Bref, ça fait 20 ans que tout le monde joue comme ça à Barcelone, et ça paye maintenant, parce qu'ils ont les joueurs talentueux qui font la différence au bon moment, c'est tout. LE reste, c'est du vent.
Frenchies Niveau : CFA
La possession de balle n'est que la conséquence de la qualité technique ... privé l'adversaire de ballon c'est à priori la meilleure façon de l'empêcher d'être dangereux et également une manière de l'épuiser! Avec XAVI/MESSI/INIESTA au moins aux deux tiers en "forme" le handball se traduit en occasion de but et compter sur la maladresse de messi ou la grande forme de son gardien ou sur la chance (les balles qui frappent le cadre) ... peut sourire de temps en temps. Ce fût le cas hier mais de là à remettre en cause ce système de jeu ... faut pas pousser.
"950 passes pour le Barça. 198 pour le Celtic"
faut arrêter avec ce genre de stats, si le gagnant d'un match était déterminé à celui qui fait le plus de de passes/tacles/carton ça de saurait
rainbowmatador Niveau : District
Justement! Ils "essaient" de nous faire croire. Et ça fonctionne en partie. Il suffit de voir tous les pseudo supporters "barcelonais" qui n'existaient pas il y a moins de 6 ans. (et encore, j'appréciais davantage le jeu sous Riijkard).
Le "pipi kaka" est tout aussi dégueulasse à voir que le catenaccio sur lequel on a tant craché. Le jeu barcelonais consiste à n'observer qu'une seule équipe sur le terrain en privant l'adversaire du ballon. Et on remarquera, que quelque soit le calibre de l'équipe adverse : Real, Inter, MU ou Zagreb... les joueurs courent derrière le ballon sans nous offrir "leur jeu"; Le foot, c'est avant tout une opposition. Si c'est pour assister à ce perpétuel monologue, alors, je dis "non-merci!"
Le catenaccio autorise au moins à l'autre équipe de faire le jeu! Et c'est l'équipe qui défend, qui doit prouver qu'elle a les arguments défensifs pour s'autoriser à jouer de la sorte.
ouai pas vraiment convaincu pas les arguments. Deja on pourra reparler du barca une fois que la defense ressemblera à quelquechose, autre qu'un changement permanent à chaque match. d'autre part, ce qu'a fait le celtic n'est pas faisable pas les gros club, sauf exception (chelsea l'an dernier), tout les joueurs des grand clubs ont trop d'ego et de talent pour courir comme des dératés dans le vide...
Lecoupdufoulard Niveau : Loisir
Handball si tu es l'ancien Stalin Rivas ou Miles Morales, s'il te plait continue a poster ! Tes messages me manquaient, ils sont juste geniaux. Et je dis ca sans ironie. Je t'aime !!!
Note : 5
Si les matches du Barca sont "chiants", c'est bien parce que les autres équipes renient leur idendité et posent le bus. Faut pas se tromper de cible. Si tu joues haut contre le barca ils vont pas faire 100 passes a tourner façon handball mais ils vont te punir directement.

Tout le monde s'est foutu de la gueule de l'entraineur du rayo vallecano qui a voulu jouer l'attaque contre le barca parce que pour lui jouer comme le celtic c'est une honte, moi j'ai trouvé ça trés noble. Et j'ai regardé ce fameux match, c'était très loin d'etre chiant, le barca a été bousculé et ils ont montré des grosses faiblesses défensives. Et ils ont marqué sur un contre de villa et une action rapide sur fabregas sans faire 78 passes avant. Aprés ils en sont pris 3 dans les 10 dernieres minutes parce qu'ils avaient laché mentalement, mais le score était trés sévere.
Bon déjà c'est à Celtic Park, et non Ibrox Park, stade des Rangers. Sinon j'aime bien le Barça, mais ça fait plaisir de les voir perdre de temps en temps
rainbowmatador Niveau : District
C'est moi, où il y a une pute barcelonnaise qui s'amuse à mettre des -1 partout, sans être capable d'argumenter?
nononoway Niveau : CFA
Le pire c'est qu'ils ne retiennent rien de leurs défaites (Inter 2010, Chelsea 2012, etc.).

Ca fait pilier de comptoir de dire ça mais c'est si dur que ça de tirer de loin ? arrêter le pressing haut alors qu'ils sont déjà à 11 dans le rectangle ? Laisser venir afin de contre-attaquer ?
Myros el matador Niveau : CFA
C'est pas un crime de idre qu'on s'emmerde* en regardant jouer le Barça... Franchement je m'ennui comme pas possible quand je les vois jouer... Alors oui y a des joueurs exceptionnels qui peuvent faire un eclair de génie à tous moment... mais le toque Bordel* y en a marre surtout quand c stérile ça devient une purge à regarder on va pas se mentir....
Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Faut il rappeler que la référence de l'inter de Mourinho comme une équipe défensive est FAUSSE. Le match aller l'inter gagne 3 1 sur un match ou ils joué ultra offensif et ont largement fait jeu égal avec le barca.
C'est seulement pour le match retour à camp nou que mourinho a décidé de changer sa tactique pour un choix ultra défensif.
Spikelee92 Niveau : CFA2
Bon je l'attendais cet article, toujours la meme rengaire quand le barça perd, c'est de leur faute si les journalistes s'amuse a donner le nombre de passes par match.
Ils ont jamais dit qu'ils voulaient que tout le monde joue comme eux, Pedro dit juste que c'est plus compliqué, je joue au foot five et ça me casse les couilles quand les mecs restent derrière et alors il a pas le droit de s'exprimer.
Les histoires de complot ou le jeux ennuyeux etc si ça vous plait pas y'a plein d'équipes sur be in max c'est gratuit pourquoi venir cracher votre haine ici.
Le seul problemme du fcb c'est la defense, au complet ils sôt quasiment injouables j'en veux pas a mascherano,song et busquets ce sont pas des centraux ils font comme ils peuvent la direction doit se reveiller valdes je prefere pas en parler on risquerait de me sensurer.
Bravo au Celtic un max de réussite mais bordel avec de l'envie on fait des miracles (cf Lille)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
266 58