En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des Champions – Quarts – Barcelone/Milan (3-1)

Barça/Milan vu par la presse européenne

Messi, le penalty qui fait parler, la cinquième demi-finale de suite pour le Barça, les réactions du Milan AC... En Italie, en Espagne, comment en Angleterre, en Allemagne et au Portugal, la presse revient sur le choc de mardi soir.

Modififié
Lendemain de cuite en Italie

La presse italienne, ce matin, a la gueule de bois. L’élimination milanaise fait mal, surtout de la manière dont elle s’est dessinée. Evidemment, l’impression générale est la même pour tous les médias : le Barça est plus fort, mais on aurait aimé qu’il se qualifie sans l’aide des arbitres. D’ailleurs, la Gazzetta dello Sport n’y va pas par quatre chemins. En Une, elle titre «  Barça, avec la petite aide » , devant une immense photo de l’arbitre qui met un carton jaune à Nesta. A l’intérieur, le quotidien rose développe. « La pudeur footballistique nous interdit de nous attacher à un seul épisode contestable, surtout quand les statistiques disent 17 tirs à 2 pour le Barça. Néanmoins, nous aimerions tellement rejouer cette deuxième mi-temps de ce drôle de match en repartant du 1-1 qu’avait inscrit le courageux Nocerino » . Le Corriere dello Sport, le journal de Rome, prend également parti en faveur des rossoneri. Son gros titre : «  Milan furieux  » , en détaillant : «  Deux pénaltys de Messi (dont un qui n’existe pas). Protestations de Ibra : « Je comprends pourquoi ça énerve le Mou » » . Plus ou moins le même son de cloche sur la très sérieuse Repubblica, qui note que «  les deux pénaltys, douteux, ont été décisifs  » , après avoir titré « Messi et deux pénaltys : trop pour le Milan  » . Le quotidien ne remet toutefois pas en cause la performance catalane, jugée comme le premier facteur de l’élimination milanaise : «  Le premier facteur, c’est le force de ce FC Barcelone, qui, après le 0-0 de l’aller, s’impose fièrement 3-1. Le second, les épisodes : aux moments clefs du match, ils tournent tous en faveur du Barça. Le troisième, l’arbitre Kuipers : le deuxième pénalty donné aux Catalans a de quoi crier au scandale  » . Tout est dit.

EM

L'Espagne déçue par le Milan

De l’autre côté des Pyrénées, la presse, très partisane, fait pour une fois dans l’unité. Unité sur les Unes, tout d’abord, puisque que les quatre grands quotidiens sportifs mettent en avant la victoire catalane. Pour Marca, « la quinta culé » – autrement dit la cinquième demi-finale consécutive de Barcelone en Champion’s League – ne doit rien à personne. Enfin si, à un joueur, Lionel Messi: « Le joueur argentin a marqué deux buts sur pénalty et a été le facteur qui a déséquilibré la partie. L’équipe azulgrana n’a pas offert son meilleur visage, mais n’a non plus souffert face à une équipe de Milan décevante  » . Une nouvelle demi-finale qui n’est pas d’ailleurs sans rappeler au journal pro-madrilène une certaine équipe de blanc vêtu… « Personne n’a affiché tant de régularité européenne depuis la mythique équipe des années 50 de Di Stefano » . Du côté du Mundo Deportivo, on chambre un peu avec une belle Une à l'italienne: « Bravissimo ! » . Concernant le deuxième pénalty accordé, le quotidien catalan précise « que le règlement a été strictement appliqué » . Par contre, pas un mot sur la faute de Mascherano sur Zlatan. Ton un peu plus neutre pour le très sérieux El Pais. Le periodico généraliste met lui aussi en avant la performance de Lionel Messi. Sans oublier de polémiquer un peu sur la réaction des Lomnbards : «  Le Milan peut dire qu’il n’y a pas beaucoup d’arbitres qui auraient sifflé le pénalty de Nesta  » . Le juste milieu, ça fait du bien.

RD

Le Portugal ne rentre pas dans la polémique

Sans surprise, la presse portugaise donne la priorité à la rencontre qui va opposer Chelsea à Benfica ce soir, sans trop s'attarder sur la prestation du Barça, ni la polémique autour du deuxième pénalty de Messi. Le premier quotidien sportif national A Bola ne consacre qu'un petit encadré en une aux deux résultats des quarts de finale retour de mardi, avec en plus une citation de Guardiola : « Chelsea? Attention, Benfica a une bonne équipe  » . Même son de cloche pour l'autre quotidien sportif pro-lisboète Record qui souligne le « doublé de Messi  » et compare les statistiques de l'Argentin à celles de Ronaldo. Record parle aussi des 14 buts de la Pulga en C1, sans prendre en compte que les deux derniers étaient des pénaltys pour conclure que Messi «  marque une fois de plus l'Histoire  » . Au final, seul O Jogo, bien que n'évoquant pas du tout le Barça-Milan d'hier soir en Une, parle du second pénalty, « tournant de la rencontre » , qui a «  achevé le Milan AC, qui avait pourtant bien réagi après l'ouverture du score sur le premier pénalty  » , mais nuance ses propos en admettant que de toute façon, le Barça "était plus fort". Comme ça, tout le monde est content.

WP

La presse anglaise s’en cogne


Il faut se lever tôt pour trouver ce matin dans les journaux anglais respectables une analyse profonde du match entre Barcelone et Milan. A dire vrai, la plupart des newspapers se concentre plutôt sur le match de ce soir entre Chelsea, dernier représentant british en coupe d’Europe, et Benfica. Mais bon, certains journalistes ont quand même fait leur taff. Ainsi, sur son site, la BBC ne parle pas des pénaltys, mais insiste sur le fait que Leo Messi « est devenu hier le plus jeune joueur à avoir atteint les 50 buts en Ligue des Champions. Impliqué dans tous les buts, il a réalisé encore un très bon match » . Le Guardian, lui, parle du deuxième péno, le fameux. Sans pour autant accabler l’arbitre: « Sur l’action du pénalty, Nesta retient Busquets, et Kuipers siffle. Au début, c’était pas très clair, mais on a très vite compris quand on a vu les joueurs du Milan s’exciter autour de l’arbitre  » . Au niveau des tabloïds, Le Daily Mirror préfère parler de l’intérêt d’Arsenal pour Sessegnon, donc bon... The Sun, lui, pense au seul coach qu’il respecte en Liga, José Mourinho : «  On en connait un du côté du Real qui doit fulminer. Combien d’autres équipes auraient bénéficié d’un penalty sur une action pareille ?  » . Dans l’ensemble, les Anglais restent anglais, ne retiennent que le score, et se plaindront éventuellement de l’arbitrage lors de la demi-finale qu’ils espèrent entre Barcelone et Chelsea.

WL

L'Allemagne se concentre sur le Real

En Allemagne, on s’attarde logiquement beaucoup plus sur la qualification du Bayern, et on se prépare déjà au prochain choc, celui contre le Real Madrid. On parle quand même un peu de l’autre demi-finale. Plutôt que de s’attarder sur la polémique du pénalty, les Kicker, Sport Bild voire Die Welt préfèrent parler de statistiques. On apprend donc que, grâce à son doublé hier soir, Lionel Messi pulvérise son ancien record, celui de 12 buts, un record qui était également jusqu’ici détenu par Ruud van Nistelrooy (établi lors de la saison 02/03). Ce qui n’est pas dit, par contre, c’est que Messi égale (pour l’instant) le record de José Altafini. L’attaquant du Milan AC avait marqué 14 fois lors de l’édition 62/63. On peut chipoter, et dire que la Coupe des clubs champions, ce n’est pas vraiment la même compétition que la Ligue des Champions. On peut chipoter, et dire que Messi, ce n’est pas vraiment le même football que les autres.

AF

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 41 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 23 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 25 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20
À lire ensuite
Mexès, le maillot faible