1. //
  2. // Quarts
  3. // Atlético de Madrid-Barcelone (2-0)

Barça, le coup de la panne

Sans énergie depuis quelques semaines, les Blaugrana se sont définitivement allongés sur le pré de l’Atlético de Madrid. Un revers qui, à défaut de remettre en cause sa politique sportive, oblige le Barça à repenser son futur. Et vite, car la Liga n’attend pas.

3k 51
La joie, simple et contagieuse, des Colchoneros tranchent par rapport au froid dépit des Blaugrana. Dans un cimetière d’éléphants qu’ils connaissent si bien - rappelez-vous, le revers d’il y a deux saisons au même stade de la compétition face à ce même Atlético -, les Barcelonais sont déboussolés. Encore favoris en début de semaine de cette Ligue des champions dont ils sont jusqu’à la fin mai les tenants du titre, ils viennent d’en être éliminés par plus forts qu’eux. Car sur cette double confrontation, les hommes du Cholo croquent 180 minutes durant la MSN et ses acolytes.

Une démonstration de force, d’intelligence et d’envie des Castillans qui renvoie le rêve azulgrana d’un second succès consécutif en C1 à l’état de chimère. Pis, avec cette élimination dès les quarts de finale, et une place de leader de Liga toujours moins stable, les Catalans peuvent légitimement s’interroger sur le pourquoi d’une telle débâcle. Et se pencher très rapidement sur l’élaboration de solutions. Première piste : rendre à Messi, Pichichi de l’histoire du Mes que, mais muet depuis cinq rencontres, son instinct de tueur et de prédateur.

La MSN ne capte plus


Le mutisme de la Pulga n’est que la partie émergée de l’iceberg des tracas catalans. Pour la première fois depuis ses débuts, le génial argentin ne trouve plus la mire en cinq matchs. Une éternité dans la vie de Lionel Messi qui place une grosse écharde dans les pieds blaugrana. Sans le génie de son numéro diez - qui a joué blessé, selon les informations de la Cope -, le FCB tâtonne, vacille, puis tombe. Avec un Neymar pris à la gorge, plus un Luis Suárez esseulé au milieu des deux tours de contrôle rojiblanca, le problème devient finalement insoluble pour Luis Enrique.

Justement, le onze construit par l’Asturien se caractérise par l’importance prépondérante de son trio offensif.
« Je n’ai pas un stylo magique pour savoir si nous allons être lucides et effectifs. »Luis Enrique
Et lorsque la MSN ne répond par à cette attente par une ribambelle de pions, la belle mécanique se coince. « Il y a des jours où il pleut, d’autres où il y a du soleil, analyse étrangement Lucho en conférence de presse post-débâcle. Je n’ai pas un stylo magique pour savoir si nous allons être lucides et effectifs. Nous pouvons nous améliorer, c’est évident, car ce n’est pas notre meilleure version. » Plus encore, cette version se retrouve être la pire depuis son arrivée sous la guérite du Camp Nou.

La fumeuse théorie de la fin de cycle


Le manque d’entrain et d’imagination de la MSN explique beaucoup, mais pas tout. Derrière ce trio, le milieu de terrain, autrefois source d’inspiration du jeu blaugrana, a patiné dans la semoule face à l’intense pression de son homologue colchonero. D’abord inexistant, il a peu à peu retrouvé des couleurs. Largement insuffisant, toutefois, pour venir contrer Augusto, Gabi, Saúl et Koke. La faillite de son trio et de son poumon du jeu ne doit pourtant pas pousser la nébuleuse blaugrana dans la sinistrose. La fin de cycle est encore loin, et les espoirs de titres sont toujours présents.


Finaliste de la prochaine Copa del Rey, toujours en tête de la Liga, les Culés peuvent finir la saison dans la peau de l’équipe espagnole la plus titrée de l’exercice. Une nouvelle qui a de quoi réjouir sur un plan sportif. Idem, l’intégration d'Arda et Vidal, longtemps bannis des prés pour cause de sanction FIFA, peut annoncer des jours meilleurs pour le groupe de la cité Condal. Reste que le plus gros chantier estival réside dans les arcanes du Camp Nou : avec un sponsor principal toujours pas acté et une prolongation de Neymar qui traîne, la performance de Bartomeu sera autant scrutée que celle de la MSN.

Par Robin Delorme

Dans cet article

On peut quand meme un peu questionner le sportif, avec un Pedro pas remplacé, des jeunes decevants, et un Arda un peu court, il manque des joueurs.

Pour l'an prochain 2 attaquants dont un d'axe et le retour de Dennis Suarez + Halilovic ferait pas de mal pour avoir un peu plus de choix.

Car depuis mars il a tres peu fait tourner Luis, et ca se paye maintenant.
Note : 1
Quand Luis Enrique est arrivé sur la banc de l'équipe première il faisait énormément tourner l'effectif. S'en est suivi des conflits avec certains joueurs (principalement Messi) qui souhaitaient jouer plus souvent, Luis Enrique à donc revu son mode de gestion et a titularisé le trio offensif à chaque match et le trio du milieu quasiement aussi souvent pour faire le triplé en 2015. Un an plus tard on se rend compte que les joueurs sont absent physiquement, justement au moment ou il faut savoir élever son niveau de jeu et ou l'équipe adverse (Atlético x2, Real...) propose un engagement physique important.
Certains joueurs doivent se remettre en question quant à leurs capacités à enchaîner 50 à 60 matchs par saison (pendant plusieurs saisons) et accepter de faire partie de la rotation lorsque les matchs ont moins d'enjeu ou de sortir à l'heure de jeu quant le match est bien engagé.
J'ai de la peine pour Vermaelen, ce mec a la carrière la plus bizarre imaginable.
Note : 3
Au delà du coup de la panne ou d'une fin de cycle, l'explication la plus logique est tout simplement que le Barça aussi bon soit-il ne peut pas remporter tous ces matchs et toutes les compét auxquelles il participe.

Ils peuvent très bien remporter la ldc avec la même équipe l'année prochaine ou se faire de nouveau sortir en quarts. C'est une réalité qui s'applique à tous les clubs même les meilleurs.

En tout il est inutile de douter de la capacité de la MSN à être décisif dans ces gros matchs.
Message posté par Richter
Question pour les spécialistes du Barca, sur les 3 dernier matches que j'ai vu (Classico/double quart), Messi ne joue plus du tout sur son aile comme l'année dernière mais reculé en 10, voire par moment en distributeur arrière à la Pirlo (surtout contre le Real). Est ce normal? Y a t'il eu un changement tactique? J'ai l'impression que c'est pour ça que ça marche pas...


je ne suis pas un spécialiste du barça, mais j'ai l'impression qu'effectivement, comme toi, Messi a joué plus bas et moins sur son côté sur les derniers matches. la raison, à mon avis au vu des derniers matches, il redescend pour aller chercher les ballons, car les ballons ont de plus en plus de mal à remonter proprement et rapidement vers l'avant, les transmissions milieu-attaque beaucoup moins rapides, Busquets (sur le match d'hier) n'a pratiquement fait aucunes passes vers l'avant, impossible pour lui de se projeter et des trouver des solutions vers l'avant, seul Iniesta y est parvenu mais c'était flagrant le nombre de secondes qu'il portait le ballon (en l'absence de solution, de décalages et d'espaces crés par le trio) alors que d'habitude les passes et les enchainements sont beaucoup plus rapides.
clement6628 Niveau : CFA2
Note : 3
Je pense surtout que le problème majeur est une baisse de régime au pire moment de la saison.

C'est peut-être maintenant que l'interdiction de recruter et la mauvaise gestion se paient. Un roulement n'a pas pu être mis en place. Puis, on va peut-être reparler du fait d'avoir lâché Pedro et Xavi qui étaient les joueurs de rotation les plus utilisés alors qu'aucun remplaçant n'arriverait dans les six mois. Egalement un banc très particulier avec de nombreux profils similaires (des défenseurs, des polyvalents) et à l'inverse des manques criants sur certains points (aucun attaquant de classe ce qui est très dur à trouver avec les titulaires en place, aucun mec qui apporte du physique ou de la vitesse). Le banc c'est certainement ce sur quoi il faudra bosser à l'intersaison avec pourquoi pas une grosse recrue au milieu ou en défense.
clement6628 Niveau : CFA2
Je pense surtout que le problème majeur est une baisse de régime au pire moment de la saison.

C'est peut-être maintenant que l'interdiction de recruter et la mauvaise gestion se paient. Un roulement n'a pas pu être mis en place. Puis, on va peut-être reparler du fait d'avoir lâché Pedro et Xavi qui étaient les joueurs de rotation les plus utilisés alors qu'aucun remplaçant n'arriverait dans les six mois. Egalement un banc très particulier avec de nombreux profils similaires (des défenseurs, des polyvalents) et à l'inverse des manques criants sur certains points (aucun attaquant de classe ce qui est très dur à trouver avec les titulaires en place, aucun mec qui apporte du physique ou de la vitesse). Le banc c'est certainement ce sur quoi il faudra bosser à l'intersaison avec pourquoi pas une grosse recrue au milieu ou en défense.
Note : 2
Le plus surprenant ça reste Messi. Avant la trêve il était juste énorme et s'améliorait de matchs en matchs. Il part jouer avec la sélection, toujours énorme. Puis il revient en club.. et là plus rien. Incompréhensible.

L'équipe tombe en panne au plus mauvais moment de la saison. Mais elle reste néanmoins largement capable de remporter le doublé coupe/championnat, là où le real/atletico peuvent sortir une saison blanche
Le problème du Barça c'est la MSN. A la fois joyau et cancer. Quand tout va bien (en gros, jusqu'à il y a un mois) c'est la meilleure équipe du monde. Quand ça ne va plus, quand les trois super-héros sont fatigués, l'équipe fait du surplace.

Comment gérer la MSN? Luis Enrique fait ce qu'il peut mais qui aurait l'autorité nécessaire?

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3k 51