1. //
  2. //
  3. // Résumé

Barça et Real toujours devant

Le Barça gagne sans dérouler, le Real fait illusion avec un génial Guti, l'Espanyol terrasse l'Athletic avec l'aide de dame nature et Villarreal subit un coup d'arrêt fatal à son coach, Ernesto Valverde. Le FC Séville revient lui à trois points de sa victime du soir, le FC Valence. Résumé de la 20ème journée de Liga.

Modififié
0 2
FC Séville 2 - FC Valence 1


On attendait Luis Fabiano et Villa. On attendait un gros choc. Mais personne n'attendait Negredo. Un but de renard sur une déviation d'Escudé et une merveille de lob en pleine lucarne. “El potro de Vallecas” aurait pu être l'homme du match si l'enfant Jesus Navas ne l'avait pas éclipsé par une prestation encore une fois ahurissante. Inarrêtable sur son flanc droit, l'incroyable Andalou aux yeux bleu azur a offert une balle décisive avec une petite talonnade inutile mais exquise. Comme ça, pour la déconne. Et pour Youtube. Valence a en revanche complètement loupé son match et s'incline presque sans avoir combattu. Du coup, les Rojiblancos font la grosse opération du week-end en revenant à trois points de leur victime du soir.


Buts : 1-0, M.21: Negredo. 2-0, M.69: Negredo. 2-1, M.90: David Navarro.








Sporting Gijon 0 – FC Barcelone 1


Le Barça a été patient dans le jeu, un peu moins dans la finition. Face à un Sporting Gijon accrocheur et bagarreur, les Catalans se sont contentés d'un seul petit but alors qu'ils auraient pu se mettre à l'abri rapidement. Heureusement, Pedro (probablement sur hors-jeu) a encore été décisif en marquant un but synonyme de victoire pour les Culés. Il aura manqué un zest de maîtrise dans le dernier geste pour prétendre inquiéter le champion en titre, mais le Sporting n'a pas pu faire grand-chose, malgré la très bonne prestation de son défenseur français Grégory Arnolin. Bon match donc, mais sans plus.


But : 0-1, m.30: Pedro









Deportivo La Corogne 1 – Real Madrid 3


Le Real a vaincu le signe indien en s'imposant pour la première fois depuis 18 ans au Riazor. En première mi-temps, les Merengues ont peut-être réalisé leur meilleure mi-temps de la saison. Inspirés, en mouvement, et collectivement inspirés, les Madrilènes n'ont jamais été inquiétés par des Blanquiazules en manque cruel d'inspiration, à l'image d'un Valeron translucide. Benzema, associé à Raul pour l'occasion, a brillé par une belle reprise de volée arrêtée miraculeusement par le gardien galicien, mais aussi par son but. Un but somme toute facile à mettre, grâce à une inspiration géniale de l'énervant mais néanmoins talentueux Guti. En deuxième mi-temps, les Merengues se sont contentés de gérer tranquillement. Et ce n'est pas vraiment facile quand on a un pantin comme Marcelo dans l'équipe.


Buts : 0-1; min.13, Granero. 0-2; min.40, Benzema. 1-2; min.87, Riki, sp. 1-3; min.91, Benzema





Getafe 0 – Racing Santander 0


Duel amorphe entre deux équipes qui se détestent depuis une demi-finale de Coupe du Roi polémique disputée il y a deux ans. Et qui se retrouveront en demi-finale de la coupe mercredi. Le coach des Verdinegros, Portugal, avait donc décidé de mettre tout le monde au repos pour préparer au mieux ce match (y compris la jeune star Canales). Au contraire, Michel alignait tout ses titulaires d'entrée. Et même avec ça, les banlieusards madrilènes n'ont jamais eu l'opportunité de percer le verrou des Cantabres, réduits pourtant à dix lors de la dernière demi-heure du match. De la haine, beaucoup, mais du football, très peu.



Xerez Deportivo 2 – Real Majorque 1


Intraitable à domicile, Majorque a l'habitude de se faire dessus loin de son île. Contre Xerez, tout le monde donnait pourtant les insulaires gagnants d'avance. Après avoir marqué le premier but, les Rojillos se sont contentés de vivre de leur rente face au souffre-douleur de la Liga. Mal leur en a pris, puisque les Andalous ont enfin réalisé 45 minutes dignes d'une équipe de première division. C'est la première victoire de l'entraîneur Gorosito. Comme quoi les années 80', ça marche.


Buts : 0-1, m. 23, Webo; 1-1, m. 51, Carlos Calvo; 2-1, m. 78, Carlos Calvo





Valladolid 1 – Almeria 1


Aucune victoire en 2010. Aucun fonds de jeu. Pas de spectacle. Bref, Valladolid déprime et fait déprimer ses plus farouches supporters. En égalisant en fin de match contre les Andalous d'Almeria alors que son équipe avait été dominée outrageusement pendant toute la partie, Arzo a sauvé in extremis la tête de son entraîneur Mendilibar. Un sursis qui n'a pas vraiment été du goût du public si l'on en croit les sifflets du public envers les leurs au coup de sifflet final.


Buts : 0-1: Min. 12, Crusat. 1-1: Min. 80, Arzo





Villarreal 0 – Osasuna 2


Voici les tristes déclarations d'Ernesto Valverde après la défaite du sous-marin jaune contre Osasuna : « Nous avons très mal joué. Je suis préoccupé parce que l'équipe n'a jamais su réagir. J'avais l'impression qu'on partait vaincus d'avance. C'est le pire match de mes joueurs depuis que je suis ici, et c'est vraiment très préoccupant » . Valverde n'aura plus à se préoccuper de rien. Il vient de se faire lourder par Villarreal dans la soirée. C'est le cinquième entraîneur de la Liga viré depuis le début de saison.


Buts : 0-1, m.14 Juanfran. 0-2, m.85 Juanfran





CD Tenerife 1 – Real Saragosse 3


Depuis le début de saison, Tenerife joue bien, mais a tendance à endosser le rôle de pigeon de la Liga. Les insulaires ont encore mis en exergue cette mauvaise facette contre un adversaire direct à la course pour le maintien : Saragosse. Dominateurs pendant toute la rencontre, les hommes d'Oltra ont complètement craqué en fin de rencontre en concédant trois buts en six minutes. Tenerife ne méritait pas ça. Comme Saragosse d'ailleurs.


Buts : 1-0. Min. 47: Juanlu 1-1. Min. 76: Suazo1-2. Min. 78: Colunga1-3, min. 83: Lafita



Atletico Madrid 0 – Malaga 2


Nouvelle débandade de ces charlots de Colchoneros face à des Andalous qui reviennent très fort actuellement. Merci de poster vos propositions d'adjectifs dans la rubrique “commentaires” pour qualifier le jeu affligeant des Madrilènes, parce que là, on est vraiment à court d'idées...


Buts : 0-1. Min.2 : Duda 0-2., Min.70 : Javi Lopez





Espanyol Barcelone 1 – Athletic Bilbao 0


L'Athletic a mis ses basques à l'envers pour affronter l'Espanyol. Les Leones ont passé leur première mi-temps à tenter de lutter contre les lois de la gravité et de la malchance. Dès l'entame de match, Gurpegui et Ustaritz s'enfoncent la boite crânienne. Le premier est resté dix minutes par terre, tandis que le second a fini la soirée avec 7 points de suture sur le bulbe. Dix minutes plus tard, Yeste a dû sortir à son tour sur blessure, après un méchant tacle d'un Catalan. Koikili, de son côté, est passé très près du KO, après avoir reçu deux missiles en pleine poire. Bref, l'Athletic a passé tout le match dans les cordes, comme si dame nature s'acharnait pour des raisons aussi obscures qu'inexplicables sur ces malheureux Basques. L'Espanyol a de fait profité de la léthargie de son adversaire et pris un bon bol d'air frais en championnat.


But : 1-0, m.59: Luis García




Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pour L' Atlético: je pense souvent a Calimero
L'Atletico c'est comme la famille on l'a choisie pas on l'a subie.

Etre pour l'Atletico c'est un sentiment difficile qu'on peut résumer en un seul mot « souffrance »



Si je devais expliquer notre défense, un bon vieil Emmenthal avec plein de trous. Le problème de notre défense c'est que chaque weekend, un joueur différent effectue une erreur individuelle et on se prend un pion.

On ne pas expliquer l'inexplicable juste d'essayer de vivre le mieux avec.

Je garde un peu espoir si l'Espagne a pu gagner quelque chose pourquoi pas eux. Un petit miracle il faudrait. J'aurais la confirmation du miracle que si elle gagne la coupe du monde. Dans le cas contraire, ami de l'Atletico lisez attentivement ces dernières phrases.

On dit souvent « un jour viendra » j'y crois plus. Unique solution changer de club, mais il ne faut pas vous trompez de club lors de votre choix. Par contre si vous êtes un vrai supporter Colchoneros, je suis persuadé que vous allez automatiquement vous trompez, moi j'ai opté pour l'inter. Très bonne solution jusqu'au jour où Mourihno décidera de partir et à ce moment de nouveau des moments de galères...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Un problème nommé Blanc
0 2