1. //
  2. // 25ème journée

Barça et Real au coude à coude

La guerre des nerfs vient de recommencer. Grâce à leur prestation éblouissante, voire carrément héroïque contre le FC Séville, les Merengues rejoignent en tête du classement un Barça méconnaissable à Almeria. Le choc des titans va finalement avoir lieu... Tant mieux !

Modififié
0 0
Almeria 2 – FC Barcelone 2


La machine blaugrana est officiellement grippée. Bousculé comme jamais face à Almeria, le Barça peut se montrer satisfait d'avoir empoché le point du match nul. Car ça aurait pu être pire. Entraînée par Lillo, le mentor de Guardiola, Almeria est devenue l'équipe en forme du moment en Liga. En étirant la ligne défensive catalane par les côtés et en jouant à une vitesse endiablée, les Andalous ont fait vraiment très mal à des culés empruntés, prévisibles, voire carrément largués. Pour ne rien arranger, l'arbitre du match s'est montré particulièrement mauvais en excluant invraisemblablement Zlatan et Guardiola, avant de siffler une faute inexistante qui aboutirait au but tout en malice et en finesse de Messi. A 10, c'est d'ailleurs la Pulga qui a sorti ses coéquipiers du marasme en réalisant un doublé qui le propulse Pichichi de la Liga. Avec ce match nul, pas vraiment surprenant au final -au vu des dernières sorties des Culés-, le Barça est rejoint en tête de la Liga par le Real Madrid. « On aurait pu les tuer, mais ils ont réussi à s'en sortir vivants » dixit Lillo (voir parties 1 et 2 de son interview sur sofoot.com) après le match. Il n'a pas tort. Dans le jeu, les Catalans ne sont peut-être pas impériaux, mais question “cojones”, il y a tout ce qu'il faut. Il faut parfois souffrir pour être beau.


Buts : 1-0, m. 11: Domingo Cisma. 1-1, m. 41: Messi. 2-1, m. 56: Puyol, ( CSC). 2-2, m. 66: Messi



Real Madrid 3 – FC Séville 2


En battant le FC Séville, le Real pouvait prendre la tête de la Liga. Les Merengues s'étaient pourtant fait refroidir en tout début de rencontre par un csc de Xabi Alonso sur un centre de ce démon de Navas. A partir de là, le Real a tout simplement livré son meilleur match depuis trois ans : des passes, des enchaînements, du danger, de la profondeur, des tirs cadrés, des inspirations, un mental de viet-kong, des dédoublements... Séville n'a pas vu le jour. Néanmoins ce sont les Andalous qui ont réussi à breaker à la faveur d'un but complètement insensé de dragutinovic. Un coup franc anodin aux 40 mètres pour personne, que Casillas a laissé filer dans le petit filet. Grosse boulette de San Iker, encore une.


Résultat : sifflets des socios du Bernabeu à la mi-temps. De retour des vestiaires, Pellegrini a remplacé Lass par Guti et Arbeloa par Van der Vaart pour fluidifier encore plus le jeu déjà très offensif de la Maison Blanche. Avec trois défenseurs, et sept joueurs à vocation offensive, le Real a rappelé par moments celui des vrais Galacticos. Pas seulement dans la forme, mais aussi dans le jeu et la maestria. Étouffé par la pression, Séville a finalement et logiquement craqué par deux fois avant d'être sauvé trois fois par ses poteaux et par un impeccable Palop, irréprochable jusqu'aux arrêts de jeu et ce maudit but de Van der Vaart. Le Real voulait la victoire, les trois points, la tête de la Liga et donner du kiff à ses socios. C'est fait. Cette fois-ci, c'est vraiment officiel : le Grand Real est de retour... Lyon peut trembler. Le Barça aussi.


Buts : 0-1, m.10: Xabi Alonso (CSC). 0-2, m.53: Dragutinovic. 1-2, m.Cristiano Ronaldo. 1-2, m.60: Cristiano Ronaldo. 2-2, m.64: Sergio Ramos. 3-2, m.91: Van der Vaart

Deportivo La Corogne 3 – Tenerife 1


Avec la particularité d'aligner un onze titulaire 100% espagnol (chose qui n'arrivait plus depuis 19 ans en Liga), Tenerife a failli surprendre un Deportivo La Corogne en mode diesel. Il aura fallu le 600ème but en championnat dans l'histoire des insulaires pour que les Galiciens se mettent enfin en marche par l'intermédiaire du meilleur joueur mexicain du moment : Andres Guardado. Raymond et les Bleus feraient mieux de le surveiller car l'Aztèque est un poison, comme le démontre son joli but et son petit festival sur le pion de Juan Rodriguez. Finalement, le Depor s'impose assez logiquement face à la pire équipe de la Liga à l'extérieur. Une victoire qui permet au Superdepor de rester en course pour l'Europe. Tenerife, en revanche, semble déjà condamné à promener sa préférence nationale du côté de la D2.


Buts : 0-1; min.17, Juanlu. 1-1; min.33, Juan Rodríguez. 2-1; min.55, Guardado. 3-1; min.67, Colotto.

Real Majorque 3 – Sporting Gijon 0


Troisième victoire consécutive de Majorque en championnat. La onzième à domicile. Les insulaires n'ont jamais été inquiétés par un Sporting bizarrement amorphe. Du coup, les Majorquins ont passé leur après-midi à roucouler avec leur public. Dans la semaine, les Penyas des Rojillos avaient en effet décidé de rendre hommage à leur club pour les remercier de leurs 14 dernières années consécutives en Liga. Des ‘olés', des ‘olas', trois points et une place de quatrième du classement. La vie est belle.


Buts: 1-0, min. 12: Julio Álvarez ; 2-0, min. 75: Víctor Casadesús; 3-0, min. 88: Webó



Osasuna 0 – Getafe 0


Duel déprimant entre des Navarrais batailleurs mais affreusement maladroits devant le but et des Madrilènes tout simplement absents des débats. Pas de buts, pas de gestes techniques, pas d'éclairs de génie... Bref, un match relou.



Malaga 2 – Xerez 4


Après avoir passé une bonne partie de la Liga à loser, Xerez semble avoir adopté un nouvel état d'esprit commando qui consiste à pourrir les matchs de manière à les gagner. Les Andalous de Malaga sont tombés dans le piège comme des idiots et ont fini le match à neuf, avec en prime une défaite contre la pire équipe d'Europe. Avec ce petit exploit à l'extérieur, le petit poucet de la Liga peut continuer à croire au maintien. Ce qui est déjà énorme en soi...


Buts: 0-1, min.5: Momo 1-1, min.40: Duda. 2-1, min.55: Valdo. 2-2, min.71: Momo. 2-3, min.76: Gioda. 2-4, min.90: Orellana



Espanyol Barcelone 0 – Villarreal 0


Énorme match de Diego Lopez pour le sous-marin jaune et très grande prestation de Kameni côté Pericos. Pour les autres acteurs du match, lire les définitions des mots “impuissance” et “incapacité” dans le Petit Robert.

Athletic Bilbao 2 – Valladolid 0


Match tristounet. Les Leones et leur testostérone habituelle se sont imposés assez facilement grâce à un doublé du chouchou chauve de San Mames, Toquero. Un mec qui jouait il y a encore deux ans dans l'équivalent du National espagnol. Avec cette nouvelle défaite, Valladolid a quasiment entériné sa rétrogradation. Même Onesimo, l'entraineur des Blanquivioletas, n'y croit plus vraiment : « Nous sommes comme le Coca sans bulles : une équipe light » . C'est dire comment c'est dégueu...


Buts :1-0, min.27: Toquero. 2-0, min.36: Toquero



Real Saragosse 1 – Atletico Madrid 1


Transparent pendant 90 minutes, l'Atletico a finalement arraché le point du match nul à la dernière minute par l'intermédiaire du Sénégalais Ibra. A signaler la prestation catastrophique de l'arbitre tout au long du match.


Buts : Jarosik, Ibra

Lundi : FC Valence – Racing Santander

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0