1. //
  2. //
  3. // Celtic-FC Barcelone

Barça et Celtic cherchent leur Larsson

Idole du Celtic Park avec ses quelque 242 pions, entré dans la légende blaugrana après ses deux passes décisives lors de la finale de Ligue des champions de 2006, Henrik Larsson manque à ses deux anciens clubs qui aimeraient tant trouver son successeur.

Modififié
196 13
À en croire le dernier week-end qu’elle vient de vivre, la famille Larsson ne traverse pas le meilleur moment de son existence. Défait en barrage par Halmstad, Helsingborgs, club que coache le paternel, Henrik, et où évolue le fils, Jordan, connaît sa première rétrogradation en seconde division depuis 1993. Un épisode douloureux pour les supporters, donc, qui décident d’envahir le terrain et de pousser le rejeton de l’entraîneur à enlever son maillot. Cocasse, la scène n’en demeure pas moins inquiétante. « Est-ce que je crains pour ma sécurité ? entame l’ancien international suédois devant un parterre de journalistes. Je ne sais pas, mais j’ai pas mal de chiens chez moi. J’enverrai peut-être Jordan en vacances, il a été le meilleur joueur de la saison. » À défaut de l’envoyer se pavaner sous les cocotiers, Henrik Larsson peut aussi emmener son fils au Celtic Park, antre mythique de Glasgow, où se retrouvent deux de ses anciens fanions. Car entre des Bhoys en mal d’un buteur providentiel et des Blaugrana incapables de se trouver un super-sub, l’arrivée d’un Larsson serait vu d’un bon œil.

« Devenir quelqu’un comme Larsson »


La sensation Moussa Dembélé ravive, pourtant, des souvenirs made in Scandinavie chez les supporters du Celtic. C’est que depuis le départ d’Henrik Larsson, justement vers la côte méditerranéenne du nord de l’Espagne, aucun attaquant n’a offert autant de bonheur au Celtic Park. Dès sa présentation, en une référence, le jeune Francilien brosse le public écossais dans le sens du poil : « J’espère marquer autant de buts que je peux avec le Celtic pour devenir quelqu’un comme Henrik Larsson. » Avec des performances de haut vol, dont un triplé pour son premier derby de Glasgow ou encore une madjer pour son second, il est ainsi le premier attaquant à se rapprocher du statut légendaire du Suédois au sein de la capitale écossaise. Le hic, de taille, réside dans le virage pris par le marché des transferts depuis déjà quelques saisons : comment imaginer un buteur aux vingt printemps rester sept ans à Glasgow ? Quand le natif d’Helsingborg plante 242 pions en 315 rencontres, difficile d’imaginer un tel avenir pour le Français qui, s’il réussit ne serait-ce qu’un exercice comme le meilleur joueur étranger de tous les temps du Celtic, ne devrait pas y faire de vieux os.


Proche du licenciement à Helsingborg, sa ville natale, Henrik Larsson, dont la carrière d’entraîneur ne débute qu’en 2015, peut déjà se tourner vers une nouvelle destination. Alors que le banc du Celtic Park est bien occupé par Brendan Rodgers, il peut toujours venir toquer à la porte pour gratter un poste dans les bureaux. Avec son statut de légende vivante, un rôle d’ambassadeur ou de membre de la direction technique ne lui serait jamais refusé – à moins que la direction menée par Ian Bankier ne souhaite se tirer une balle dans le pied. Quelques milliers de kilomètres plus loin, sur la façade méditerranéenne, le FC Barcelone détient déjà un bon contingent d’ambassadeurs, de Ronaldinho à Juliano Belletti. A contrario, le Can Barça se cherche toujours un attaquant-remplaçant de premier choix. Car depuis le passage d’Henrik Larsson, entre 2004 et 2006, aucun attaquant promis à un rôle de second couteau ne réussit à s’imposer. Il faut dire que le Suédois avait mis la barre plutôt très haut : double passeur décisif lors de la finale de Ligue des champions face à Arsenal, entre autres. Soit une place importante dans l’histoire récente azulgrana.

Le Barça, une décennie sans son Larsson


Depuis la fin de cet été et contre un chèque de trente millions d’euros, Paco Alcácer se mue en nouveau remplaçant de luxe de la MSN. Un statut pas forcément évident à refourguer par la direction du Barça qui, pêle-mêle, tente de recruter Gameiro, Dembélé – de Dortmund –, Nolito ou encore Ben Arfa. À chaque fois, une réponse négative attend Robert, le directeur sportif barcelonais. De fait, loin de recruter un vieux briscard auquel il ne manque plus qu’une coupe aux grandes oreilles à son palmarès, les Blaugrana ramènent dans leurs filets le jeune Paco Alcácer, idole de Mestalla dont l’évolution demande un temps de jeu conséquent. Résultat des courses après un petit tiers de saison, l'ancien Ché se retrouve avec des bouts de match à disputer et n’a toujours pas ouvert son compteur but. Pis, comme face à Málaga, où il ne touche pas le cuir durant plus d’une demi-heure, il passe le plus clair de son temps à se chercher et à courir dans le vide. Bref, le vide laissé par Larsson au Celtic comme au Barça est délicat à combler. Car comme le décrit Ronaldinho, « en plus d’être un super buteur, Henrik est un homme bien » .



Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

floyd pink Niveau : CFA
Je suis le seul à trouver l'article surréaliste ?

"aucun attaquant promis à un rôle de second couteau ne réussit à s’imposer." Genre vous vous ètes même pas relu quoi.
Sinon vous connaissez Luis Suarez ?
J'ai tilté aussi, mais à deuxième relecture de la phrase, elle est effectivement juste et compréhensible. En gros, ça fait longtemps qu'ils cherchent un aussi bon supersub.
Tiens Giroud ça ne le tenterait pas ?
J'aime bien Giroud mais si il portait le maillot du BARCA j'aurais le nez qui saigne pdt longtemps...
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Ben je comprends pas trop ta remarque, Luis Suarez n'a jamais été promis à un rôle de second couteau et supersub, il est arrivé au Barça dans la peau d'un titulaire...
3 réponses à ce commentaire.
bah ça dépend, tu considères Luis Suarez comme un mec qui n'est pas titulaire par défaut au Barça ?
Le problème vient surtout du statut de la MSN. A l'époque de Larsson, le trio d'attaque c'était Eto'o - Ronaldinho - Giuly. Des joueurs excellents hein, mais pas aussi "performants" que la MSN (j'entends, comme dirait Zorg, "tueurs ; de vrais tueurs : froids, hygiéniques, méthodiques, minutieux"). Henrik apportait quand même une véritable plus-value.

Là, quelle plus-value tu espères apporter en remplaçant Messi ou Suarez ? A moins qu'ils ne soient cramés, je vois pas.

J'espère ne pas m'être mal exprimé. j'admire beaucoup l'attaque de 2006. Mais la MSN, c'est un autre monde, moins romantique, mais plus athlétique.
C'est ptet le problème de notre monde et de nos grands joueurs actuels. La performance est tellement au-dessus de tout qu'il n'y a plus rien à apprendre en les regardant. On ne juge qu'à travers la victoire.

Pirlo, Xavi, Iniesta, Lampard, Totti... Avec eux encore on avait le sentiment d'apprendre. On se disait qu'on pouvait s'asseoir, les regarder et en tirer quelque chose. Mais maintenant, on a des équipes de monstres qui gagnent et qui sont remplacés dès qu'ils ont une faiblesse. Regardez le Bayern de Guardiola : 3 demie de LdC de suite, et pourtant considéré comme une équipe faiblarde après chaque élimination.
1 réponse à ce commentaire.
Le pb c'est pas la qualité des joueurs (peu aujourd'hui ont le niveau d'un Ronaldinho ou Eto'o) mais ce que fait l'entraîneur.
Larsson entrait souvent en jeu avec les trois de devant rijkaard décalait Eto'o sur l'aile et Ronaldinho était plus libre
C'est ce qui s'est passé en finale
Il s'est surtout passé un p****n de carton rouge en première mi-temps :(
Tu dis ca dans le sens ou il ne devait pas y avoir carton rouge?

2 réponses à ce commentaire.
ça fait quelque temps effectivement pour le poste de 9 au Barça. Je n'oublie quand même pas qu'en 2009 le Barça avait encore des joueurs comme Bojan et Gudjohnsen pour pallier aux absences de Sam Eto'o. Puis Messi a tué toute concurrence en passant 9, d'autant que Villa pouvait aussi évoluer devant. Maintenant Alcácer doit jouer ce rôle là mais il n'a pas encore les épaules semble-t-il. J'ai longtemps milité pour la venue d'un Klose qui aurait pu jouer ce rôle...
Gianni Longo'o Niveau : District
Il me semble qu'à son arrivée à l'été 2004, soit en même temps que Eto'o, Giuly et Deco, le statut de titulaire et de remplaçant n'était pas établi entre lui et le camerounais. C'est sa longue blessure en début de saison et les performances du grand Samuel qui ont fixés la hiérarchie.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Respect éternel pour Larsson, joueur exemplaire à tous niveaux, que ce soit au Celtic ou au Barça !
Il a sa place au panthéon des plus grands joueurs suédois aux côtés des Nordhal, Liedholm, Gren, Hamrin, Magnusson, Ravelli, Brolin, Dahlin, Andersson, Ibra...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
196 13