En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Demi-finales
  3. // Allemagne/Italie (1-2)

Balotelli flingue l’Allemagne

Auteur d’un doublé retentissant, Mario Balotelli a permis à l’Italie de battre l’Allemagne (2-1) et de valider son ticket pour affronter l’Espagne en finale de l’Euro 2012. Un beau cadeau pour une très belle Squadra Azzurra.

Modififié
Allemagne/Italie : 1-2

Buts : Özil pour l'Allemagne. Balotelli (x2) pour l'Italie.

BALOTELLI. Un nom et une gueule qui étaient faits pour entrer dans l’histoire. Ce soir, en flinguant l’Allemagne de deux coups de canon, Mario Balotelli a fait un premier pas vers un chemin que beaucoup ne le voyaient plus emprunter. En qualifiant la Nazionale d’un coup de boule et d’une mine énorme dans la lucarne de Neuer, l’attaquant de Manchester City a prouvé à la face du monde qu’il n’était pas qu’un simple guignol. En tenant la dragée haute à une équipe d’Allemagne pourtant co-favorite de la compétition, la sélection italienne, elle, a confirmé à tous les sceptiques qu’elle était bien de retour. Buffon, Pirlo, De Rossi, Montolivo, Cassano, tous étaient là, les coudes serrés, pour répondre aux assauts coriaces donnés par des Allemands qui ont pourtant commencé le match par le bon bout. Coup de cœur de cette compétition, la vaillante Squadra Azzurra rejoint l’Espagne en finale dans un remake de ce qui était resté comme l’un des très bons matchs de poules de cet Euro 2012.

Super Mario frappe deux fois

Une machine de guerre. C’est un véritable tank drivé par Joachim Löw qui pénètre sur la pelouse polonaise. Dès les premières minutes et malgré un onze un brin moins offensif avec la présence de Kroos pour emmerder Pirlo au milieu du terrain, la Mannschaft domine les débats. Intéressants au pressing et dans l’utilisation du ballon, les coéquipiers de Sami Khedira se procurent rapidement les premières occasions de la rencontre. Sur une bonne percée du joueur du Real Madrid, Barzagli, surpris par une mauvaise sortie à terre de Buffon, manque de marquer contre son camp après dix petites minutes de jeu. Dans la foulée, Kroos, seul à l’entrée de la surface, envoie une énorme mine du gauche que Buffon détourne comme il peut. On joue la 18e minute, l’Allemagne a poussé sans succès, le cours du match peut changer.

Seule une folie pouvait redonner l’ascendant aux Italiens. Cette folie vient des deux pazzi de l’attaque azzurra. Bien servi par Chiellini, Cassano mystifie ses vis-à-vis et centre pour Balotelli. Profitant d’un Badstuber immobile, Super Mario met sa tête et ouvre le score. Irréel, l’attaquant de City fête son but. Un sourire, et on est reparti. Sonnés, les Allemands subissent. Dix minutes passent avant que Balotelli frappe encore. Bien lancé en profondeur, l’attaquant italien, qui profite une nouvelle fois des largesses de la défense allemande, part seul au but. Mario se retourne, avance, lève la tête et envoie une mine que Neuer ne peut que regarder. 2-0, Balo tombe le tee-shirt, carton jaune. La mi-temps arrive, Löw cherche ses mots.


Des Allemands pas assez agressifs

À défaut de les trouver, le coach allemand tente des réponses. Elles s’appellent Klose et Reus. Auteur d’une excellente entrée en jeu, Reus dynamise considérablement le jeu allemand. Du crochet, de la frappe et un coup franc magistral qui pousse Buffon à une parade incroyable. Buffon, comment ne pas parler de lui ? Auteur d’une partie énorme, malgré un début compliqué, Gigi est le symbole de cette Italie qui gagne. Car oui, cette Italie, elle gagne. Après quinze minutes d’une timide révolte, la bande de Joachim Löw rend les armes. Elle n’arrive pas à franchir la défense italienne, une nouvelle fois héroïque ce soir. Les dernières occasions sont italiennes.

Balotelli manque le triplé d’un cheveu avant de sortir en traînant la patte, à vingt minutes du terme, histoire de parachever sa légende. Marchisio, à un quart d’heure du terme, a également l’occasion de couler l’Allemagne. Sans succès. Di Natale, seul face à Neuer, a également l'opportunité de boucler l’affaire. En vain. Malgré une réduction du score d'Özil sur pénalty en fin de match, l’Italie tient sa finale, grâce à deux éclairs de Balotelli et à une solidité à toute épreuve en seconde période. Énorme ce soir, Pirlo avait raison : les Allemands avaient des motifs pour avoir peur de l’Italie. D’ici à dimanche, les Espagnols vont sans doute se poser quelques questions.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:44 414€ à gagner avec Barça & Bayern 1 Hier à 12:46 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
il y a 1 heure Lamine Sané signe à Orlando 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 9 heures Ronaldinho se lance dans la musique 11 Hier à 12:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1 Hier à 09:45 Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 18 Hier à 08:00 Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 11
À lire ensuite
Primes aux bons payeurs ?