1. //
  2. // Amical
  3. // Italie/France

L’un a 22 ans. L’autre vient de fêter ses 20 ans. Les deux sont italiens et portent à merveille la crête, avec deux styles différents, certes. Ce soir, pour leur toute première association, la défense française va devoir se les farcir.

Modififié
21 15
On ne sait pas encore si Mario Balotelli et Stephan El Shaarawy s’entendent bien. À voir les photos de l’entraînement de la Squadra Azzurra, où les deux gambadent ensemble, oui. Et pour cause, ces deux-là ont tout pour s’entendre. Jeunes, talentueux, une passion commune pour les errances capillaires, grandes gueules, « Bali-Balo » et le « Faraone » pourraient presque être confondus. Enfin, pas physiquement, hein. Même leurs parcours respectifs se ressemblent. Mario s’est fait remarquer avec le maillot de la Lumezzane, avant de signer dans un grand club milanais : l’Inter. Stephan, lui, a commencé à Legino, puis a fait des étincelles avec les couleurs de Padoue, a passé son bac et s’est enfin engagé avec l’autre club de Milan, le Milan AC. Aujourd’hui, ces deux-là se retrouvent ensemble pour le meilleur et pour le pire sous le maillot de la Nazionale. Balotelli en est déjà l’une des valeurs sûres (notamment depuis la demi-finale de l’Euro), El Shaarawy, lui, a encore tout à prouver. Mais une chose est sûre : ce soir, ils seront alignés ensemble sur le front de l’attaque pour affronter les Bleus. Et ça, c’est une première.

El Shaarawy à gauche, Balotelli au centre

Question : deux joueurs aussi similaires peuvent-ils s’entendre sur la pelouse ? A priori, oui. Car, sur le rectangle vert, les deux attaquants n’ont pas forcément les mêmes caractéristiques. Avec Milan, El Shaarawy joue souvent un peu plus bas, en soutien d’un autre attaquant (parfois Pazzini, parfois Pato, parfois personne), ce qui ne l’empêche pas de marquer un bon paquet de buts. Balotelli, lui, joue plus haut, surtout avec la Squadra, où il est toujours aligné en pointe. On peut donc imaginer un El Shaarawy qui tournerait autour du terminal d’attaque Balotelli. C’est d’ailleurs ce que confirme le sélectionneur. « J’ai essayé de composer une équipe qui respecte une certaine logique : El Shaarawy à gauche, Balotelli au centre de l’attaque et Candreva un peu plus bas à droite, comme à la Lazio  » , a-t-il expliqué en conférence de presse. Des choix qui conviennent parfaitement au joueur rossonero qui, de toute façon, est dans une phase de sa carrière où il est prêt à emmagasiner toutes les expériences. « À Milan, j’ai appris comment alterner les phases offensives et défensives. J’espère que je vais être bon avec Balotelli. Prandelli m’a donné toutes les instructions et maintenant, je dois prouver toutes mes qualités » , a-t-il humblement affirmé.

Paradoxalement, c’est celui des deux qui a le plus à apprendre qui réalise le meilleur début de saison. De fait, El Shaarawy est en feu et est la principale raison pour laquelle le Milan AC n’a pas coulé en ce début de Serie A. Auteur de 9 buts en 15 apparitions toutes compétitions confondues, il a déjà sauvé à deux reprises son coach, Massimiliano Allegri, du licenciement. Tout l’inverse de Balotelli qui, pour sa part, réalise un début de saison décevant. Outre les embrouilles récurrentes avec Roberto Mancini, l’attaquant de Manchester City n’a pas encore marqué le moindre but en Premier League et n’a scoré qu’en Ligue des champions face à Dortmund (sur péno) et en League Cup lors de la défaite 4-2 contre Aston Villa. Ah, si. Balo a également planté avec la Squadra, face au Danemark. Peut-être son meilleur match de la saison, comme le souligne Prandelli. « Ce soir, contre la France, j’attends de Balotelli beaucoup d’implication. Je souhaite qu’il couvre tout le front de l’attaque, comme contre les Danois  » , a-t-il affirmé. En espérant que Supermario ait envie d’appliquer les consignes.

Modèle Espagne 2008 ?

À l’heure actuelle, le duo à crête est-il la meilleure option pour l’attaque de la Nazionale ? Cela reste à voir. L’Italie ne compte pas dans ses rangs un véritable avant-centre prolifique, comme le furent, en leur temps, des Vieri ou des Toni. Les actuels attaquants possibles de l’effectif sont Quagliarella, Giovinco, Osvaldo, Gilardino, Cassano, Destro, Diamanti ou éventuellement Matri. Derrière, les jeunes Insigne, Immobile, De Luca ou même Caprari tapent à la porte, mais devront probablement patienter encore un peu. Lors de l’Euro 2012, Prandelli avait essayé de nombreuses combinaisons. Finalement, il avait, la plupart du temps, opté pour le duo Cassano-Balotelli. Une association qui, sur le plan tactique, n’est pas sans rappeler celle entre El Shaarawy et Balotelli. « El Shaarawy est un joueur très offensif, mais qui sait travailler pour ses coéquipiers et pour toute l’équipe » , a précisé le sélectionneur. D'accord, mais une question reste en suspens : associer deux joueurs aussi jeunes ne présente-t-il pas des risques ? Pas forcément.

De fait, Prandelli ne s’en est jamais caché : il s’inspire beaucoup de ce qu’a accompli la sélection espagnole lors des dernières années. Or, lorsqu’elle remporte l’Euro 2008, l’Espagne se présente en finale contre l’Allemagne avec un duo d’attaque composé de Fernando Torres et Fàbregas. Le premier a alors 24 ans, le second 21. Du coup, si l’on se projette vers le Mondial 2014, dans un peu moins de deux ans, Balotelli sera sur le point de fêter ses 24 ans, et El Shaarawy aura 21 ans. Si le sélectionneur souhaite construire autour de ces deux-là la future attaque de la Nazionale, c’est donc maintenant qu’il doit commencer. El Shaarawy, en particulier, va devoir faire ses preuves, car depuis le début des éliminatoires, Osvaldo marque des points (et des buts) dans la hiérarchie. Le premier test, c’est donc ce soir, contre les Bleus. Un essai qui, s’il s’avère concluant, pourrait bien déboucher sur un CDD pour les éliminatoires du Mondial 2014. Et même un CDI, tiens, soyons fous.

Eric Maggiori
Modifié

europa
Si je ne devais considérer que l'aspect esthétique de el shaarawy ou les galéjades et autres comportements déviants de son compère de ce soir, balotelli; je m'enfuirais en courant; heureusement, on sait qu'ils ont tous deux du talent; pourvu que ce soit cela que l'on retienne en premier, à l'issue de la confrontation de ce soir!
Note : 1
Et sinon, Di Natale c'est du poulet ?
Parce que je ne le vois aucunement cité dans les attaquants italiens, alors que bon, quand même !
Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Ils ont juste un paquet d'attaquants de très bon niveau contrairement à la France...

A noter que Prandelli tiens très bien son équipe et arrive à chaque fois à tirer le meilleur de Ballotelli. En espérant qu'il fasse de même avec Shaarawy, cela peut faire vraiment une attaque de top niveau internationale.
Partenaires
Le kit du supporter Vietnam Label Trash Talk basket
21 15