En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Sélection
  3. // Squadra Azzurra
  4. // Balotelli

Balotelli dans le Top 5 mondial, vraiment ?

Après le match amical contre le Brésil, au cours duquel Mario Balotelli s’est distingué avec un but magnifique, Cesare Prandelli, le sélectionneur azzurro, a affirmé que l’attaquant du Milan AC était l’un des cinq meilleurs joueurs au monde. C’est sûr, ça ?

Modififié
C’est un fait : depuis son arrivée au Milan AC, Mario Balotelli est un autre homme. Non seulement dans ses prestations, dans son rendement match après match, mais aussi dans son attitude. Mario se bat pour son équipe, n’a jamais l’air nonchalant comme au temps de Manchester City, et, surtout, il brille. Avec le maillot rossonero, il a déjà inscrit sept buts en six matches de Serie A, auquel s’ajoute celui inscrit avec la Squadra Azzurra, jeudi soir. D’accord, sur ces huit pions, il y a trois pénaltys. Mais les pénaltys réussis par Mario sont aussi une énième preuve de sa « nouvelle vie » . A Milan, Mario est arrivé et s’est immédiatement imposé comme le tireur de pénaltys. Certes, il n’y a plus un Pirlo, un Zlatan ou un Kakà pour le recaler. N’empêche que ceux qui avaient tiré des pénaltys avant lui cette saison (Pazzini) auraient pu avoir leur mot à dire. Mais non. Comme si l’on ne pouvait rien refuser à l’attaquant. Cette aura, Balo la cultive, et cela finit par porter ses fruits. La preuve : Prandelli, qui en a vu passer, des grands joueurs, tout au long de sa carrière, affirme que l’attaquant est aujourd’hui l’un des cinq meilleurs joueurs au monde. Est-il fou, ou clairvoyant ?

Problèmes intestinaux

Il y en a un autre qui pense que Balotelli est parmi les meilleurs joueurs mondiaux. Il s’appelle Mario Balotelli. Il y a quelques jours, lors d’une interview à l’émission Le Iene, le joueur affirmait que seuls trois joueurs étaient plus forts que lui : « Messi, Cristiano Ronaldo et Ibrahimovic  » , avant d’ajouter que « s’il n’avait pas encore gagné le Ballon d’Or, c’était uniquement de sa faute » . Crise de mégalomanie, ou simple conscience de ses réelles capacités ? En effet, depuis le début de sa carrière, on annonce Balotelli comme un phénomène. A 19 ans, il jouait déjà dans l’Inter de Mourinho, celle qui allait tout remporter, du Scudetto à la Ligue des Champions. Puis le grand saut à Manchester City, et l’arrivée en équipe nationale. Souvent critiqué, rarement applaudi pour ses coups de génie sur la pelouse, Balo a pourtant à son crédit un palmarès qui dit qu’à 22 ans, il a déjà tout gagné en Italie (championnat, Coupe, Supercoupe) et en Angleterre (pareil), avec, en prime, une C1 et une finale d’Euro. Alors, certes, on ne se construit pas sur un palmarès. D’autant que sur tous ces trophées, il n’a pas toujours été protagoniste. Mais il était tout de même là, il a vécu les victoires, il a appris, il a assimilé. Aujourd’hui, Balo a 22 ans, mais on dirait qu’il joue depuis toujours.

Surtout, ceux qui l’ont durement critiqué (parfois à raison) ont souvent oublié qu’il s’agissait d’un gamin de 20 ans. Cela n’excuse pas tout, bien évidemment, et Balo n’est pas le seul joueur de 20 ans à exploser si jeune au haut niveau. Mais chacun a son passé, son histoire, ses blessures. Super Mario a souvent été considéré comme le petit con, la tête à claques, la source à emmerdes, l’amuseur public. Facile de critiquer. Mais qui est allé voir plus loin ? Qui est allé voir ce qu’il a vécu dans son enfance. On nous bassine avec Messi, qui, enfant, était tout petit et tout chétif, et qui a dû « se battre » pour grandir et devenir le grand champion qu’il est aujourd’hui. Sortez les violons. Mais qui sait que lors de ses premières années de vie, Balotelli a eu de gravissimes problèmes intestinaux, qu’il a dû être hospitalisé, soumis à des interventions chirurgicales, et qu’il aurait pu y laisser la vie ? Qui sait que ses parents, Thomas et Rose Barwuah, immigrés ghanéens, n’avaient pas assez d’argent pour soigner convenablement leur fils et qu’ils ont donc dû prendre l’insupportable décision de le laisser à une famille d’accueil, les Balotelli, pour qu’il puisse grandir et vivre ? Qui sait que pendant toute son enfance, Mario a été trimbalé entre sa vraie famille et sa famille d’adoption, sans jamais y trouver ses repères ? Oui, Mario aussi a ses blessures. Encore une fois, cela ne donne pas tous les droits, mais cela peut expliquer des choses. Beaucoup de choses.

Un homme qui marche à la confiance


Aujourd’hui, le temps du Mario frustré, qui fait connerie sur connerie (lancé de fléchettes, feux d’artifices dans la salle de bain, amendes en voiture…) semble révolu. Balo en avait ras-le-bol de Manchester, ras-le-bol de l’Angleterre. Son retour à Milan, non loin de là où il a grandi (à Brescia), sonne comme une libération pour lui. Dès ses premiers matches avec le Milan AC, il est apparu épanoui, tant dans ses gestes que dans sa façon d’être. Lors de son dernier match de championnat, face à Palerme, il a régalé la galerie avec deux buts (un péno et un but de raccroc), mais surtout avec des gestes de très grande classe, du râteau à la roulette en passant par le petit pont. Et toujours avec utilité. Puis est arrivé le but face au Brésil, un chef d’œuvre face à son ancien pote de l’Inter, Julio Cesar. Mais ces deux derniers mois joués à un très haut niveau suffisent-ils à mettre Balo dans le Top 5 mondial, aux côtés de CR7, Messi, Zlatan, Falcao, Iniesta, Xavi, Rooney, van Persie, et autres Pirlo ? Il semble encore tôt pour le dire. Balotelli a des incroyables capacités et ceux qui disent qu’il est une imposture devraient très sérieusement penser à revoir leurs critères en matière de talent. Non, là où Mario doit encore progresser, c’est au niveau du mental.

Lorsqu’il est en confiance, il peut renverser le monde (on vous remet les images de la demi-finale contre l’Allemagne ?). Mais lorsqu’il doute, il peut devenir inutile, voire même nuisible à son équipe (on vous remet les images de la finale contre l’Espagne ?). Pour le reste : talent, charisme, sens du placement, Mario a déjà tout bon. Il est d’ailleurs l’un des seuls joueurs, aujourd’hui, qui demeure « un entertainer » , au même titre que Zlatan. On serait même prêt à parier que s’il signait au PSG, il ferait encore plus parler que le Suédois. Il n’en est pas question pour l’instant. Pour le moment, Balo est à Milan, et compte bien gagner des titres avec le maillot rossonero. Ce ne sera pas pour cette saison, mais dès la saison prochaine, gare à lui et à sa détermination. Oui, car la saison prochaine est bien celle qui mène tout droit vers le Mondial brésilien. Un Mondial que Balo veut vivre aux premières loges, en endossant le costume du premier rôle. Et s’il fait quelque chose de grand avec la Squadra, alors, oui, peut-être que l’on pourra parler de l’un des cinq meilleurs joueurs au Monde. Voire même mieux, qui sait.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
Valbuena, la forte tête