En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e finales aller
  3. // FC Bâle/FC Porto

Bâle trappe l'expérience

Pour une fois, Bâle, en héritant de Porto au tirage, envisage une qualification historique en quarts de finale de C1. Un niveau connu par les seuls Walter Samuel et Paulo Sousa.

Équipe surprise, outsider, petit poucet, poil à gratter... Nombreux sont les qualificatifs utilisés pour désigner l'équipe du FC Bâle. Cette affiche face à Porto n'est peut-être pas la plus sexy de ces huitièmes de finale de Champions. Deux underdogs donc, pour qui une qualification pour les quarts de finale serait déjà une bonne performance. Enfin, pour Bâle, on est plutôt dans le domaine de l'exploit historique. En tirant le champion du Portugal en titre, c'est-à-dire un adversaire qu'on peut penser à leur mesure, les Suisses se sont offert la possibilité d'arriver pour la première fois de l'histoire du club depuis 1974 en quart de finale de la C1. Un exploit inédit à l'échelle du football helvète, et une véritable performance pour une formation qui se promène en Suisse, mais galère un peu plus en Europe. Si les Bâlois sont premiers de la Raiffeisen Super League – le championnat local – c'est un peu à l'arrache que le club suisse s'est qualifié pour les huitièmes de finales. C'est à la faveur d'un petit point supplémentaire que les joueurs du coach portugais Paulo Sousa ont devancé les Anglais de Liverpool. Une performance en soi, qui a fait naître de l'espoir dans les rangs des Rouge et Bleu.

L'expérience de Walter Samuel


Lorsqu'il arrive à Bâle en juillet dernier, Walter Samuel crée une petite surprise. Non prolongé par l'Inter, l'Argentin était à la recherche d'un nouveau défi avant d'arrêter sa carrière. Pour décrire sa signature, Bernhard Heusler, le président de Bâle, parle « de grande personnalité et d'expérience » . Il faut dire qu'à 36 ans, si Samuel a bien quelque chose à apporter à un groupe, c'est de l'expérience. 68 matchs de Champions League, une victoire finale en 2010 face au Bayern, et une pléthore de petits coups derrière les mollets, de tacles bien sentis, et de chutes « à l'expérience » . Pas de doute, le défenseur argentin est un monstre de savoir-faire européen.

Pourtant, ses débuts se passent mal. Son premier match de C1 sous les couleurs rouge et bleue se révèle être un enfer. Face au Real, les Suisses coulent (5-1), et l'ancien Nerazzurro sort à l'heure de jeu. Une performance pas à la hauteur des attentes, qui vaut à Samuel de ne pas beaucoup jouer sous son nouveau maillot (à peine plus de 300 minutes en championnat). De retour dans le groupe pour les deux derniers matchs de Ligue des champions, l'ex-Interiste et son gros bagage européen semblent incontournables pour surmonter l'obstacle portugais. Même s'il ne joue pas, l'expérience des matchs à enjeu est un atout inestimable dans un vestiaire jeune, et peu habitué à de telles rencontres.

Retenir les leçons du passé


Il faut dire que derrière Samuel, les joueurs d'expérience se comptent sur les doigts d'une main. Philipp Degen a certes joué à Liverpool l'année où les Reds sont éliminés en demi-finale par Chelsea, mais le latéral n'était pas dans le groupe. Marco Streller, au club depuis 2007, a participé aux dernières campagnes européennes de Bâle, mais manque de vécu sur la scène internationale malgré ses 33 ans. Dans un effectif où les deux tiers des joueurs ont moins de 26 ans, la lumière pourrait aussi venir du coach helvète. Paulo Sousa est un entraîneur d'expérience, en témoigne son palmarès en tant que joueur. Le Portugais a remporté deux Ligues des champions, sous les couleurs de la Juventus en 1996, et celles de Dortmund l'année suivante. Ajoutez à ça une bonne connaissance du championnat portugais, et vous obtenez le mélange parfait pour faire tomber Porto.


Bâle doit aussi utiliser son propre vécu européen, pour ne pas répéter les erreurs du passé. Il y a trois ans, le club avait déjà atteint les huitièmes de finale. Face au Bayern, l'exploit avait même été réalisé à l'aller, avec une victoire 1-0 au Parc Saint-Jacques. Toutefois, manque d'expérience ou simple manque de talent, les petits Suisses avaient été étrillés 7-0 au retour. Cette fois, Bâle semble avoir retenu la leçon. Les joueurs de Sousa sont capables de hausser leur niveau de jeu, comme en témoignent leurs matchs face à Liverpool (1-0, 1-1), ou la courte défaite contre Madrid (1-0) en phase de poules. Sousa l'a annoncé, son équipe est ambitieuse. « Nous avons montré que l'on pouvait imposer notre style sur les plus grands terrains d'Europe. Nous allons inévitablement poser des problèmes à Porto. » Alors non, Bâle n'est pas prétendant au titre final. Une qualification en quart signifierait probablement un gros tirage, et donc la fin de l'aventure. Et de toute façon, c'est Porto qui tient la corde. Mais le rôle de l'outsider n'est-il pas de rebattre les cartes ?


Par Pierre-Valentin Lefort
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:44 414€ à gagner avec Barça & Bayern Hier à 12:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 12:46 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:45 Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 15 Hier à 08:00 Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 9
dimanche 18 février Tony Chapron est en arrêt maladie 47 dimanche 18 février Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 dimanche 18 février Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9