Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Atlético de Madrid-Real Madrid

Bale en mousse

Encore blessé, Gareth Bale vit une saison catastrophique. Fatigué, le corps fragile du Gallois ? Oui. Mais si son absence est regrettable à titre personnel, elle constitue sans doute un mal pour un bien sur le plan collectif.

Modififié

Quand l’Atlético renversait le Real en C1

Gareth Bale, assis sur une pelouse, se tenant la jambe. Au fil des années, l’image est devenue banale. Classique, même. C’est pourquoi personne ne s’est étonné lorsqu'elle est réapparue sur les écrans le 25 avril dernier, peu après la demi-heure de jeu du grand rendez-vous de Liga opposant le Real Madrid à Barcelone. Et si ce cliché n’est jamais agréable à regarder, les supporters de la Maison-Blanche n’en ont pas été particulièrement attristés. Au contraire de la défaite de leurs protégés dans le Clásico.


Pourquoi cette relative insensibilité devant la nouvelle absence programmée d’un joueur qui a tout de même coûté plus ou moins cent millions d’euros à l'été 2013 ? La réponse est toute simple : l’habitude. Comme les déclarations bateau qu’un entraîneur enchaînerait de manière hebdomadaire en conférence de presse, les blessures de Bale lassent, indiffèrent et ne surprennent plus. Cette saison – qui peut être qualifiée de catastrophique pour lui –, le Gallois a été victime de quatre pépins physiques (hanche, cheville et mollet par deux fois), ce qui lui a fait louper une trentaine de matchs.

17 blessures depuis la saison 2009-2010


Alors, comment expliquer ce corps si fragile ? Les raisons semblent évidentes. D’abord, l’organisme de Bale a toujours montré de réelles limites. Depuis la saison 2009-2010, le gaucher a subi pas moins de 17 blessures. Un chiffre qui n’arrive pas au niveau des chevilles déboîtées d’Abou Diaby ou de Yoann Gourcuff, mais qui prouve quand même que le bonhomme, aussi talentueux soit-il, souffre d’un véritable problème physique. Avec Tottenham, Gareth a donc été privé de matchs pendant 163 jours au total. Avec le Real, ce chiffre gonfle à 241. Triste bilan. Ensuite, l’ancien des Spurs a commencé 2016-2017 complètement cramé, puisqu'il a, pour la première fois de sa carrière, disputé une compétition majeure avec sa sélection durant l’été. Moteur du pays de Galles qui a atteint les demi-finales de l'Euro, aussi déterminé que déterminant, celui qui a joué six rencontres dans son intégralité pendant ce tournoi (pour trois buts) a fait couler sa sueur plus que de raison à l'issue d’une saison déjà bien chargée (finale de Ligue des champions). En d'autres termes, il a sûrement un peu trop tiré sur la corde... qui a rompu à la rentrée, après de courtes vacances. Enfin, on ne peut pas dire que les dirigeants merengues aient parfaitement géré son cas. Zinédine Zidane, qui n’a pas souhaité patienter pour relancer son poulain juste après son retour de blessure, a d’ailleurs très rapidement été questionné sur le sujet après le Clásico. «  Il était à 100 %, il me le disait. Avant le match, il était en parfaite condition, il s’entraînait normalement. Ce sont des choses que l’on ne peut empêcher. Il voulait jouer et quand vous avez une blessure très longue, c’est difficile, s’est-il défendu face à la presse. Je sais par expérience que le temps de récupération n’est pas le même. Il a d’autres gênes, je sais ce qu’il pense. Ce n’est pas grand-chose et nous attendons qu’il revienne rapidement. (...) Je referais la même chose parce qu’il s’entraînait normalement. Ça s’est passé comme ça, tu ne peux pas l’empêcher. Je crois ce que me disent les joueurs. Nous ne sommes pas contents, mais ce n’est pas grand-chose.  » Sauf que la majorité des joueurs se sentent capables de jouer un Clásico. Même avec une jambe pétée.

CR7 plus efficace ?


Mais finalement, au vu des résultats actuels, Zidane et sa troupe n’ont pas franchement à se plaindre de cette situation. Au vrai, l’absence de l’ailier droit pourrait presque paraître comme une bonne chose pour le club de la capitale. Facile à dire, car être privé d’un tel joueur ne peut pas être sérieusement considéré comme un avantage net et précis. Reste que sans Bale, que Florentino Pérez impose dans l’équipe type quand il est disponible, le double Z a les mains un peu plus libres. Plus buteur que Karim Benzema, moins travailleur qu’Isco, plus offensif que James Rodríguez, le Gallois oblige quasiment son entraîneur à aligner un 4-3-3. Lorsqu’il n’est pas sur le terrain, ce schéma peut évoluer. Avec Isco en dix, par exemple. Surtout, Cristiano Ronaldo et son ego ne sont jamais meilleurs que quand ses dix coéquipiers jouent pour lui. Avec Gareth, capable d’exploits personnels réguliers, c’est moins le cas. Et au regard de l’efficacité actuelle de CR7, autant dire qu’il va falloir un peu de temps pour réclamer le retour de son pendant.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 5 heures 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 il y a 2 heures Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 6
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 5 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 55 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17
À lire ensuite
Le fardeau du Cholo Simeone