Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Azpilicueta à Chelsea, l'OM bat de l'aile

Arrivé il y a seulement deux saisons du côté de l’OM, César Azpilicueta va donc mettre les voiles direction Chelsea pour 5 ans, 8 millions d'euros et quelques bonus. Toujours impliqué et souriant, la caution sécurité des ailes phocéennes semble plus partir pour rendre service que pour son plaisir personnel. Un nouveau symbole du manque d’ambition de l’OM ?

Modififié
180 minutes de qualité, de hargne, de justesse et d’amour pour un maillot dont il savait qu’il ne le porterait peut-être plus à l'avenir. Les derniers débordements de César Azpilicueta sur le couloir droit de l’Olympique de Marseille ont été à l’image de son parcours en terre phocéenne : irréprochables. Sur la Canebière, le départ de l’Espagnol sonne comme un « il vaut mieux que l’on se quitte » . Une formule devenue monnaie courante dans une Ligue 1 sans le sou, où un club se retrouve « obligé » - la notion d’obligation demeure floue – de vendre un joueur qui ne souhaite pas forcément partir. Car si, à Marseille, supporters et observateurs se sont faits à ce qui s’apparente de plus en plus à un manque d’ambition autant qu'à une adaptation à la sacrosainte « réalité économique » , le comportement de César Azpilicueta, tout au long de l’affaire, est significatif d’un certain mal du siècle du footballeur.

Amour du maillot

« Venir à Marseille est une étape importante dans ma carrière. » Quand il débarque d’Osasuna, son club formateur, méconnu, mais avec l’étiquette de « futur latéral droit de la Roja » , César Azpilicueta ne bluffe pas. Le gamin de 20 ans est heureux de venir à Marseille et en Ligue 1, un championnat dont il «  connaît toutes les équipes » et dans lequel il compte bien s’imposer. Les débuts de celui qui a coûté un peu plus de sept millions à l’OM sont un peu difficiles. Mais alors que son rendement s’améliore, c'est la tuile. Ligaments croisés face à Montpellier, l’indisponibilité de six mois, bref, la totale. Pas de quoi entamer le moral de celui qui a appris le français à la vitesse grand V. La motivation est toujours là, et malgré le recrutement de Rod « Fort Boyard » Fanni au poste de latéral droit, Azpi revient plus fort.

Devenu incontournable, il sait, à l’orée de la saison 2012-2013, qu’il pourrait ne pas passer l’été. Chelsea a le béguin pour lui, Marseille a besoin de pognon, Azpi est perdu. Perdu, car le gamin, profondément gentil et attaché à son club, est, comme sur le pré, prêt à « rendre service » . « Si mon départ peut aider le club à avoir de l’argent, tout le monde y trouvera son compte » , avoue t-il à La Provence avant d’ajouter qu’il « s’investira sans retenue tant qu’il portera ce maillot » . Alors évidemment, Azpi ne crache pas sur l’opportunité de porter le maillot des Blues. Il faut admettre que l’on a connu pire, comme point de chute. Mais aujourd’hui, le départ de l’Espagnol vers Londres pose un problème que ceux de Didier Drogba ou de Franck Ribéry ne posaient pas. La somme proposée par Chelsea, loin d’être indécente, et la volonté du joueur, qui propose à ses dirigeants à peu près tout sauf un bras de fer, poussent à dresser le constat suivant : à environ huit millions d’euros, avec quelques bonus, l’OM « brade » un joueur d’avenir acheté à peine moins cher, qui pouvait rester au club. La limite de la réalité économique au sein d’un club où la réalité sportive existe également, en somme.


OM : bon à tout, bon à rien

Azpilicueta parti, Mbia en train de faire ses valises, Nkoulou pas insensible aux sirènes du Milan, Rémy courtisé par la Premier League et Raspentino arrivé : que reste t-il de l’OM ? Auteurs d’un bon début de saison sur le plan comptable, les ouailles d’Élie Baup vont bientôt être confrontées à la dure réalité du terrain. Fanni, qui dépanne souvent dans l’axe, n’a pas de doublure digne de ce nom au poste de latéral droit. De quoi transformer la défense phocéenne, clé des succès passés, en véritable courant d’air, notamment sur les côtés. Et, à moins de cloner Nicolas Nkoulou ou de pirater le compte en banque du président du Paris Saint-Germain, on voit mal comment les dirigeants phocéens vont réparer les dégats. Apparemment plus intéressés par le fait de remettre les finances de l’OM dans le vert – une mission pas forcément moins compliquée que la troisième place, hein – que par le sportif à proprement dit, Vincent Labrune et José Anigo vont bientôt faire tomber le château de cartes. Sans recrutement, le onze marseillais semblait plus que passable. Avec des départs, la saison, pourtant entamée de la meilleure des manières, pourrait s'avérer périlleuse. À titre d’exemple, quand le banc de l’OM compte aujourd’hui Omrani, Abdullah, Mango et Raspentino, il pouvait s'appuyer sur Morientes, Ben Arfa, Koné, Hilton ou Taiwo en 2009-2010, saison du titre. On en reparlera quand il faudra faire les comptes... en banque comme au classement.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17