1. //
  2. // 17e journée
  3. // Toulouse/Monaco

Aymen Abdennour, reloaded ?

En difficulté depuis qu'il a signé à Monaco en janvier 2014, Aymen Abdennour va retrouver le Stadium de Toulouse ce vendredi. Une enceinte où il a brillé pendant deux ans et demi. Et où il va entreprendre son retour en grâce ?

Modififié
115 6
Quand Aymen Abdennour est prêté avec option d'achat obligatoire par le TFC à l'AS Monaco, en cette fin de mercato d'hiver 2014, tout le monde s'accorde à dire que le club du Rocher a frappé un grand coup. Sauf que le roc tunisien est fissuré, même si à l'époque, il se veut rassurant : « Ma blessure n'est pas grave, mais il faut bien la soigner. C'est un petit décollement du quadriceps. Il faut compter deux, trois semaines. » Deux mois plus tard, le défenseur étrenne sa nouvelle tunique lors d'une défaite à Évian (0-1). S'il sort de deux grosses saisons et demie à Toulouse, ce qui lui a valu l'intérêt de quelques poids lourds européens comme Arsenal, Abdennour va expérimenter la frustration : seulement cinq matchs de plus en Ligue 1, avec en seule consolation une série sans défaite et un gros match contre Guingamp (1-1). Facile d'imaginer que cette période d'adaptation passée, une préparation complète dans les jambes, Abdennour va tout casser dès le mois d'août... C'est sans compter sur les deux défaites initiales de l'AS Monaco - contre Lorient et à Bordeaux - et le choix de Leonardo Jardim de le sacrifier au profit d'un duo Carvalho-Raggi dans l'axe. Une poisse n'arrivant jamais seule, le Tunisien est victime d'une élongation début septembre, alors qu'il est en stage avec sa sélection. Difficile de comprendre comment le joueur de 25 ans - fort d'un CV fourni entre une quarantaine de sélections, un quart de finale en CAN 2012, une victoire à la CHAN 2011 (la Coupe d'Afrique réservée aux joueurs évoluant sur le continent) ou encore une Ligue des champions africaine 2007 - a pu perdre son football entre la Haute-Garonne et le Rocher.

« Il se met trop de pression. » Gernot Rohr


« C'est un perfectionniste, parfois il se met trop de pression. Il veut être le meilleur, mais il doit développer un peu plus de sang-froid. Mais d'ici un an, il sera au top niveau » , estime Gernot Rohr. L'ancien entraîneur de Bordeaux a côtoyé Abdennour une saison, à l'Étoile sportive du Sahel, « un club bien structuré avec un bon centre de formation » . Le technicien franco-allemand se souvient : « Il a été formé là-bas, je l'ai vu avec les jeunes et je l'ai fait s'entraîner avec les professionnels à partir de novembre. » À Sousse, Abdennour est suffisamment au-dessus du lot pour s'imposer, mais Rohr se souvient d'une première expérience européenne compliquée : « Klaus Allofs m'avait appelé pour parler de lui, et j'ai dit tout le bien que je pensais d'Abdennour. Mais avec Schaaf, cela s'est mal passé, il n'était peut-être pas prêt. En plus, il ne parlait pas allemand... » Pas prêt pour l'Allemagne à 21 ans, le Tunisien n'est-il toujours pas adapté aux exigences d'un gros club à 25 ? Pour l'ancien Toulousain Nicolas Dieuze, le stoppeur est « encore jeune et a besoin de se rassurer » . Pour l'attaquant un temps recyclé en défense centrale, le retard à l'allumage d'Abennour s'explique aussi par les profonds changements opérés en Principauté : « Avec Jardim, il y a eu un faux départ avec deux prestations termes et un fiasco à Bordeaux dont il a porté le chapeau. Il a besoin de confiance, et il est arrivé dans un club de dimension européenne. Le fait de se blesser l'hiver dernier n'a pas aidé. » Pour celui qui gère actuellement des salles de foot via Bonitofoot, il ne fait aucun doute « qu'Abdennour va monter en puissance et quand il sera au top physiquement, cela va être du haut niveau. La CAN va un peu bloquer sa dynamique à Monaco, où il reste sur quatre matchs titulaire, mais à mon avis, il va faire une grosse seconde partie de saison » . Depuis le 22 novembre, et un match nul à domicile contre Caen (2-2), l'ancien Violet a enchaîné quatre matchs complets. Avec du moins bon - un CSC contre Rennes - et du très bon contre Leverkusen en Ligue des champions (1-0). « J'ai besoin d'enchaîner les matchs pour être en pleine confiance » , rappelait récemment le joueur devant la presse. Et à en croire Gernot Rohr, un Abdennour qui croit en lui, on ne veut pas s'en priver : « Quand je suis arrivé à Nantes, je voulais absolument que M. Kita le prenne, mais Gilles Favard n'en voulait pas. C'était une occasion que je trouvais fantastique, mais il n'en a pas voulu. » Finalement, c'est Toulouse qui a décroché le gros lot, et peut-être l'AS Monaco, si le club sait se montrer patient.

« Le meilleur défenseur du TFC sur ces 10 dernières années. » Nicolas Dieuze


« Il a toutes les qualités, techniques, physiques, mentales, et en plus, il a une belle éducation, il est bien accompagné. Il s'est bien intégré en France, il était très à l'écoute. » Quand on l'écoute, Nicolas Dieuze parle d'Abdennour comme un défenseur proche de la perfection, et il l'assume : « Il ne sera jamais vraiment remplacé à Toulouse, on n'a pas un Aymen Abdennour dans son effectif tous les ans. La palette de qualités qu'il possède, dans cette proportion, je ne connais que Varane. » Gernot Rohr ne tarit pas moins d'éloges sur un joueur qui a en plus l'avantage de revenir progressivement à son meilleur niveau : « Il est sur une trajectoire ascendante, et je crois vraiment en lui. Il a tout, un pied gauche fantastique, la tête, la détente, le physique, la technique et le mental. C'est rare d'avoir tout cela. Cela ne m'étonne pas que Monaco l'ait récupéré, c'est quelqu'un qui a un bel avenir devant lui. » Pour Dieuze, le doute n'est pas permis : « Abdennour est le meilleur défenseur que le TFC ait eu sur ces 10 dernières années, l'un des meilleurs de son histoire. Et il est encore jeune, il gomme progressivement ses défauts. » Et pourtant, Gernot Rohr se souvient qu'à Sousse, « il avait montré d'énormes qualités, mais le public ne l'aimait pas. Il était un peu rustre techniquement et il jouait sur sa puissance » . Peut-être parce qu'à l'époque, il n'était pas encore au centre ? « Il jouait arrière gauche à l'époque, je l'ai positionné central assez rarement. Je me souviens de sa touche longue, magnifique, son jeu de tête, son mental exceptionnel. Il était très combatif, ne doutait jamais, et en plus, il était très bien élevé, très poli. » L'éducation, la politesse et, de manière plus globale, la qualité humaine d'Abdennour. Rohr se souvient d'une anecdote révélatrice : « Le jour où je quittais le club, au mois de mai, j'avais un vol depuis Tunis à 7h du matin. Tunis, c'est à une heure et demie de Sousse. Lui m'avait dit "Coach, le jour où vous quittez Sousse, je tiens absolument à vous emmener à l'aéroport." Je lui ai dit "Écoute, je ne vais pas te demander cela, il faudrait partir à 4h30 pour être à l'aéroport à 6h pour décoller." Il m'a dit "C'est pas un problème, à 4h je serai là pour vous emmener !" Il était bien là à 4h du matin le jour du départ. » Pour l'entraîneur franco-allemand, Abdennour avait consenti cet effort car « il pensait me devoir quelque chose car il considérait que c'est moi qui lui avait donné sa chance » . De quoi conserver une affection profonde pour son ancien joueur, « simple dans le bon sens du terme, exemplaire sur tous les plans » . Autre anecdote : « Il est très croyant, bien éduqué, discipliné, passionné. Alors il s'était mis dans la même chambre qu'Everson, l'ancien de Nice, pour pouvoir voir comment il se préparait. C'est un gars formidable. » Gentil, altruiste et sérieux, mais pas trop non plus. Le Tunisien a prévenu dans la semaine que son retour à Toulouse ne serait pas Noël avant l'heure : « J'ai vécu de beaux moments au TFC, mais il n'y aura pas de cadeau vendredi. »


Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Meilleur défenseur du TFC dans ces 10 dernières années, je mettrais Aurier et Cetto avant quand même
volontaire82 Niveau : Loisir
La meilleure période d'Aurier au tef ne l'était pas vraiment en tant que défenseur
Pour Cetto c'est kif kif, même si je préfère Abdennour
J'ai pas la chance de voir la ligue 1 ni les championnats en général mais je n'ai entendu que du bien d'Abdenour et donc j'espère qu'il va devenir le patron de la défense de Monaco !
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Être pisté par arsenal, c'est les trois quarts des joueurs de ligue 1 ça ;)
Sinon il est pas un peu trop "gendre idéal" cet article
À part ça c'est un bon joueur un central qui mériterait une place à Lyon ou sainte (pas plus haut ni plus bas), un seul probleme, sa lenteur...
Un top joueur qui est juste en manque de confiance, vraiment impressionant sur sa dernière saison et demi à Toulouse, on voit le vide sidéral de la défense depuis que aurier et lui son parti d'ailleurs.
Message posté par You'll never walk without gerrard
Être pisté par arsenal, c'est les trois quarts des joueurs de ligue 1 ça ;)
Sinon il est pas un peu trop "gendre idéal" cet article
À part ça c'est un bon joueur un central qui mériterait une place à Lyon ou sainte (pas plus haut ni plus bas), un seul probleme, sa lenteur...


Tu as pas du voir certains matchs d'Abdennour pour parler de "lenteur".
Physique de tank mais il peut être très rapide.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
115 6