1. //
  2. //
  3. // Nice/PSG

Avoir le Nenê creux

Malgré tous les millions investis dans le recrutement, le meilleur joueur du PSG ne possède pas l'étiquette QSI. Luis Carvalho, dit Nenê, entend bien confirmer que le patron parisien du moment, c'est lui

10 4
Au Paris Saint-Germain, en 2012, le meilleur joueur n'est pas international malgré des appels du pied à trois sélections différentes (Brésil, Espagne et France), ne fait pas spécialement rêver, énerve son monde et son seul signe distinctif est un vulgaire écarteur de narines. Bienvenue chez Nenê, le numéro 10 du PSG, 11 buts et 4 passes décisives au compteur.

Aujourd'hui contre Nice, le gaucher sera encore l'arme numéro 1 de l'équipe de Carlo Ancelotti. Et pour la première fois depuis longtemps, Nenê passe l'hiver. Avant, aussi surement que Mario Cipollini ne passait pas les cols en montagne, le Brésilien s'arrêtait de bosser entre Noël et les vacances d'été. Cette année, l'irritant Carioca est sur un nuage. C'est simple, il est directement impliqué sur 10 des 13 réalisations parisiennes en 2012, toutes compétitions confondues. Costaud.

Un cap a été franchi. Même l'intéressé le reconnait sur Globoesporte.com. "Généralement, cette période est compliquée. On rentre de vacances, il fait très froid. Mais je me débrouille bien et c'est encore plus gratifiant pour moi. Dieu merci, j'ai gardé le niveau qui était le mien quand je suis arrivé ici. Les journalistes ont dit qu'il serait difficile pour moi de maintenir le niveau que j'avais l'an dernier, mais j'ai prouvé qu'ils avaient tort.". Oui, le lascar a de l'ego. On a même avancé le terme "melon" de temps en temps.

Il faut dire que le mec est insupportable. Nenê aime dribbler, il aime faire le show, parfois trop. Contre Evian, il tente une roulette devant le gardien sur son premier but. Un péché mignon qui aurait pu lui être fatal. Malgré tout, le public du Parc des Princes aime toujours son fantasque milieu de terrain. Il en a conscience. "C'est bien parce que même avec tous les joueurs qui sont arrivés au club cette saison, j'ai continué à recevoir l'affection du public, qui voit les efforts que je fais sur le terrain. Pour moi, c'est une grande récompense". Pourtant, entre l'arrivée de QSI, l'intronisation de Carlo Ancelotti et les millions investis sur Pastore et Menez, personne n'aurait misé sur le maintien de l'ancien Monégasque dans le XI francilien. Or, Nenê est aujourd'hui intouchable.

Ancelotti l'a conforté

Mieux, le nouveau schéma tactique mis en place par l'entraîneur transalpin (4-3-2-1, dit Sapin de Noël) permet à Nenê de briller encore plus. Recentré sur le pré, le gaucher est percutant et moins limité que sur un côté. Il a d'ailleurs su profiter de la blessure de Pastore pour monopoliser les clés du jeu parisien. En l'absence de l'Argentin - décidément perdant dans cette histoire - le Brésilien confirme tout le bien que l'on pensait de lui.

Même Carlo Ancelotti n'hésite pas à féliciter son numéro 10 en conférence de presse : "Nenê est un joueur fantastique. Il est doté d'une grande habilité, d'une technique fantastique. Pour moi, il est important que la technique individuelle soit mise au service de l'équipe". Une chose est certaine, les deux hommes s'apprécient. Le joueur ne s'en est pas caché en affirmant que "le style français est totalement différent de celui d'Ancelotti. Ses ateliers sont plus courts mais plus élaborés. Il aime travailler la vitesse et la possession du ballon.".

Tout baigne. Même Pierre Ménès, le consultant phare du Canal Football Club, a rangé son vitriol pour câliner le jeune trentenaire après son match d'Evian dans les colonnes du Figaro. "Entre ses passes lumineuses, son doublé - qui aurait pu se transformer en triplé - et son sauvetage sur la ligne, (il) était partout. Je trouve qu'on parle trop souvent de ses plongeons et pas assez de ses immenses qualités de footballeur". Tout le monde like Nenê. Saloperie de hype.

Bref, tous les feux sont au vert pour celui qui a déjà subi 75 fautes depuis l'ouverture de la chasse. Nul doute que ce chiffre devrait augmenter lors de sa visite du jour dans la capitale azuréenne. Et quitte à être tatillon, Ancelotti ne serait pas contre un but de son protégé au stade du Ray. Après tout, Nenê n'as pas encore trouvé le chemin des filets à l'extérieur. CQFD.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
nicococo67 Niveau : CFA2
"Pourtant, entre l'arrivée de QSI, l'intronisation de Carlo Ancelotti et les millions investis sur Pastore et Menez, personne n'aurait misé sur le maintien de l'ancien Monégasque dans le XI francilien."
ça c’est des bêtises, faut pas abuser quand même. Rien que dans mon cercle de potes, on est plusieurs à kiffer Néné depuis des années
"sublime article".. n'importe quoi!
chapeau bas l'artiste, c'est l'oeuvre d'un stagiaire fraîchement débarqué de sa province,qui a accepté de bosser un dimanche et qui a pas matté UN SEUL MATCH de Paris depuis 2 ans? vous avez fait un pot hier et c'est la gueule de bois à la rédaction ce matin?
Booyaka95 Niveau : CFA2
Excellent Nenê.J'espère qu'il vont lui prolonger son contrat car s'il part,même à son âge,on s'en mordra les doigts.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
10 4