En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Avoir le droit de City

Avec Pellegrini à sa tête, un projet calqué sur celui du Barça et un effectif toujours plus galactique, Manchester City a de quoi être la meilleure raison de suivre la Ligue des champions cette saison. En attendant, ils sont favoris incontestés en Premier League. Devant United ?

Modififié
Note globale du mercato

8/10. Contrairement aux autres années, on pourrait presque dire que City s'est montré calme. Quatre arrivées, alors qu'il y a quand même cinq départs. Wayne Bridge, Roque Santa Cruz et Kolo Touré, parmi les premiers arrivants de la nouvelle ère, ont été libérés, alors que Maicon et Carlos Tévez ont été vendus et pas au prix fort : 18 millions d'euros obtenus pour les deux. Soit le coût de la recrue la moins onéreuse, Jesús Navas. Negredo a signé pour 24 millions d'euros, Jovetić 26,5 et Fernandinho pour 35. Des pièces manquantes du puzzle en or donc, avec toujours l'impression qu'au dernier soir du mercato, ils vont être un paquet à vouloir se casser pour du temps de jeu. Mais limite, c'est encore le club qui va se faire un petit plaisir sur le marché.

Les joueurs à suivre

C'est peut-être la plus belle union du Royaume, la relation la plus excitante à suivre et pas que pour les tabloïds : Samir Nasri et la régularité vont peut-être se dire oui sous la coupe de Manuel Pellegrini. Positionné tantôt dans l'axe, tantôt sur un côté, comme lors de ses meilleurs passages à Arsenal, le « petit prince de Marseille » a tout pour retrouver de sa superbe et ce, sur une saison entière. Le technicien chilien semble en tout cas décidé à faire du Français un de ses hommes de base. Il y a aussi Fernandinho, qui a été payé très cher au Shakhthar pour faire la sentinelle. C'est donc qu'il doit sacrément bien la faire. Sinon, il y a toujours Vincent Kompany et Yaya Touré, qui sont attendus au plus au niveau après avoir digéré le titre de 2012 toute la saison dernière.



Le vrai objectif

La formule est de Rolland Courbis : « Moi, ce n'est pas les joueurs de Porto que j'achèterais, c'est le recruteur de Porto  » . Les Citizens ont fait pareil, mais avec Barcelone. Ils en ont pris une partie de la direction, l'entraîneur qui était sur la short list pour remplacer Vilanova, le fameux schéma en 4-3-3 et l'idée d'intégrer de plus en plus de jeunes du centre. Niveau objectif, c'est donc dès cette saison d'être « mès que mès que un club » . Donc de mener en championnat assez rapidement, pour pouvoir ensuite gérer et se retrouver au printemps avec suffisamment d'avance pour se concentrer sur la Ligue des champions, où il faudra aussi être toujours en course.

Ah lui, on va le regretter. Ou pas

Carlos Tévez aura finalement joué quatre saisons à Manchester City. Deux fois plus qu'à United. Il aura porté le brassard du club, été élu deux fois meilleur joueur de l'année par les supporters, décisif dans l'obtention de la Cup en 2011 et dans le sprint final en championnat en 2012. Mais Tévez à City, c'est aussi un refus d'entrer en jeu en Ligue des champions à Munich, beaucoup de demandes de transfert formulées par écrit et envoyées à sa direction ainsi que des semaines de suspensions passées à jouer au Golf en Argentine. Malin, le club s'en sépare après l'avoir tué la dernière année, lui faisant passer sa saison la plus anodine. Mais il suffit qu'il retrouve la flamme avec la Juve pour que certains supporters se mettent à le regretter.



Coefficient de résistance aux méfaits du sur-effectif

20%. Pantimilion, Richards, Lescott, Boyata, Kolarov, Rodwell, Milner, Barry, Javi García, Jesús Navas, Sinclair, Džeko, Negredo. Si on l'enlève les Guidetti et Abdul Razak, du centre, et les 11 censés être titulaires, ils sont donc 13 à prendre place sur le banc et en tribunes. Même si la saison est longue et qu'il devrait avoir plus de 50 matchs à disputer pour les Citizens, il y a fort à parier qu'il y en a au moins un qui ne va pas regarder son compte en banque pour se calmer au moment d'exprimer son mal-être.


Ce qu'il va se passer cette saison

Donné favori de la Premier League, City flingue la concurrence mais silencieusement. Pellegrini ne répond pas aux attaques dans la presse de Mourinho, qui évoque des confidences de certains joueurs du Real à son encontre lorsqu'il lui a succédé, Negredo Džeko et Jovetić aussrent qu'il n'y a aucun problème à être trois pour un poste. Tout est sous contrôle, à tel point qu'avant même la fin de saison et une éventuelle grosse récolte de trophée, City chippe aussi au Barça son titre d'équipe la plus détestée. Tout le monde veut les voir tomber, parce que sinon, ils vont tout gagner et c'est trop facile. Dans la presse italiennne, Roberto Mancini ose même un « moi mon équipe avait une âme » . Ce qui fait plutôt rire Tévez, Balotelli, Maicon... tout ceux qui ont joué sous ses ordres en fait.

La chanson de l'année

Stevie Wonder - Living For The City

Vidéo


Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40