Avec Valbuena, sans Ben Arfa

Raymond Domenech vient d'annoncer sa liste de 24 présélectionnés pour le mondial en Afrique du Sud. Il s'agit en fait du groupe de 23 joueurs qui rejoindront William Gallas à Tignes, dès demain. Sont donc recalés pour le stage: Ben Arfa, Rami, Briand, Landreau, M'Vila et Rod Fanni.

Modififié
0 0
GARDIENS :


Hugo Lloris : Meilleur gardien de Ligue 1, meilleur gardien français, futur meilleur gardien du monde, à 23 ans, le Lyonnais n'a pas de temps à perdre. L'ancien Niçois s'apprête à devenir le plus jeune gardien tricolore à disputer un mondial.

Steve Mandanda : Un titre de champion de France dans la sobriété, Mandanda avait mieux à faire. A 25 ans, le gardien marseillais est à un tournant de sa carrière. Courtisé par de nombreux clubs européens, sa participation à la coupe du monde va faire grimper sa cote.

Cédric Carrasso : Logique respectée. Convoqué depuis plus d'un an en tant que numéro 3, le Bordelais a su contenir le retour en force de Landreau. Malheureux en club, l'ancien petit gros va vivre sa première compétition internationale. Facile.

Le recalé :

Mickaël Landreau : Il est revenu de nulle part, enfin si, du Paris-SG. Cassé en deux en juillet, Micka a bossé comme un taré pendant six mois pour retrouver le top niveau. Pour rien. Comme en 2008, Landreau a été prié de rentrer chez lui.

DEFENSEURS :


William Gallas : Il était le seul à ne pas avoir la pression. Forcément, les 23 + Gallas, ça parle comme liste. Toujours en attente d'un corps digne de sa jeunesse, le futur-ex joueur d'Arsenal se prépare comme un taré. La France a besoin de lui, c'est le seul expérimenté derrière...

Eric Abidal : Titulaire au Barça, frais en cette fin de saison, Eric est une valeur sûre. Mais comme en France, on est pauvres mais avec des idées, Raymond décide de ne pas le faire jouer au même poste qu'en club. Abi aura tout le mondial pour s'acclimater à la charnière centrale, avant de retrouver son côté gauche dès la rentrée. Une logique domenechienne.

Patrice Evra : Capitaine par intérim de Manchester United, grande gueule, impact-player défensif, Patrice est indiscutable sur ses performances anglaises. Reste que le grand public attend toujours le premier gros match d'Evra en bleu. Il serait temps de se lâcher, Patrice. Quoi qu'il en soit, le latéral gauche aborde la coupe du monde sereinement.

Bacary Sagna : Il peut remercier la retraite de Willy Sagnol. Néanmoins, le latéral d'Arsenal s'est refait une santé cette saison. Il ne lève toujours pas la tête avant de centrer mais demeure une valeur sûre défensivement, son boulot initial. Reste que la coupe de cheveux la plus suspecte depuis Taribo West n'a aucune concurrence. Et c'est moche...

Sébastien Squillaci : Orphelin de son frère Escudé, le Sévillan arrive à la coule. Auteur d'une bonne fin de saison avec son club (impliqué dans le but miracle de Rodri qui offre la C1 au FC Séville), "Toto" est logiquement dans les 23. Habitué du groupe France, sérieux, costaud, l'ancien Lyonnais est mieux qu'une simple doublure. Pas de folie, mais pas de conneries non plus.

Anthony Réveillère : Jean-Michel Aulas l'avait annoncé. Anthony serait de la sauterie. On ne contredit pas le maître du jeu.

Gaël Clichy : Gaël aurait pu passer à la trappe, bêtement. Mais le latéral gauche est régulier en club et silencieux sur le banc. Le profil parfait.

Marc Planus : Marc y a cru. Marc est Bordelais. Marc a raté sa fin de saison. Marc s'est blessé. Marc s'est incrusté au cas où...

Les recalés :

Adil Rami : L'ancien jardinier de Fréjus a validé son ticket de retour. Rugueux, dur sur l'homme mais terriblement efficace dans les impacts, Rami regardera la coupe depuis son canapé.

Rod Fanni : Le Rennais était la doublure de Sagna. Un postulat qui tenait depuis deux ans. Personne ne s'en était jamais offusqué. Jusque-là du moins...

MILIEUX DE TERRAIN :

Jeremy Toulalan : La Toul' est inoxydable. Défenseur central - milieu défensif, le Lyonnais sera de tous les matchs, mêmes les inutiles. Increvable et irremplaçable, il sait qu'il sera titulaire contre l'Uruguay.

Lassana Diarra : Il y a huit mois, le Real ne tenait que par Lass. En cette fin de saison, Lassana ne tient plus que le banc, et encore. La magie n'opère plus et le numéro 10 madrilène n'est plus aussi indispensable dans la capitale espagnole. Un choix qui ne semble pas menacer sa place dans le onze de Raymond.

Yohan Gourcuff : Le gendre idéal ne marche plus sur l'eau. Tout le monde le sait, mais personne ne dit rien. Il va probablement rater son mondial, personne ne le sait mais tout le monde le dit. Raymond, lui, n'a rien vu dans les astres.

Florent Malouda : Meilleur joueur de la meilleure équipe d'Angleterre de l'année. Tout est dit.

Alou Diarra : Il faut toujours une tige capable de détruire n'importe quelle ligne d'attaque adverse. Pour le style épuré, on repassera. Alou est un brise-lames, rien d'autre.

Abou Diaby : Sur un malentendu, Abou peut faire très mal. Sur une passe latérale, Abou peut se faire mal.

Le recalé :

Yann M'Vila : 19 ans et une saison en Ligue 1. Faut pas déconner quand même.

ATTAQUANTS :

Thierry Henry : Roi d'Angleterre, prince qu'on sort de temps en temps à Barcelone, en passe de déménager son trône à New York, Titi veut montrer que l'équipe de France, c'est lui. Une dernière fois...

Nicolas Anelka : 31 ans d'attente pour disputer sa première coupe du monde. On remet ça ?

Djibril Cissé : On s'est moqué de lui quand il a signé au Panathinaikos. Près de 30 pions plus tard, il est revenu. Le meilleur buteur français de l'année c'est lui. La plus grosse force mentale depuis le Général De Gaulle, c'est définitivement lui.

Sidney Govou : Expérimenté, bon joueur, bon pote, Sid est du voyage. Sur un match, il peut tout casser. Sur sept matchs à la suite, faut voir...

Franck Ribéry : Zahia, Wahiba, Raymond, Francky ne compte plus ses amours. Auteur d'une grosse fin de saison avec son club du Bayern, Ribéry doit faire au moins aussi bien qu'en 2006. C'est dans ses cordes.

Mathieu Valbuena : Caleçon douteux, croissance capricieuse, Petit Vélo n'est pas vraiment épargné par la vie. Pourtant, il sera en Afrique du Sud, car sans lui, l'OM aurait regardé Bordeaux conserver son trophée. Le véritable plus marseillais, c'est le lutin. Souhaite secrètement imiter le Ribéry de 2006.

André-Pierre Gignac : 8 buts en Ligue 1, une aura envolée, un club moyen et des blessures à répétitions. André-Pierre a tout perdu, sauf sa place en sélection.

Les recalés :

Hatem Ben Arfa : Il pensait avoir fait le plus dur en se débarrassant de ses potes Benzema et Nasri, c'était sans compter sur Valbuena. Au final, le dindon de la farce, c'est Hatem. Merci qui ?

Jimmy Briand : Le come-back de l'année. Blessé pendant six mois, Briand a profité de la demi-saison restante pour tout exploser. Tout ça pour ça. Comme ses deux potes bretons, Jimmy squattera un bar de Rennes pour voir le mondial. Rennes voulait faire le triplé, c'est chose faite.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0