1. //
  2. // OM/Rennes

Avec un coup de pouce de l'OL...

« Oh, I get by with a little help from my friends ! » Ben, oui ! Pour être champion dès ce soir au Boulodrome, battre Rennes ne suffira pas, il faudra aussi compter sur les amis lyonnais qui ne devront avant tout pas perdre contre l'AJA en Gerlandie... L'OM champion ce soir, à trois journées de la fin, c'est donc possible. Et vaudrait mieux parce que samedi, Marseille va à Lille. Et comme les Dogues ont les crocs...

Modififié
0 1
« I get by with a little help from my friends » ... Le morceau du lourdingue Sgt Pepper's Lonely's Heart Club Band. Pourquoi lourdingue ? Pour au moins trois bonnes raisons : les meilleurs titres des sessions de ce disque, Strawberry fields for ever et Penny Lane, ne figureront pas dans l'album final. Voilà... Oui, on sait, ça ne fait qu'une raison, pas trois ! Merci, on sait compter, mais on n'est pas là pour parler chiffon : le Peuple Phocéen qui lit ces lignes attend avec impatience qu'on parle de sacre et qu'on lui confirme que Hoarau a bien marqué de la main contre Monaco, samedi soir en finale de Coupe de France ! Retour à la Gare St-Charles, ou plutôt à Lyon-Peyrache : comme le hasard fait bien les choses, l'OM jouera à 21 heures, en connaissant le résultat de Lyon-Auxerre qui débutera à 19 heures. Ceci dit, Lyon-Auxerre ou pas, on devine que Deschamps aurait quand même aligné sa meilleure équipe. Reste qu'un petit coup de pouce des Lyonnais, c'est pas d'refus, évidemment... Heureusement que Lyon doit encore cravacher pour décrocher la C1 plutôt que de finir en roue libre. Ce qu'il y a de marrant, c'est que la saison dernière, c'est Lyon qui avait grandement privé l'OM du titre de champion en allant battre les Phocéens à l'Hippodrome (3-1), ouvrant la voie royale pour Bordeaux. Cette année, Lyon va sûrement jouer les alliés objectifs de Marseille. Soit dit en passant, ça en dit long sur le rôle secondaire joué par Lyon ces temps-ci : faiseur de rois, ou défaiseur de rois. Sûr que Aulas en est tout content...

Des Rouge et Noir gris...

On sait que Rennes déteint tous les ans aux mauvais moments. Équipe pas crade, toujours partante a priori pour une place européenne, l'âme haute en couleurs, rouge et noire. Et puis ces couleurs, « le soleil de la vie les tabasse / Et alors elles passent » (“L'amour à la machine”, Souchon)...Et là, ça n'a pas raté : Rennes est 8ème, soit plus loin que loin de ses objectifs, de son rang et de ses espérances. Du coup, Patrick Le Lay va remplacer Frédéric de Saint Sernin d'ici quelques jours. Du coup on aura des duels TF1 contre TF1, Le Lay contre Dassier la saison prochaine ! Comme dirait Fred Moustache : « Y'en a qu'Une, c'est la Ligue Une ! » Pas drôle... Le Peuple Phocéen qui lit ces lignes attend avec impatience qu'on parle de sacre et qu'on lui confirme que Hoarau a bien marqué de la main contre Monaco, samedi soir en finale de Coupe de France ! Donc, Rennes, pas terrible. Surtout ces dernières semaines : P.N.N.N.P ! Traduction : sur 5 matchs, 2 nuls et 3 défaites. Comment on dit “honte” en breton ? « Shaêmnoz » ? Comment une équipe qui aligne Marveaux, Gyan et Briand devant peut foirer comme ça ?... Et puis Mvila, Leroy, Lemoine au milieu... Du gâchis.



Donc, du nanan pour l'OM ce soir ? Peut-être pas non plus. Et pour plusieurs raisons. Déjà, citer les six noms ci avant, c'est se souvenir que quand ça rigole, Rennes peut faire mal. La première mi-temps des Rouge et Noir contre Lyon avait été assez convaincante, au point de malmener sérieusement la défense de l'OL et de mener à la marque (1-0). Sinon, les Ile-et-Villains ont quand même dézingué Bordeaux 4-2 et Montpellier 3-0 à dom. Outre la motivation habituelle des équipes visiteuses à vouloir “réussir un coup” au Cyclodrome, il faut insister sur la présence d'Alain Boghossian dans les tribunes, ce soir. Qui dit Boghosse, dit Equipe de France, et liste des 23 : Briand et Fanni jouent gros, même si dans leurs cas, les jeux sont presque faits, mais on sait jamais... Voilà pour Rennes, capable du pire comme du meilleur, mais surtout capable du moyen. On verra bien...



Bunker OM

La Dèche blinde tout : sa com et son équipe-type. D'abord, langue de bois servie sur copeaux et refus de triomphalisme. Juste rappeler que DD était sur la pelouse du Parc lors de France-Israël et France-Bulgarie, le genre de truc qui vaccine à vie contre la melonite prématurée. Mais, l'essentiel se joue sur le terrain. La Dèche a blindé un onze-type, “esprit commando” pour la fin de saison. Un team qui ne bouge plus depuis quelques matchs... Mandanda dans les buts, RAS. Bonnart, Diawara, Mbia et Heinze : pas de Gaby dans l'axe, et exit Taïwo et Hilton. Milieu : Kaboré, E. Cissé et Lucho, soit du costaud et du discipliné. Exit Cheyrou et Abriel, invités seulement en très fin de repas pour boire des fonds de bouteilles. Et en attaque Valbuena (grand vainqueur de la réorganisation tactique de début 2010), Niang et Brandao. Exit Koné (même s'il entre en jeu vers la fin lui aussi) et surtout exit Ben Arfa. On reparlera plus tard de Hatem, carrément placardisé vu qu'il ne joue plus du tout depuis OM-Nice (quatre matchs absent, deux pour blessure puis deux pour “choix du coach”, contre l'ASSE et l'AJA... Malaise.)



Deschamps a mis sur pied une équipe-type qui ne bouge pas et qu'on ne bouge pas, soit une équipe qui ne perd pas, qui encaisse peu de buts et qui en marque juste ce qu'il faut. Cherchez pas : l'OM d'aujourd'hui, c'est en gros Diawara, Mbia, Cissé, Kaboré et Brandao... Du solide. On le redit encore : Deschamps est disciple d'Aimé Jacquet, avec une base défensive forte. Comme Aimé, DD est très méthodique : à chaque match, sa vérité. L'OM ne joue pas de la même façon selon qu'il s'agisse de St-Étienne, à domicile, ou à Auxerre. Seule l'équipe ne change pas... Le Lille-OM de samedi détiendra aussi sa propre vérité, soit une autre approche encore... On peut faire confiance aux Marseillais ce soir à l'Aérodrome pour assurer l'essentiel, soit ne pas perdre. Reste qu'une défaite face à Rennes en même temps qu'une victoire auxerroise à Lyon pourraient chambouler la fin de saison. Après tout, en foot tout peut arriver. Ceci dit, les stats plaident plutôt pour une issue heureuse pour les Blanc : aucune équipe menant avec 5 points d'avance à trois journées de la fin n'a perdu le championnat. Mais peut-être que Marseille est maudit, et qu'on ne le savait pas encore...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le meilleur titre de l'album des Fab Four, c'est "A day in the life"... faut pas déconner non plus... sinon, article très bon, comme d'hab.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 1