1. // Interview
  2. //

« Avec Booba ou Ribéry, plus besoin de Front National »

Auteur d'un livre étonnant sur son parcours de banlieusard, Mathias C. revient ici sur ce qui constitue l'essence même de son existence : le PSG, le hip-hop, la politique et les fights...

Modififié
208 45
D'abord, il y a ce titre - Hooliblack, naissance d'un hooligan - qui aiguille sur une mauvaise voie. Mathias C. (36 ans) voulait l'appeler Patriot(e) Act(e), plus en rapport avec le propos du livre. Hooliblack ne raconte donc pas l'histoire d'un hool, noir de peau, mais l'itinéraire d'un Français, grandi à la Grande Borne (Grigny, 9-1), dans une fratrie camerounaise dont il est le seul à être né dans l'hexagone. Comme dans une histoire de la banlieue, il rembobine le film : le PSG de Dahleb, Susic et Luis à l'âge de 8 ans ; les premières bandes de Noirs hantées par le pan-africanisme et Afrika Bambaataa ; SOS Racisme ; les illusions perdues des parents pour une gauche désolante ; l'idéologie bérurière ; l'apprentissage de la baston et la logique de territoire ; la deuxième vague hip-hop (Def Jam, NWA) ; les zoulous ; les affrontements ethniques, la Défense, tout ça ; les batailles avec les skins ; le glissement sémantique et financier du rap militant vers le gangsta et un aller simple pour le grand banditisme pour les plus téméraires ou les plus avides ; les fights clandestins en petit comité ; Et toujours le Parc, au fil des années, comme un sémaphore dans la nuit noire. Hooliblack raconte tout cela, et bien plus encore, dans une langue acérée, éructée, crachée façon Boudard-Genet, trop amoureuse cependant de la punchline définitive. C'est un livre bancal, foutraque, idéologiquement confus mais qui recèle la sève d'un putain d'écrivain en devenir... Voire !

Au Parc, tu n'as jamais fait partie d'une asso de supporters ?
Je n'ai jamais été dans une logique de groupe. Le seul groupe auquel j'ai appartenu, ce sont les Black Dragons (bande de banlieusards qui chassaient les skins) et encore très peu de temps. Ils étaient inspirés par le pan-africanisme, Farrakhan (dirigeant de la Nation of Islam) et les Black Panthers, c'étaient des Noirs arrivés en France via le regroupement familial, pas à l'aise dans la société occidentale. Ma quête de violence, elle a toujours été individuelle. Entre 1984 et 1996, j'ai participé à quelques batailles ici et là autour du Parc, notamment contre les Marseillais mais jamais avec des leaders de tribunes d'Auteuil ou de Boulogne. Dans cette ultra-violence, il ne s'agit pas de victoire ou de défaite, où le mec doit tomber mais de se réapproprier son corps, d'affronter l'autre.

Tu te situes où dans le PSG d'aujourd'hui : celui d'après Leproux, d'après Colony Capital ?
J'étais contre le plan Leproux parce que notre façon de supporter le club, c'est comme une morsure du réel, ce n'était pas aseptisé. Tout est fait pour contrôler notre violence dans les jeux vidéos, dans le rap ou le divertissement. Dans une situation révolutionnaire, ce seront des gens comme nous qui iront à l'affrontement. Tu n'as qu'à voir le rôle des ultras dans les révolutions arabes en Tunisie ou en Egypte... Je ne crois pas au Grand Soir, plutôt à des foyers de révolte un peu partout où on aura un rôle à jouer.

T'as un rapport toxicomaniaque à la baston ?
J'ai une accoutumance à la violence, je suis accro à l'adrénaline. Je me cache peut-être derrière elle. Pas envie d'en sortir. C'est une solution à la sortie de crise majeure que tous les peuples sont en train de vivre. Ce qui me surprend c'est comment les gens ne tombent pas plus dedans, comment ils supportent la saloperie sociétale.

Tu as tendance à charger les assos anti-racistes...
Le choc des civilisations entre la pseudo France d'avant, contre la pseudo France d'après, pfff... La banderole « L'avenir est à nous » des Tigris, c'était pathétique. J'ai entendu des mecs des Mystic m'expliquer qu'ils avaient quinze ans de Parc. Quinze ans, ça fait 1996. Entre 84 et 96, Paris était considéré comme un club de fafs et la plupart des mecs supportaient Marseille. Beaucoup ont soutenu Paris quand le club s'est mis à traverser une bonne passe (1991/97) et que l'OM était en D2. Ils y sont venus pour de mauvaises raisons et quand je voyais les gars des Tigris, je revoyais les mecs du quartier. J'aimais bien les tifos tout ça mais ce que je voyais c'était des êtres humains, des individus, pas de trucs de groupes...

Comment le livre est-il reçu autour de toi ?
J'ai beaucoup de souci avec les mecs des quartiers, rebeus, renois... On me reproche de rouler pour Marine Le Pen, d'avoir un discours raciste, d'être un oncle Tom, le nègre du Front national, un Bounty, de ne pas avoir assez magnifié l'Afrique et de taper sur la gauche. Quand je tape sur le PS ou sur SOS Racisme, désolé mais, pour moi, ce n'est pas la gauche. Beaucoup de gens me disent que c'est un livre de facho, que je parle mal de ma famille, que j'utilise le terme d' « islamocaille » . J'explique, je nuance... Pas mal de gens qui parlent beaucoup n'ont même pas lu le livre. Tu n'as pas besoin de Front national avec des mecs comme Booba ou Ribéry, ils font le taf, ils véhiculent les pires clichés. Sur certains points, j'ai vu une vision marxiste du monde et pour moi la lutte, elle est avant tout sociale. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de problème identitaire mais voir la société française à travers une vision « racialiste » , cela me semble un peu court. Beaucoup de gens de mon appartenance ethnique ne supportent pas qu'un Noir parle de patrie et du côté identitaire, il y a des gens qui se retrouvent dans mon discours mais qui pensent que 'tu restes un négro, ce n'est pas ton pays, c'est bien ce que tu racontes mais ce n'est pas ton pays » . On est nombreux à se retrouver le cul entre deux chaises.

C'est une vision de ce pays un peu idéalisée...
Pour moi, la France c'est le pays le moins raciste au monde. On est un carrefour des civilisations, on assimile les identités. Où est-ce que c'est mieux ? Au Maghreb, en Afrique noire, en Angleterre ? De l'autre côté de la Manche, tu peux vivre 50 ans, tu ne seras jamais anglais ? Ici, en une génération, t'es français. Tous ces gens, et notamment tous ces gens de gauche bien-pensants, qui n'arrêtent pas de tailler ce pays, ça m'insupporte. Quand t'es Blanc et que tu aimes la France, t'es un facho et quand t'es un renoi ou un rebeu qui aime la France, t'es un vendu.

On a parfois l'impression que rien ne trouve grâce à tes yeux...
Je suis anti-libéral, contre l'Europe et je veux lutter contre les marchés, l'hégémonie des banques. Je veux avoir un pays fort, vivre dans un conglomérat de nations fortes, de monnaies fortes pour lutter contre le tout libéral. Je me situe entre Chevènement et Dupont-Aignan...

Comment est-on passé de Fear of black planet de Public Enemy aux Cash rules du Wu-Tang Clan ?
Les Requins Vicieux (un gang de la banlieue sud) ont été les premiers à importer l'idéologie des gangs américains, l'esprit crapuleux, la primauté de l'oseille. Ce qui comptait, c'est le territoire et avant d'être un renoi ou un rebeu, tu venais d'Evry, de Corbeil et tu faisais du biz'... C'était le contraire du hip-hop originel. Public Enemy faisait l'unanimité auprès des rockers, des punks, des rappeurs, des intellos même parce qu'ils avaient tout : l'authenticité, le talent, le fond, la forme, tout. Très vite, le business de la musique s'est rendu compte du danger que portait en lui PE, il a fait émerger des groupes comme NWA, qui était excellent musicalement et qui s'est mis à faire du gangsta. On pouvait écouter Fuck da police partout. Normalement, le système boycotte ce genre de titre. De La Soul ou Tribe Called Quest - excellents - n'ont pas émergé. L'industrie du disque a inversé le paradigme du hip-hop originel. En 1993, New York n'existe presque plus et on a eu le NWA de l'Est, le Wu-Tang. Un groupe avec un génie musical, RZA et la même idéologie : de la bonne musique, des putes, des guns et le dollar comme étendard. L'histoire du Wu-Tang Clan, c'est celle du rap : on met en avant Method Man, le mec bling-bling alors que dans le groupe, il y a Massa Killa, Raekwon sans parler de RZA. En 93, tu sais depuis un moment que l'authenticité subversive, elle est du côté de Nirvana, de ce mec aux cheveux filasses, du côté de Rage Against the Machine, pas du côté des gros renois que te vendent les majors US. Nirvana n'a pas été inventé par le business, c'est un groupe qui a charbonné...

Depuis au moins les Sex Pistols, on sait que l'industrie peut vendre de la rébellion...
A partir du moment où on t'entend partout, tu ne peux pas être subversif. Le plus drôle, c'est que la plupart des rappeurs prétendent qu'on ne les entend pas alors que le hip-hop est partout. Si tu es vraiment subversif, incontrôlable, le système ne te donne pas du temps d'antenne... Ces groupes (NTM, IAM, etc.) n'ont pas pactisé avec l'ennemi, c'est l'ennemi. Ce sont des Tartuffe, tu ne peux faire « Sacrifice de poulet » et sept, huit ans après te pointer à Capital et expliquer comme Passi, « je suis un capitaliste » . NTM, malgré ce que je leur reproche, n'a pas fait du mal aux quartiers au contraire de Booba qui a créé un nouveau paradigme. Il a poussé l'idéologie Skyrock jusqu'à son terme. Auparavant, ça n'a jamais été la fête dans les quartiers populaires bien sûr mais l'industrie du rap a engendré un formatage des esprits comme jamais, qui a fait fleurir tout un esprit caillera...

Lire : Mathias C. Hooliblack, naissance d'un hooligan (Hugo et Cie)

Propos recueillis par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

denis brognard Niveau : Loisir
Merci à mathias de nous éclairer sur la politique, la vie, le hip hop...

Franchement, on va se taper un article sur tt les perdus qui ont un jour fréquenter auteuil?

Le mec qui s'insurge contre les clichés alors que sa culture hip hop semble se limiter au wu tang, iam et ntm...
Interview bizarre, en tout cas ses points de vue sont intéressants. Il met le doigt sur une hypocrisie couplant politiquement correct, communautarisme et identité.
Il s'assume pas le coco pour ecrire Mathias C.? Il veut faire le mec mysterieux? Il est recherche par Interpol pour declachement de bagarre ou pour delit de dire trop de conneries?
je sais pas si cet article est classe dans la bonne categorie, "culture" ne me semble pas approprie.
En tout cas merci a lui pour nous apprendre la vie.
En tout cas, NTM, IAM, si vous lisez Sofoot, faites gaffe, vous etes les ennemis! Putain quelle quiche ce gars.
Franchement ? J'ai trouvé cet article grave intéressant.

Vais tâcher de me renseigner sur le personnage...
FC Pelloutier Niveau : Loisir
Le mec a accorder une longue interview à Égalité et réconciliation, orga politique faf fondée par Soral...
Alain Soral est passé de marxiste à natio avant de revenir au communisme/marxisme. Égalité et réconciliation serait une association "nationaliste de gauche".
Le site ou est vendu le bouquin de Mathias C. est Kontre Kulture qui est aussi crée par Soral. Ca mélange de l'extrême tout ça.

P.S : Selon Wiki Soral a fait partie d'une délégation avec Dieudonné qui s'est rendu en Syrie voir les dirigeants.

Source : Wikipédia
Ouai enfin sur Wiki je peux aller écrire maintenant que ce week end Evra a été faire un asado chez Suarez tout en buvant du rhum Negrita ...
Ben en fait sur Wiki et l'article de Soral il y a toute une discussion autour de la neutralité de l'article et en fait vu toutes les sources et les citations qui porviennent de ces livres. Et Soral a été au PC, FN et autres et ça s'est vérifié puisque traçable.
"Tu n'as pas besoin de Front national avec des mecs comme Booba ou Ribéry, ils font le taf..." 'tain le mec, après avoir été le côté obscure du football français, il est celui de la société française maintenant. Pour un gars que tout le monde décrit comme simplet, il tient la France entre ses mains.
Entre Chevènement et Dupont-Aignan?

Il est gaulliste, donc. Gaulliste et soralien : eh merde.
L'itv est un peu fourre-tout ms globalement il y a des idées intéressantes. Je le trouve sévère après IAM : ils n'ont jms tenu de discours type Nik la Police. Ils st poliquement corrects ms engagés (Independaza, Nid de guèpes...) et leur médiatisation permet de faire passer ces messages là je ne vois pas où est le pb. Idem pr NTM, je trouve aussi leurs discours globalement positifs si on ne prend que des titres comme "Laisse pas trainer ton fils" ou "Pose ton gun". C'est pas "Prend ton gun" hein... (ok, il y a Police, ms ils visent avt tout la BAC je crois, bref...)

Qt à Booba, j'pense que le pb c'est qu'effectivement c'est le cliché pur du gang qui en fait kiffer certains. Ca se voit surtout aux clips (ex Bakel city gang), les paroles aussi ms moi je les prends au 3e degré, je trouve ça marrant... Si t'es ds le délire gangsta, que tu prends ça au 1er degré et te disant que c'est underground alors que ça passe sur Sky, beinh c'est là que c'est gravos.
@Yodoyo01

Rien de mieux que d'écouter les arguments du mec avant de juger (passage du PC au FN).

http://www.dailymotion.com/video/xlye5h … ional_news

la vision qu'il a eu du Wu tang est super réductrice, ou pour le moins pas assez renseignée...

Delasoul et ATCQ qui n'ont pas percé ? ah bon...

"bling bling" pour les textes du Wu Tang ?? faut qu'il revoie la discographie initiale, genre :

only built 4 cuban links, liquid swords, la dirty version du 36 chamber d'ODB (complètement ignoré dans l'interview, pourtant l'un des 3 membres fondateurs avec GZA et RZA...)

mais bon si tout ceux qui ont du succès sont pervertis et ne peuvent être considérés comme "real" que les mecs qui percent pas, y'a une chanson pour ça d'IAM :

http://www.dailymotion.com/video/x1h78x … ound_music



"Masta" Killa

J'aime bien son analyse de l'évolution du hip-hop (US). Même si le début des 90s a vu émerger des groupes géniaux, les thèmes abordés sont bien moins vastes et recherchés que pendant le golden age. Et ce n'est pas pour autant réducteur vis-à-vis du Wu Tang.
Lisandro Le Pez Niveau : CFA
Ca me fait marrer les vierges effarouchées qui veulent même pas aller au fond des propos parce que le mec est natio...

Pourtant, je trouve qu'il a raison sur de nombreux points...moi aussi, les mes de gauche et les assos anti-racistes qui s'auto-flagellent comme des masos, ca me gave sévère, et non, "natio" c'est pas un gros mot pour moi.

Quand au passage sur Booba et le rap bling-bling, il a 100% raison : le mouvement noir hip-hop, surtout aux Etats-Unis en fait, est tout sauf anti-conformiste. En fait rien de plus capitaliste et teubé qu'un Booba un Ja Rule ou un rappeur à la *** du 93 qui rappe avec ses 20 potes en faisant le kéké dans sa cité : il veut du bling-bling, être célèbre, être entouré de meufs à poils et montrer qu'il a la plus grosse.

Quand à Delasoul et Ludacris, je vois pas en quoi il a tort : ces mecs comme KRS One ont eu un très bon succès et vendu beaucoup de disques, mais ce n'est pas eux qu'on met en avant sur MTV ou M6 Music.
Stephane7&8 Niveau : Loisir

J'avais pris une grosse claque en lisant le bouquin... et cet interview est du même niveau. A découvrir.
ODB n'est même pas mentionné....

Par contre pour booba je suis completement d'accord.
Vu que je n ai que ca à faire de m autocommenter, ben je ne vais pas me gener.
Bon déjà c est un condensé de plus de 3h d entretien, donc forcement le journaliste fait certains raccourcis redactionnels, et certains trucs risquent d etre mal compris.
1)Les requins vicieux sont un gang de la banlieue nord
2)Quand je parle d Iam (j y mets un bemol, sans oublier leur hegemonie stalinienne sur le millieu hiphop marseillais des annees 90. et le coté tartuffe d akh: dixit freeman) de Ntm, et de ministere amer, je parle de groupes qui se sont positionné d entrée dans une rebelle attitude et sans rentrer dans les details, il y a un proverbe italien qui dit: "laisse faire le tps, il te mettra à ta vraie place" Resultat: quelques années apres joeystarr et kool shen font des pubs pour le poker et stomy joue un flic ds gomes et vares apres avoir fait sacrifice de poulet...la liste est longue...
3)En ce qui concerne ribery et booba, j en parle parce que lorsque tu fais du prosélytisme religieux et que tu es un personnage publique, faut savoir qu'à la moindre erreur, les mecs d en face ne vont pas te rater, sans compter que tu affiches le reste de la communauté religieuse (qui ne t ont rien demandé soit dit en passant)
4) En ce qui concerne le wu, je pense que ce n est pas un hasard si c est method, odb, raekwon et ghostface (only built for cuban linx, apologie de la vente de drogue dure, on voit meme rae faire du crack en 4eme de couv)qui ont été mis en avant au détriment des autres, il suffit de s interresser un tt petit peu à ce qu ils vehiculent.
5)Ma théorie c est que sous le faux pretexte de contre culture, ces mecs là formatent les quartiers populaires à l idéologie ultra liberale représentés par son maitre absolu: Booba.
5)Qu est ce que diable vient faire soral dans cette histoire??
Stephane7&8 Niveau : Loisir

Petite pensée à ceux qui croient encore qu'Anelka est le représentant des banlieues :)
@ Mathias
Je ne considère pas que Ribery et encore moins Booba fassent du prosélytisme religieux.
Le premier fait une prière avant le début du match c'est pas pire que nombre de joueurs Sud Américains, Italiens, Espagnols ou Portugais qui se signent 15 000 fois par matchs ou que des joueurs comme Kakà et Cissé qui pour l'un aborde des T-shirts du style "Jesus Loves You" et pour l'autre déclare avoir aménagé une chapelle dans sa baraque du temps où il jouait à Liverpool.
En ce qui concerne Booba, il a clairement dit qu'il ne pratiquait aucune religion et de toutes manières tu conviendras que les valeurs qu'il prône sont incompatibles avec pas mal de principe religieux.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
208 45