Avantage LOSC

Opposition entre deux équipes joueuses, l'une plus agressive (Montpellier) sans doute que l'autre (LOSC), bien plus expérimentée cependant et dans une meilleure dynamique.

Modififié
0 0
A regarder brièvement le calendrier passé, on pourrait se dire que Montpellier a l'occasion de tenir sa revanche face à un Lille qui avait emporté relativement facilement le morceau au Stadium il y a un mois en championnat (3-1). Alors bien sûr, l'utilisation de cette défaite ne devrait être que l'ultime ressort de la causerie de René Girard, mais pour Garcia, on voit poindre illico un discours du genre : « Uno, les gars, ce n'est pas la même compétition. Secundo, ce sera à la Mosson. Et tertio ou troisio, vous ne trouverez pas les mêmes types en face » . Eh oui, la Coupe de la Ligue sert en général à « donner du temps de jeu » aux jeunes ou “subs”, in fine à « rendre l'effectif tout entier concerné » . Après, plus la finale approche, plus les compos diffèrent. Forcément, y a quand même du blé et des voyages en Europe au bout.



Dans sa compo, Montpellier va une nouvelle fois, comme lors du tour précédent, faire la part belle à ses jeunes pousses. Avec Spahic en blessé de dernière minute, l'axe central de la défense sera tout simplement drivé par Yanga-Mbiwa et El-Kaoutari, respectivement 21 et 20 ans. L'entre-jeu devrait revenir à Belhanda ou Stambouli et Aït-Fana sera sans doute associé à Koïta aux avants-postes. Pour le reste, on trouvera deux tauliers (Marveaux et Jeunechamp capitaine), deux vieilles branches comme Dernis et Collin (pas le choix de toute façon avec la suspension de Bocaly) et le suppléant de Jourdren, Pionnier, dans les cages. A Lille, coach Rudi fera aussi dans le turnover et entre suspensions (Cabaye et Emerson) et pépins physiques (Balmont out, Debuchy et Chedjou sans doute ménagés sur le banc), Garcia ne pouvait pas franchement faire autrement. N'empêche que ce LOSC aura encore une belle dégaine à la Mosson. Landreau reste dans les buts, Béria-Rami-Rozenhal-Souaré formeront la ligne défensive, Gueye-Obraniak-Dumont composeront le trio du milieu de terrain et le duo Hazard-Frau soutiendra la victime De Melo, seul en pointe.



Au regard de ces compos, il n'est donc pas fou de dire que Lille arrive dans l'Hérault avec un peu plus de certitudes que son hôte. Montpellier n'est effectivement pas dans la dynamique de sa vie. Les hommes de René Girard ont du mal à décoller depuis leur dernière victoire fin octobre, en Coupe de la Ligue justement (2-0 contre Ajaccio). Depuis, le MHSC a laissé filer deux points contre Paris (1-1) et a surtout subi le réveil des Lensois samedi dernier (défaite 2-0). Le LOSC reste lui sur une série d'invincibilité de quatre matches, a rousté Caen (4-1) lors du tour précédent et a tombé ce qu'on nous présentait comme la muraille brestoise Elana (3-1) dimanche. Et sur le banc, les Dogues ont tout de même une armada sympathique : Debuchy, Mavuba, Gervinho le condamné et Sow en pleine bourre.





Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La Coupe pour oublier
0 0