1. // Sélection
  2. //

Avant l'Euro, Prandelli fait le topo

En fin de matinée, au siège de la Stampa Estera, une association qui regroupe les correspondants étrangers à Rome, Cesare Prandelli a donné une conférence de presse. SoFoot.com y était.

Modififié
0 7
Pendant une heure, Cesare Prandelli a répondu aux questions de journalistes basés à Rome. Il a développé sa vision de la Nazionale, du football en général, et de l’Italie. « Nous avons une responsabilité vis-à-vis des personnes qui ont moins de chance, et c’est pour cela que nous essayons de faire le plus possible d’actions de bienfaisance. On a souvent dit que les footballeurs sont dans leur bulle : nous tâchons seulement de rapprocher les Azzurri du peuple italien » , a déclaré le Mister dans un joli costume sombre sur une chemise blanche et une cravate marron. Pour autant, « il ne s’agit pas de résoudre les problèmes du pays, mais simplement de responsabiliser les joueurs. Le code éthique que nous avons mis en place va dans ce sens. Il est né car nous avions besoin de respect, respect des autres et de nous-mêmes » . Interrogé sur la crise que traverse actuellement son pays et les salaires astronomiques des footballeurs, Prandelli déclare : « Nous en sommes conscients, mais les salaires sont fixés par le libre marché. Plus que les réduire, je souhaite plus d’engagement social de la part des joueurs. Nous ne nous sentons pas à part, nous nous sentons pleinement intégrés. Pour moi, il est juste que ceux qui gagnent payent des taxes et des impôts. Ceux qui gagnent de l’argent doivent participer » .

Buffon et Pirlo, assurés d'en être
Mais Cesare Prandelli n’a pas que parlé des choses de la vie : il a aussi parlé football. « On me parle beaucoup du match contre l’Irlande ou l’Espagne, mais pour moi, le match le plus important sera celui contre la Croatie » . Rappelant avec sourire les souvenirs qui le lient à Trapattoni, le sélectionneur de l’Irlande, il a rappelé quelques principes fondamentaux de sa sélection italienne, et de son football : « Il n’y a rien de nouveau dans mon football. Les autres sélectionneurs italiens ont beaucoup gagné, et quand tu gagnes, cela veut dire que tu joues bien. Moi, j’essaie de jouer sur les qualités de mes joueurs, j’ai un milieu de qualité et je cherche à travailler sur la qualité de mes joueurs et à proposer un football offensif, même si c’est difficile d’instaurer de la continuité quand tu joues une fois tous les 6 mois. J’espère récupérer Cassano et Rossi, qui ont participé à la qualification et ont un rôle important » , a précisé Prandelli, sans toutefois citer qui seraient les éventuels remplaçants. « Tous les convoqués jusqu’à présent risquent de disputer l’Euro » , s’est amusé le sélectionneur. Quand aux consignes données à ses joueurs : « Quand ils ont la balle, je leur dis de se faire voir et d’essayer. Quand ils ne l’ont pas, je leur demande de savoir ce qu’ils vont faire et d’avoir un ordre de jeu. Je ne demande jamais à un joueur de faire quelque chose qu’il ne sait pas faire » . Pour emmener ses joueurs à l’Euro, qu’il « considère comme des fils » , Prandelli s’appuiera sur des anciens comme « Buffon et Pirlo, des garçons qui ont l’expérience de ces compétitions et qui pourront transmettre aux plus jeunes leur expérience » .

Dans Rome, à pied
Revenant sur son fameux code éthique, à cause duquel il n’a pas convoqué Balotelli lors du dernier match amical contre les Etats-Unis, le commissaire technique a déclaré : « Tous les joueurs que je convoque connaissent la règle du jeu, et je ne convoque que ceux qui peuvent me donner des garanties de comportement. » . Il a dit « être désolé » de la situation que traverse actuellement la Fiorentina tout en avouant « avoir un peu de mal à en parler, car les Florentins sont des gens un peu difficiles à comprendre au début, mais une fois qu’on les a compris, ils restent ancrés en toi. Je suis encore supporter du club, j’espère simplement que le club, la direction, les supporters et la ville vont réussir à remonter la pente » . Prandelli a avoué, parfois, avoir un peu de regret à ne pas entraîner de club, « mais je pense tout de suite aux avantages qui sont les miens : je choisis les joueurs, ma qualité de vie s’est améliorée, alors je me dis qu’il faut juste en profiter » . Il n’exclut pas d’entraîner un club après la sélection, « en Italie ou ailleurs, même si ça ne dépend pas de moi » . Prandelli a également affirmé être « pour la technologie et l’innovation dans le football » . Quand un journaliste lui a demandé s’il serait prêt à exclure un titulaire indiscutable qui ne respecterait pas son code éthique juste avant la finale, Prandelli a souri : « J’espère ne pas avoir à faire un tel choix » . Puis, il a remercié les journalistes présents. Après quelques applaudissements, il a quitté la salle. Dans la rue, il a mis ses lunettes de soleil, et est parti à pied.

Par Lucas Duvernet-Coppola, à Rome
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nadalito_15 Niveau : DHR
Je l'aime bien le père Prandelli, il a récupéré sa sélection dans un piteux état, à peine mieux que la nôtre.
Il a de quoi faire de belles choses avec son mélange vieux (Pirlo, Di Natale, De Rossi) et de jeunes (Balotelli, Rossi).
La classe on l'a ou on l'a pas. Si la fédération le garde jusqu'en 2014 l'Italie pourrait faire très mal, et pas comme en 2006 ou elle jouait mal mais est allé au bout, elle pourrait faire mal d'une bien belle manière.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
moué, faudrait qu'il se décide à donner vraiment leur chance à des joueurs comme Balotelli

Encore trop jeune comme équipe à mon sens, les automatismes ne seront pas prêt pour l'Euro

après comme dit So_Soccer (mon demi frère ^^), faut voir pour les années suivantes
Prandelli devrait essayer une attaque à 3 avec Giovinco -Matri- Balotelli (calmé), en l'absence de Rossi et Cassano.


@So_Soccer : La Squadra en 2006 a joué son plus beau football (offensif) finissant même meilleure attaque avec 11 buteurs différents ! Contrairement à l'Euro 2008, avec ce vieux Donadoni, avec un jeu à l'ancienne, bref pour perdre au final aux tirs au buts contre les futurs vainqueurs.
L'Italie, en 2006, jouait un excellent football. Pas championne du monde pour rien!

Ceux qui disent le contraire n'ont pas vu ses matchs (à part la finale évidemment).
Ce mec, c'est la classe à l'état pur. C'est le genre de gars qui doit être représentatif de l'Italien en général, et pas des porcs comme Berlusconi. Il faut prendre exemple sur ce genre de personnes, au même titre que des Buffon, ou encore, dans un autre registre, des Luca Cordero Di Montezemolo.
Autant de choses intelligentes qu'un sélectionneur de l'EDF ne dira jamais
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ce qui déconne à l'OM
0 7