France - Ligue 2 - 17e journée - Auxerre/Niort

Antoine Aubry, Anthony Cerveaux et QB

Auxerre sous tension

À la traîne en Ligue 2, l’AJ Auxerre traverse également une crise sans précédent avec ses supporters qui lui reprochent une gestion désastreuse depuis un an et demi. De quoi rendre la situation encore plus électrique.

Note
9 votes
9 votes pour une note moyenne de 4.22/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Les supporters de l'AJ Auxerre protestent contre leur direction
Les supporters de l'AJ Auxerre protestent contre leur direction
Qu’il paraît loin le temps de la Champions League pour les Auxerrois. Celui des déplacements à Milan, Madrid ou encore Amsterdam. Aujourd’hui, l’AJA végète en Ligue 2 et lutte même pour le maintien (avec un seul point d’avance sur le premier relégable). Et histoire de ne rien arranger, ses plus fervents supporters sont en conflit ouvert avec la direction du club. Pour comprendre l’origine de cette situation, il faut remonter au dernier match de la saison dernière, contre Montpellier. Officiellement relégué, Auxerre affronte le futur champion de France et plusieurs incidents éclatent pendant la rencontre. Mécontents de la descente et de la gestion du club par Gérard Bourgoin, les supporters jettent balles de tennis, kiwis et rouleaux de PQ sur le terrain occasionnant l’interruption de la rencontre pendant de longues minutes. Des fumigènes sont également allumés, et l’un d’eux finit sa course sur la pelouse. La tribune des supporters auxerrois est finalement évacuée par les CRS.

Dialogue de sourds ?

De « graves événements » pour la Ligue de football professionnel (LFP) qui décide d’infliger un match à huis clos à l’AJA. En guise de sanction, la direction du club a également pris plusieurs mesures à l’encontre des Ultras Auxerre (UA) et des Blue Angels (BA), groupes de supporters occupant la tribune Leclerc et considérés comme responsables des débordements : retrait des locaux jusqu’alors prêtés par le club, cloisonnement du kop par des bâches plastique séparant les ultras du reste de la tribune, double palpation à l’entrée de la tribune et interdiction de faire entrer des banderoles sans l’accord préalable de la direction. Des mesures mal perçues par les ultras : « La préfecture a préconisé, mais pas obligé, certaines mesures dont la double palpation. Et à la rigueur, c’est presque logique, puisque c’est fait dans pas mal d’autres stades français. Mais le fait que ça ne soit qu’en tribune Leclerc, c’est vraiment la diabolisation des supporters. Et concernant les banderoles, on se doute bien qu’un "Bourgoin casse-toi" ne passera plus aujourd’hui… », explique Jonathan, l’un des responsables des Ultras Auxerre. « Pendant vingt ans, l’AJ Auxerre a toujours mis en place une politique de la porte ouverte pour les supporters. Ils ont pu entrer librement au stade, assister aux entraînements, approcher le staff ou les joueurs sans aucun problème. Ils ont toujours eu à disposition, et gratuitement, des locaux pour se réunir et préparer leurs banderoles. Si la situation est différente aujourd’hui, ce n’est pas le fruit du hasard... », réplique Valentin Labani, le directeur de la communication de l’AJA, pour expliquer le changement de politique à l’égard des supporters.

Sauf que, selon ces derniers, les tensions qui les opposent à la direction sont profondes et remontent à plusieurs mois : « Le fait de critiquer la direction provient d’abord des résultats. C’est elle qui choisit les personnes sur le terrain. C’est le dirigeant qui choisit l’entraîneur et ce dernier qui choisit les joueurs, assène Jonathan. Et on voit bien que ça ne marche pas depuis plus d’un an et demi, les résultats parlent d’eux-mêmes… » Un diagnostic que ne conteste pas le directeur de la communication du club : « La frustration des supporters qui voient l’absence de résultats de leur équipe alors qu’ils se déplacent, l’encouragent, je peux tout à fait la comprendre et la partager en tant qu’amoureux du club. » Mais les points d’achoppement demeurent nombreux.

Point de non-retour

Si la direction annonce être « favorable au dialogue » et « prête à recevoir les supporters », un point de non-retour semble pourtant avoir été atteint à l’occasion de la réception du FC Nantes (défaite 0-2), le 24 novembre dernier. Comme à son habitude, un des administrateurs de l’équipe bourguignonne bien connus des supporters, Alain Hébert, président des clubers et de la famille AJA, avait invité plusieurs enfants de la région à se rendre au stade de l’Abbé-Deschamps. Problème, ce monsieur est également en plein conflit avec la direction, à la suite de propos diffamatoires et injurieux qu’il aurait tenu à l’encontre du président actuel Gérard Bourgoin et d’autres membres de l’association AJA football, selon l’Yonne Républicaine.

Contacté par So Foot, Alain Hébert dément fermement avoir tenu ces propos et n’hésite pas à parler de « coup monté ». Il est néanmoins « interdit de stade, sauf les jours de matchs » par le président de l’AJA Gérard Bourgoin. « C’est-à-dire qu’il n’a pas le droit d’aller au stade dans la semaine, d’entrer dans les bureaux du club ou d’aller dans la boutique pour dire bonjour. Il a juste le droit d’assister aux rencontres ! », s’offusque le responsable des Ultras Auxerre.

Banderole de soutien à Alain Hébert arrachée

En signe de solidarité, les jeunes invités contre les Canaris ont sorti une banderole de soutien à Alain Hébert. Un message que n’ont pas du tout apprécié certains dirigeants du club et qui a été saisi par Bernard Turpin, directeur des études au centre de formation de l’AJA . La direction a, par la suite, tenté de se justifier : « Depuis cet été, suite à une décision du Conseil d’Administration de la SAOS AJA Football, les banderoles doivent être présentées à la direction du club avant leur entrée dans le stade, les soirs de match, précise Valentin Labani. L’intrusion et la pose de la banderole de soutien à M. Hébert ont été effectuées sans information préalable à la direction du club. C’est regrettable pour tout le monde ! » Mais ce geste a provoqué la colère des supporters, ainsi que de l’ensemble du stade. « Au début, on était sifflé par le reste du public lorsque l’on scandait "direction démission" », raconte Jonathan, mais la situation est en train de se retourner. Les gens n’ont pas compris l’arrachage d’une banderole à des enfants. Samedi, nous avons été applaudis, certains commencent à reprendre les chants… » Alain Hébert, lui, préfère ne pas en rajouter : « Je fais passer le club avant mon affaire personnelle, car aujourd’hui c’est quand même la situation de l’AJA qui est la priorité. »

Une situation que l’historique du club Guy Roux, joint par So Foot, ne préfère, de son côté, pas commenter. Pour les ultras, en revanche, il n’y a qu’une seule solution : « Il faut virer presque 80% des gens qui traînent dans les bureaux, passer un grand coup de balai. Faire partir Gérard Bourgoin, président de la SAOS, Henri Maupoil, le président de l’association, et Bernard Turpin. Mettre des hommes un peu plus compétents à chaque niveau et définir vraiment les rôles de chacun. » Une posture radicale qui, selon Valentin Labani, laisse peu de place au dialogue : « Lorsque les supporters sortent une banderole "direction démission" à chaque match, est-ce que c’est un dialogue ? C’est difficile de discuter dans ces conditions. Pour dialoguer, il faut partir sur des bases qui soient positives. » Bref, le Noël du club bourguignon risque fort de sentir le sapin.

Suivre Anthony Cerveaux sur Twitter Antoine Aubry, Anthony Cerveaux et QB

 





Votre compte sur SOFOOT.com

8 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Kod.O le 11/12/2012 à 15:59
      Note : 1 

    Arrachage de banderoles... Acte de plus en plus commun dans les divers stades Français et ailleurs. Et la liberté d'expression, droit fondamental, on se la colle au cul* ou comment ça se passe ?

    Ces clubs sont dirigés par des despotes, dégageons les.

  • Message posté par LDouglas le 11/12/2012 à 16:01
      Note : 1 

    C'est tellement dommage de voir ces clubs historiques de l'élite comme Auxerre, Strasbourg ou Monaco, finir dans le ventre mou de l'anti-chambre de la Ligue 1, ou en division encore inférieure (pour Strasbourg) à cause d'une gestion pittoresque de club...On parle quand même d'un club qui recevait le Real Madrid dans son stade pour un match de Ligue des Champions en Septembre 2010...

  • Message posté par Alex Kid le 11/12/2012 à 16:08
      Note : 1 

    En tant que supporter de l'AJA, je remercie SoFoot de parler pour une fois de ce club en déchéance totale...

    Mais bon parler du club et de ses problèmes simplement en évoquant la guéguerre a 2 balles entre la "direction" (ça me fait mal de parler de direction pour cette bande de tocards incompétents...) et les supporters, c'est limite.

    Pour ce qui est de cette bataille, pour moi les 2 parties font n'importe quoi:
    - La direction, la fameuse triplette des pépés flingueurs : quoi dire de plus que de simplement observer... Resultats lamentables, 1ere relégation de l'histoire de l'AJA (et ouais jamais auxerre n'etait redescendu d'une division depuis son accession à l'élite), choix de staff douteux, joueurs catastrophiques, transferts foireux...
    - Les supporters : autant j'avais trouvé abusé l'abattage médiatique autour de 3 balles de tennis et 2 kiwis, autant ils me font de la peine avec leurs banderoles... Franchement ils mettraient "J'aime les frites" sur leur banderoles, ca changerait pas grand chose. Personne ne les écoute (et ceux qui le font les sifflent) et surtout ils n'ont aucune argumentation... En plus, au lieu de s'en prendre uniquement à la direction, pourquoi ne pas aller titiller les joueurs??? J'en suis à me demander si je vais pas prendre des jours de congés pour aller gueuler un coup à l'entrainement car les "ultras" on ne les voit jamais hormis les jours de matchs. Alors oui certains bossent donc forcément ils ne peuvent pas venir mais ce n'est pas le cas de tout le monde, et j'en connais donc bon...

    Bref tout ça pour dire que la situation de l'AJA est catastrophique mais pas simplement et à cause de cette bataille de cours de recré que se livre ultras et direction.

    L'AJA touche le fond dans tous les domaines et franchement meme avec la meilleure volonté du monde, je vois pas comment ca va s'améliorer... Les joueurs sont les pires footbalistiquement parlant qu'il n'y ait jamais eu a Auxerre (Oliech est la star de l'equipe... tout est dit). Mais en plus d'etre nul, ils sont débiles... aucun respect du club (les mecs rigolent à l'entrainement et en aprés matchs depuis plus d'un an...)...

    Je m'arrete là mais il y a tellement à dire (entraineurs bidon qui se succedent, guy roux qui commencent à les briser menu, finances du club plus que dans le rouge...) Bref, j'en ai les larmes aux yeux. Connaitre ce qu'on a connu et voir ou ca en est, c'est juste pathétique et affligeant.

    Malgré tout allez Auxerre, juste un p'tit sursaut d'orgeuil et de dignité siouplé', mais bon même ça ils n'en ont pas...

  • Message posté par MaxMaga le 11/12/2012 à 16:28
      

    Si j'avais des arguments je tenterais de dresser un parallèle entre Auxerre et le CSBJ, le club de rugby de Bourgoin. Mais bon c'est juste un feeling, je souhaite mieux à l'AJA en tout cas.

  • Message posté par Tuthoyo le 11/12/2012 à 16:36
      

    La débandade elle a commencer avec l'arriver de Jean Fernandez, qui certes nous a emmener en LDC, mais qui a surtout recruter des tonnes de joueurs pas au niveau, en les achetant trop cher! Tout en laissant pourrir des jeunes du centre de formation, ce qui a fait notre réussite depuis toujours!

  • Message posté par forzua le 11/12/2012 à 17:05
      

    Ce qui est assez folklo dans l'histoire, c'est que Monsieur Labani est l'une des cibles de tous les supporters de l'AJA. Qu'ils soient ultras, sympathisants, supporters ou spectateurs.
    Je ne vais pas juger l'homme, coupable de nombreuses erreurs (comme un certain "c'est qui ce tocard ?" en faisant référence au délégué UEFA présent pour la ligue des champions, pensant qu'il ne parlait pas français), manipulable à souhait mais suffisamment malin pour récupérer une place de choix en tête de gondole de l'administratif.
    Par contre, sa "refonte" du site internet en collaboration avec la société du fils Maupoil... Son plus bel ouvrage... Cela qui caractérise tant l'homme que sa compétence... Même la boutique du site d'un club de 2e div départemental de curling n'entre pas dans le domaine de la honte...

    Certains hommes arrivent à détruire l'oeuvre qu'ils ont réussie à accomplir en une vie.

    Si vous aimez l'aja, barrez-vous, laissez notre club mourir avec dignité.

    Nous supporters, nous serons toujours là.

  • Message posté par TontonManu le 11/12/2012 à 21:11
      

    En même temps on peut se demander où est "l'anomalie" vu la taille de la ville d'Auxerre et les moyens financiers qui en découlent : jouer la ligue des Champions plusieurs fois ou lutter pour le maintien en L2 ?
    Ce club a vécu des moments inespérés grâce principalement à Guy Roux, il a tout fait (ou presque) pendant des décennies, mais on a l'impression qu'il n'accepte pas l'idée que quelqu'un d'autre que lui puisse réussir également. Je pense qu'on voit son vrai visage, bien loin du sympathique paysan qu'il s'est plu à jouer pendant des années. Pour ma part je ne l'ai jamais apprécié en tant qu'homme (ce qui ne m'empêche pas de reconnaître son immense réussite), et je suis bien content qu'aujourd'hui la statue du commandeur commence à vaciller !

  • Message posté par TontonManu le 11/12/2012 à 21:13
      

    Pour finir une private joke pour les ultras Auxerrois : au fait, la ligue 2 çà vous gagne ? Essayez de nous attendre quand même, on revient très vite !!


8 réactions :
Poster un commentaire