1. //
  2. // AJA/Milan AC

Auxerre, objectif Lune

A deux journées de la fin des phases de poule, Auxerre a encore son destin entre ses pieds. Une victoire face au Milan AC ce soir (20h45) à l'Abbé-Deschamps et l'AJA passe deuxième. Rêvons un peu !

0 0
L'AJ Auxerre a gagné un concours de circonstances. Et compte bien en tirer profit. Bonne dernière après trois journées et autant de défaites, l'Association de la Jeunesse Auxerroise peut ce soir, à J-1 du terme de la phase de poule, se retrouver deuxième du groupe de la mort. Derrière le Real et devant le Milan AC. Un tel scénario a été rendu possible par le résultat favorable du dernier choc entre Rossoneris et Merengues (2-2). Alors que dans le même temps, les Bourguignons posaient le paquet sur la table en arrachant la victoire sur l'Ajax à l'Abbédé (2-1). Pour ce faire donc, la joyeuse troupe de Jean Fernandez doit « faire un résultat » contre le grand Milan AC entre 20h45 et 22h45. Déchiffrer : au moins un match nul, au mieux une victoire. Le pire, c'est que l'AJA a des raisons d'y croire. Rappelez-vous ces paroles du coach auxerrois au soir des 3 points sur les Néerlandais. Flashback : « On va être très motivé contre Milan. Je pense qu'on va faire un bon match. Et un bon résultat » . En conférence de presse d'avant-match ce lundi, Fernandez a réitéré ses propos en s'appuyant sur ses bonnes stats à domicile : «  Nous avons battu le Zénith et l'Ajax. Et nous avons perdu contre le Real seulement. Contre le cours du jeu » .

Le jeu justement, il est au centre du retour en force des blancs et bleus. Invaincu depuis huit rencontres (6 victoires, dont 5 à la maison, et 2 nuls, tous à l'extérieur), Auxerre se présente face aux lombards plus fort qu'au match aller (défaite 2 à 0). Le club français a pour lui une infirmerie quasi déserte (Jelen et Le Tallec), un groupe homogène, une confiance retrouvée, un système tactique bien huilé (4-4-2 ou 4-2-3-1, selon l'adversaire) et surtout une période d'observation européenne terminée. L'AJA a mis 3 matchs à apprendre comment faire. Maintenant ils savent. Cédric Hengbart, de retour de blessure, ne dit pas autre chose : « Au début de saison, tout le monde avait la tête à la Ligue des Champions. Après la qualification face au Zenith, on a eu du mal à redescendre de notre nuage. On pensait tous au match aller à Milan, on était dans notre rêve. Mais au bout d'un moment, on a pris sur nous pour faire le petit effort en plus qui nous fait gagner des matches » .

Souci : le Milan aussi est plus carabiné que lors de leur première entrevue. Septième à l'époque, les Milanais sont désormais bon premiers de Serie A, avec trois points d'avance sur le second, la Lazio. Le temps que prenne la greffe entre le club lombard et son nouveau coach Massimiliano Allegri. « En passant de quatre à trois, puis à deux attaquants, ils ont trouvé un très bon équilibre. Seedorf retrouve une deuxième jeunesse en dix, la place qu'il préfère, derrière deux attaquants. Et Zlatan Ibrahimovic fait la différence à chaque match » , dixit l'ami Jean Fernandez, qui ne s'y trompe devant son téléviseur chaque samedi et dimanche. Victorieux lors de leurs quatre dernières rencontres, les milanais doivent en grande partie leur belle plastique actuelle à un homme : Zlatan Ibrahimovic. 7 buts en douze apparitions en championnat plus 5 passes décisives. Additionné à cela 3 buts en 4 matchs en C1, et vous obtiendrez la clef du match. Pour continuer à offrir la Champion's League à deux heures de Paris, Hengbart, Coulibaly, Grichting et Dudka n'ont d'autres consignes que de sortir le match d'une vie.

Le live ce soir à 20h30 sur live.sofoot.com

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0