1. // 100e Coupe de France
  2. // Vainqueurs disparus

Aux sombres héros de la Coupe (2/2)

Ils sont trente-trois lauréats à s’être partagé cent lignes d’un palmarès. Mais s’acoquiner avec la Vieille Dame n’est pas forcément synonyme de prospérité éternelle. Certains clubs sont passés du faste de la Coupe de France au désastre de la relégation, de la fusion ou de la liquidation. Après l’Olympique, le CA Sports généraux, le CA Paris et le FC Sète, découvrez le parcours des cinq autres vainqueurs disparus.

Modififié

Club français : la gueule de bois des Clubistes

1892-1935, vainqueur en 1931

Il fut un temps où revendiquer son patriotisme passait par enfiler une chemise noir et rose. Alors que la plupart des clubs de l’Hexagone fondés au XIXe siècle sont la création des Britanniques hors sol, le Club français est l’œuvre d’Eugène Fraysse et Charles Bernat, étudiants des beaux quartiers parisiens, s’associant pour importer ce sport de leur séjour linguistique outre-Manche. Sans terrain attitré, obligés de faire la tournée des stades de l’ouest parisien, les Clubmen deviennent pourtant des VIP des compétitions parisiennes. Si bien qu’ils sont choisis pour représenter la France lors du tournoi olympique de 1900 disputé à Paris. Au fil des années, le Club français s’incruste sur les podiums nationaux, devenant champion de France amateur 1929, et gratte quelques invitations en quarts de Coupe 1918, 1926 et 1927.

Mais l’heure de gloire des Clubistes, désormais affublés d’une belle tunique orange, sonnera en 1931 lors d’un parcours épique en Coupe de France. Les victoires contre l’OM en huitièmes (6-5, score cumulé des quatre matchs nécessaires), contre Roubaix en quarts (1-0), puis Nice en demies (6-1) ouvrent au Club les portes de la finale face au SO Montpellier. Ultra-dominateurs, les hommes du coach Fischer prennent définitivement l’avantage 3-0 au bout de 32 minutes. Le genre de soirée qui rend euphorique. Mais la descente n’en sera que plus violente. Dès le premier championnat de France professionnel en 1932, le Club français souffre encore des migraines dues aux relégations et à l’endettement. L’élimination sur tapis vert de la Coupe de France 1935 contre les modestes Auvergnats de Moulins sera la goutte de trop. Le président Badel préférera mettre fin à ce bad trip en fusionnant avec le Football Club athlétique dionysien. Comme des mecs se réveillant en panique à Saint-Denis université, terminus de la ligne 13, après une soirée trop arrosée.


AS Cannes : la descente des marches

1902-2004, vainqueur en 1932

Des longs dimanches après-midi à taquiner le ballon dans le quartier de la Bocca est né un club, fondé en 1902 par l’Anglais Herbert Lowe. Mais ce n’est que dans les années 20 que l’AS Cannes va prendre de l’épaisseur grâce à son président et mécène Louis Grosso. Le jour de l’inauguration de son nouveau stade sur la Croisette en 1921, les Cannois remportent une victoire de prestige 4-0 face au FC Barcelone (coucou le PSG !). Les Dragons arrivent à maturité pile au moment où le foot français s’apprête à se professionnaliser. En 1932, ils atteignent une finale de Coupe de France après laquelle ils courent depuis plusieurs saisons. Le 24 avril à Colombes, ils se défont du RC Roubaix au terme d’une finale longtemps indécise. Les Cannois doivent leur succès en grande partie au dispositif « WM » mis en place par l’entraîneur-joueur écossais William Aitken, qui avait vu cette tactique innovante du côté d’Arsenal.

L’année suivante, les Ascéistes seront finalistes du championnat, laissant filer le titre au bénéfice de l’Olympique lillois. Le parcours des Azuréens dans l’élite connaîtra un premier coup d’arrêt en 1948, rétrogradés en seconde division pendant 40 longues années. Il faudra attendre Jeannot Fernandez pour voir l’AS Cannes réapparaître en D1 en 1987. Un groupe qui ira jusqu’à disputer les Coupes UEFA 1990-1991, avec Luis Fernandez, Amara Simba et un certain Zinédine Zidane, et 1994-1995. Malgré les pépites formées au club (Vieira, Micoud, Frey), Cannes retombera en D2 en 1998. Un échec qui précède une longue série de galères : descente en National en 2001, perte du statut pro en 2004, fermeture du centre de formation en 2006, rétrogradation administrative en CFA en 2011, puis en DRH en 2014. Comme quoi, même après avoir foulé un tapis rouge, la gloire n’est pas éternelle.


Excelsior AC Roubaix : King in the North

1922-1948, vainqueur en 1933

Basé initialement à Tourcoing, l’Excelsior déménage à Roubaix en 1929, reprenant à un FC Roubaix à peine enterré le chaleureux stade Amédée-Prouvost. À partir de là, les Vert et Blanc sortent de la mine pour grimper petit à petit le crassier et devenir l'un des clubs phares de la dense Ligue du Nord. Les Nordistes vont néanmoins attendre 1933 pour éclater à la face du pays. Ils se qualifient pour une finale de Coupe de France, dont l’affiche offre un derby unique entre deux clubs de la même ville : les pros de l’Excelsior AC ne laisseront que peu d’illusions aux amateurs du RC Roubaix (3-1). À leur retour de Colombes, des milliers de supporters les accueilleront en héros. La ferveur du Nord, déjà.


Fidèle de la D1, l’EAC va prospérer dans les années 30 grâce à un effectif pléthorique : les joueurs du cru se mélangent à merveille avec le contingent écossais, la terreur autrichienne sur coup franc Heinrich Hiltl ou encore le futur père du catenaccio, Helenio Herrera. En 1935, c’est l’Excelsior qui mène les discussions en vue d’une entente entre les meilleures équipes du coin. C’est donc sous l’appellation Excelsior de Roubaix-Tourcoing qu’il continue son chemin dans l’élite du football jusqu’à la Libération. Avant-dernier de la Zone Nord, le club va mal négocier sa saison 1944-1945 et n’arrivera plus à raccrocher son wagon au train du foot pro. 1948 sonne la fin des ambitions du club, renommé Club olympique de Roubaix-Tourcoing. Malgré une réapparition furtive en D2 en 1983-1984, les changements de nom et les tentatives de fusion, Roubaix perd définitivement son club fanion à la suite d'une liquidation judiciaire en 1996. Aujourd’hui, il faut chercher en PHR pour trouver trace du dernier descendant de l’Excelsior, le SCO Roubaix 59.


Racing Club : la glissade des Pingouins

1896-1990, vainqueur en 1936, 1939, 1940, 1945, 1949

Lieu de sociabilisation de l’élite parisienne et écrin du sport de haut niveau, le club omnisport du Racing Club de France va ouvrir sa section football en 1896. Poids lourd de la capitale et national, il dispute sa première finale de Coupe de France en 1930, s’inclinant face à Sète (1-3). Les Racingmen vont connaître leur âge d’or dans la seconde moitié des années 30. Les hommes de Kimpton signent un doublé Coupe-Championnat en 1936, Raoul Diagne devenant le premier noir à remporter ce trophée. Les Ciel et Blanc remettent ça en 1939 face à Lille (3-1) et 1940 contre Marseille (2-1), dans une édition marquée par la guerre. En 1945, le Racing reprend le cours de l'histoire là où il l’avait laissé en s’imposant face à son meilleur ennemi du LOSC (3-0), que les Pingouins retrouveront en 1949 pour leur cinquième et dernière Coupe (5-2). Le « tourbillon » offensif du Racing s’essouffle dans les années 50, mais reste compétitive grâce aux stars Roger Marche, Thadée Cisowski ou Ernst Happel.


Le RCP retrouvera son éclat en finissant vice-champion 1961 et 1962. La descente en D2 en 1964 marque la fin d’une ère. En 1966, le club a perdu ses meilleurs joueurs et son statut pro, végétant dans les divisions amateurs pendant quinze ans. Il faudra les millions de Jean-Luc Lagardère et Matra dans les années 80 pour que les ambitions du Racing resurgissent avec un effectif clinquant (Madjer, Bossis, Littbarski, Francescoli, pour ne citer qu’eux). Mais l’adhésion du public s’achète difficilement et les mauvais résultats découragent l’investisseur, qui retire ses billes en 1989. Même s’il renoue une dernière fois avec son amour de jeunesse en disputant la finale de Coupe 1990 face à Montpellier (1-2), le club coule en 1992. Et malgré les différentes tentatives de restaurer ce monument, le Racing Club de France football Colombes 92 est aujourd’hui en DH, laissant les rêves de grandeur à d’autres Parisiens.


EF Nancy-Lorraine : le champion de Vichy

1943-1944, vainqueur en 1944

Une anomalie. La France de l’Occupation était déjà bien défigurée. Mais en cette année 1943-1944, le régime de Vichy va carrément flinguer le foot hexagonal. Commissaire aux Sports de Pétain, le colonel Pascot met en place une nationalisation du sport tricolore et instaure un championnat fédéral, avec 16 équipes créées de toute pièce, une par comité fédéral. Les 32 clubs professionnels existant alors sont obligés de prendre le statut amateur s’ils veulent continuer d’exister. L’Est est donc représenté par l’Équipe fédérale de Nancy-Lorraine. Les joueurs de la région, privés de leur club de base, sont alors convoqués dans cette franchise. Autour du coach Paul Wartel, la plupart de l’effectif du FC Sochaux-Montbéliard se retrouve sous les couleurs nancéiennes. Maintenue par le régime, la Coupe de France est elle ouverte aux clubs amateurs du pays, qu’ils soient de la zone libre ou occupée.

Sans surprise, ce sont les équipes fédérales qui vont le plus loin dans la compétition. C’est ainsi que l’EF Nancy-Lorraine retrouve en finale de cette édition l’EF Reims-Champagne, qui compte dans ses rangs Albert Batteux et Robert Jonquet, futurs bâtisseurs du grand Stade de Reims. Le 7 mai au Parc des Princes, les Lorrains vont écraser les Champenois (4-0). Trente jours plus tard, les Alliés débarqueront sur les plages de Normandie pour libérer le pays et par la même occasion mettre fin à cette mascarade sportive. Dès la saison suivante, les joueurs seront réaffectés à leur club d’origine et les équipe fédérales seront dissoutes aussi rapidement qu’elles étaient apparues. Ne restera que le nom EF Nancy-Lorraine sur le palmarès de la Coupe de France comme vestige de cette sombre période.

  • Retrouvez l'histoire de l’Olympique, du CA Sports généraux, du CA Paris et du FC Sète.

    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article

    Fred Astaire Niveau : Ligue 2
    Belles pages d'Histoire sportive et d'Histoire tout court !
    Ce commentaire a été modifié.
    Fred Astaire Niveau : Ligue 2
    Et n'oublions pas aussi les finalistes disparus:

    - FC Lyon, finaliste en 1918, (1896 - actuellement en PHR)
    - AS Valentigney, en 26 (1920 - 1ère division de district)
    - RC Roubaix, en 32 et 33 (1895-1990)
    - FCO Charleville, en 36 (1932- en DH) avec un DC du nom de Helenio Herrera
    - SC Fives en 41 (1901-1944)
    - FC Nancy, en 62 (1901-1968)
    Le titre, aux Sombreros de la Coupe, m'a évoqué un personnage cheri de mon enfance, mon tout premier souvenir de foot, reproduit sous la forme d'un porte clef en plastique qui traînait entre la Schtroumpfette et Azrael.

    lemoine met son douala où c'est sall Niveau : CFA2
    Salut fred! Merci pour ta liste des joueurs sélectionnés en edf origine hongroise!

    On l attendait cet article! Le tour de sete va finir par arriver !
    Fred Astaire Niveau : Ligue 2
    Hongrois ayant joué en D1 (à partir de 32); liste apparemment peu fiable vu qu'à première vue, il manque déjà Kohut et Eisenhoffer, les deux plus célèbres, peut-être. C'est donc qu'il en manque d'autres.
    Vérifier que ce sont bien des joueurs hongrois non-naturalisés.


    Sándor Barna – Montpellier – 1934–35
    Arpad Belko – Antibes, Sochaux – 1932–35, 1935–38
    Gyula Beretvás – Olympique Lillois – 1933–35
    Lájos Blaskó – Valenciennes – 1937–38
    György Bobik – Marseille – 1958–59
    Miklos Boros – Club Français – 1932–33
    Joan Csintalan – Stade français – 1948–49
    Imre Danko – Lens – 1949–50
    Eőry Mihály (hu) – Sète – 1934–35
    Finta Károly (hu) – Fives – 1938–39
    Vilmos Frayt – CA Paris – 1932–33
    Imre Grünbaum – Antibes – 1935–36
    István Gyulai – Rennes – 1936–37
    Béla Havas – Nice – 1932–33
    Belá Herczeg – Montpellier, Alès, Sochaux – 1934–35, 1935–36, 1938–39
    Sándor Janda-Friedmann – Mulhouse – 1932–33
    Ladislas Kalix – Montpellier, Nice, SC Nîmes – 1932–33, 1933–34, 1934–35
    Jenő Kalmár (en) – Excelsior Roubaix, RC Roubaix – 1933–36, 1936–37
    Kapta László (hu) – Fives – 1937–39
    Mátyás Korányi (en) – Olympique Lillois – 1937–39
    Karoly Kovács – Antibes, Cannes – 1933–35, 1935–39
    János Kvasz Koves – Cannes – 1932–34
    Hermann Leitner – Sète – 1932–33
    Miklós Lendvai – Bordeaux – 1996–97
    Barnabas Liebhaber – Angoulême – 1969–70
    Rezső Lyka – Nice – 1932–33
    Gábor Márton (en) – Cannes – 1993–94
    Istvan Mester – Marseille – 1935–37
    Géza Mészöly (footballer) (en) – Le Havre, Lille OSC – 1993–95, 1995–97
    Antal Nagy – AS Nancy – 1986–87
    János Nagy – Cannes, RC Roubaix – 1932–34, 1936–39
    József Nehadoma – Mulhouse – 1932–33 and 1936–37
    George Nemes – Sète – 1946–48
    Ernö Nemeth – Montpellier, RC Roubaix – 1932–35, 1936–37
    Ferenc Niko – RC Paris – 1932–33
    Ferenc Odry – Saint-Étienne – 1938–39
    Maryan Paszko – Saint-Étienne – 1957–58 and 1961–62
    Ouduch Pybert – Alès, Valenciennes – 1934–36, 1937–38
    Károly Sas – Red Star, Marseille – 1934–36, 1936–37
    István Schubert – Nice, Cannes – 1933–34, 1934–35
    Imre Sepers – Antibes – 1932–33
    Vilmos Sipos (en) – Sète – 1937–38
    Jenö Stern – CA Paris – 1933–34
    György Swarek Sarvari – Montpellier – 1932–33
    Geza Szabó – Olympique Lillois, Rouen – 1937–39
    János Szemán – Cannes – 1932–33
    László Szőke (en) – RC Paris – 1951–52
    Andras Janos Toth – Strasbourg – 1950–51
    Mihály Tóth – Metz – 1998–99
    István Turbéky (it) – Bordeaux – 1952–54
    Jozsef Vago – Valenciennes, RC Roubaix – 1937–38, 1938–39
    Gyorgy Varga – Montpellier – 1932–35
    Zoltán Varga – Olympique Lillois – 1932–34
    Gyula Vastag – Metz – 1946–47
    Lajos Weber – CA Paris – 1932–33
    Gyula Weinstock – CA Paris – 1933–34
    Pál Zilahi – Alès – 1934–35
    József Zsámboki (it) – Strasbourg – 1961–65
    Fred Astaire Niveau : Ligue 2
    Elle avait de la gueule cette équipe du Racing:

    Rudi Hiden (ex-gardien du Wunderteam)- Diagne - Guti Jordan et Hiltl (autrichiens naturalisés) - Heisserer- Weiskopf-

    Celle de 1945 avec Salva, Vaast et Bongiorni qui sera recruté par le Torino avant de périr dans le crash de 1949.
    Celle de 1949 avec Vignal surnommé par les britanniques "Le français volant"
    Celle des 50's jamais récompensée avec Mahjoub "Le Prince du Parc" et Joseph Ujlaki, sérieux rival de Kopa.
    Alain Proviste Niveau : Ligue 1
     //  12:19  //  Aficionado de l'Argentine
    Et oui, Emile Bongiorni qui fut l'un des deux Français du Torino à périr dans le drame de Superga, avec Roger Grava et les stars granata Valentino Mazzola, Loik ou Bacigalupo.
    Sans cette tragédie, l'Italie aurait peut-être été la seule nation à pouvoir rivaliser avec l'Uruguay et le Brésil au Mondial 1950 (l'autre grande sélection de l'époque, l'Argentine qui disposait d'un effectif redoutable, ayant décidé de boycotter la CDM). On ne saura jamais...
    6 réponses à ce commentaire.
    Alain Proviste Niveau : Ligue 1
     //  12:09  //  Aficionado de l'Argentine
    Note : 1
    Zidane, Vieira, Micoud, Fernandez, Boksic, Durix, Bellone, Stopyra, Priou, Asanovic, Krol, Simba, Ayache, Ekstrom, etc... Y a eu du beau monde à passer par l'AS Cannes ! Un club historique de notre jeunesse...
    Fred Astaire Niveau : Ligue 2
    Et aussi Didier Roustan ( it's a joke !)
    Alain Proviste Niveau : Ligue 1
     //  23:43  //  Aficionado de l'Argentine
    Of course ! Ce bon vieux Didier, supporter éternel de l'AS Cannes !
    2 réponses à ce commentaire.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Hier à 17:27 Ederson atteint d'un cancer des testicules 64 Hier à 12:38 Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 162 Hier à 11:13 Droit de réponse "Mistral Gagnant" 31
    Hier à 09:27 La praline de Castillo au Mexique 3 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 27 lundi 24 juillet Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 33 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44